Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

EN BREF : Taux unique pour les agences de voyages

27 Avril 2006 , Rédigé par Eric Publié dans #LES BREVES

 FRANCE - La SNCF versera désormais aux agences de voyages un taux unique de commissionnement de 4,8 % sur le montant de la vente d’un billet de train.

Jusqu’ici, il était de 5 % pour les ventes Internet, 7,8 % pour les trajets intérieurs et 10 % pour les voyages internationaux. Reste que les agences pourront toujours facturer des frais de dossier...

NEWS : Un train de marchandises déraille en Belgique

27 Avril 2006 , Rédigé par Le Soir.be Publié dans #FLASH INFO

 BELGIQUE - Un déraillement s'est produit, mercredi vers 4 heures du matin, en gare des Guillemins, à Liège.

Un train de marchandises avait déchargé du matériel de construction pour « alimenter » les travaux de construction de la nouvelle gare TGV. C'est en quittant le site qu'un wagon du train, sur lequel se trouvait une grue, a déraillé en passant sur un aiguillage. Il n'y a aucune victime, mais les dégâts sont importants.

La venue d'une grue, qui a dû être acheminée du dépôt de la SNCB de Kinkempois, a été nécessaire pour dégager la voie. Durant une bonne partie de la journée, trois voies sur cinq ont pu être utilisées et on a noté d'importantes perturbations du trafic dans les deux sens. La situation et le trafic sont toutefois redevenus entièrement normaux vers 15 h.

  

*
Trafic ferroviaire perturbé à Liège durant une partie de la journée - à l'origine des retards, un wagon de marchandise qui avait déraillé plus tôt dans la matinée en passant un aiguillage...

EN BREF : 32 % des Français se sentent en insécurité dans les trains

27 Avril 2006 , Rédigé par Eric Publié dans #LES BREVES

 FRANCE - 32% : c'est près d’un Français sur trois se sent « souvent » ou « parfois » en insécurité lorsqu’il prend le train, selon un sondage IFOP, paru dans le journal Ouest-France.

Cette proportion monte même à 38 % en Ile-de-France, contre 30 % dans les communes rurales. Elle concerne d’ailleurs beaucoup plus les femmes (39 %) que les hommes (24 %)... Sarko brasserait-il donc du vent à longueur de journée devant les micros de la presse ? Mais nooooon.... 

 

Vous aimez vivre et voyager dangereusement ? à la SNCF, c'est possible ! 32% des usagers s'estiment en effet en insécurité lorsqu’ils prennent le train...

EN BREF : Le projet Lyon-Turin en bonne voie ?

26 Avril 2006 , Rédigé par 20 Minutes Publié dans #LES BREVES

  FRANCE / ITALIE - Enfin un bon point pour le Lyon-Turin. Hier, la Commission européenne a publié les résultats de l'expertise confiée à un cabinet indépendant fin décembre pour évaluer le projet de liaison ferroviaire à grande vitesse, très contesté du côté italien.

Ce rapport conclut notamment à la cohérence et à la pertinence des études réalisées par le promoteur Lyon-Turin Ferroviaire sur l'impact de la future ligne sur le trafic, la santé et l'environnement.... on attend désormais la réponse des opposants au projet.

REPORTAGE : La locomotive 241 P 17 passe son test d'agrément

26 Avril 2006 , Rédigé par France 3 Publié dans #REPORTAGE

 FRANCE - C'est un drôle de train qui a roulé du 21 au 24 avril en Saône-et-Loire, entre Le Creusot et Chagny. Il s'agit de la locomotive à vapeur la plus puissante d'Europe, plus connue sous le nom de code 241 P 17. Elle devrait bientôt circuler pour des circuits touristiques en Bourgogne, dans le reste de la France et même à l'étranger.

 

Plus important chantier actuel de réhabilitation ferroviaire d'Europe, la 241 P 17 a été fabriquée par les établissements Schneider en 1949 etaffectée à la traction à grande vitesse de l'époque, avec une vitesse commerciale de 120 Km/h. Cette locomotiveest le porte étendard de la traction à vapeur et son nom est synonyme de prestige dans la mémoire des anciens cheminots. Classée "Monument Historique", elle est la plus imposante locomotive à vapeur française.

 

La campagne d'essais pour la locomotive 241 P 17 a duré quatre jours du vendredi 21 avril en début d’après-midi au lundi 24 inclus. Le premier jour, la locomotive à vapeur est sortie de la Halle à Marchandises de la gare S.N.C.F.  de Creusot ville en vue de la mise à feu qui a été sera effectuée à 17h30 par Camille Dufour, maire honoraire du Creusot.

Le samedi 22 avril à 17h30 a eu lieu la signature d’une convention avec le Président du Conseil Général pour une participation à l’acquisition de rames voyageurs. Entre 15h00 et 16h00, le dimanche 23 avril , la 241 P17 a effectué ses premiers allers retours sur les voies de service de la S.N.C.F.

 

Le lundi 24, la 241 P 17 a circulé exceptionnellement pour un aller retour en direction de Chagny avec un départ à 10h de la gare du Creusot, une arrivée à Montchanin à 10h16 d'où elle est repartie à 11h et une arrivée à Chagny à 12h06. Le retour au Creusot s'est effectué après un départ à 12h50 de Chagny,une arrivée à 13h18 à Montchanin d'où elle est repartie à 14h20 et une arrivée en gare du Creusot à 14h30.

 


SORTIEP2.jpg

 

1949 - 2006 : la 241 P 17 affiche fièrement ses 57 ans au compteur et a passé avec succés son test d'agrément suite à une longue restauration : elle peut désormais circuler partout sur le réseau national. Vas y Mémé, vas y...

NEWS : Un train en panne à Suippes à cause d'un jeu idiot

26 Avril 2006 , Rédigé par L'Union Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Il y a des affaires judiciaires qui sont rarement résolues. Par exemple, lorsque des esprits mal intentionnés s'amusent à placer des objets sur des voies ferrées, les enquêteurs rencontrent toutes les peines du monde à leur mettre le grappin dessus.

Eh bien, cette fois-ci, les gendarmes de la brigade territoriale de Suippes ont réussi à identifier et interpeller deux jeunes de Somme-Suippe qui n'ont pas trouvé meilleur jeu que de placer des vieux pneus de tracteur sur la voie ferrée reliant Sainte-Ménehould et Châlons-en-Champagne.

Jeudi dernier, vers 20 h 30, ces deux individus âgés d'à peine 20 ans ont trouvé des pneus dans un champ et, pour s'amuser, les ont déposés sur les rails. Ils ont attendu une demi-heure, histoire de voir ce qui se passerait si un train arrivait. Ne voyant rien venir, ils sont rentrés chez eux, abandonnant les pneus sur la voie ferrée.

Vendredi matin, à 7 h 15, le premier TER arrive de Sainte-Ménehould. Le conducteur ne voit pas les pneus. Le choc n'est pas sans conséquences : la durite de la locomotive est arrachée. Le train n'a d'autre choix que de stopper sa course en gare de Suippes. La SNCF, qui a dû offrir le bus et le taxi à la vingtaine de passagers du TER, dépose plainte. L'enquête de voisinage est fructueuse. Les deux auteurs présumés sont vite identifiés. Ils sont interpellés le jour même. Ils reconnaissent leur acte et expliquent qu'ils ont agi par jeu.

A l'issue de leur garde à vue, ils ont été laissés en liberté, avec une convocation en poche. Le 20 septembre, ils devront répondre de « dégradations volontaires de bien d'utilité publique » et de « mise en danger d'autrui » devant le tribunal correctionnel de Châlons-en-Champagne.

 

Bush Dumber and Dumberer

Le plus grand, le plus bête ! 2 jeunes adultes ont été interpellés apès avoir  déposé des objets sur une voie ferrée en activité. "Avec mon pote on voulait s'amuser.... alors on  a rien trouvé de mieux que de foutre des pneus sur les rails : on s'est éclaté graaaaaaaaaaaaave..."

ACCIDENT DE PERSONNE : Une femme happée par un train à Bailleul

26 Avril 2006 , Rédigé par La Voix du Nord Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE  – Alors qu’elle se trouvait sur les voies, en gare de Bailleul, une femme d’une trentaine d’années a été happée par un train de marchandises, hier à 19h10.

Malgré un freinage d’urgence, le conducteur n’a pu éviter la malheureuse qui a été tuée sur le coup. Le trafic a été interrompu dans les deux sens de circulation entre Lille et Hazebrouck pendant plus d’une heure, de sorte que les enquêteurs du commissariat puissent procéder à leurs investigations.

À 20 h, neuf TER avaient été retardés ou déroutés. Cinq autres l’ont ensuite été. La SNCF envisageait de mettre en place un service de bus pour prendre en charge les voyageurs...

TRAVAUX :Projet de transformation de la gare de Genève

26 Avril 2006 , Rédigé par TDG.ch Publié dans #FLASH INFO

 SUISSE - Genève se verra prochainement dotée d’une gare qui répondra aux attentes de la clientèle : c’est un projet de gare lumineuse et conviviale qui sera développé en tant que véritable plaque tournante des transports en commun à Genève.

En novembre 2004, un mandat de planificateur général avait déjà été adjugé par les CFF au groupement recommandé par le collège d’experts à l’issue d'un mandat d’études parallèles. L’objectif était alors de réaliser dans les meilleurs délais la transformation de l’aile Est de la gare de Genève Cornavin. Le projet fut alors bloqué pendant plus d’une année par le recours d’un candidat. La Commission Fédérale de recours en matière de marchés publics annula en septembre 2005 cette adjudication pour vice de forme, invoquant le fait que le mandat d’études parallèles ne permet pas au maître de l’ouvrage l’attribution directe d’un mandat de poursuite de la planification. Elle suggéra deux pistes pour mener à bien le projet:soit reprendre les études à zéro, soit relancer une nouvelle procédure d’adjudication sur la base de l’un des projets acquis. C’est cette seconde voie qui a été privilégiée.

Les objectifs du projet ont depuis été revus et le périmètre d’intervention a été redéfini. Le futur projet tiendra compte du développement actuel et futur de l'environnement de la gare et intégrera d’autres études ciblées visant prioritairement le confort des utilisateurs.

Les planificateurs qui se verront attribuer le mandat auront alors pour tâche d’élaborer le projet de l’ouvrage en vue de l’obtention de l’autorisation de construire en 2007. Un démarrage des travaux est prévu en 2008.

 

Bientôt un lifting pour la gare de Genève Cornavin ?

NEWS : Vol de métaux sur la LGV Est

26 Avril 2006 , Rédigé par L'Est Républicain Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Un peloton de gendarmerie surveille de nuit, depuis une semaine, le chantier de la ligne du TGV-Est en raison de la recrudescence des vols de métaux.

Depuis début 2006, douze vols ont été enregistrés sur la future ligne TGV -qui doit arriver à Reims en juin 2007-, soit 6,45 tonnes de métal (cuivre, acier... ), selon la gendarmerie. Sur toute la Marne (hors Reims, Epernay et Châlons), 52 vols -soit 27,75 tonnes de métaux- ont été enregistrés depuis le début de l'année, contre 29 pour toute l'année 2005.

Environ quarante tonnes de cuivre ont été dérobées jeudi dans une entreprise de recyclage de métaux à Reims par un groupe d'une douzaine d'hommes qui a brièvement séquestré les employés, pour un butin de près de 200.000 €. L'envolée ces derniers mois du prix des métaux en fait des cibles de choix pour les malfaiteurs...

 

 -TERRORISME

"Marcel, j'ai l'impression qu'on a un muppet's qui essaye de nous chourraver des rails,  là-bas..."

ACTU : Le Jura ne financera pas le TGV

25 Avril 2006 , Rédigé par L'est Républicain Publié dans #ACTU

 FRANCE - C'est donc non ! Comme c'était prévisible, puisque c'était déjà l'avis exprimé par une majorité d'élus en commission, le conseil général du Jura a refusé, hier, de participer au financement de la première phase de travaux de la branche Est de la LGV Rhin-Rhône.

Le dossier, mis au vote nominatif par le président et sénateur (UMP) Gérard Bailly, a été rejeté par 24 voix contre 10. Seuls les socialistes se sont prononcés pour, à l'exception notable d'Alain Bigueur, du canton de Montbarrey, qui a rallié pour la circonstance les deux conseillers du PCF et la totalité de l'UMP, réunie autour de l'exécutif. Avec cette décision, ce sont désormais 13,3 millions d'euros qui vont manquer au « tour de table » du projet, déjà fragilisé par les incertitudes pesant sur la participation de l'Europe et par les « limites » posées par les collectivités belfortaines.

Avant de dire non, il a fallu « expliquer ». Gérard Bailly s'y est attelé en retraçant l'histoire, la préhistoire même, de cette liaison. On a ainsi revécu, l'espace d'une séance, les batailles d'antan qui opposèrent Pierre Chantelat, pour la Franche-Comté, à Jean-François Bazin, pour la Bourgogne. Ainsi que « l'occasion manquée », autrement dit la non-prise en compte du tracé Sud-Serre que réclamait naguère le Jura mais qui ne fut jamais intégré au cahier des charges. Sous la double influence de Jean-François Bazin et de Jean-Pierre Chevènement qui souhaitaient, eux, que le futur TGV relie au plus vite Paris en confortant au passage Dijon dans son rôle « d'étoile ferroviaire ».

Les arguments, depuis cette époque, n'ont guère évolué. En particulier du côté de Dole, « cité sacrifiée » par un tracé qui l'ignore, a rappelé Jean-Marie Sermier, député de cette circonscription. Seuls ceux qui ne se rappellent pas que le maire UDF devenu UMP, Gilbert Barbier, et son adversaire à la mairie, la Verte Dominique Voynet, s'étaient rejoints au sein d'une même association de défense de la desserte de la gare de Dole s'étonneront aujourd'hui d'entendre Jean-Marie Sermier reprendre le raisonnement de la ministre écologiste qu'il a battue. Alors que les Verts, membres de la majorité de Raymond Forni au conseil régional, ont tourné cette page antédiluvienne en 2004, au nom de leur accord politique avec le PS. 

Les promoteurs de la liaison, en contrepartie de « l'oubli » de Dole, ont toujours mis en avant la branche Sud du projet pour convaincre le Jura d'y souscrire. Sans y parvenir, car Gérard Bailly a jugé hier qu'il n'en savait pas plus en 2006 qu'à l'issue du débat public organisé en 2000 entre Besançon et Lyon. A gauche, l'ancien député André Vauchez a reconnu le caractère « hypothétique » de cette branche Sud et estimé « inadmissible » le sort réservé à Dole. Mais il a demandé à ses collègues d'accepter de financer la branche Est « au nom de la solidarité régionale » et pour s'assurer du « soutien » des autres collectivités franc-comtoises lorsqu'il s'agira de négocier le maintien des actuels TGV qui font étape dans la sous-préfecture jurassienne.

Le voyage accompli à Bruxelles, le 10 avril, en compagnie de Raymond Forni et Jean-François Humbert, n'a pas rasséréné le président Bailly en dépit des « garanties » apportées par le commissaire européen aux Transports, Jacques Barrot, sur la branche Sud. Incertitudes sur son calendrier, son tracé, ses gares, trop d'inconnues subsistent encore à ses yeux. Malgré la supplique que Denis Vuillermoz (PS) l'invitant « à porter un regard généreux » sur l'affaire, Gérard Bailly est resté inflexible d'autant, a souligné Ferdinand Janet, qu'avec sa quote-part de l'impôt régional, le Jura va apporter « contre son gré » 43 millions d'euros au financement de la LGV. En conséquence, s'il se déclare « favorable » à la branche Sud, le département n'acceptera pas « à n'importe quel prix » un « projet dévoyé » qui « a perdu son sens originel » pour se muer « en liaison Rhône-Seine ».

 

Le conseil général du jura a refusé hier soir, par 24 voix contre 10, de verser 13,3 millions d'euros au tour de table d'un projet qu'il qualifie de « dévoyé » - "Des clous, vous n'aurez pas un sou..."