Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

ACTU : Concurrence à petite vitesse dans le fret

29 Septembre 2006 , Rédigé par Le Figaro.fr Publié dans #ACTU

 FRANCE - C'est encore symbolique : Selon Réseau ferré de France (RFF), qui gère les infrastructures ferroviaires en France, les redevances que lui versent les nouveaux concurrents de la SNCF dans le transport de marchandises devrait s'élever en 2006 à 200 000 euros... Soit à peine 0,12 % du total des redevances perçues par RFF au titre du fret. En 2006, la SNCF paiera, elle, 160 millions. Ouverte sur les liaisons internationales depuis mars 2003 et sur des trajets à l'intérieur de l'Hexagone depuis mars 2006, la concurrence peine à démarrer. 

Six opérateurs ont obtenu leur certificat de sécurité et leur licence d'exploitation mais, constate RFF, deux seulement sont vraiment actifs : Veolia Cargo, filiale de Veolia, et Eurocargo Rail, filiale du britannique EWS. Cette concurrence joue surtout dans le nord de la France, là où se trouvent les principaux flux industriels lourds. Reste que les rivaux de la SNCF soulignent que la libéralisation est encore une idée neuve. Selon Michel Boyon, président de RFF, « il faut garantir une égalité de traitement entre les différents opérateurs. » 

Si la concurrence reste modeste, « la SNCF constate une agressivité commerciale de la part de ses premiers concurrents nettement supérieure à celle qui était prévisible », note l'entreprise nationale. D'autant qu'elle a toujours beaucoup de mal avec le transport de marchandises. L'ambitieux plan de redressement, lancé en 2003 et approuvé par la Commission européenne, prévoyait 800 millions d'euros d'aides sur trois ans. Ce plan approche de son terme mais le fret de la SNCF a du mal à sortir la tête de l'eau. Après une perte de 143 millions d'euros l'an dernier, la branche a enregistré une perte de 138 millions d'euros au premier semestre. Anne-Marie Idrac, présidente de la SNCF, a confirmé que l'objectif fixé pour 2006 dans le plan de redressement, soit une perte de 47 millions d'euros, ne serait pas atteint.

La SNCF cumule les déboires. D'une part, elle n'arrive pas à résoudre les problèmes d'organisation et à se heurte à des grèves à répétition. D'autre part, elle n'a pas encore touché les subventions promises pour 2004 et 2005. Par ailleurs, si les objectifs ne sont pas remplis, la dernière tranche de subvention ne sera pas versée. Or, ces fonds sont nécessaires pour que la SNCF puisse investir dans du nouveau matériel. Une mission a été confiée à Benedikt Weibel, président des Chemins de fer suisses et administrateur de la SNCF. Il doit rendre ses conclusions d'ici à la fin de l'année. Au-delà, l'État et la SNCF doivent entamer avec Bruxelles de nouvelles discussions sur le plan en cours et sur sa reconduction à l'horizon 2010.

 

En dehors de la SNCF, seuls deux nouveaux opérateurs pour l'instant sont vraiment actifs dans le transport de marchandises en France... Veolia Cargo et Eurocargo Rail, filiale du britannique EWS.

NEWS : Mouvement social à la SNCF - Décision le 5 octobre

28 Septembre 2006 , Rédigé par Eric Publié dans #FLASH INFO

FRANCE - Les huit organisations syndicales réunies le 21 septembre pour décider d’un éventuel mouvement social ont reporté leur décision au 5 octobre. Soit deux jours après leur table ronde avec la présidente de la SNCF, Anne-Marie Idrac, qui après des rencontres en bilatérales a accepté ce nouveau rendez-vous.

Ce même 5 octobre, au ministère des Transports, ils participeront également à une réunion consacrée aux conditions de travail des salariés des entreprises ferroviaires privées.

Selon le communiqué syndical, « lors de ces rencontres, les fédérations "exigeront" des réponses aux revendications des cheminots. Puis elles se rencontreront à nouveau pour échanger et décider des suites revendicatives à donner à l’issue de ces deux réunions. »

Doucement mai surement, ça se prépare en coulisses... verdict le 5 octobre prochain.

NEWS : Premiers tests sur la ligne TGV Anvers-Pays-Bas

28 Septembre 2006 , Rédigé par 7sur7.be Publié dans #FLASH INFO

  BELGIQUE / PAYS-BAS - Les premiers tests sur la ligne TGV entre Anvers et la frontière néerlandaise ont été menés mardi matin. Un train a roulé à 140 km/h sur cette portion.

"Au cours des prochains jours, la vitesse sera augmentée. La vitesse maximale est de 330 km/h", a précisé Frédéric Petit, porte-parole d'Infrabel, gestionnaire du réseau ferroviaire.

Ces tests, sur un tracé de 35,2 kilomètres le long de l'autoroute E19, se poursuivront jusqu'au 20 octobre. Les trains s'arrêtent après la frontière néerlandaise pour s'assurer que le passage s'effectue sans encombres. Infrabel espère pouvoir officiellement livrer la ligne aux opérateurs le 1er avril 2007.

 

A toute vitesse :  Les premiers tests sur la ligne TGV entre Anvers et la frontière néerlandaise ont été concluants. Objectif  à terme : les 330 Km/h...

NEWS : Le TGV a trente millions d'amis

28 Septembre 2006 , Rédigé par 20 Minutes Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Elle s'appelle Raymonde, et habite la Roche-sur-Yon (Vendée) : La SNCF a célébré hier le 30e millionième voyageur transporté par le TGV Nantes-Paris depuis 1996, date à laquelle la ligne a été connectée à l'aéroport de Roissy et à Lille (Nord).

 

« C'est un vrai succès, les TGV sont de plus en plus pleins », se félicite Jean-Christophe Archambault, directeur régional de la SNCF. A partir de décembre, le train le plus rapide de l'Ouest sera ainsi doté de rames à double étage « pour absorber l'augmentation du trafic ».

 

Le TGV a aussi eu un impact sur l'économie régionale. « Des entreprises comme La Poste ou Bouygues Telecom ont délocalisé leurs activités de la région parisienne pour venir ici, car elles se savaient à deux heures de Paris », souligne François de Rugy, adjoint (Verts) aux Transports.

 

« La progression du TGV a aussi rendu confidentielle la liaison aérienne Nantes-Paris. Une bonne chose, car l'avion est un mode de transport polluant », se réjouit l'élu écologiste.

  

Carton : Le TGV fête son 30 millionième passager transporté par le TGV Nantes-Paris depuis 1996. Un vrai succès selon Jean-Christophe Archambault, directeur régional de la SNCF

SCANDALE : La SNCF déboutée en appel de ses poursuites contre des magazines de "graff"

28 Septembre 2006 , Rédigé par Le Monde Publié dans #ACTU

 FRANCE - La cour d'appel de Paris a débouté mercredi la SNCF qui avait assigné des magazines du "mouvement graff" pour avoir reproduit des photographies de wagons tagués et l'a condamné à régler les frais de justice.

 

L'arrêt de la cour d'appel confirme le jugement de première instance qui avait déjà donné raison aux sociétés éditrices "Graff production", "System Press édition", "Publia", ainsi qu'à un fournisseur de bombes de peinture "Polymex international".

 

La SNCF avait poursuivi ces sociétés devant le tribunal de commerce de Paris en leur reprochant d'avoir publié des photos de trains "graffés" dans leurs magazines et dans un prospectus publicitaire. Elle leur réclamait 150.000 euros de dommages-intérêts chacun.

 

Dans son arrêt, la Cour souligne que ce sont les graffitis qui ont été reproduits à titre principal et non les wagons "supports d'oeuvres éphémères" et que la SNCF "ne rapporte pas la preuve du trouble anormal qui résulterait de la publication des clichés litigieux".

 

Pour la Cour, la SNCF n'a pas non plus démontré que "les revues qui ont publié les photographies incriminées contribuent de façon certaine à l'augmentation du nombre de tags sur ses trains". L'arrêt rappelle enfin que le mouvement graff "est reconnu à la fois comme un phénomène de société et comme un mode d'expression artistique".

 

L'avocat de "Graff production", Me Emmanuel Moyne, s'est félicité de cet arrêt qui, dit-il, constitue "une victoire décisive à la fois pour le graffiti et pour la liberté d'expression".

 

Quand la justice débloque... en déboutant la SNCF qui avait assigné des magazines du "mouvement graff" , le message aux déprédateurs de tout poil est on ne peut plus clair  : "Taguez mes gens, on ne vous dira rien : la liberté d'expression protège les vandales, même en cas de souillure d'un bien public". Tout simplement scandaleux.

CHIFFRES : Statistiques sur la ponctualité des trains belges

28 Septembre 2006 , Rédigé par RTL Infos Publié dans #CHIFFRES

 BELGIQUE - De janvier à mai 2006, près de 96 % des trains (95,8 % très exactement) étaient à l'heure ou accusaient un retard maximum de 5 minutes, soit une augmentation de 0,2 % en comparaison avec la même période en 2005.

Ce pourcentage ne tient pas compte des retards causés par les gros chantiers ou des cas de force majeure. Le nombre de trains supprimés est passé de 3.848 (0,73 % du total) à 2.797 (0,53 %). C'est ce qui ressort de la réponse du Secrétaire d'Etat en charge des Entreprises publiques Bruno Tuybens, à la question écrite de Guido Tastenhoye (Vlaams Belang). ..

 

La ponctualité s'améliore à la SNCB : 95,8% des trains étaient à l'heure entre janvier et mai 2006

NEWS : Le fret allemand débarque en France

28 Septembre 2006 , Rédigé par Eric Publié dans #FLASH INFO

   FRANCE / PAYS-BAS - Railion Nederland, la filiale néerlandaise de DB Logistics, a fait auprès des autorités françaises une demande de certificat de sécurité pour exploiter des trains de fret entre les Pays-Bas et la France.

La demande, si elle n’est pas inattendue, marque le début des grandes manœuvres. Veolia ou EWS sont loin d’être négligeables. Mais cette fois, c’est le géant du fret ferroviaire européen qui décide d’exploiter directement les trains en France.

Un concurrent de taille, au moment où Fret SNCF s’enfonce dans le rouge...

 

Railion Nederland va prochainement débarquer en France... Les syndicats n'ont pas fini de voir rouge.

EXPO : Un « train-forum » sur l'agriculture

27 Septembre 2006 , Rédigé par L'Est Républicain Publié dans #LOISIRS-FOIRES-EXPOS

 FRANCE - Un « train-forum » sur l'agriculture circulera dans 22 villes françaises, du 1er au 22 février 2007, a annoncé Philippe Vasseur, le président de la nouvelle Agence française d'information et de communication agricole et rurale (Aficar). Il va permettre, selon l'ancien ministre de l'Agriculture, de « démontrer à quel point l'environnement de l'agriculture est omniprésent tout au long d'une journée pour tous les Français ».

Dans le Grand Est, le train fera halte à Besançon (13), Dijon (14), Nancy (18), Strasbourg (19) et Reims (20).

ZOOM : Pourquoi la SNCF et Alstom lancent les essais de la très grande vitesse

26 Septembre 2006 , Rédigé par Eric Publié dans #REPORTAGE

  FRANCE - C’est la première grande annonce d’Anne-Marie Idrac : un programme d’essais de trois semaines des 360 km/h sur la LGV Med. Improvisée pour ne pas se laisser piquer la vedette par RFF avec la soudure du dernier rail de la LGV Est, mercredi 20 septembre, l’annonce a particulièrement bien fonctionné : les Français, ou tout au moins leurs médias, sont toujours aussi attirés par la performance technologique.

Avec les 50 000 billets TGV à cinq euros, l’événement 25 ans du TGV était donc idéalement lancé. Pourtant, la priorité stratégique du moment, à la SNCF, est plutôt axée sur les services : des TGV plus confortables, mieux éclairés, adaptés aux différentes populations qui l’empruntent (travailleurs itinérants, familles, PMR…). Au salon Innotrans de Berlin, c’était d’ailleurs aussi l’un des slogans phares d’Alstom, soucieux de franchir un cap dans ce domaine. Au moment où les régions, nouveaux financeurs de la grande vitesse en raison d’un Etat impécunieux, sollicitent plus d’attention pour la desserte de leurs territoires, l’accent mis sur la performance et les 360 km/h apparaissait même un peu surprenant.

En fait, aussi bien la SNCF qu’Alstom ont besoin de réaffirmer que la grande vitesse à la française, c’est d’abord eux. L’exploitant, parce qu’il veut peser sur les futurs choix d’infrastructures : les lignes TGV Est et Rhin-Rhône sont configurées à 320 km/h, et si leurs tracés n’excluent pas les 360 km/h, une exploitation en service commercial à cette vitesse ne se ferait qu’au prix d’une adaptation (coûteuse) du système caténaires, de la signalisation, etc. L’industriel, pour garder la main sur le TGV via l’innovation technologique. « C’est une très bonne nouvelle pour nous », s’est réjoui Philippe Mellier à Berlin. De fait, il ne s’attendait peut-être pas à une telle publicité, six mois après la mise au point du programme d’essais.

Point n’est besoin de faire de la haute stratégie pour relever qu’entre les deux entreprises il y a convergence d’intérêts sur cette question de la très grande vitesse. « Paris-Toulouse en 2h30 », pouvait-on lire dans les hypothèses du patron d’Alstom Transports à Berlin. C’est justement l’un des chevaux de bataille de la SNCF, aboutir très vite à une LGV vers la ville rose qui lui permettrait enfin de rivaliser avec l’avion.

Et RFF dans tout cela ? Le gestionnaire d’infrastructure, que l’on aurait pu croire renforcé par la réussite indéniable de son chantier du TGV Est, a perdu la bataille de la communication. A-t-il perdu celle de la planification et de l’intelligence du système ferroviaire français ? Les prochains mois seront décisifs. Mais avec Anne-Marie Idrac, la SNCF a vite trouvé une stratège redoutable.

 

"La grande vitesse ? c'est la SNCF qui mène le jeu !" - Anne-Marie Idrac marque son territoire et  coupe l'herbe sous le pied de RFF, grand perdant de la communication, malgré la prochaine mise en service de la LGV Est.

NEWS : Un voleur de câbles électriques en cuivre meurt électrocuté

26 Septembre 2006 , Rédigé par Associated Press Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Un habitant de Forbach (Moselle), âgé de 32 ans, est mort électrocuté dans la nuit de dimanche à lundi en voulant dérober des câbles électriques à Béning-lès-Saint-Avold (Moselle), selon la gendarmerie.

L'accident s'est déroulé sur l'emprise ferroviaire des Houillères du Bassin de Lorraine (Charbonnages de France), voies toujours en fonction en réalité pour maintenance après la fermeture du site. La victime pensait à priori que les lieux étaient désaffectés et que le courant était désactivé.

Son frère cadet a alerté les secours qui ont dû couper l'électricité dans le secteur. Des trains internationaux ont subi des retards. Electrocuté sur le coup par des dizaines de milliers de volts, l'homme était connu des services de police et de gendarmerie...