Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

FONCIER : La Ville de Nice lorgne sur les 22 hectares de la gare Saint-Roch

28 Avril 2009 , Rédigé par nice.maville.com Publié dans #ACTU

  FRANCE - « On étudie la possibilité de récupérer une partie des emprises ferroviaires de Saint-Roch », a affirmé Christian Estrosi à l'issue de sa rencontre avec Guillaume Pépy, le président de la SNCF. Ce dernier n'a pas dit oui à une cession mais il n'a pas dit non ! Mieux, « il a confirmé qu'il n'avait pas besoin de toute la surface...». De là à en conclure qu'il pourrait céder...

Le changement de ton à la tête de la SNCF est en tout cas spectaculaire et ouvre, pour la Ville, de nouvelles perspectives de développement.Explications. On le sait, la commune manque cruellement de terrains. Le « foncier » fait défaut, comme disent en choeur tant les politiques que les dirigeants économiques, dans une ville coincée entre mer et collines. Où mettre les équipements publics ? Les logements ? Les écoles ?

Et pourtant, il y a, en pleine ville, un gros propriétaire foncier : la SNCF ! Si l'on additionne son patrimoine à celui de Réseau Ferré de France, on aboutit à un total de plus de 46 hectares. L'un des plus gros morceaux de cette emprise ferroviaire, c'est la gare de Saint-Roch. 22 hectares à elle toute seule, davantage que la station Thiers ! Pour prendre visuellement conscience de son étendue et de son impact sur la géographie urbaine, il suffit de se rendre à l'Observatoire, au mont Gros. Vue imprenable sur la gare et son gigantisme.

Un tel emplacement suscite aujourd'hui des convoitises, de la part des promoteurs, bien sûr, mais aussi et surtout de la Ville qui rêve d'en récupérer une partie pour valoriser son projet urbain. Simplement un rêve en effet... Jusqu'à tout récemment, la SNCF a toujours opposé une fin de non-recevoir. Pas question de céder un pouce, même si ces terrains sont pas ou sous-utilisés. Sous l'ancienne municipalité, lorsqu'on a voulu y installer le centre de maintenance de la ligne 1 du tram, la réponse a été non.

Mais tout est en train de changer. Si ce changement se concrétise, on pourra vraiment parler de révolution ! Reste un obstacle de taille à lever : l'augmentation du trafic des TGV, notamment dans la perspective de la LGV Nice-Paris à l'horizon 2018-2020. Or, Saint-Roch est la gare de remisage de ces trains. Mais, là encore, Guillaume Pépy s'est voulu rassurant en confirmant que, de toute manière, la SNCF n'aurait pas besoin de tout.




Et si la commune récupérait une partie de l'immense emprise ferroviaire de la gare Saint-Roch aujourd'hui sous-utilisée ? Le président de la SNCF ne dit pas non... bien que la gare a de multiples applications ! outre le remisage des rames TGV, la gare sert aussi de gare de marchandises et de gare de voyageurs pour les liaisons TER entre Nice, Breil, Tende, Limone et Cuneo (»Train des Merveilles »).

Commenter cet article