Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

REPORTAGE : En pleine mutation, le fret ferroviaire entame sa « guerre » du rail

29 Septembre 2007 , Rédigé par lavoixeco.com Publié dans #REPORTAGE

logo-sncf.jpg FRANCE - 25 à 30% du marché national du fret ferroviaire transitent par le Nord - Pas-de-Calais, première région française en la matière. Mais depuis le 1er avril 2006, ce marché s'est ouvert à la concurrence, rognant ainsi sur le traditionnel monopole de la SNCF. De 1 % du trafic à la fin 2006, 5 % en 2007, les professionnels estiment que les prestataires privés (tels Véolia Cargo) pourraient représenter à l'horizon 2010 environ 10 % du marché. En région, des entreprises importantes comme les Carrières du Boulonnais ont franchi le pas et font appel à des opérateurs privés pour leurs expéditions.

« Le fret ferroviaire est en pleine mutation », reconnaît Michel Boudoussier, directeur régional de la SNCF. Et « guerre commerciale » oblige, la discrétion règne sur les chiffres. Au niveau national, la branche fret SNCF a accusé une perte courante de 260 millions d'euros en 2006, mais le trafic s'est redressé, avec une hausse de 3,5 % sur le premier semestre 2007. Paradoxalement, à fin juillet 2007, le trafic régional du fret n'a pas profité de cette reprise, enregistrant une baisse en tonnage de 3 % pour une baisse du chiffre d'affaires de 2,5 %, par rapport à l'année précédente.

« Pourtant, nous avons eu un mois de juillet exceptionnel avec une hausse de 6,9 % en tonnage et de 8,2 % en euros , explique Michel Boudoussier. Les nouveaux entrants sont très actifs sur notre région. D'autre part, l'objectif de massifier les trafics sur les grands axes a entraîné des reports de trafics vers la Belgique, via la Lorraine ».

Cela se traduit par un net repli du trafic fret régional de produits chimiques et de matériaux de construction. Les transports de produits sidérurgiques progressent par contre sur les sites de Dunkerque (Arcelor Mittal), en lien avec la forte demande mondiale en matière d'acier.

Face à la situation d'urgence du fret, la SNCF a engagé un programme d'action visant le haut débit ferroviaire et l'abandon des trafics les plus déficitaires. Cela se traduira en région par une révision des dessertes fret sur le secteur de Boulogne : « On va massifier les flux par trains entiers pour éviter les wagons isolés ».

D'autre part, la SNCF va désormais déléguer son activité transit dans le tunnel sous la Manche à Eurotunnel : « Les contraintes du tunnel nous font perdre 15 millions d'euros par an. Nous voulons diviser par deux le coût du transit. » Enfin, le directeur régional SNCF veut continuer à développer le trafic vers la Belgique et les ports d'Anvers et Rotterdam, qui représentent actuellement 10 % de l'activité fret régionale. Après tout, le marché du fret étant libéralisé, il peut aussi profiter à la SNCF dans l'autre sens...
 


Face à la concurrence des opérateurs privés qui ont pris 5 % du marché, la SNCF s'est engagée dans la remise à flot de son fret ferroviaire. Michel Boudoussier, directeur régional Nord - Pas-de-Calais de la SNCF, première région fret de France, doit aussi faire face aux mutations. Sa stratégie : développer le trafic vers la Belgique.

Commenter cet article