Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

ACTU : Le nombre des camions traversant les Alpes suisses a encore diminué en 2005 grace au transport ferroviaire

26 Février 2006 , Rédigé par news.admin.ch Publié dans #ACTU

 SUISSE - La politique suisse de transfert du trafic est efficace. En 2005, le nombre des poids lourds traversant les Alpes suisses a baissé de 4 % par rapport à l’année précédente, soit une diminution de 51 000 courses. Parallèlement, le rail a été en mesure de maintenir ses parts de marché dans le trafic marchandises, alors qu’il en perd en France et Autriche. Malgré cette évolution, atteindre 650 000 courses de camions par an à l’horizon 2009 ne sera probablement pas possible et demandera plus de temps. Le transfert devra en outre continuer à bénéficier d’aides financières. Explications...

Marquée par l’entrée en vigueur de la loi sur le transfert, l’année 2000 sert de référence pour l’évaluation de l’efficacité de la politique de transfert du trafic. Celle-ci se fonde sur le nombre de courses de camions. En 2005, 1 204 000 poids lourds ont traversé les Alpes suisses, soit 4 % de moins qu’en 2004 et plus de 14 % de moins qu’en 2000. L’évolution le confirme : la politique de transfert porte ses fruits. L’effet conjoint des différentes mesures (augmentation progressive de la RPLP et de la limite de poids, réduction du prix des transports ferroviaires, ouverture du marché ferroviaire, intensification des contrôles du trafic lourd) favorise un acheminement des marchandises plus efficace, plus sûr et plus respectueux de l’environnement.

Le volume des marchandises transportées par route à travers les Alpes a augmenté de 400 000 tonnes, soit de 3 %, pour s’établir à 12 900 000 tonnes, et ce malgré la baisse du nombre des courses de camions. Le chargement des véhicules s’est donc amélioré.

Par rapport à 2004, les marchandises acheminées par le rail ont augmenté de près de 700 000  tonnes, soit également de 3 %, pour s’établir à 23 664 000 tonnes. L’évolution était particulièrement marquée dans le trafic combiné non accompagné (conteneurs, semi-remorques, caisses mobiles), qui a enregistré une hausse de 9 %. Pour la première fois en 2005, plus de marchandises ont été acheminées à travers les Alpes dans le trafic combiné non accompagné que par la route. Cette augmentation des transports ferroviaires est d’autant plus frappante que les subventions par envoi baissent chaque année.

Par rapport à 2004, la part du rail au volume transporté (répartition modale) est restée stable : en 2005, 65 % des marchandises ont été acheminées à travers les Alpes par le rail; 35 % par la route. En Autriche et en France, on constate l’évolution inverse : le rail continue de céder des parts de marché à la route. C’est une preuve de plus de l’efficacité de la politique de transfert.

La politique de transfert vise à réduire à 650 000 par an le nombre de courses de camions à travers les Alpes suisses. Selon la loi sur le transfert du trafic, cet objectif doit être atteint au plus tard deux ans après l’ouverture du tunnel de base du Loetschberg, soit en 2009. Les subventions destinées aux transports ferroviaires sont également limitées à fin 2010. L’évolution montre que le trafic des camions diminue, mais pas assez rapidement pour réaliser cet objectif ambitieux. Même si toute l’Europe reconnaît la nécessité du transfert de la route au rail, elle n’a pas encore introduit de redevance poids lourd sur l’ensemble de son territoire, les prix des transports routiers continuent de baisser et le rail doit encore améliorer ses prestations du trafic international.

Il semble donc que l’on ne pourra vraisemblablement réaliser l’objectif de 650 000 courses de camions qu’après 2009. Même avec ce report, il faudra continuer à allouer des ressources dans les proportions actuelles – ce que le DETEC demandera. Dans le message sur le projet concernant le trafic des marchandises, le chef du DETEC, Moritz Leuenberger, exposera les conséquences de l’éventuelle réduction des aides financières pour la politique de transfert du trafic. La loi sur le trafic des marchandises doit également fournir les bases nécessaires à l’introduction d’une bourse de transit alpin, actuellement à l’étude.

La politique suisse de transfert porte ses fruits : le nombre des camions traversant les Alpes suisses a encore diminué en 2005

Commenter cet article