Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

INFO-TRAFIC : Perturbations sur le trafic TGV-Ouest

30 Mars 2009 , Rédigé par Associated Press Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Un incident d'alimentation électrique lundi matin en gare de Paris-Montparnasse provoquait des retards et quelques annulations sur les lignes TGV à destination et en provenance de la Bretagne et des destinations atlantiques, a annoncé la SNCF.

Cet incident n'a pas de conséquence sur la circulation des trains TER et Transilien au départ et à l'arrivée de la gare Montparnasse, précise la SNCF dans son communiqué. Les retards des TGV sont en moyenne de 30 minutes à une heure.

La SNCF a invité les voyageurs pour ces destinations à différer leur voyage. Les clients qui ne souhaitaient pas voyager pouvaient se faire rembourser leur billet directement en gare. Les raisons de cet incident, qui s'est produit vers 5 heures du matin lors de la sortie d'une rame TGV du dépôt de Châtillon (Hauts-de-Seine), ne sont pas pour l'instant connues, ajoute la SNCF.



En rade....Un incident électrique ce lundi matin en gare de Paris-Montparnasse a provoqué des retards et quelques annulations sur les lignes TGV à destination et en provenance de la Bretagne et des destinations atlantiques.
Quand ça veut pas...

LA VIDEO DE LA SEMAINE : Les trains de la DSB

29 Mars 2009 , Rédigé par Eric Publié dans #VIDEOS

 Ahhhhhhh le Danemark : ses éoliennes, sa gastronomie, ses jolies danoises... et son réseau ferré si particulier ! Passion-Trains vous propose une escape en Scandinavie cette semaine, et plus particulièrement dans ce pays d'Europe du Nord pour y découvrir quelques aspects de la DSB, le réseau national danois.

Certes, la vidéo sélectionnée cette semaine met en valeur des motrices particulièrement actives dans ce pays, je veux parler de la My 1100 et de la Mz 1400, mais offre aussi l'avantage de découvrir au passage d'autres matériels de la DSB... et qui sait ? peut être ce film vous donnera t'il l'envie d'en savoir plus et de vous déplacer sur place pour  en voir plus ?  Je parle des trains bien entendu.... pour les jolies danoises, cela coulait déjà de source.

Bonne vidéo et à la semaine prochaine   ;-)

Eric

ANNIVERSAIRE : EuroCargoRail fête ses 4 ans d'existence

29 Mars 2009 , Rédigé par Eric Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Née en février 2005 suite à l'ouverture de l'espace ferroviaire européen, Euro Cargo Rail est aujourd'hui reconnu comme un acteur majeur du secteur. 50% des transports ont été gagnés directement sur le trafic routier. « Il y a quatre ans, il a fallu tout construire, nous étions totalement inconnus sur le territoire et nous sommes partis de zéro. Notre société est maintenant reconnue et de nombreux clients nous font confiance. 830 personnes réparties sur le territoire français participent activement au développement d'Euro Cargo Rail. Nous sommes très diversifiés et couvrons beaucoup de secteurs et marchés régionaux. » indique Alain Thauvette, le directeur Général d'Euro Cargo Rail

Euro Cargo Rail possède son propre Centre de Formation agréé par l'EPSF (Etablissement Public de Sécurité Ferroviaire) et dispense toute l'année des formations initiales et continues aux personnels de conduite et personnels au sol. Pour cela, Euro Cargo Rail dispose de simulateurs de conduite que l'entreprise déplace et met à disposition sur les lieux de formation répartis sur la France. La durée de la formation d'un conducteur est de 37 semaines avec alternance de théorie et pratique. Le centre de formation est ouvert à toutes les entreprises ferroviaires.

Euro Cargo Rail a réalisé son premier trafic national fret en mai 2006 dans le nord de la France. Aujourd'hui, de nombreux clients dans des domaines très variés comme l'agro alimentaire, l'industrie, l'énergie, les matériaux de construction, la sidérurgie et les produits de grande consommation ont décidé d'utiliser les services d'Euro Cargo Rail. Choisi récemment comme partenaire de B-Cargo en France, la branche fret de la SNCB, Euro Cargo Rail démontre ses compétences de coopération transfrontalière.

Le siège principal d'Euro Cargo Rail se situe à Paris. Sept unités opérationnelles renforcées par des sites délocalisés répartis sur le territoire français permettent de répondre au plus près aux demandes de dessertes des clients et d'assurer le transit sur de grands parcours des trains internationaux. Euro Cargo Rail, par définition, privilégie la polyvalence. Ses conducteurs peuvent exercer également les métiers d'agent de desserte, reconnaisseur, agent formation et chef de la manoeuvre.

EuroCargoRail est une filliale de la Deutsche Bahn. Les relations entre la DB et la SNCF sont difficiles sur le FRET, la SNCF ayant accusé la DB de débauchage de ses salariés via un piratage informatique, et plus récemment, le directeur de VFLI, Emmanuel Delachambre, est passé sous le giron d'EuroCargoRail...



4 ans, une anniversaire qui se fête ! N'en déplaise aux opposants de la libéralisation du fret ferroviaire, la  filliale de la compagnie britannique EWS, rachetée depuis par la Deutsche Bahn, fête ses 4 ans d'existence. Après avoir chippé un bon nombre de contrats à la SNCF, elle a également été récemment choisie comme partenaire de B-Cargo en France, la branche fret de la SNCB, démontrant ainsi ses compétences de coopération transfrontalière. Bravo à cette jeune entreprise dynamique : ça s'arrose ! hip hip hip....

EMPLOIS : 10 000 emplois espérés sur six ans grace à la LGV Sud Europe Atlantique

29 Mars 2009 , Rédigé par sudouest.com Publié dans #ACTU

 FRANCE - Les Charentais sont déjà mobilisés pour la Ligne à grande vitesse. De nombreux élus et chefs d'entreprises étaient présents à L'Isle-d'Espagnac, ce vendredi 27 mars, dans la grande salle de l'Espace Carat, pour participer à un forum organisé à l'initiative de RFF (Réseau ferré de France) et de la préfecture autour des retombées sociales et économiques espérées par ce grand chantier qui, si tout va bien, démarrera en 2011 et sera livré en 2016.

Trois ateliers étaient organisés sur l'emploi, l'accueil des entreprises et des salariés sur le chantier. Différents acteurs ayant déjà une expérience de ce type d'aventure, notamment sur le projet de la LGV Rhin-Rhône (voir ci-dessous), animaient ces rencontres. Pour prolonger ce forum, le préfet de la Charente François Burdeyron a annoncé en clôture de la journée que le secrétariat du dossier de l'emploi serait assuré par la Direction départementale du travail, celui de l'accueil des entreprises par les chambres consulaires et des salariés par le Conseil général.

Un comité de pilotage sera mis en place pour coordonner le tout avec Yves Séguy, le secrétaire général de la préfecture et Bernard Rigaud, le directeur général des services du Conseil général. Un point sera fait avant l'été sur le dispositif mis en place. L'objectif étant d'anticiper l'arrivée du chantier pour en tirer le plus grand bénéfice.

Lorsque le financement de la ligne sera bouclé, ce qui n'est pas encore le cas, un groupement de concessionnaires sera désigné avant la fin de l'année par RFF. Dans le contrat qui sera signé entre Réseau ferré de France et ce groupement, il sera demandé à ce que les concessionnaires s'engagent à sous-traiter entre 35 et 50 % du chantier à des entreprises qui n'ont aucun lien avec eux.

Ce sera l'occasion pour les entreprises charentaises de se positionner. François Burdeyron, de son côté, espère la création de 10 000 emplois directs et indirects sur six ans. Sous la forme, certainement, de CDD, que ce soit directement sur le chantier ou par exemple dans les restaurants et garages automobiles. Il est attendu au maximum 5 000 ouvriers et cadres au plus fort du chantier. Une énorme machine. On sait déjà que les profils de 1 800 demandeurs d'emplois charentais correspondent à ce qui est attendu sur un chantier de ce gabarit. Il manque seulement des bûcherons.

Les prémices de cet énorme projet de LGV Sud Europe Atlantique seront cependant visibles rapidement. Les chantiers de fouilles archéologiques préventives débuteront dès cette année.


Au sujet du financement de cette ligne, estimé à 7 milliards d'euros, et sachant que l'État a réclamé la contribution des collectivités, le président du Conseil général Michel Boutant est venu rappeler « qu'il n'acceptera une participation de 30 millions d'euros que si l'État s'engageait à débloquer une enveloppe d'au moins 200 millions d'euros pour les routes charentaises. » Les négociations sont toujours en cours.



Une LGV qui fait naitre des espoirs en terme de retombées économiques : 10.000 emplois sont attendus pour la mise en oeuvre du projet qui devrait débuter en 2011. Une bonne nouvelle en cette période de crise...

CHANTIER : Les travaux du Gothard avancent dans les temps

29 Mars 2009 , Rédigé par swissinfo.ch Publié dans #FLASH INFO

 SUISSE - La société AlpTransit Gotthard AG a presenté vendredi à Lucerne un bilan des travaux réalisés en 2008. Actuellement, 127,3 km (84 %) des 153,3 km de montagne à percer(deux tubes de 57 km pour les trains et des galeries techniques) sont terminés.

La zone géologique difficile de Piora, dans le canton du Tessin, a été franchie avec succès. Malgré d'autres risques possibles, les travaux devraient être terminés à temps, soit en 2017.

Pour ce nouvel axe ferroviaire, 13,157 milliards de francs sont à disposition. Les responsables estiment que la facture finale sera inférieure à 12 milliards. Le montant économisé servira au financement des transports publics.



Plus de quatre cinquièmes des 153,3 kilomètres du tunnel ferroviaire de base du Gothard ont déjà été percés. Les travaux devraient être terminés dans les délais, soit en 2017, a indiqué vendredi le consortium responsable du projet...

INAUGURATION : Visite au technicentre TGV de Lyon en fin de rodage

29 Mars 2009 , Rédigé par leprogres.fr Publié dans #REPORTAGE

 FRANCE - Le 31 mars le technicentre TGV de Lyon-Gerland, implanté sur les vastes emprises SNCF du site historique de la Guillotière, sera officiellement inauguré en grandes pompes. C'est quelques jours plus tard, le 6 avril qu'il sera véritablement opérationnel mais, depuis plusieurs semaines, cet équipement impressionnant est en rodage. Nous l'avons visité alors que sa montée en puissance était engagée.

Destiné à faire face à l'accroissement du parc TGV et donc des besoins de maintenance, Lyon-Gerland est le premier technicentre des trains à grande vitesse à être implanté hors d'Ile-de-France. D'ici la fin de l'année, de manière progressive, ce sont trente rames circulant essentiellement entre Lyon et Paris qui seront prises en charge. En 2011, avec l'entrée en service du premier tronçon du TGV Rhin-Rhône, le technicentre lyonnais dit gérant, traitera le double de rames.

Directeur du technicentre de Lyon, Guy Chalochet explique que l'apport de ce technicentre et de la nouvelle organisation nationale de la maintenance qu'il permet ont pour but d'améliorer l'efficacité de celle-ci. Qui dit meilleure maintenance, dit possibilité d'utilisation plus grande des trains et donc économie d'acquisition de nouveau matériel. Un TGV doit subir une opération de maintenance de base obligatoirement tous les 5 000 km, soit tous les trois jours environ car un TGV roule en moyenne 1 700 km quotidiennement.

Guy Chalochet précise que Lyon-Gerland effectuera des opérations de maintenance courante, des dépannages ainsi que des échanges standards de pièces comme des moteurs électriques par exemple. Acheminées par leurs conducteurs jusqu'au centre, les rames sont ensuite prises en main sur place par les agents chargés des mouvements selon un plan de voie très précis. Elles y sont bien sûr lavées extérieurement, nettoyées à l'intérieur. Les toilettes sont vidées et les apports en eau assurés. La maintenance c'est bien sûr l'ensemble des opérations dites de confort des caisses mais aussi celles portant sur les équipements électriques, tels que les chaînes de traction, ou mécaniques. Ici, on change un boggie mais on usine aussi une roue sans l'enlever de la rame, ce qui offre un gain de temps précieux, grâce à un tour en fosse.

Des équipes formées dans les centres parisiens avec lesquels elles sont en lien grâce à une hotline travaillent également sur les pannes à l'origine plus difficilement identifiable, essentiellement d'origine électronique.La maintenance la plus légère est effectuée par des équipes dédiées opérant aux heures creuses d'utilisation des trains, de 9 heures à 16 heures et de 20 heures à 5 h 30.



Première installation de ce type implantée en dehors de l'Ile-de-France, le technicentre de Gerland qui assurera la maintenance de trente, puis soixante, rames TGV sera officiellement inauguré le 31 mars. Le centre a coûté la bagatelle de 247 millions d'euros dont 40% ont été supportés par le Grand Lyon. Une misère....

LGV : « On n'a pas les moyens pour le TGV Paris-Clermont-Lyon »

28 Mars 2009 , Rédigé par leprogres.fr Publié dans #ACTU

 FRANCE - René Souchon, président du conseil régional d'Auvergne, a fait le point sur le dossier de la LGV (Ligne à grande vitesse) Paris/Clermont-Ferrand / Lyon.  Il a également présenté, avec le maire de Clermont-Ferrand, Serge Godard, une étude de tracé réalisée par Clermont Métropole.

S'agissant des négociations avec l'État, le président de Région refuse fermement de payer sur une base 50/50 le futur TGV avec l'État.  « Les Régions n'en ont pas les moyens. Rendez-vous compte : l'ensemble des projets de lignes TGV programmés d'ici 2020, après le Grenelle, représente pour la France un total de 53 milliards d'euros. Or, l'État ne veut pas investir plus de 16 milliards. Sur une base de financement à parité avec l'État, une Région comme Rhône-Alpes devrait augmenter de 340 % sa fiscalité ! En Aquitaine, la hausse représenterait 184 euros par habitant… Nous proposons une basse de 66/33 % plus équilibrée. Je peux vous dire, qu'aujourd'hui, rien n'est acquis, tant pour le financement, le délai, que pour le tracé ».

Justement, l'agence d'urbanisme de Clermont Métropole vient de présenter son étude selon quatre tracés entre Paris et Lyon. Cette structure est co-financée à hauteur d'un tiers, par la Région, par l'État, et par les grandes villes et agglomérations auvergnates (dont la ville du Puy-en-Velay et sa communauté d'agglomération). L'étude préconise un tracé par Orléans, Bourges, Vichy, Roanne et Lyon. Les autres hypothèses passaient par Orléans/Bourges/Mâcon, ou Nevers/Mâcon, et plus à l'est, par Auxerre et Dijon.

Ce document sera envoyé prochainement au préfet de la région Auvergne, Dominique Schmitt, également préfet coordonnateur de la LGV Paris/Clermont-Ferrand. Pour les pré-études techniques de RFF (Réseau ferré de France) et de la SNCF, si l'accord est signé, chaque Région devra débourser 366 000 euros, avec une répartition du financement avec l'État selon une base 66/33 %.

René Souchon conditionne cet accord à un second point : qu'il soit fait référence dans le texte, à la liaison transversale Altro d'un TGV Lyon-Atlantique par Clermont-Ferrand, Limoges, Poitiers… Projet qui pourrait être concurrencé par un autre axe Lyon, Mâcon, Bourges, Tours.. Dans l'immédiat, le président de la Région Auvergne et le maire de Clermont-Ferrand, se disent « déterminés ». René Souchon envisage de relancer le dossier du TGV auprès de la population : « Les Auvergnats vont devoir se mobiliser à nouveau », a-t-il déclaré.




Fauché : Le président du conseil régional d'Auvergne, René Souchon, estime que l'effort demandé aux Régions est irréalisable et demande une autre base de calcul. "A pu de sousous dans la popoche.... nous y en avoir pas pouvoir payer pour la LGV..."

SOCIAL : Grève dans le fret à la SNCB le 10 avril

28 Mars 2009 , Rédigé par Lalibre.be Publié dans #FLASH INFO

 BELGIQUE - Les syndicats dénoncent des pressions mettant en danger la sécurité des opérations. Des préavis de grève de 24 heures du jeudi 9 avril à 22 h au vendredi 10 avril à 22 h ont donc été déposés dans la division "marchandises" de la SNCB (B-Cargo, IFB, etc.)

Les syndicats entendent ainsi dénoncer des entorses à la concertation sociale et des coupes sombres dans l’emploi. D’après eux, une réunion de négociation est prévue le 9 avril au cours de laquelle sera présenté un "plan industriel, clair et viable, pour l’activité fret du groupe SNCB". Mais les signaux ne les rassurent guère. Ils reprochent à la direction de vouloir profiter de la crise pour mettre en œuvre des projets qu’elle a dans ses tiroirs depuis des lustres.

"Nous assistons à une recrudescence de pressions exercées sur les travailleurs pour accroître la productivité au détriment de la sécurité, les contraindre à accepter des détachements dans d’autres services"
, dénonce le front commun syndical (CGSP-Cheminots, CSC-Transcom). Ils reprochent aussi à la direction de forcer les cheminots à prendre des congés à des jours qui ne leur conviennent pas.De plus, "des mesures de dégagement de personnel sont annoncées par la mise à la pension d’office et la mise en disponibilité par suppression d’emploi", indiquent Gérard Gelmini, président de la CGSP-Cheminots et son homologue de la CSC-Transcom, M.Van Laethem.

La grève du 10 avril ne devrait pas toucher le trafic passagers. Ils préviennent qu’il s’agit d’une action "d’avertissement avant une riposte plus violente si les intentions devaient rester inchangées". Ils signalent à la direction que les cheminots du fret n’accepteront aucune prestation supplémentaire pendant le week-end pascal.

 


Grève annoncée dans le fret à la SNCB le 10 avril prochain- au coeur des revendications : des pressions mettant en danger la sécurité des opérations. La grève ne devrait cependant pas toucher le trafic passagers... du moins, pour l'instant.

FERROVIAIRE : Bon bilan 2008 pour les voyageurs, en recul dans le fret

27 Mars 2009 , Rédigé par Lesechos.fr Publié dans #CHIFFRES

 EUROPE - L'Union internationale des chemins de fer (UIC) a communiqué jeudi les résultats provisoires du trafic ferroviaire mondial en 2008 (dont les données sont établies  sur la base des statistiques mensuelles collectées auprès de ses membres ) qui indiquent donc les tendances lourdes de l'évolution du transport de passagers et de fret par rail dans les différentes régions du monde.

 

Dans le transport de voyageurs, l'année 2008 s'est globalement avérée positive en Europe avec une croissance de +3 % par rapport à 2007 pour le nombre de voyageurs transportés et de près de 4 % en voyageurs-kilomètres (c'est-à-dire, le nombre de voyageurs multipliés par le nombre de kilomètres parcourus). Grâce à l'ouverture des services à grande vitesse entre Madrid et Barcelone, la Renfe (NDLR : chemins de fer espagnols) a vu ses résultats en voyageurs-kilomètres croître de 10%, et ce malgré un léger recul du nombre de voyageurs.

 

En Russie, le trafic voyageurs a augmenté de 1 %, compensant partiellement la baisse enregistrée en 2007. Les principaux réseaux ferroviaires d'Asie voient tous leurs résultats progresser. Le Japon a enregistré l'an passé, à l'image des années précédentes, une croissance modérée de son transport de passagers, de l'ordre de 2,4 % (en voyageurs-kilomètres) La Chine a vu son trafic (exprimé en voyageurs-kilomètres) croître de 7 %, en léger retrait par rapport aux années précédentes, et l'Inde de 11 % (contre 13 % en 2007).

 

Si en Europe, le trafic de voyageurs a résisté, ce n'est pas le cas du fret ferroviaire qui a connu " une dégradation constante tout au long de l'année 2008 ; dégradation amplifiée, à partir du mois d'octobre, par les premiers effets de la crise économique mondiale, qui affecte l'ensemble des modes de transport ", souligne l'UIC. L'année se termine pour le rail européen avec un recul de -5% (trafic exprimé en tonnes-kilomètres) par rapport à 2007, et toutes les régions sont touchées.

 

Aux Etats-Unis, le fret ferroviaire a été en croissance jusqu'à fin octobre 2008 mais les deux derniers mois de l'année ont neutralisé les progressions de la période antérieure. Au final, le transport de fret nord-américain termine l'année 2008 avec un recul de -1,7 %.

 

Les grands réseaux d'Asie ont enregistré en 2008 des résultats positifs en tonnes-kilomètres. Parallèlement la croissance du fret ferroviaire en Chine a diminué de moitié pour s'établir à 3,5%. En Inde, le trafic fret a augmenté quant à lui de 8,4 %, un taux de croissance très proche de celui observé en 2007 (9,4 %).

 

Enfin, l’année 2008 a été une année faste pour le transport de marchandises par rail en Russie, avec une croissance de 5%.

 


Les résultats provisoires de l'Union internationale des chemins de fer font état d'une progression sur tous les continents pour le transport de passagers. Sur fond de crise économique, aggravée en fin d'année, les trafics de fret ont chuté… Dingue, on avait pas remarqué !   merci à l’UIC de nous l’avoir signalé.

ELECTIONS PROFESSIONNELLES : forte poussée de Sud Rail et Unsa

27 Mars 2009 , Rédigé par Latribune.fr Publié dans #ACTU

 FRANCE - La CGT reste le premier syndicat de la SNCF, mais l'Unsa se hisse en seconde position devant Sud Rail, qui recule au troisième rang mais gagne près de trois points à l'issue des élections professionnelles. Le vote des 158.000 cheminots s'est révélé préjudiciable pour les "petits" syndicats, FO et CGC-CFE d'un côté, CFTC de l'autre, qui ne passent pas la barre des 10%, selon les résultats diffusés par la direction. La CGT a quasiment maintenu sa position très majoritaire lors des élections professionnelles à la SNCF avec 39,3% des voix, les deux autres principaux syndicats, Sud Rail et l'Unsa, enregistrant une poussée avec respectivement 17,67% et 18,05%, selon un communiqué publié ce vendredi matin par la SNCF. En 2006, la CGT avait  obtenu 40,13% des voix; Sud Rail 14,97%; Unsa 14,4% et la CFDT 11,59%.
 

La CFDT, alliée à la Fgaac (conducteurs autonomes), obtient un décevant 11,59%, alors que sur la base des dernières élections en 2006, l'addition de leurs voix (11,58% et 3%) leur avaient fait espérer un meilleur score. Les listes FO-CFE-CGC obtiennent 7,98% des voix aux élections des représentants du personnel dans les comités d'établissement et la CFTC 5,4%. En vertu de la nouvelle loi sur la représentativité syndicale, ces trois syndicats - FO, CFE-CGC et CFTC - ne sont plus considérés comme représentatifs à la SNCF. La loi du 20 août 2008 stipule que seuls les syndicats ayant obtenu dans l'entreprise 10% aux élections des représentants du personnel dans les comités d'établissement sont considérés comme représentatifs dans l'entreprise et peuvent donc signer des accords (salaires, formation, etc.).


Le taux de participation a été de 73,4%, en retrait par rapport aux précédents scrutins qui affichaient des scores entre 77 et 80%. Compte tenu de la nouvelle loi, la signature d'accords devient plus complexe à la SNCF.Auparavant, la signature d'un seul syndicat suffisait, alors qu'il faudra désormais celle d'un ou plusieurs syndicats totalisant 30% des voix. Un objectif atteint par le "pôle réformiste", la CFDT-Fgaac et l'Unsa totalisant 30% des voix. L'entreprise, dont les réformes visant à s'adapter à la concurrence sont contestées par la plupart des organisations, s'inquiète de possibles surenchères dans le contexte actuel de rivalité entre la CGT et Sud Rail, qui tout en étant devancé par l'Unsa progresse à nouveau en pourcentage de voix.

 


La CGT a quasiment maintenu sa position très majoritaire à 39,3% des voix, les deux autres principaux syndicats, Sud Rail et l'Unsa, enregistrant une poussée avec respectivement 17,67% et 18,05%. Fair- play, Christian Mahieux de Sud Rail a pris acte du résultat des urnes: "Bon ok, j'arrive en 3e position, mais coté grèves, comptez sur moi pour foutre autant le bordel que les 2 premiers réunis..."