Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

GREVE DES VOYAGEURS : Guillaume Pepy critique le "dénigrement" médiatique

29 Janvier 2011 , Rédigé par Lemonde.fr Publié dans #ACTU

logo SNCF FRANCE - Devant plusieurs dizaines de cheminots réunis dans un hall de la gare de Caen, le président de la SNCF, Guillaume Pepy, a dénoncé mercredi 26 janvier un "emballement médiatique" au détriment de la société de transport, et ce alors que plusieurs associations d'usagers ont dénoncé ces dernières semaines la dégradation des services ferroviaires, en lançant notamment des mouvements de "grève" d'abonnés sur plusieurs lignes nationales et régionales.

 

 "Il y a des problèmes réels mais il y a aussi de l'emballement" médiatique, a affirmé le président de la SNCF, qui est allé jusqu'à évoquer "une campagne de dénigrement" avant que la présence d'une journaliste dans le hall de la gare de Caen lui soit signalée. Guillaume Pepy se trouvait mercredi à Caen pour inaugurer un atelier de maintenance de TER, où 4,5 millions d'euros ont été investis (dont 675 000 par la SNCF) depuis 2009.

 

Face à lui, les cheminots se sont montrés sceptiques, alors que Guillaume Pepy leur a promis de s'attaquer spécifiquement aux problèmes de la ligne Paris-Caen-Cherbourg, où une grève de présentation des abonnements a démarré lundi en raison de multiples retards. Cette ligne fait partie des 12 concernées par un plan d'urgence annoncé le 20 janvier, prévoyant une amélioration sensible des conditions de voyage d'ici à deux ans - un plan annoncé pour faire face à la crispation grandissante des usagers. 

 

"Quand vous dites que vous êtes prêts à des tables rondes, ça m'inquiète quand même, quand on voit qu'au bout d'un an le problème des premières classes qui ne trouvent pas leur réservation parce qu'il manque un wagon n'est toujours pas réglé", a lancé un contrôleur affilié CGT au directeur de la SNCF. "Il y a 15 000 trains, je ne peux pas tous les avoir en tête. Si le problème n'est pas résolu c'est qu'il n'est pas simple", lui a répondu Guillaume Pepy.

 

Selon un autre contrôleur interrogé sur place, "cela fait un moment que l'on a signalé des problèmes (chauffage, portes ou toilettes défectueux) qu'on passe notre temps à régler alors qu'on n'est plus qu'un contrôleur par train au lieu de deux. Résultat, il y a des gens qui ne paient plus parce qu'ils ne sont pas contrôlés". Guillaume Pepy a par ailleurs assuré être favorable au principe de l'indemnisation des abonnés. Le président de l'union des usagers du train Paris-Caen-Cherbourg, qui était parmi les cheminots, a précisé qu'une rencontre était prévue lundi 31 janvier entre son collectif et la SNCF, en désaccord sur les montants de ces indemnisations.

 

 

 

Caliméro : "C'est vramiment trop injuste, les médias ne sont pas sympas avec nous" c'est en substance ce qu'a déclaré devant plusieurs dizaines de cheminots réunis dans un hall de la gare de Caen, le président de la SNCF, Guillaume Pepy, et ce alors que plusieurs associations d'usagers ont dénoncé ces dernières semaines la dégradation des services ferroviaires, en lançant notamment des mouvements de "grève" d'abonnés sur plusieurs lignes nationales et régionales. Persécuté, le président de la SNCF ?!?  tsss, tsss, tsss...

GESTION : Le réseau ferré perd la raison en Allemagne

29 Janvier 2011 , Rédigé par presseurop.eu Publié dans #LE SAVIEZ VOUS

logo DB ALLEMAGNE - "Un train fou", titre Die Zeit, qui se penche sur la mauvaise gestion de la Deutsche Bahn AG, rebaptisée Wahn AG (Société folle). Le réseau ferroviaire allemand "désespère la population", les responsables politiques investissant dans quelques projets phare au détriment des tracés régionaux.

 

L'hebdomadaire cite le nouveau tracé Berlin–Munich censé raccourcir le trajet à 3h45 et qui fait partie de la future transversale ferroviaire européennes reliant la Scandinavie à la Sicile. Mais au centre de l'Allemagne, une trentaine de nouveaux ponts coûtant chacun environ 20 millions euros sont inutilisés faute de rails de connexion, de murs antibruit ou de tunnels. En question : la mégalomanie des responsable politiques, souvent régionaux, qui ont préféré des tracés compliqués desservant les villes moyennes de leur Land au détriment de tracés plus simples et moins onéreux.

 

La Zeit donne aussi l'exemple de la ligne Rotterdam-Gênes, "destinée à repartir dans toute l'Europe d'importants volumes de marchandises importés par le port néerlandais" en passant par le Rhin et la Suisse. Tandis que les Néerlandais ont terminé depuis trois ans leur tracé (en partie souterrain), et les Suisses viennent de percer le tunnel de Gothard, "rien ne se passe du coté allemand", où les trains "continuent à rouler en zigzag sur des rails vieux de 150 ans".

 

 

Grandeur et décadence d'un grand réseau de fer ? Le réseau ferroviaire allemand n'a plus la côte et "désespère la population", selon le journal Die Zeit. Ben mince, alors... si les allemands aussi dépriment sur leur chein de fer, tout fout vraiment le camp.

RESEAU : Un projet d'institut de recherche pour les infrastructures ferroviaires

29 Janvier 2011 , Rédigé par Leparisien.fr Publié dans #FLASH INFO

Logo-RFF.jpg FRANCE - Dans le nord de la France, Le pôle de recherche de l'université de Lille a présenté ce vendredi à Valenciennes un projet d'institut de recherche technologique portant sur les infrastructures ferroviaires.

 

Ce projet baptisé Railenium et disposant d'un budget global de 540 millions d'euros en dix ans, doit permettre à des chercheurs de mettre au point les infrastructures ferroviaires du futur. Ce centre de recherche aura notamment pour objet de "trouver des solutions concrètes pour optimiser l'infrastructure et y faire circuler davantage de trains", selon Pierre Stussi, secrétaire général de la préfecture du Nord pour les affaires régionales.

 

On assiste selon lui à des taux de croissance du trafic sur le réseau ferré français "proches de 10% par an".Mais l'institut a également vocation à travailler pour des clients étrangers et à oeuvrer pour la formation des experts techniques et des personnels de maintenance et de sécurité du rail, selon Yves Ravalard, pilote du projet et ancien professeur d'université. Les chercheurs disposeront, si le projet voit le jour, d'équipements uniques en Europe, parmi lesquels une boucle d'essai ferroviaire de cinq kilomètres.

 

A terme, le centre pourrait créer 300 emplois directs d'ici 2020 et autant d'emplois induits, selon M. Ravalard. La création de cet institut de recherche technologique (IRT), qui a reçu l'appui de l'ancien ministre des Transports, Jean-Louis Borloo, se fera plus facilement s'il fait partie des quatre à six IRT retenus pour bénéficier du grand emprunt de l'Etat, qui prévoit une enveloppe de deux milliards d'euros pour l'ensemble.

 

La sélection doit être opérée en juin/juillet 2011 au plus tard, pour une exploitation à partir de 2016, selon M. Ravalard. Valenciennes a déjà le siège de l'Agence ferroviaire européenne (AFE), qui travaille notamment à la normalisation des systèmes ferroviaires de l'Union européenne.

INSOLITE : « Ben Laden » annonce... l’arrivée du train à Strasbourg

29 Janvier 2011 , Rédigé par Lalsace.fr Publié dans #INSOLITE

logo SNCF FRANCE - « Salam aleikum, ici Ben Laden, nous arrivons en gare de Strasbourg » : les voyageurs du TER 200 qui reliait Bâle à Strasbourg, hier en tout début de matinée, ont été abasourdis lorsqu’ils ont entendu ce message leur tomber du ciel. Il était un peu plus de 7 h 30 et leur train arrivait à destination. Certains se sont demandé s’ils étaient bien réveillés. Peu après, le convoi a observé un temps d’arrêt, cinq minutes environ, puis il est entré en gare.

 

« Il s’agit d’un jeune homme qui a été verbalisé et contre lequel nous étudions la possibilité de porter plainte, pour infraction à la législation sur les transports », répond la direction régionale de la SNCF à Strasbourg, appelée hier à fournir une explication. Signalant que des petits plaisantins s’y entendent pour accéder aux équipements qui permettent de faire des appels dans les voitures, elle ajoute : « Une deuxième annonce a été faite aussitôt après pour rétablir. »

 

L’arrêt que le train a observé ensuite est sans rapport avec l’incident. « Un vol de câbles le long de la voie à la hauteur de Fegersheim nous a contraints à mettre en place une signalisation lumineuse et à instaurer des ralentissements », indique la SNCF.

 

Ben Laden sur Al-Jazeera

 

Ben Laden se recycle et annonce désormais l'arrivée des trains à Strasbourg... c'est du moins ce qu'ont dû penser certains voyageurs du 200 qui reliait Bâle à la capitale alsacienne ce jeudi. "naal dine oumouk, raz le bol des montagnes afghanes ; on s'y fait chier et il n'y a pas d'ispices di counasses ; alors c'est décidé, je rentre à la SNCF..."

PONCTUALITE : Les statistiques internes décrivent une «annus horribilis» pour la régularité en 2010 à la SNCF

28 Janvier 2011 , Rédigé par Lesechos.fr Publié dans #ACTU

logo SNCF FRANCE - Tous les voyants sont au rouge. Les chiffres complets sur la régularité des trains de la SNCF en 2010 - que «Les Echos» se sont procurés -viennent largement étayer les plaintes que les clients expriment depuis plusieurs semaines. TGV, Téoz, Corail Intercités, TER et Transilien : pas un type de train n'échappe à la tendance.

 

Dans le détail, les trains Transilien (Ile-de-France) sont arrivés près d'une fois sur dix en retard de plus de 5 minutes en 2010 : le taux de régularité est de 90,77% sur l'année, contre 91,4% en 2009. Même tendance pour les TER, avec une ponctualité tombée à 89,82%, contre 91,4% un an auparavant. Sur les Corail Intercités, c'est la grande dégringolade, avec un taux chutant de 83,93% à 80,66% en un an !

 

Concernant le TGV, les comparaisons sont rendues difficiles par les changements dans les méthodes de calcul : pour les trajets à moins de 1h30, le retard commence à 5 minutes, quand il est désormais de 10 minutes pour les trajets compris entre 1h30 et 3h30, et de 15 minutes pour les trajets supérieurs de 3 heures. Néanmoins, selon une source interne, le taux de ponctualité calculé «à l'ancienne» (avec un critère de retard de 5 minutes pour tous les trains) approcherait les 80,5%, contre 81,2% un an auparavant.

 

«Cette année 2010 a été exceptionnelle dans le mauvais sens», commente aux «Echos» Jacques Damas, directeur général en charge de l'exploitation. Le dirigeant a bien entendu en tête les intempéries (en décembre, mais aussi en janvier 2010) et les longues grèves (en avril et en octobre) qui ont considérablement perturbé le service. Mais même en excluant ces événements exceptionnels, les statistiques sont en retrait, reconnaît la compagnie : hors intempéries et grèves, la régularité est passée de 92,3% à 91,6% pour les Transilien, de 91,7% à 91,2% pour les TER et de 89,3% à 88,7% pour les trains grandes lignes.

 

«Ces chiffres prouvent qu'une période perturbée fait sentir ses effets longtemps après», explique Jacques Damas. Les grèves d'octobre ont ainsi provoqué un retard dans la maintenance qui ont fragilisé nettement les trains au moment des événements climatiques de fin d'année. «Encore aujourd'hui, la situation n'est pas revenue à la normale, et nous continuons de remonter les retards de production accumulés», souligne le dirigeant. La détérioration de la ponctualité des trains s'explique également par les travaux qui s'accumulent sur le réseau (+15% selon le dirigeant), contrepartie de l'effort de modernisation engagé par RFF (Réseau Ferré de France, le propriétaire des rails). Enfin, la SNCF a également son lot de causes «extérieures». Avec notamment «des vols de câbles de cuivre qui ont été multipliés par 2,6 d'une année sur l'autre, à cause de la flambée des cours», relève Jacques Damas.

 

L'année 2010 a été difficile, mais 2012 pourrait être pire encore pour la régularité. Le système par cadencement - l'organisation des circulations avec des intervalles réguliers et immuables entre les trains -doit être généralisé l'an prochain. «Il faut revoir tous les horaires sur le territoire, c'est un travail titanesque qui peut virer au cauchemar», assure un cadre de la maison. Jacques Damas reconnaît lui même que «les risques sont importants». Mais «les cheminots travaillent d'arrache-pied avec RFF et les régions pour parvenir à trouver des solutions robustes», assure-t-il.

 

 

Les retards ont augmenté pour tous les types de trains en 2010, selon des données auxquelles ont eu accès «Les Echos». L'année prochaine, qui sera marquée par la généralisation du système en «cadencement» pour le passage des trains, s'annonce à hauts risques... Sympa, ça, pour les usagers !

JUSTICE : Prison avec sursis pour les militants qui avaient bloqué un train de déchets nucléaires

28 Janvier 2011 , Rédigé par 20Minutes.fr Publié dans #FLASH INFO

logo SNCF FRANCE - Sept personnes accusées d'avoir ralenti un convoi de déchets nucléaires en transit vers l'Allemagne ont été condamnées ce mercredi à un mois de prison avec sursis et des amendes de 1.000 à 1.500 euros, a-t-on appris auprès de leurs avocats.

 

Début novembre, six Français et un Allemand, militants du Groupe d'actions non-violentes anti-nucléaires (Ganva), avaient bloqué un train parti de La Hague (Manche) et à destination de Gorleben, en Basse-Saxe (Allemagne). Certains d'entre eux s'étaient enchaînés aux voies, provoquant un retard de trois heures.

 

Le tribunal correctionnel de Caen (Calvados) les a également condamnés à verser chacun un euro de dommages et intérêts à Areva et, solidairement, 20.498,50 euros à la SNCF. L'un des sept accusés, Damien Vidal, avait refusé un prélèvement d'ADN pendant l'enquête. Il a été condamné à une amende de 1.500 euros.

 

 

Un mois de prison avec sursis et des amendes de 1.000 à 1.500 euros pour avoir bloquer un trains de déchets nucléaires ; Plutôt cher payé pour faire le mariol sur les voies ferrées ! Cheveux longs... idées courtes ?

REUNIONS : La SNCF se met à l’écoute des usagers du Sud

28 Janvier 2011 , Rédigé par midilibre.com Publié dans #ACTU

logo SNCF FRANCE - La SNCF aurait-elle tiré toutes les leçons des calamiteux retards collectionnés ces derniers temps ? mercredi dernier à Montpellier, en tout cas, sa direction régionale Languedoc-Roussillon a annoncé qu’elle avait décidé de mettre en place des réunions mensuelles avec les associations d’usagers et Réseau ferré de France (RFF), le propriétaire du réseau ferroviaire.

 

Son objectif est très clair : améliorer la qualité du service rendu. « Nos clients prennent le train tous les jours. Leurs remarques sont pertinentes », justifiait donc Jean Ghedira, le directeur régional, à l’issue de la première réunion du genre. L’ordre du jour de cette rencontre était double : d’une part, présenter la convention Train d’équilibre du territoire (TET) signée en décembre entre l’Etat et la SNCF. Ainsi, la liaison Béziers - Neussargues - Clermont-Ferrand a de très fortes chances de figurer dans les 40 lignes retenues dans le cadre de cette convention. Ses usagers seront fixés lundi, la liste des liaisons devant être officiellement dévoilée.

 

L’autre sujet inscrit à l’ordre du jour concernait la qualité du service rendu sur la liaison Transversale sud Teoz Bordeaux-Nice. Il fut question ici de correspondances, d’horaires, d’arrêts, de cadencement...

 

Pendant cette rencontre, cependant, beaucoup d’autres préoccupations furent abordées. Les représentants des usagers ont donc pu apprendre que les retards de TER dus à des « causes internes » à l’entreprise nationale avaient baissé de 6 % l’an dernier en Languedoc-Roussillon. « Nous essayons désormais de réduire la probabilité d’arrivée de causes externes », ajoutait Jean Ghedira. Notamment les incendies en débroussaillant. La SNCF fait donc un effort en direction de ses clients. « Nous tenons à saluer sa volonté de dialoguer avec nous », insistait le Montpelliérain Éric Boisseau.

 

 

Des réunions sont désormais organisées pour améliorer la qualité du service et la ponctualité. Un bon point pour la SNCF ! reste maintenant à espérer que les actions sur le terrain succéderont aux paroles des réunions...

SNCB : Un accompagnateur de train sabotait des trains... pour finir sa journée plus tôt

26 Janvier 2011 , Rédigé par Trendstop.rnews.be Publié dans #FLASH INFO

logo sncb BELGIQUE - Un accompagnateur de train de la SNCB est suspecté d'avoir saboté plusieurs trains, pour pouvoir terminer sa journée de travail plus tôt ou pour voir sa copine, elle aussi accompagnatrice de train, rapporte mercredi BEL-RTL.

 

Les faits se sont principalement déroulés sur la ligne Namur-Bruxelles et remontent à environ 1 an. L'accompagnateur de train aurait enlevé certaines fiches électriques, provoquant la suppression de certains trains. Il aurait agi ainsi pour finir sa journée plus tôt ou pour voir sa copine, elle même accompagnatrice de train. L'accompagnateur est actuellement écarté de ses fonctions. Une enquête interne à la police des chemins de fer a été ouverte.

 

D'après un employé de la SNCB, l'enquête est organisée au dépôt de Renaix. L'enquête aurait déjà montré que les pannes mécaniques nécessitaient une intervention du contrôleur. Ces présumés actes de sabotage auraient provoqué de nombreux retards mais n'auraient pas mis en cause la sécurité des passagers.

 

 

Comme si les trains belges n"étaient pas déjà suffisamment en retard comme ça... Un accompagnateur de train de la SNCB est en effet suspecté d'avoir saboté plusieurs trains, rien pour pouvoir terminer sa journée de travail plus tôt et/ou pour voir sa copine, elle aussi accompagnatrice de train. Si même le personnel s'attaque à l'outil de travail, où va t'on... décidément, tout fout le camp.

INAUGURATION : Le TGV Perpignan-Figueres sera inauguré officiellement le 27 janvier 2011‎

26 Janvier 2011 , Rédigé par La-clau.net Publié dans #ACTU

logo SNCF logo-renfe.gif FRANCE / ESPAGNE - Annoncée à l'origine pour ce début de semaine, l'inauguration du tronçon international de la Ligne à Grande Vitesse entre Perpinyà et Figueres se déroulera le 27 janvier. Ce maillon international, qui fonctionne depuis le 19 décembre 2010, est accompagné depuis lundi à Perpignan de l'ouverture de la nouvelle gare TGV, et d'un nouveau service de la compagnie de transports Frogbus. Son lancement officiel sera inclus dans un programme protocolaire, qui comportera également l'inauguration du tunnel du TGV sous le massif des Albères, par les communes du Perthus et de

 

La Jonquera, ainsi que de la gare TGV de Figueres-Vilafant, point de destination de la ligne, au Sud. La cérémonie comportera la présence de Thierry Mariani, secrétaire d'Etat aux Transports, et du ministre de l'industrie espagnol, José Blanco, qui devraient emprunter tous deux le train au départ de Perpignan, pour un événement en prise directe sur le terrain. La confirmation de la date du 27 janvier, intervenue en début de semaine, exclut la présence, un temps envisagée, du président de la République, Nicolas Sarkozy, et du premier ministre espagnol, José Luis Rodríguez Zapatero.

 

Le délai précédant cette mise en route officielle devrait profiter à la SNCF pour résoudre les problématiques apparues depuis le lancement de la ligne. En effet, les acheteurs de billets en Catalogne du Sud ne sont pas remboursés à leur arrivée à Figueres en cas de retards de convois, accumulés en territoire français, faute de système international prévu à cet effet. Par ailleurs, plusieurs improvisations de communication sont d'ores et déjà signalées sur la première opération de promotion de la ligne, uniquement présentée comme une jonction au départ de Paris.

 

Sur ses dépliants, disponibles entre autres à la gare de Perpignan, et ses informations électroniques, la compagnie nationale met en avant la ville de Figueres sous la forme castillane "Figueras", sans plus aucune valeur légale, et disparue en conséquence de la mort du dictateur Franco en 1975. Outre ce faux-pas, éminemment "vu de Paris", la figure planétaire de Salvador Dalí est vantée de manière confuse, sa ville natale étant décrite comme un "petit port de pêche au charme fou", dans un amalgame avec sa commune de résidence, Cadaqués. Pire, le phrasé publicitaire, qui vante une ville située dans la "chaleur de la Catalogne", au coeur d'un pays "baigné de soleil", fait l'impasse sur Perpignan, qui ne bénéficie pas encore de l'effet recherché, concernant sa propre promotion. La ville, dont la vocation est d'exister dans le maillage territorial européen, est ainsi gravement sautée.

 

 

le 27 janvier 2011, un grand jour pour la LGV Perpignan - Figueres ! Le convoi inaugural du TGV Perpignan-Figueres, qui sera en réalité un Figueres-Perpignan, quittera la capitale de l'Empordà à 10h30, ce jeudi, pour rejoindre celle du Roussillon, à 10h53. Damned.... Des trains qui roulent à l'heure sur ce tronçon, des problèmes mineures, et en plus avec du beau temps... Pierre : Quelle insolence !

FAUTE DE CONDUITE : Un train a de nouveau brûlé un feu rouge... à Buizingen

26 Janvier 2011 , Rédigé par RTBF.be Publié dans #FLASH INFO

logo sncb BELGIQUE - Un train a brûlé un feu rouge ce mardi après-midi peu avant la gare de Hal en venant de Bruxelles, à hauteur de Buizingen. La circulation a été perturbée sur cette ligne, la ligne 94. Le train est reparti vers 18h20.

 

Dans un cas pareil, le chauffeur ne peut plus continuer à rouler. Un autre cheminot a dû venir pour mener le train à sa destination. En attendant les passagers ont dû patienter. Le train a été bloqué en rase campagne depuis plus d'une heure et demi.

 

"Le train s'est arrêté à Buizingen, raconte un passager à notre micro, exactement à l'endroit de l'accident l'an dernier. Après trois quarts d'heure d'attente, on est passé nous dire que le conducteur avait franchi un feu rouge et que donc, il était mis à pied. On attendait donc un autre conducteur. Mais là - peu avant 18h (NDLR) - on vient de nous apprendre que la machine est en panne. On attend. Un nouveau conducteur est arrivé, mais on attend une nouvelle machine".

 

D'après notre témoin, il y avait 400 personnes dans ce train, qui est reparti vers sa destination vers 18h20.

 

 

Un train a brûlé un feu rouge ce mardi après-midi peu avant la gare de Hal en venant de Bruxelles, à hauteur de Buizingen. Buizingen.... tiens, voilà un nom qui me dit quelque chose ! La leçon n'aurait elle donc pas été apprise correctement à la SNCB ?