Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

DERAILLEMENT : Un wagon de gaz déraille en pleine zone Seveso

29 Août 2008 , Rédigé par brest.maville.com/ Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Grosse frayeur, hier en fin de matinée à l'entrée de l'usine Imporgal, dans la zone industrielle portuaire de Brest : Une locomotive affrétée par la SNCF devait livrer à la société Imporgal, trois wagons remplis de butane. Les deux premiers sont livrés sans encombre. Pour le dernier, la machine s'enraye. Sur la ligne de fret, un problème de rail provoque le déraillement du wagon, rue Montjaret-de-Kerjégu, qui longe la voie ferrée.

Fort heureusement, deux roues seulement, se sont désaxées de quelques centimètres. Le wagon ne s'est pas retourné. « Nous roulions à faible vitesse, à 6 km/h », a expliqué l'un des deux chauffeurs, peu après l'incident. Les dégâts auraient pu être considérables. À bord : 45 tonnes de gaz, sans compter que l'incident a eu lieu en plein coeur d'une zone Seveso.

Les pompiers sécurisent alors les alentours. Les deux chauffeurs de la locomotive eux, sont priés de rester surveiller le wagon. Sandwich rosette, en guise de casse-croûte, les deux hommes prennent leur mal en patience. La remise sur rail n'est prévue que pour 16 h. « On va s'enraciner ici. Mais s'il y a un petit malin qui veut remplir son briquet avec la citerne, il vaut mieux veiller au grain ! »

À l'heure prévue, une équipe de la SNCF spécialement affrétée de Rennes arrive sur les lieux. Une douzaine de techniciens enfilent leur bleu de travail, pour une opération pas si courante. « On était déjà venu à Brest il y a quelques mois pour un wagon de céréales, précise l'un d'entre eux. Là, ça demande un peu plus de précautions... »

Finalement, après consultations des experts de la sécurité, la préfecture revoit à la baisse son analyse du risque. Elle renonce à mettre en place un périmètre de sécurité sur 300 m et faire évacuer la zone. « Il y a beaucoup d'entreprises dans le secteur, impossible de tout évacuer », explique un policier. Deux barrages, de part et d'autre de l'intervention, sont installés pour détourner la circulation.

Pendant ce temps, un fourgon-pompe de pompiers est arrivé, en cas de pépin. Les employés de la SNCF s'activent. Ils posent tant bien que mal deux vérins, à l'arrière du wagon. Soulevé de quelques centimètres, le véhicule est remis sur de bons rails une heure après. La locomotive peut être mise en marche, direction un dépôt de la SNCF.

Reste à expliquer pourquoi les rails se sont écartés lors du passage du convoi, et ont, semble-t-il, repris leur forme initiale juste après le levage. « C'est étonnant et exceptionnel, explique-t-on à la SNCF. Nous allons mener une enquête. Et des travaux seront rapidement effectués. » La voie devrait redevenir utilisable d'ici jeudi prochain.

En attendant, Imporgal ne peut plus être livrée par voie ferrée (hier, le butane provenait d'un port normand). Pas d'inquiétude pour autant. Frédéric Thiollier, responsable sécurité de la société, précise : « On a suffisamment de produits pour approvisionner nos clients ».


Sueurs froides, hier sur le port de Brest. Les roues arrière d'un wagon-citerne de 45 tonnes de butane sont sorties des rails à 80 m d'Imporgal. Sans dégât, heureusement...

Commenter cet article