Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

ACTU : Le dialogue entre la SNCF et la Région PACA dans l'impasse

29 Avril 2008 , Rédigé par varmatin.com Publié dans #ACTU

 FRANCE - Une réunion très animée a eu lieu hier soir à Marseille entre Michel Vauzelle, président du conseil régional, Jean-Pierre Farandou, directeur des Trains Express Régionaux (TER) en France, des associations d'usagers des trains, des élus, et des syndicats, pour tenter de dénouer la crise ferroviaire en Paca. Le constat est accablant : 13 700 trains régionaux supprimés en 2007, déjà 1 300 trains en moins depuis le 1er janvier 2008, un train sur quatre en retard de plus de quinze minutes...

Selon Jean-Pierre Farandou, sur 13 700 trains supprimés l'an dernier, 10 000 le sont à cause des conflits sociaux : le dialogue à Marseille est pratiquement rompu entre le directeur régional, M. Moulin, et les syndicats, qui ne veulent pas voir rogner un centimètre de leurs acquis sociaux. Lesquels sont considérés aujourd'hui comme exorbitants par la SNCF.

Michel Vauzelle, lui, est excédé par les pannes, les arrêts intempestifs de service, la sous-information des usagers en cas de crise, les « aléas de production » et les « roulements de personnel » : « Nous avons alloué 260 millions d'euros à la SNCF pour assurer un service de qualité en 2007 et vous avez vu le résultat, s'indigne-t-il. Nous avons donc décidé de commander un audit sur les dysfonctionnements dans la gestion de ces fonds publics, et de taxer systématiquement la SNCF en cas de retards et de suppressions des TER. Nous exigeons le remboursement de 6 millions d'euros pour 2007, et ces pénalités vont s'accroître en 2008... »

La direction régionale de la SNCF s'attache pour sa part à « remettre dans le droit chemin » les cheminots rebelles. Jean-Pierre Farandou a promis de diviser par deux les « causes techniques » des perturbations inhérentes à la SNCF. « Tout mettre sur notre dos, c'est improductif, plaide-t-il : nos installations sont saturées et nous ne pouvons pas utiliser les voies opposées. Si M. Vauzelle veut nous taxer, il n'y parviendra pas, car c'est une décision unilatérale, et nos accords prévoient que chaque décision est collégiale. Ce qu'il faut, c'est plus de souplesse dans l'utilisation des personnels locaux. »

Les usagers, eux, sont exaspérés : « On en a assez des heures sur les quais de gare, de payer des abonnements pour rien, de ne jamais être informés, de ne jamais être remboursés correctement, de prendre des trains bondés aux heures de pointe et de justifier nos retards à nos patrons », résume Eric Sauri, leader des « naufragés du TER » dans les Alpes-Maritimes.
 


En colère : le président du conseil régional de la région PACA, Michel Vauzelle, est excédé par les pannes, les arrêts intempestifs de service, la sous-information des usagers en cas de crise, les « aléas de production » et les « roulements de personnel » On le comprend : quand 260 millions d'euros de fonds publics sont alloués pour assurer un service de qualité en 2007, on est en droit d'attendre un service en retour... ou le paiement de pénalités de la part de la SNCF.

Commenter cet article