Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

REPORTAGE : Les travaux du TGV Genève-Paris sont bloqués

31 Mai 2006 , Rédigé par La Tribune de Genève.ch Publié dans #REPORTAGE

  FRANCE / SUISSE - «Bien joué ! Chapeau l'artiste !» Il a le sens de l'humour, Philippe de Mester, directeur régional de Réseau ferré de France, l'établissement public propriétaire de l'infrastructure ferroviaire de l'Hexagone... «L'artiste», c'est le négociateur suisse pour le financement de la réhabilitation de la ligne du Haut-Bugey, jadis ligne des Carpates, qui mettra Paris à trois heures de Genève.

«Les Suisses ont si bien négocié qu'ils nous ont mis dans l'embarras : il nous manque 20 millions d'euros pour que les travaux puissent commencer…», ajoute Philippe de Mester.

Lorsque le ministre français des Transports Dominique Perben et son homologue suisse Moritz Leuenberger ont signé, le 25 août dernier, l'accord réglant le financement de la ligne du Haut-Bugey, il était acquis que les travaux de remise en état de la ligne du Haut-Bugey devaient commencer «au plus tard au tout début 2006». Objectif : faire circuler, dès la mi-2008, les TGV Genève-Paris sur un trajet raccourci de 47 km par rapport à l'itinéraire actuel. Conséquence : un gain de temps de 22 minutes.

Fin mai 2006, le premier coup de pioche n'a toujours pas été donné. «Pour que le projet puisse être lancé, il faut que le financement soit bouclé.

Or, ce n'est pas le cas», déplore Philippe de Mester. Et de poursuivre : «En France, on part du principe que la participation financière évolue en tenant compte du renchérissement. Berne a négocié un montant forfaitaire, non lié à l'inflation : 110 millions d'euros. Or, le coût des travaux, chiffré à l'origine à 303 millions d'euros, s'élève aujourd'hui à 330 millions…»

Paris s'est engagé à mettre au pot un montant identique à celui de la Suisse et des collectivités rhônalpines. En ajoutant la contribution de RFF, on arrive à 310 millions d'euros. Au final, il manque donc 20 millions d'euros. Mais, sollicitées de toutes parts, les collectivités rechignent à remettre la main au portefeuille.

Des discussions sont en cours avec les départements de l'Ain et de la Haute-Savoie, ainsi qu'avec la Région Rhône-Alpes. «Chaque jour compte si nous voulons respecter les délais. Il faut compter près de vingt-sept mois de travaux», explique le directeur régional de RFF.

L'autre obstacle à lever est juridique. Un recours contre la réhabilitation de la ligne, surtout contre l'aménagement du tracé près du lac de Nantua, est pendant devant le Conseil d'Etat français.

Les nouvelles sont plutôt bonnes pour les partisans du projet à voir les conclusions du commissaire du gouvernement. Le verdict du Conseil d'Etat est attendu d'un jour à l'autre.

 

Les français roulés dans la farine par les suisses : côut de la facture pour les collectivités locales : 20 millions d'euros. félicitations aux "négociateurs" français...

Commenter cet article