Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

INCIDENT : Fuite d'un échantillon de type porcin en gare de Fribourg

28 Avril 2009 , Rédigé par Lematin.ch Publié dans #ACTU

 SUISSE - Un transport de fioles de virus porcin s'est mal terminé, lundi soir dans l'intercity 730 voyageant entre Saint-Gall et Genève.

Le convoyeur venait de Zurich. Ce technicien du Centre national de référence pour la grippe à Genève a vu son paquet exploser vers 18 h, dans la campagne fribourgeoise. Le train a eu le temps d'entrer en gare de Fribourg, où des passagers sont descendus et montés. Puis le convoi est reparti.

C'est la police vaudoise qui a été alertée par les CFF. Elle a déployé les gros moyens pour arrêter le train dans les hauts de Lutry. L'arrêt a été décidé par mesure de précaution, selon Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police cantonale. Une kyrielle de spécialistes a accompagné les secours sur place pour s'assurer que tout risque de contamination était écarté.

«L'événement, inquiétant au départ, s'est finalement avéré de peu de gravité», raconte le porte-parole Jean-Christophe Sauterel. Les voyageurs n'ont donc couru aucun risque: la souche du virus porcin en question n'est pas dangereuse pour l'homme. Seules deux personnes ont été légèrement blessées par l'explosion. « Il s'agit bien d'une souche porcine H1N1, mais qui n'a rien de similaire à celle qui circule dans le monde, au Mexique notamment», a expliqué hier Laurent Kaiser, responsable du Centre national de référence pour la grippe à Genève.

Certes, mais l'identité des 61 voyageurs présents dans le malheureux wagon a été relevée par les policiers vaudois. Au cas où, selon Laurent Kaiser. Selon lui, cette souche, que côtoient quotidiennement les fermiers, peut quand même infecter l'homme. «Un petit rhume, exceptionnellement une grippe», relativise-t-il.

Ce type de transport est ordinaire, selon le responsable du centre qui travaille actuellement pour mettre au point un test diagnostic sur la grippe porcine, sur mandat de l'Office fédéral de la santé publique. Tout désolé par cet incident, il en a profité pour rappeler, hier, une réalité méconnue du public: des virus infectieux se baladent quotidiennement, d'un laboratoire à un autre, dans les transports publics.

Bref, les usagers des CFF peuvent être assis, sans le savoir, à côté d'un produit biologique. «La Suisse suit à la lettre la réglementation internationale de ces transports de produits», tente de rassurer Gregor Saladin de l'Office fédéral des transports. Evidemment que les virus hyperdangereux pour l'homme (de niveau 4), comme la rage et la fièvre Ebola, se déplacent loin du public, par train marchandises ou par la route. En revanche, les virus jugés inoffensifs peuvent être transportés dans des trains voyageurs. Comme ce virus porcin, de niveau 2. Son déplacement entre deux laboratoires ne demande, d'ailleurs, aucune autorisation de la part des autorités.

«Ce qui compte, c'est la qualité de l'emballage», détaille le spécialiste. Et c'est ce qui a cloché, lundi soir dans l'intercity. Les fioles étaient dans un triple emballage de protection. «Ce qui est au-delà des recommandations habituelles», précise Laurent Kaiser. De la glace carbonique y avait été ajoutée, pour maintenir la température. Mais elle a été placée au mauvais endroit. Dans une des parties hermétiques de l'emballage. Ce qui fait qu'en fondant la glace a produit du gaz carbonique qui a fait exploser le tout.

«Normalement, il faut un système pour que le gaz s'échappe», relève Gregor Saladin. Selon lui, cette condition n'aurait pas été respectée. L'explosion serait donc due à une erreur humaine. Selon la police vaudoise, une enquête pénale n'avait toujours pas été ouverte hier en fin de journée.




Rien à voir avec le contexte mondiale actuel, mais on ne peut s'êmpêcher de faire un parallèle avec l'épidémie de grippe H1N1 en provenance du Mexique : cette fois, c'est un virus porcin qui essaye de se faire la malle depuis une gare en Suisse.  L'explosion de cinq fioles de virus porcin dans un intercity, lundi soir, a en effet dévoilé une réalité méconnue: des produits biologiques voyagent tous les jours dans les transports publics suisses. Dingue...

Commenter cet article