Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

TER : "L'énorme colère" de l'Etat monégasque

28 Janvier 2009 , Rédigé par monaco.maprincipaute.com Publié dans #ACTU

 FRANCE - Au pays de la courtoisie, où les remontrances feutrées sont amorties par des murs double épaisseur, la colère du jour dénote. Elle émane du ministre d'Etat de Monaco, Jean-Paul Proust, président du conseil de gouvernement. La première autorité après le prince Albert II qu'il représente. Il vient d'écrire au président de la SNCF, Guillaume Pépy, et au secrétaire d'Etat français aux Transports, Dominique Bussereau. Une missive exhortant la SNCF à régler au plus vite ses problèmes internes. Le trafic des TER est, en effet, perturbé par la grève depuis début décembre.

« La situation actuelle des Transports express régionaux est inacceptable »,
tempête Robert Calcagno, conseiller de gouvernement (NDLR : l'équivalent de ministre) chargé du département de l'Equipement, de l'Environnement et de l'Urbanisme. « Comment accepter que les 14 000 salariés qui prennent le TER tous les jours pour travailler à Monaco, et je tiens à les en remercier, puissent subir un tel cauchemar ? C'est inacceptable au XXIe siècle ! Nous sommes excédés. »

En Principauté, l'unité sur ce dossier est totale. Le président du Conseil national (le parlement monégasque), Stéphane Valeri, a en effet affiché la semaine dernière, toute sa solidarité avec les usagers de la SNCF. La grève des TER qui perdure depuis le début décembre, dérègle le véritable poumon économique de la région qu'est la principauté. Près de 50 000 salariés y travaillent quotidiennement. Plus de 20 % viennent de Nice, 8,4 % d'Italie.
« Cette grève a un coût pour l'économie, en retards, en remplacements de personnel. Le service public actuellement offert par la SNCF n'est pas acceptable dans une période où l'on n'a vraiment pas besoin de ça. »

Le gouvernement monégasque est d'autant plus irrité qu'il vient de régler, rubis sur l'ongle, 50 millions d'euros de facture à la société Alsthom-Bombardier pour l'achat de cinq rames TER flambant neuves. Cinq rames aux couleurs monégasques, mais achetées dans l'intérêt commun des deux pays et offertes à la SNCF. Tous les usagers en profitent. Enfin, devaient en profiter. Car, livrées plus tôt que prévu, elles étaient censées être mises en service le 15 décembre dernier. Elles n'en auront pas l'occasion. Quelques jours plus tôt, la grève débutait. « Il y a trois ans, on nous a dit que les problèmes étaient liés à un manque de matériel. Nous avons donc acheté cinq rames. Lorsque nous avons signé la convention avec la SNCF, c'était donc en échange d'un certain niveau de service et de qualité de service. La SNCF s'engageait ainsi à assurer un train tous les quarts d'heure en heure de pointe, et un toutes les demi-heures en heures creuses. » Mais, las...
« Depuis le 9 décembre, c'est la catastrophe. Il n'y a que 28 trains par jour au lieu des 100 promis. »

Interrogé sur l'hypothèse d'une demande de réparation financière, le gouvernement ressort le contrat.
« Dans la convention, des pénalités sont prévues en cas de non-application. Il est stipulé 10 000 euros par train manquant, et par quinzaine. En clair, compte tenu de la situation, nous pourrions exiger 1,4 million d'euros. »

L'état monégasque va-t-il réclamer ces pénalités ? C'est peu probable. « Nous sommes dans la mise en route de la convention. Mais nous entendons la faire respecter pleinement dans le futur. » Décidément très irrité, le gouvernement princier brandit une autre menace. « En 2010, le transport international de passagers sera livré à la concurrence, rappelle Robert Calcagno
. Ou la SNCF est capable de se remettre en cause pour faire en sorte que cela n'arrive plus, ou il faudra qu'une société concurrente assure le service. »

Préférant ne pas en arriver là, et précisant qu'il ne fera rien sans l'Etat français, le gouvernement princier attend donc une évolution rapide du conflit...



Colère : Pour l'Etat monegasque, "La situation actuelle des Transports express régionaux est inacceptable". Du coup, le prince a revétu sa tenue de combat : "Beuuuuah ! général, donnez l'orde de mouvement aux troupes : nous lançons l'invasion de la France et nous arréterons une fois notre cause entendue..."

Commenter cet article

Densha Otaku 30/01/2009 18:45

Putain c'est clair y'en a marre!vivement l'ouverture à la concurrence, et voir si d'autres peuvent faire mieux! C'est pas gangé non plus!Sinon une bonne privatisation, les syndicalistes les plus chiants à la porte ou alors vraiment responsables s'ils savent l'être, pas seulement dans leurs propre intêret mais pour la bonne marche de l'entreprise et la satisfaction des usagers!