Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

INFO TRAFIC : Travaux sur l’axe Paris-Nevers-Clermont Ferrant

29 Avril 2006 , Rédigé par Eric Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Afin d’améliorer le temps de parcours sur la ligne Paris / Clermont-Ferrand, d’importants travaux auront lieu entre Moulins sur Allier et Saint Germain des Fossés, les 29 et 30 avril et le 1er mai. Le trafic ferroviaire sera donc très réduit ces jours là avec des trains en direction de Clermont Ferrand qui seront exceptionnellement terminus à Moulins sur Allier et ceux en direction de Paris qui partiront exceptionnellement de Moulins sur Allier.

Le 29 avril, ne circuleront que les trains 5971 5955 5957 5973 15973 5977 5985 5993 dans le sens Paris/province . Des bus à destination de Vichy et Clermont seront mis en place. Dans le sens Province/Paris ne circuleront que les trains 5974 5978 5980 5982 15982 5986 5958. Des bus au départ de Vichy et Clermont et à destination de Moulins sur Allier seront mis en place.

Sur l’axe Nantes -Lyon seuls les trains 4406 4506 circulent. En conséquence, les gares de Saint-Germain-des-Fossés et Roanne ne seront pas desservies. Sur l’axe Bordeaux - Lyon les trains 4480 et 4581 ont comme arrivéee/départ la ville de Montluçon.

Le 30 avril tous les trains à destination de Clermont-Ferrand seront exceptionnellement terminus Moulins sur Allier et ceux à destination de Paris gare de Lyon partiront exceptionnellement de Moulins sur Allier. Des bus assureront dans les 2 sens la liaison Moulins sur Allier/Vichy et Moulins sur Allier/Clermont-Ferrand.

Le 1er mai le trafic est normal. A l'exception du Corail 5984 qui partira de Moulins sur Allier à 08h34 et arrivera à Paris gare de Lyon 11h08. Un service de bus au départ de Clermont Ferrand sera mis en place pour rejoindre Moulins sur Allier...

 

Travaux ce week-end sur la voie ferrée  Paris / Clermont-Ferrand - le trafic ferroviaire sera fortement affecté sur la ligne samedi et dimanche...

EN BREF : Collision entre une voiture et un train dans le Haut-Rhin

29 Avril 2006 , Rédigé par L'Est Républicain Publié dans #LES BREVES

 FRANCE - Un homme d'une quarantaine d'années a été tué jeudi en fin d'après-midi dans une collision entre son véhicule et un train de voyageurs à un passage à niveau sur la commune de Cernay (Haut-Rhin).

Pour des raisons inconnues, l'homme s'est engagé peu après 18 h sur le passage à niveau au moment où arrivait le TER Kruth/Mulhouse qui circulait à environ 60 km/h. Ejecté, le conducteur est mort sur le coup.

Aucun des 80 passagers du TER n'a été blessé dans l'accident.

REPORTAGE : Des lignes RER sans wagons en Belgique ?

29 Avril 2006 , Rédigé par La Libre Belgique Publié dans #REPORTAGE

 BELGIQUE -  "Le dossier des mises à 4 voies du RER évolue bien en région wallonne" : C'est la conclusion que tire Philippe Matthis, promoteur du RER en Brabant wallon qui a fait le point sur l'avancement du RER dans la jeune Province.

Le 30 mars dernier, le conseil d'administration d'Infrabel a en effet procédé à l'adjudication des travaux sur la ligne 161 (Watermael-Ottignies), à l'entreprise CFE pour un montant de 34,9 millions €. Les travaux sur le premier tronçon à Ottignies devraient commencer mi-mai, ou début août, en fonction de la date de finalisation des dernières procédures d'expropriation. Les travaux pour les 11 km restants se feront par lots successifs de 2007 à 2011 depuis Ottignies jusqu'à La Hulpe.

En ce qui concerne la ligne 124 (Bruxelles-Nivelles), la SNCB prépare le cahier spécial des charges pour les travaux de mise à quatre voies entre Waterloo et Braine-l'Alleud et souhaite débuter les travaux durant 2007, avant de remonter par lots jusqu'à Nivelles jusqu'en 2012. Notons que trois recours ont été introduits en suspension et annulation au conseil d'Etat...

Mais il reste un fameux bémol concernant l'achat de matériel roulant. "On n'en parle pas, car le citoyen n'est pas dérangé dans son habitat, mais depuis 2004, le dossier n'avance pas" dénonce Philippe Matthis. "Certains dirigeants de la SNCB craignent que le RER ne rencontre pas le succès escompté et souhaitent commander un matériel plus standard."

Pourtant, il y a urgence à commander si l'on veut éviter d'avoir les nouvelles voies en 2012, sans le matériel roulant, puisqu'il faut un délai de trois ans avant d'obtenir le matériel. "Le gouvernement fédéral n'a que trop traîné, estime «M. RER.» J'en veux pour preuve la loi parue le 1er mars 2006 qui est déjà dépassée, puisqu'elle prévoit les premières fournitures de wagons pour... fin 2006. Or, les lignes au départ de Louvain et Malines sont presque terminées et le matériel n'a pas encore été commandé."

 

Automotrice AM 66 rénovée en gare de Bruxelles-Midi - Le réseau RER avance plus vite que les commandes de matériel en Wallonie... A quand donc la livraison des premières rames prévue dans un premier temps avant fin 2006  ?

NEWS : Modification du passage souterrain de la gare de Vichy

29 Avril 2006 , Rédigé par RFF Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Dans le cadre de la réalisation du pôle intermodal, Réseau Ferré de France a engagé les travaux d’allongement du passage souterrain de la gare de Vichy pour permettre un accès direct entre la gare et le parking en cours de réalisation.

Dans le cadre de la réalisation du pôle d’échange de Vichy, il a été décidé par l’ensemble des partenaires de l’opération de réaliser l’allongement du passage souterrain existant pour permettre un accès direct entre la gare, les quais et le nouveau parking.

Afin de faciliter l’accès aux quais des personnes à mobilité réduite, il est prévu d’installer un escalier roulant et un ascenseur.

D’un montant de 1,14 millions d’euros, les travaux, cofinancés par l’Union Européenne, l’Etat, la Région Auvergne, la communauté d’agglomération de Vichy Val d’Allier et Réseau Ferré de France, seront terminés cet été.

 

La gare de Vichy s'équipe et se modernise... Coût total des travaux : 1,14 millions d’euros

 

NEWS : collision entre un train ICE et un convoi des BLS en Suisse

29 Avril 2006 , Rédigé par ATS Publié dans #FLASH INFO

 SUISSE - Huit personnes ont été légèrement blessées lors d'une collision entre un train ICE et un convoi de deux locomotives de la compagnie de chemin de fer du BLS en gare de Thoune. Plusieurs wagons ont déraillé sous le choc. Une enquête est ouverte.

Les causes de cette collision survenue à 06h32 ne sont pas encore connues, a annoncé la police cantonale. Les deux-tiers de la rame de l'ICE des chemins de fer allemands, comprenant douze wagons et deux motrices, ont déraillé sans se coucher. Le premier bogie de la locomotive de l'autre convoi a également déraillé.

Les huit blessés, parmi lesquels figurait le conducteur du train allemand, ont été acheminés par ambulance à l'hôpital. Tous ont pu entretemps quitter l'hôpital, a annoncé le porte-parole du BLS Hans-Martin Schär. Le montant des dégâts est très élevé même si aucun chiffre n'a encore été articulé.

Le nombre de passagers qui voyageaient dans l'ICE à destination de Berlin via Berne et Bâle n'était pas connu avec précision. En général, quelque 250 personnes empruntent cette rame, a estimé le directeur du BLS. Les passagers indemnes ont pu gagner à pied la gare de Thoune et poursuivre leur voyage.

La collision a eu lieu environ un kilomètre avant la gare de Thoune. Le directeur du BLS n'a pas pu estimer la vitesse de l'ICE lors de cet impact spectaclaire. La vitesse des trains à cet endroit s'élève à environ 60km/h. Les deux locomotives devaient regagner leur dépôt.

La ligne ferroviaire entre Thoune et Spiez va rester fermée au moins jusqu'à samedi matin, le temps d'enlever les wagons accidentés et de remettre la voie en état. Un service de bus a été mis en place entre ces localités. Les trains circulent au départ de Thoune et Spiez. Les CFF ont recommandé aux voyageurs à destination de l'Italie de passer par Lausanne et le Valais.

Au moins huit blessés à Thoune.

Au moins 8 blessés dans une collision spectacluaire près de Thoune entre un ICE et un train BLS (Berne-Lötschberg-Simplon) : Les causes de l'accident ne sont pas encore connues...

ACTU : Un voyageur du TER sur trois est un nouveau venu en Haute-Normandie

28 Avril 2006 , Rédigé par Infoceane.com Publié dans #ACTU

 FRANCE - La fréquentation des lignes TER de Haute-Normandie a progressé de 9% en un an et de +55% depuis 2002 première année de la décentralisation totale des transports ferroviaires régionaux et de la convention Région – SNCF.

« C’est considérable et impressionnant », ont déclaré d’une même voix, le président de la région Alain Le Vern (PS) et le directeur régional Normandie de la SNCF, Michel Boudoussier lors de la présentation des résultats 2005. « Sur trois voyageurs clients des TER, il y en a un qui ne l’était pas en 2002 » illustre M. Le Vern.

D’autres chiffres vont dans le même sens : une progression de 25% du nombre d’abonnés par rapport à 2004, soit 16.000 personnes. « Qu’il s’agisse des trains de la vie quotidienne ou des déplacements privés, il y a plus de voyageurs dans les trains », constate la SNCF. Les relations domicile / travail ont progressé de 13%, domicile – études de 12% et le marché des loisirs et déplacements privés de 7%. Le développement et l’amélioration des dessertes ont un impact : +21% de fréquentation sur Rouen – Le Havre, +52% sur Fécamp – Le Havre… et, précise avec satisfaction Michel Boudoussier, « les trains sont à l’heure », ou tout au moins 95% d’entre eux.. La Haute-Normandie signe l’une des trois meilleures performances nationales sur le plan de la régularité. Au premier trimestre 2006, elle a même atteint 95,4%, ce qui la place en tête des régions. « Il est probable que les utilisateurs du train ont été en 2005 plus ponctuels que ceux qui ont préféré la voiture ! » se risque même le directeur régional de la SNCF.

Des progressions importantes qui ne doivent cependant pas cacher le retard du transport collectif par rapport à l’individuel. En Haute-Normandie, qui se situe dans la moyenne des autres régions, le ferroviaire capte 5% seulement des déplacements sur les zones desservies. La marge de progression est donc importante.

La Région et la SNCF comptent sur l’effet de leurs investissements respectifs. D’un côté l’achat de nouveaux matériels (autorails de grande capacité XGC et ZGC) avec de nouvelles dessertes comme le Rouen – Caen ramené de 2h à 1h30 pour les meilleurs trains, avec 7 allers et retours par jour et une progression de 23% de la fréquentation sur les trois premiers mois. Le conseil régional inscrit chaque année 50 M€ au fonctionnement du TER et a engagé un programme d’investissement de 150 M€. De son côté la SNCF a investi pour l’accueil et l’entretien des nouveaux matériels (12 M€) et doit modifier ses modes de fonctionnement internes.

« C’est une révolution » admet Michel Boudoussier dont l’entreprise réagit désormais en prestataire de services choisi par le conseil régional auquel elle doit rendre des comptes. « Pour nous, il s’agit bien d’un développement avec une convention qui nous laisse des marges d’initiative », explique le directeur régional. Ces marges, ce sont les améliorations apportées à l’information des voyageurs, maillon faible de la SNCF. Le service “Aléorégion 0825.000.276“ ouvert en octobre permet de donner une information sur les dessertes, horaires et tarifs par le téléphone, les mobiles (sms), internet ou le courrier. La SNCF va également poursuivre la démarche de certification AFNOR tant pour les gares que pour des lignes. Rouen – Dieppe vient d’obtenir son renouvellement. Le Havre – Montivilliers – Rolleville sera la prochaine étape.

Reste la question de l’intermodalité entre le train, les bus périurbains et les transports urbains. Elle revêt deux aspects : l’harmonisation des horaires et des tarifications. Le premier pourrait nettement s’améliorer avec l’apparition du cadencement des trains en décembre 2007. Le second dépend de la coopération de la région avec les départements pour la mise en place de tarifications uniques pour des déplacements intradépartementaux et régionaux.

 

 La fréquentation du réseau TER de Haute-Normandie a progressé de plus de 50% en quatre ans... et cette love-story n'est pas prete de s'arreter !

FOIRE/EXPOS : C'est en mai, et ça se passe près de chez vous...

28 Avril 2006 , Rédigé par Eric Publié dans #LOISIRS-FOIRES-EXPOS

6/5/06   bourse   Genève (CH)
multicollections
organisée par le
Club genevois des Collectionneurs de Modèles réduits
Expo Lac
rue Plantamour 18-20
derrière l'Hôtel Noga Hilton
10h - 17h
info : (0041) (0)2 27 34 25 76


6-7/5/06   expo bourse   Villeneuve (Montreux) (CH)
organisée par le Rail Club Riviera
salle du collège du Lac
en face de la poste et de la gare
samedi 9h - 18h
dimanche 10h - 17h
info : info@railclub.ch
(0041) (0)21 943 27 21



7/5/06   vente aux enchères   Edegem (Anvers) (Be-Vl)
multicollections
organisée par la Veiling Collectors Bank
auditorium de l'hôtel Hof Ter Elst
Prins Boudewijnlaan
à partir de 10h
info : collectorsbank@glo.be
03 44 05 244



7/5/06   bourse   Alkmaar (Nl)
multimodélisme
Sporthal De Meent
Terborchlaan 301
10h - 15h
info : eurospoor@eurospoor.nl
(0031) (0)2 99 64 03 54



13/5/06   portes ouvertes bourse   Saint-Ghislain (Be-Wl)
organisées par le PFT/TSP
à l'abri-musée de Saint-Ghislain
10h - 17h
info : inform@pfttsp.be
065 45 74 12

l'abri-musée est sur le côté de la gare de Saint-Ghislain
autoroute E19 sortie 25


13/5/06   bourse   Houten (Nl)
multimodélisme
Euretco-Expo-Center
zone industrielle Doornkaade
Meidoornkade 28
10h - 15h
info : modelspoorbeurs@hobmamodelbouw.nl
(0031) (0)3 06 01 34 00

autoroute A27 sortie 29
navettes depuis la gare


13-14/5/06   expo bourse   Capdenac-Gare (Fr-12)
Festirail en Rouergue
organisée par l'association Courants d'art
salle Agora
samedi 10h - 19h
dimanche 9h - 18h
courantsdart@wanadoo.fr
(0033) (0)5 65 80 86 41

un petit train routier fera la liaison avec d'autres attractions


14/5/06   bourse   Vilvorde (Be-Vl)
organisée par Hobby-Rail
salle Star
Nolet de Brauwerestraat 21
dans la cours des Kristelijk Ziekenfonds
9h - 13h
info : 09 220 32 61


14/5/06   expo bourse   Franclens (Fr-74)
multimodélisme
organisée par le club Les Castors
salle des fêtes
9h - 19h
info : Alain Roth
(0033) (0)4 50 77 96 47



19-21/5/06   événement   Beaume (Fr-71)
session et activités connexes du MOROP


19-21/5/06   expo   Dordrecht (Nl)
multimodélisme
dans le cadre de Dordt in Stoom
dans la "remise"
Baanhoekweg
10h - 18h
heures sous réserve
info : info@dordtinstoom.nl
(0031) (0)7 86 32 24 40

navettes depuis la gare
autoroute A16 puis contournement N3 sortie 3


21/5/06   bourse   Woluwé (Bruxelles) (Be-Bl)
multicollections
Bourse des collectionneurs
Shopping Center
rue Saint-Lambert 200
7h30 - 13h30
info : info@boursedescollectionneurs.be
02 771 20 45

métro ligne 1B station Roodebeek


21/5/06   bourse   Best (Nl)
organisée par De Bestse Verzamelaars
De Kadans
St Josefstraat 1
9h - 13h
info : m.vanhoutum@chello.nl
(0031) (0)4 02 55 00 41



21/5/06   bourse   Schalkwijk (Haarlem) (Nl)
multimodélisme
Spaarnehal
Fie Carelsenplein 1
10h - 15h
info : eurospoor@eurospoor.nl
(0031) (0)2 99 64 03 54

accès via le centre commercial


27-28/5/06   expo   Nouvion sur Meuse (Fr-08)
multimodélisme
Expo Trains
organisée par le Chemin de fer miniature Nouvionnais
salle Gérard Philippe
rue Jean Jaurès
samedi 14h - 19h
dimanche 10h - 17h30
info : darobinet@wanadoo.fr
(0033) (0)6 80 76 83 66



28/5/06   bourse   Merksem (Anvers) (Be-Vl)
organisée par l'ATA
Fort de Merksem
Fortsteenweg
9h - 13h
info : Danny Gielen
03 644 96 44

accès par le tram 3

ACTU : Le TGV Paris-Berne victime de la réglementation européenne ?

27 Avril 2006 , Rédigé par Eric Publié dans #ACTU

  FRANCE / SUISSE  - Le TGV Paris-Pontarlier-Berne-Zurich, une des deux lignes à grande vitesse transjurassiennes passant par la Franche-Comté (avec le Paris-Frasne-Lausanne) sera en sursis dès 2007.

La société Lyria (76 % SNCF, 24 % Chemin de Fer Fédéraux qui exploite les TGV franco-suisses) n'évoque pas son avenir au-delà de l'an prochain. Et pour cause, en raison d'une nouvelle réglementation européenne (Encore...), il ne sera plus concurrentiel face aux liaisons par Bâle et le TGV Est.

Le responsable se nomme ETCS. Il s'agit d'un système de pilotage informatique ferroviaire qui, avec le Global System Mobile for Railway, constitue l'European Rail Traffic Management System (ERTMS). En clair et en résumé : un appareillage de sécurité qui utilise la radiocommunication numérique pour signaler en permanence les positions des trains et gérer automatiquement leur trafic.

Deux directives européennes obligent les Etats à adopter ce système qui, en plus de permettre aux rames de circuler à plus de 200 km/h, harmonisera les matériels qu'il ne sera plus nécessaire de changer en passant les frontières.

Or les lignes Paris-Berne n'en seront pas équipées alors que dans le même temps la Deusch Bahn va en doter ses trains Intercity, dont ceux qui, d'Allemagne, rejoignent Berne via Zurich. Par contrecoup, la liaison Zurich-Paris deviendra plus rapide par Bâle, où les passagers pourront monter dès 2007 dans le TGV Est, que par la Franche-Comté. Le tronçon TGV Zurich-Berne sera ainsi supprimé dès décembre 2007.

Or le TGV Paris-Pontarlier-Berne avait été prolongé jusqu'à Zurich pour des motifs commerciaux. Privé de la clientèle de la ville des banquiers, sera-t-il encore rentable ? La question se pose d'autant plus que, s'ils font leurs calculs, les Bernois seront tentés de passer par Bâle- Strasbourg (4 h 30 de parcours) plutôt que via Neuchâtel et Pontarlier (4 h 50).

Le porte-parole des CFF a cependant précisé que la société Lyria continuera d'exploiter deux allers-retours quotidiens entre Paris et Berne. Bonne nouvelle compensée par une moins réjouissante : les CFF seraient réticents à investir les 100 millions de francs suisses votés par le parlement pour moderniser la ligne transjurassienne où les TGV roulent... comme des omnibus.

 

Mort annoncée du TGV qui dessert Haut-Doubs et Jura car il ne sera pas équipé de l'European Train Control System (ETCS). Dommage...

NEWS : L'Etablissement public de sécurité ferroviaire s’installe à Amiens

27 Avril 2006 , Rédigé par Le Moniteur Expert Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - En présence du ministre des transports, Dominique Perben, l'Etablissement public de sécurité ferroviaire (EPSF), chargé de garantir les règles de sécurité sur le réseau ferré français, a tenu mardi à son siège à Amiens son premier conseil d'administration.

L'EPSF, créé par la loi du 5 janvier 2006 sur la sécurité et le développement des transports, a pour missions la délivrance de certificats de sécurité aux entreprises ferroviaires, l'homologation des nouveaux matériels et le développement de l'interopérabilité des systèmes ferroviaires européens.
"Il était primordial que l'ouverture du marché ferroviaire (à la concurrence pour le fret depuis le 31 mars) et l'apparition de nouvelles entreprises sur les voies du réseau ferré national s'accompagnent de toutes les garanties du maintien d'un haut niveau de sécurité", a déclaré M. Perben lors de l'installation du conseil d'administration.

L'EPSF devrait employer d'ici deux ans environ 170 personnes, dont des experts et techniciens recrutés à la SNCF et à la RATP. L'établissement disposera d'un budget de 12 à 15 millions d'euros, provenant notamment d'une redevance dénommée "doit de sécurité" acquittée par les entreprises ferroviaires utilisatrices et le gestionnaire d'infrastructures, Réseau ferré de France (RFF).
 

Premier conseil d'administration de l'Etablissement public de sécurité ferroviaire (EPSF) à Amiens en présence de Dominique Perben, le ministre des transport - "l'apparition de nouvelles entreprises sur les voies du réseau ferré national doit s'accompagner de toutes les garanties du maintien d'un haut niveau de sécurité ! je vous le dis comme je le pense !"

ACTU : Le "oui" de l’UE, le "non" des habitants pour la LGV Lyon-Turin...

27 Avril 2006 , Rédigé par le petit journal.com Publié dans #ACTU

  FRANCE / ITALIE - Nous en parlions hier dans Passion-Trains : Un rapport de l’Union européenne présenté à Turin dément tout risque environnemental et médical liés au futur TGV Lyon-Turin. La réponse des associations anti-TGV ne s'est pas fait attendre : elles ont manifesté pour dénoncer le manque d’indépendance de l'étude. 

 

Plus d’une centaine d’habitants de la petite vallée de Suse sont donc venus "accueillir" Loyola De Palacio, coordonnatrice européenne pour l’axe prioritaire n°6 du réseau transeuropéen "Lyon – Turin – Trieste – Ljubljana – Budapest", venue présenter un rapport de l’Union européenne sur les risques du projet ferroviaire, au cœur des préoccupations des 70.000 habitants de la vallée.

 

A la demande de l’Union européenne, des experts indépendants ont conduit une enquête pour estimer la fiabilité des études réalisées par la société Lyon Turin Ferroviaire (LTF) portant sur les prévisions de trafic et des aspects médicaux et écologiques.

 

Leur conclusion : le projet de ligne à haute vitesse entre Turin et Lyon ne présente pas de risque pour la santé et l’environnement. L’Union européenne tient même à rappeler les vertus écologiques de la liaison ferroviaire qui permettra de limiter le transport de marchandises par la route.

 

Mais les associations anti-Tav (Treno ad alta velocità), le comité No Tav et Comunita montana Bassa valle di Susa en tête, contestent l’indépendance du rapport et exigent l’organisation d’une confrontation publique entre leurs experts et ceux mandatés par l’UE.

 

Les habitants de la vallée de Suse, soutenus par les élus locaux, les Verts, une partie de la gauche et les associations, redoutent la présence d’uranium et d’amiante dans la montagne dans laquelle sera creusée le tunnel de 53 kilomètres reliant Venaus à la frontière française. Un des leaders les plus représentatifs du comité No Tav, Alberto Perino, a déclaré hier : "La ligne à grande vitesse ne passera jamais".

 

Elle fait pourtant partie des projets prioritaires fixés par l’Union européenne. Romano Prodi devra rapidement affronter la question épineuse du TGV Lyon-Turin, que personne n’avait vraiment osé aborder pendant la campagne électorale. Dans sa coalition, Européens convaincus et écolos risquent de ne pas partager les mêmes opinions. 

 

Grâce au TGV, les Turinois pourraient se rendre à Lyon en 1h45, contre 4h17 aujourd’hui, et les Milanais à Paris en 4h25, et non plus 6h50. Mais le projet, s’il aboutit, prendra des années. A partir de mai 2006, doit s’ouvrir une enquête d'utilité publique du tunnel de base franco-italien. C’est aussi en 2006 que le financement du projet doit être entièrement bouclé. Les travaux du tunnel transfrontalier devraient débuter en 2010 et il faudrait encore attendre 2018 pour voyager en TGV entre Lyon et Turin.

 

"Bon, je crois que c'est clair, les italiens ne veulent toujours pas de la LGV Lyon-Turin..."