Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
PASSION-TRAINS

REPORTAGE : L'ancienne gare de déportation à Bobigny sera bientôt restaurée

12 Août 2007 , Rédigé par Le parisien.fr Publié dans #REPORTAGE

logo-rff.JPGlogo-sncf.jpg  FRANCE - Deux ans après son rachat par la ville de Bobigny, pour un euro symbolique, et son inscription à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques, l'ancienne « gare de la douleur » voit s'esquisser le paysage qui en fera, à l'horizon 2010, un lieu de mémoire. Les premiers travaux commenceront en septembre sur ce site unique en France, la seule gare de déportation désaffectée et préservée presque en l'état. Sa mise en valeur complétera une géographie du souvenir déjà tracée au fil des anciens camps d'internement, dont celui de Drancy, à deux kilomètres de là.

Bobigny a gagné son triste rang de « gare de déportation » le 18 juillet 1943, lorsqu'un premier convoi de 1 126 prisonniers a pris la direction de l'Allemagne, vers l'un de ses camps de l'horreur. Vingt autres convois suivront durant la guerre, emportant 22 407 personnes, dont sont revenues seulement 1 515. Un peu en retrait du bâtiment voyageurs, posée comme une pâtisserie grise entre des chemins de rails, la gare de marchandises était l'ultime étape avant Auschwitz.

Lorsque le projet, évoqué une première fois il y a près de vingt ans, aura abouti (voir repères) , la friche de l'avenue Henri-Barbusse n'aura pas seulement rang de mémorial. Elle deviendra aussi lieu « d'éducation citoyenne » et d'événements culturels comme celui initié, au printemps 2005, par la compagnie théâtrale de la Pierre Noire avec les « Lignes de vie », un parcours scénographique sur le thème de la déportation. D'ici là, la ville aura peut-être convaincu la SNCF de lui rétrocéder l'ensemble du terrain de 3,5 ha (Bobigny n'a acquis que 1 450 m 2 et la gare voyageurs).

La halle marchandises, d'où partaient les convois, sera réhabilitée mais en la laissant délibérément vide, « pour évoquer l'absence de tous ceux qui, un jour, ont embarqué devant ce bâtiment », expliquent les coordinateurs du projet. Bien avant cela, une étape cruciale sera franchie en septembre : le début de la restauration du bâtiment voyageurs, sur lequel planche Anne Bourgon. Le permis de construire a été signé en avril dernier, le mois prochain commencera un chantier estimé, pour la seule restauration extérieure, à près de 500 000 €, et pour lequel a été ouverte une souscription publique. « Hormis la toiture à refaire, les façades côté voies vont être consolidées et brossées, nettoyées minutieusement mais conservées telles quelles », précise Anne Bourgon.
 
Autre travail majeur à la rentrée : le lancement d'une étude sur la dépollution du site. Truffé d'hydrocarbures et de métaux lourds comme le plomb ou le cuivre, le terrain devra être remis en état.
 



Parce que des choses innommables ont été aussi faites avec le train... l'ancienne « gare de la douleur » de Bobigny voit s'esquisser le paysage qui en fera, à l'horizon 2010, un lieu de mémoire. Les premiers travaux commenceront en septembre sur ce site unique en France, la seule gare de déportation désaffectée et préservée presque en l'état.

Commenter cet article

J
L' illustration montre un wagon de la Reichsbahn arrivant à AUSCHWITZ. Ceux qui partaient de BOBIGNY étaient fournis par la SNCF. Mais bien sûr, tous ces wagons faisaient de trop nombreux aller-retour !
Répondre