Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

FOCUS : Le TGV IRIS 320, un laboratoire à grande vitesse !

31 Juillet 2009 , Rédigé par Eric Publié dans #FOCUS

 Je vous propose de découvrir un focus spécial sur un TGV pas comme les autres... il ne transporte ni voyageurs ni marchandises (comme le TGV postal), mais tout simplement un laboratoire avec ses ingénieurs !

Ce TGV aux couleurs originales (violet, orange et gris), recouvert de chronomètres pelliculés, et que j'ai eu le privilège de découvrir en exclusivité de l'intérieur, ne passe pas inaperçu. Véritable rame de mesures ambulante, elle a pour rôle d’ausculter les Lignes à Grande Vitesse (LGV) et les lignes classiques importantes, de surveiller et mesurer à grande vitesse l’infrastructure ferroviaire.

Son nom ? la rame IRIS 320 de la SNCF... et je vous propose aujourd'hui de la découvrir à travers un photos- reportage fait avec les étudiants en génie ferroviaire de l'ICAM de Lille, et diverses vidéos.
 
 


Aaaaah ouais.... le décors est planté ! voilà une journée découverte qui s'annonce plutôt bien !


I.- Un Laboratoire à grande vitesse... Super ! Mais pour quoi faire ?

Pour bien comprendre la problèmatique, retournons quelques années en arrière... Le besoin de construire un véhicule de mesures permettant de tester les lignes à grande vitesse remonte en effet au milieu des années 1980 ; les mesures étaient auparavant effectuées par une rame TGV du parc commercial réaménagée en laboratoire d'essai le temps de la campagne de mesure. Cette transformation occasionnelle devenait très lourde à gérer.... et pas franchement économique pour la SNCF.

Pour pallier à cette situation, la SNCF créé alors en 1988 la voiture de mesure "Mélusine", qui était construite sur la base de deux demi-chaudrons de remorques d'extrémité, ce qui en faisait une voiture « ordinaire » et qui pouvait être incorporée lors des campagnes d'essais dans la plupart des rames TGV. En effet, cette voiture de mesure était « transparente » pour la rame car elle s'auto-alimentait en énergie par un groupe électrogène. C'est ainsi qu'elle pouvait prendre place dans un TGV Sud Est, Postal, Atlantique, Réseau, PBKA, POS, Duplex, L'Eurostar TMST constituant la seule exception, en raison des spécificités britanniques des rames
.



Melusine, "l'ancêtre" du TGV de mesure sur les LGV...


Du fait de sa conception, Il arrivait même que certaines campagnes d'essais se déroulent durant des circulations commerciales avec des rames en unité simple (afin de ne pas dépasser la longueur des quais). Son espace intérieur comprenais une salle de mesure, un coin repos et une vigie... Cette dernière permettait l'observation en temps réel du pantographe arrière qui etait utilisé en temps normal sur une rame TGV.

Seulement voila : Le succès des liaisons ferroviaires à grande vitesse induit une perpétuelle vigilance. Sur le réseau Sud-Est, par exemple, le trafic a doublé en quelques années. L’entretien de ces voies est un véritable casse-tête, car il s’agit de prévenir, réparer et surveiller les lignes en un temps record, tout en maintenant la circulation. En 2007, après une année de tests divers, la voiture mélusine est donc remplacée par un nouvel outil, la rame de mesure à grande vitesse (MGV) dénommée Iris 320. Examinons ensemble la bête... sous toutes ses coutures :



Un nez racé....




Un pelliculage unique...




Une identité bien affirmée...



... Ah pas de doute, c'est bien l'Iris 320 !



l'arrière du train, juste avant le départ...




Sur toute sa longueur...




Ah ! le compartiment VIP : notre voiture privée ! on y reviendra plus tard...


 
L'une des deux vigies, d'où la vu est excellente pendant le transit....



... et l'une d'elles, vu d'encore plus près avant le départ !



L'avant de la rame...




C'est bon, on a fait le tour !



Alors parés au départ : mets la gomme Marcel...... tu as du libératoire ! c'est parti...

 



II.- IRIS 320.... un nom prédestiné !

Le TGV IRIS 320
est une rame TGV modifiée de la SNCF qui permet de surveiller et de mesurer les lignes classiques, et surtout les lignes à grande vitesse. La rame peut faire ses mesures, à la vitesse d'exploitation de la ligne, et jusqu'à 320km/h sur les dernières LGV, d'où son nom.

Il faut dire que les voies à grande vitesse sont mises à rudes épreuves avec un trafic qui ne cesse d’augmenter. Sur la LGV Paris / Lyon par exemple, un TGV circule actuellement... toutes les trois minutes en heure de pointe ! C’est pour cela que la SNCF a créé en 2006, un train avec un laboratoire embarqué, pouvant s'insérer dans le trafic et circuler à la même vitesse que les TGV, pour ne pas gêner la circulation des autres trains.

A son bord, c'est un véritable concentré de technologie : 150 capteurs (sur le toit, les roues, les essieux), 20 caméras travaillant jusqu’à 400 images/seconde, 20 antennes et 20km de fibre optique permettent de visualiser les courbes et les oscillations de la rame en temps réel. Transmises aux spécialistes de la maintenance en direct, via les serveurs informatiques, ces données sont analysées, afin de déclencher si nécessaire des opérations de maintenance préventive ou de réparation. Deux vigies sur le toit (de véritables "bulles" transparentes) permettent par ailleurs aux experts d’avoir une vue imprenable sur les caténaires et les conditions de captage du courant électrique par le train.

Les performances uniques au monde d’Iris 320 permettent ainsi de détecter le moindre défaut à 5m près, qu’il soit lié aux caténaires, rails, instruments de signalisation ou de télécommunication. Toutes ces mesures sont analysées à bord en temps réel, grâce à un système informatique. Les défauts urgents sont transmis aux équipes sur le terrain, pour une réparation immédiate. Quand aux autres défauts, leur remise en état sera planifiée lors de travaux ultérieurs.

Véritable œil infaillible, IRIS 320 n'ursupe donc pas son nom ! Après avoir planché un an sur les Lignes à Grande Vitesse, Cette rame unique dans le monde scrute désormais toutes les voies du réseau français, captant dans son faisceau la moindre défaillance.



... Et précisément, les capteurs sur l'IRIS 320, c'est pas ce qui manque ! il y en a sur les roues...



Dans les vigies...




et dans toutes les voitures de mesure ! ici pour le contrôle des voies...




ça turbine sévère...




...même les étudiants de l'ICAM en perdent leur latin !




Et à la mesure caténaire, me direz vous ? Et bien ce n'est pas mieux ! la preuve en images :



la moindre variation électrique y est traquée....




 enregistrée...analysée...

... et filmée ! des caméras surveillent jusqu'au comportement des pantagraphes. Vidéo :






Tout est décidément sous contrôle... et à 301 km/h, siouplait ! même l'indicateur de vitesse en est ému... il en bafouille !



Mais direction l'une des vigies pour profiter du paysage...




... la vue y est imprenable !



Superbe, non ?




Mais en vidéo, même sir le clip est court, ça rend encore mieux : A vous de juger !




III.- Des contrôles à un rythme effréné.... et une certaine idée du confort ferroviaire !

200 000km de voies sont auscultées chaque année, l’Iris 320 inspecte une fois tous les 15 jours les LGV et quatre fois par an les lignes classiques importantes. Chaque semaine, les deux conducteurs et les sept techniciens et ingénieurs travaillent et vivent à bord pendant les cinq jours de la tournée.

A l’avant du train sont regroupés les systèmes de contrôle, une salle de réunion dotée d’un écran de 50 pouces pour la transmission des informations techniques, un espace d’accueil de quinze fauteuils TGV avec six écrans plasmas.

La partie arrière de l’Iris 320 est aménagée en « hôtel à grande vitesse », pour une plus grande autonomie. A son bord, des équipements atypiques pour un TGV : les lieux de vie sont constitués de dix cabines individuelles avec couchage, deux cabines de douche, une cuisine équipée et une salle à manger.

L’Iris 320 est prioritaire sur les trains commerciaux (TGV, Corail, TER...), son rôle est primordial car sa vocation est avant tout préventive. C’est lui qui permet d’intervenir avant que des dysfonctionnements ne se produisent. Par conséquent, il limite les risques de retards des trains, améliore la ponctualité, la sécurité et le confort des voyageurs.

Après la visite technique, place à la partie aménagée.... comme indiqué plus haut, c'est une certaine idée du confort... ferroviaire !

  

 


Ici, l'espace VIP (oui oui Laurent.... Tu peux t'asseoir... c'est permis!)



L'espace cuisine tout équipée / Salle à manger, avec four Micro-ondes, réfrigérateur...




... Et son
espace tri sélectif ! qui a dit que le train ne respectait pas l'environnement ?



L'espace couchettes.... (chuuuuuuuuuuut.... ça pionce !)




Bref, une visite de 3 heures qui nous a tous laissé sur le cul ! deux des étudiants de l'ICAM n'en sont toujours pas revenus....

 


Alors un grand MERCI à la SNCF pour cette journée découverte exceptionnelle, à nos accompagnateurs qui nous ont vraiment fait préféré le train et aux 55.000 agents de « l’Infra » (pour Infrastructure) qui sont chargés de vérifier en permanence l’état du réseau et qui font un boulot formidable !


IV.- Et dans le domaine du modèle réduit, ça donne quoi ?

Hélas, trois fois hélas :  il n'existe pas, à ce jour, de rame IRIS 320 au 1/87e. Ni Jouef, Lima ou encore Mehano, les fabricants historiques qu se sont un jour lancé dans l'aventure TGV n'ont encore à ce jour relevé le gant pour proposer un modèle qui ferait fureur dans les collectins des plus passionnés. Dommage !  les accros des trains de mesure à grande vitesse n'auront donc pas d'autre choix que de réaliser eux même leur rame IRIS 320 en rivalisant de patience et d'ingéniosité, notamment pour réaliser le pelliculage adéquat...

Pour ce faire, une méthode, glanée sur le Net... et qui pourra être d'un grand secours aux modélistes tentés par la transformation d'une rame standard en rame de mesure. Tous les détails pour la transformation 
en cliquant ici

                                                                                                  * * *

Voilà qui clôture ce sujet consacré à un train unique au monde, et que la SNCF aimerait bien exporter à l'étranger. Gageons qu'elle y arrivera ... et d'ici là, allez ! une dernière vidéo pour la route... il n'y a pas de mal à se faire du bien !

Eric

 

CESSION : "Discussions exclusives" avec la SNCF et Eurotunnel pour la vente de Veolia Cargo

31 Juillet 2009 , Rédigé par Lesechos.fr Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Le groupe Veolia Environnement est entré en "discussions exclusives", avec les sociétés Transport et Logistique Partenaires (groupe SNCF) et Europorte 2 (groupe Eurotunnel) pour la reprise "éventuelle" de sa filiale Veolia Cargo, a annoncé le groupe vendredi dans un communiqué.

Les deux groupes, qui s'étaient déclaré le 24 juillet candidats à la reprise conjointe de Veolia Cargo, spécialisée dans le fret ferroviaire, ont déposé une "offre ferme", a indiqué Veolia Environnement. Dans le cadre de cette offre, Europorte 2 rachèterait les activités de Veolia Cargo en France et Transport et Logistique Partenaires les activités du groupe en Allemagne, au Benelux et en Italie, est-il expliqué.

La compagnie ferroviaire publique italienne Trenitalia avait elle aussi manifesté son intérêt pour un rachat de Veolia Cargo. Veolia Environnement, qui avait déclaré en mai étudier la vente de Veolia Cargo dans le cadre d'un plan de cession d'au moins un milliard d'euros d'actifs cette année et 3 milliards sur la période 2009-2011, a souligné qu'il allait "examiner cette offre avec attention".

"Si elle était retenue et après consultation des instances représentatives du personnel et approbation des autorités réglementaires compétentes, cette cession pourrait être réalisée avant la fin de l'année 2009", selon le communiqué. Cette vente entraînerait une réduction de la dette de Veolia Environnement de 95 millions d'euros, a fait valoir le groupe.

Veolia Cargo emploie 1.260 personnes en Europe et a réalisé en 2008 un chiffre d'affaires de 188 millions d'euros.




ça se précise encore un peu plus chaque jour : Le groupe Veolia Environnement est entré en "discussions exclusives", avec les sociétés SNCF et Eurotunnel pour la reprise "éventuelle" de sa filiale Veolia Cargo. Arf.... on attend désormais la signature du contrat de vente...

FERROUTAGE : Mise en place d'une autoroute ferroviaire entre le sud de l'Aquitaine et le Nord-Pas-de-Calais

31 Juillet 2009 , Rédigé par newspress.fr Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine, et les élus régionaux réunis en séance plénière le 9 juillet dernier ont voté pour l'adoption du protocole d'accord interrégional visant à mettre en place un service d'autoroute ferroviaire Atlantique éco-fret (AE AEF) entre le sud de l'Aquitaine et le Nord-Pas-de-Calais. Comuniqué :

Afin de proposer une alternative efficace et économique au « mur de camions » qui caractérise l'axe Nord - Sud-Ouest (avec 9 000 poids lourds par jour au péage de Biriatou), la Région Aquitaine souhaite renforcer un corridor atlantique de fret qui s'appuiera sur un projet ferroviaire, et instaurer dès 2011 un nouveau service pour les chargeurs utilisant actuellement la route. L'itinéraire mis en place dans un premier temps sera Nord-Pas-de-Calais - Ile de France - Bayonne et sera prolongé vers Vitoria à la mise en service de la ligne nouvelle « Y basque ».

Les infrastructures existantes doivent être aménagées pour laisser passer les wagons spécifiques à l'autoroute ferroviaire, et des moyens financiers importants ont été inscrits pour cela aux 5 CPER 2007-2013 de Poitou-Charentes, du Centre, de l'Ile-de-France, du Nord-Pas-de-Calais et de l'Aquitaine :

65 millions d'euros pour l'Aquitaine, dont 22,5 millions pour la Région, 25 millions pour l'Etat et 10 millions pour l'Europe,
56,5 millions d'euros pour le Poitou-Charentes,
7 millions d'euros pour le Centre,
32 millions d'euros pour l'Ile-de-France,
15 millions d'euros pour le Nord-Pas-de-Calais.

Le service mis en place en 2011 doit permettre de capter 320 poids lourds par jour, soit 1,5 million de tonnes de fret par an. Avec la LGV Bordeaux-Hendaye et l'Y basque, à l'horizon 2020, l'autoroute ferroviaire permettra de réaliser 30 allers-retours pour 2 000 poids lourds par jour, captant près de 10 millions de tonnes de fret par an.


Affaire à suivre...

VACANCES : Gilets rouges pour un week-end noir dans les gares

31 Juillet 2009 , Rédigé par francesoir.fr Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Les autoroutes ne seront pas les seules voies surchargées ce week-end, marqué par une nouvelle grande vague de départs en vacances. La SNCF attend un million et demi de voyageurs sur ses lignes et dans les gares à partir d’aujourd’hui, et jusqu’à dimanche, a indiqué jeudi la compagnie ferroviaire.

Pour ce chassé-croisé, tout le matériel TGV est mobilisé, soit 440 rames, ainsi que l’ensemble des personnels des gares, des trains, des centres régionaux des opérations et des services de maintenance. 3.300 trains ouverts à la réservation, TGV et Corail, seront en circulation pour l’occasion. Pour permettre à ses clients d’arriver plus facilement et plus rapidement jusqu’au train, la SNCF va également déployer les traditionnels « gilets rouges » dans plus de 60 gares.

Plusieurs centaines d’agents auront ainsi pour mission d’orienter les clients dans les gares, de les renseigner, de les aider à composter leurs billets et de trouver le quai de leur train, ainsi que les différents services qui sont proposés.



Un million et demi de voyageurs sont attendus dans les trains. La SNCF mobilise personnel et matériel pour faire face à l’afflux de voyageurs. J'en connais qui ne vont pas chômer...

BUDGET : Le financement de la LGV Bretagne-Pays-de-la-Loire est fixé

30 Juillet 2009 , Rédigé par letelegramme.com Publié dans #ACTU

  FRANCE - C'est fait : Vingt ans après la mise en service du TGV entre Paris et Le Mans, le financement de la ligne à grande vitesse Bretagne-Pays-de-la-Loire a été définitivement bouclé hier. Le ministre de l'Écologie Jean-Louis Borloo et le secrétaire d'État aux Transports Dominique Bussereau ont signé hier avec les représentants des collectivités locales le protocole de financement. La LGV Bretagne-Pays-de-la-Loire, c'est une ligne nouvelle de 182 kilomètres entre Le Mans et Rennes à laquelle s'ajoutent 32 kilomètres pour le barreau qui desservira Sablé-sur-Sarthe.

En roulant de 300 à 320km/h entre Le Mans et Rennes, le TGV mettra 37 minutes de moins sur le trajet entre Paris et la capitale bretonne. Soit 1h26. Seules 41 minutes sépareront Le Mans et Rennes. Les Nantais seront à 1h52 de Paris. Le montant des travaux est estimé à 3,4milliards d'euros. L'Etat apportera un milliard et Réseau ferré de France 1,4 milliard. Reste près d'un milliard à la charge des collectivités locales dont 896 millions pour la Région Bretagne, les quatre départements bretons et les communautés d'agglomération de Rennes et Saint-Malo. La Région Pays-de-la-Loire mettra 94 millions d'euros sur la table. Les appels d'offres seront lancés dès aujourd'hui pour aboutir à la signature du partenariat public-privé à la fin 2010. Les travaux pourraient dans ce cas démarrer en 2011 pour une mise en service en 2014 ou 2015.

Saint-Brieuc, Vannes, Lorient, Brest et Quimper profiteront bien sûr de ce gain de 37 minutes. Objectif du Conseil régional: que les deux villes finistériennes soient à 3h08 de Paris lorsque la LGV sera en service. Il faudra pour cela que la modernisation des lignes Rennes-Brest et Rennes-Quimper soit achevée. 310 millions d'euros sont engagés dans le cadre du contrat de plan 2005-2013 pour supprimer près d'une quarantaine de passages à niveau. Pour l'axe sud, ces travaux sont en cours sur Malansac-Questembert et sur Auray-Hennebont. Sur l'axe nord, il s'agit des sections Yffiniac-Plénée-Jugon et Quédillac-Rennes. A l'automne sera engagé le chantier Plouaret-Pleyber-Christ. Pour atteindre les 3h08, ces lourds travaux ne suffiront pas.

Après l'abandon de la technologie des trains pendulaires, le Conseil régional planche donc désormais sur la mise en service de rames Duplex aptes à circuler à 320km/h entre Paris et Rennes. Soit un gain de trois minutes. Il estime qu'il faudra également réaliser des travaux complémentaires sur les lignes Rennes-Brest et Rennes-Quimper «de manière à optimiser les vitesses sur des sections plus longues». Le calage technique et financierde cette nouvelle phase de travaux devrait être connu d'ici la fin de l'été.



Dans cinq à six ans, Rennes sera à 1h26 de Paris en train. Le protocole de financement de la ligne à grande vitesse Ouest a été signé hier. Les travaux entre Le Mans et Rennes devraient débuter en 2011. Montant de l'ardoise : 3,4 milliards... pour 37 minutes. Mazette ! la minute facturée sur mon portable n'est pas si cher que ça, finalement...

GRAND PARIS : la SNCF propose l’option TGV

30 Juillet 2009 , Rédigé par Europe1.fr Publié dans #REAGISSEZ !

 FRANCE - La Défense-Roissy en 20 minutes, à bord d’un TGV roulant à une vitesse de l’ordre de 100 à 120 km/h : dans le débat public sur le futur réseau de transports du Grand Paris, la SNCF aimerait que le TGV se taille une place de choix.

Concrètement, il s'agirait de créer un tronçon entre Versailles et Le Bourget, passant par La Défense et la future gare de Pleyel au nord de Paris, sur lequel pourraient circuler des TGV et le reste du temps des navettes automatiques urbaines rapides. Les futurs TGV venant du Havre pourraient rejoindre Roissy en 1h35 et les places financières de La Défense et de La City, à Londres, ne seraient plus éloignées que de deux heures.

L’option du métro, imaginée par le secrétaire d'Etat Christian Blanc, ferait le reste de la "double boucle" prévue autour de Paris qui doit relier notamment les futurs pôles économiques.

Côté gros sous, le projet ferroviaire entraînerait un surcoût (30% plus cher), mais limité à 300 millions d'euros pour la partie La Défense-Le Bourget, selon les projections de la SNCF, qui doit peaufiner d’ici à l'automne la faisabilité technique de son projet.

Cette hypothèse repose sur une hypothèse de départ : voir l’option d’un vaste métro périphérique, soutenue par le secrétaire d'Etat Christian Blanc, retenue. Celui-ci ferait alors le reste de la "double boucle" prévue autour de Paris qui doit relier notamment les futurs pôles économiques
.
Tranchée de Charenton.<br>Dépôt TGV.<br>vu de: Pont Liberté.

La SNCF aimerait voir quelques lignes à grande vitesse supplémentaires construites autour de Paris. Et vous ? pour ou contre le projet ? réagissez en commentant cet aticle !

INFO-TRAFIC : Perturbations sur l'axe nord-sud en Suisse

30 Juillet 2009 , Rédigé par tsr.ch Publié dans #FLASH INFO

 SUISSE - L'axe ferroviaire du Simplon a été coupé en deux endroits mercredi matin. Le tunnel du Lötschberg a dû être fermé de 10h00 à 12h30 en raison d'un problème à un appareil d'enclenchement. Quant à celui du Simplon, il a été temporairement obstrué par un train endommagé.

Le tunnel de base du Lötschberg, entre Frutigen (BE) et Brigue (VS), a été fermé au trafic vers 10h30, ont indiqué les CFF. Des trains ont dû être supprimés et d'autres détournés par l'ancien tunnel, ce qui a engendré des retards de vingt minutes environ. Tout est rentré dans l'ordre vers 12h30, avec des retards résiduels toutefois.

Au tunnel du Simplon, c'est un train de transport des voitures entre Brigue et Iselle (I) qui est resté bloqué. La locomotive a été endommagée par du matériel tombé d'un train de marchandises. Cet incident a provoqué des retards atteignant quinze minutes.

Le train a dû être remorqué jusqu'à Brigue. La dizaine de voitures qui s'y trouvaient ont été transférées sur un autre convoi, a indiqué le porte-parole des CFF Jean-Louis Scherz. Le transport des voitures vers l'Italie a été interrompu jusqu'en milieu d'après-midi.


 

Sale journée hier sur la ligne du Lötschberg : le trafic a été  interrompu en deux endroits. Disons simplement que c'était pas la meilleure journée pour voyager sur l'axe ferroviaire du Simplon...

STRATEGIE : La SNCF annoncera ses décisions sur le fret le 23 septembre

30 Juillet 2009 , Rédigé par AFP Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - "Le 23 septembre doit avoir lieu un conseil d'administration où la question du fret sera à l'ordre du jour, et où la direction annoncera ses décisions", a indiqué à l'AFP Alain Prouvenq, qui siège à la commission économique du CCE qui s'est réunie mardi. "La direction a présenté à la commission économique du CCE mardi ce qu'elle qualifie de "pistes" pour réformer le fret qui conduisent à abandonner 60% de l'activité "wagons isolés" et à filialiser ce qui resterait, ce qui pèse sur plus de 4.000 emplois", a-t-il dit.

L'activité "wagon isolé" de la SNCF permet aux entreprises de confier des marchandises à transporter par wagon, et non par train entier. Cette activité sur mesure pour des quantités limitées nécessite un réseau important de triage qui emploie quelque 8.000 cheminots, et n'est pas concurrencée par le privé.

La direction de la SNCF avait indiqué fin juin que le fret allait perdre 600 millions d'euros cette année, dont plus de 350 millions dans la messagerie ferroviaire en indiquant que des "mesures" de réforme allaient être prises en septembre. De leur côté, les syndicats prévoient une "action nationale" en septembre également, mais la date n'est pas déterminée, a-t-on indiqué de source syndicale.Le CA du 23 septembre sera préparé la semaine précédente par un "comité transport et logistique" du conseil d'administration le 18 septembre. Auparavant, les syndicats auront présenté d'éventuelles contre-propositions lors d'une nouvelle séance de la commission économique du CCE le 25 août, a indiqué la même source.

Sur la réforme du fret, "nous avons aussi un vrai problème vis-à-vis des enjeux de développement durable", a ajouté M. Prouvenq, car l'arrêt d'une part importante de l'activité représentera beaucoup de camions en plus sur la route. Un train de 20 wagons représente 45 à 50 camions de 38 tonnes à lui tout seul, selon lui. "S'ils mettent tout (les marchandises autrefois transportées en train, NDR) dans des camions, ça va être l'enfer", a ajouté M. Prouvenq.

Le trafic fret de la SNCF à fin mai 2009 s'élevait à 6,936 millions de tonnes au kilomètre. Aucun détail entre l'activité train entier et l'activité wagon isolé n'est divulgué, mais ces chiffres illustrent l'emprise de la crise économique puisque sur les cinq premiers mois de 2008, le trafic fret s'élevait à 10,437 millions de tonnes kilomètre.



La SNCF devrait annoncer le 23 septembre en conseil d'administration ses décisions sur la réforme du fret et la reconfiguration de la branche fret, qui prévoit notamment une forte réduction de l'activité "wagon isolé". Reste à voir comment réagiront les syndicats, Sud-Rail en tête...

INSOLITE : Suicidaire, elle se jette sous un train... puis rentre se coucher

29 Juillet 2009 , Rédigé par Dhnet.be Publié dans #INSOLITE

 FRANCE - On connait désormais le fin mot dans cette étrange histoire de collision qui avait laissé hier des traces de sang sur une locomotive, mais suite à laquelle on n'vavait pas retrouvé de corps sur le bas coté... Rappelez vous : les faits s'étaient produits mardi vers 5H20, en gare de Herrlisheim (Haut-Rhin), lorsqu'une désespérée, qui se trouvait au bout du quai, avait tenté de se jeter sur la voie au passage d'un TER qui circulait dans le sens Mulhouse-Strasbourg.

Le conducteur du train, qui roulait à environ 150 km/h et ne devait pas marquer d'arrêt à Herrlisheim, donna alors l'alerte. Un important dispositif de recherches, mobilisant pompiers, gendarmes et agents SNCF, fut déclenché afin de retrouver la victime. Pourtant, pendant de longues heures, cette dernière demeura introuvable. L'hypothèse d'une personne seulement blessée par le choc avait alors envisagée mais les recherches effectuées auprès des services d'urgences n'avaient rien donné.

Et pour cause : comme par miracle, le train n'a effectivement fait "que" percuter la quinquagénaire qui, remise du choc, a finalement décidé de regagner son domicile, situé à plusieurs centaines de mètres de la gare... et de se recoucher.

Vers 14H00, son concubin, qui travaille de nuit, se réveille et découvre avec stupeur sa compagne, allongée près de lui. Constatant l'étendue de ses blessures, il alerte les secours. Hospitalisée à Colmar, la victime a confirmé avoir voulu mettre fin à ses jours. Elle souffre d'au moins une fracture du bras et d'une importante coupure au fessier, mais son pronostic vital ne semble pas engagé.

Dépressive depuis plusieurs années, elle avait à plusieurs reprises tenté de se suicider. Selon la SNCF, l'incident a provoqué d'importantes perturbations sur la ligne. La circulation a été interrompue jusqu'à 07H30, le trafic ne redevenant normal que vers 09H20. Au total, 6 TER ont été supprimés, une vingtaine ont subi des retards de cinq à 45 minutes. Trois TGV ont été retardés.




Suite et fin du mystère d'une personne percutée  par un train hier en Alsace,  mais dont le corps n'avait pas été retrouvé : il s'agissait en fait d'une femme suicidaire de 58 ans qui s'est grièvement blessée en se jetant sous un train près de Colmar, puis qui a regagné son domicile où elle s'est finalement recouchée, a-t-on appris de source judiciaire. "Une journée avec des émotions comme ça.... c'est crevant..."

INAUGURATIONS : Les gares de Liège et d'Anvers inaugurées en septembre

29 Juillet 2009 , Rédigé par Eric Publié dans #FLASH INFO

 BELGIQUE - “C'est la dernière ligne droite, explique Vincent Bourlard, directeur général des gares à la SNCB-Holding. Les dates d'inauguration sont fixées et les corps de métier mettent les bouchées doubles pour que les chantiers soient définitivement terminés, tant à Liège qu'à Anvers pour le jour “J”.

A Liège, ce jour J est fixé au vendredi 18 septembre. Après l'inauguration officielle en présence de nombreuses personnalités, la gare sera le théâtre d'un spectacle unique, une création, de Franco Dragone, qui intègrera des trains.

A Anvers, ce jour J est fixé au vendredi 25 septembre même si l'animation en gare s'étalera sur une dizaine de jours. En effet, dans la “4e plus belle gare du monde” selon Newsweek, cinq des plus grands écrivains flamands (Anne Provoost, Oscar van den Boogaard, Herman Brusselmans, Tom Naegels et Joke van Leeuwen) rédigeront “in situ” un roman « de gare » impulsé par les voyageurs.

Le message ainsi véhiculé par la SNCB-Holding rejoint celui déjà martelé en mars dernier lors de la campagne “La vie entre en gare” . “Il se passe toujours quelque chose dans les gares où l‘on ne perd pas son temps : on en gagne, reprend Vincent Bourlard Et les deux animations d'Anvers et de Liège, si elles sont très différentes dans leur mise en scène, servent la même philosophie : les artistes se mettent au service de la gare, comme cela a aussi été le cas avec les architectes”.

A Liège, la SNCB-Holding accueillera des milliers de personnes pour le spectacle de Franco Dragone qui sera suivi de deux journées “portes ouvertes” de la nouvelle gare signée Santiago Calatrava. “Le spectacle, un cadeau à nos clients et à la région, doit permettre le rayonnement de la gare à Liège (spectacle gratuit, avec le public sur l'esplanade), en Belgique (retransmission probable en direct TV) et dans le monde (les images magiques du spectacle de Dragone doivent faire le tour du monde)” ajoute Vincent Bourlard qui voit ainsi se terminer les travaux sur les trois gares du pays qui accueillent le TGV. “Bruxelles, Anvers et Liège sont ainsi opérationnelles. Les trois gares sont réunies avec des animations festives sur le thème “La star, c'est la Gare”.



Les dates d'inauguration des gares de Liège et d'Anvers sont officiellement connues : ce sera le 18 septembre pour Liège (photo) et le 25 septembre pour Anvers. La SNCB Holding a souhaité, pour ces événements qui terminent les travaux dans les gares TGV, partager la fête avec le plus grand nombre. ça s'arrose...