Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

ZOOM : Le transport de marchandises collectionne les pertes abyssales à la SNCF

26 Mai 2008 , Rédigé par Eric Publié dans #LE SAVIEZ VOUS

 FRANCE - En 2007, l'activité de fret de la SNCF a perdu 241 millions d'eu­ros, soit près de 13 % de son chiffre d'affaires. C'était une année «normale» après un plongeon abyssal de 900 millions d'euros en 2006. Le transport de marchandises perd en fait, bon an mal, entre 200 et 300 millions d'euros par an. Même quand les choses semblent s'améliorer, cela ne dure guère. L'an dernier, l'activité avait retrouvé la croissance mais les grèves contre la réforme des retraites ont finalement contribué à creuser les pertes.

Aucun plan de redressement n'a encore réussi à mettre cette activité sur les rails de la rentabilité. Les tentatives de sauvetage n'ont pourtant pas manqué. En 2004, la SNCF avait préparé un plan ambitieux et l'État s'était engagé à le financer à hauteur de 800 millions d'euros.

Il s'agissait alors de remettre le fret à niveau dans la perspective de l'ouverture du transport ferroviaire de marchandises à la concurrence. Ce plan, qui était déjà censé être celui de la dernière chance, a débouché sur la perte record de 900 millions d'euros de 2006. Au début de 2007, une nouvelle équipe de direction a été mise en place et s'est attelée à une nouvelle réforme. L'ambition est d'atteindre l'équilibre comptable en 2010.

Le nouveau plan comporte deux volets. Tout d'abord, une réorganisation pour réunir toutes les filiales au sein d'un même pôle afin de développer les synergies et offrir aux clients des solutions complètes de transport et de logistique. En particulier pour les 70 clients qui représentent 80 % du chiffre d'affaires du fret ferroviaire.

L'autre volet le plus délicat est le volet social contre lequel s'insurgent les syndicats. La SNCF veut revoir la législation pour augmenter la durée du temps de travail et introduire un peu de flexibilité. L'idée est d'améliorer la productivité et la régularité qui sont loin d'être les points forts du fret. L'enjeu est important pour l'avenir de l'entreprise publique. Une des missions assignées par l'Élysée à Guillaume Pepy, lorsqu'il a été nommé PDG de la SNCF, est de faire de l'entreprise un champion de la logistique.

Il devrait y arriver. Il reste à savoir quelle sera la place de la branche fret. La SNCF, comme l'a rappelé vendredi Guillaume Pepy, peut aussi faire le choix de miser sur ses autres filiales de transport.



C'est le talon d'Achille de l'entreprise publique ferroviaire : L'activité de fret est en déficit chronique... rien qu'en 2007, l'activité de fret de la SNCF a perdu 241 millions d'eu­ros, soit près de 13 % de son chiffre d'affaires.. Peut et doit mieux faire !

Commenter cet article