Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
PASSION-TRAINS

MATERIEL : Les AGC Bibi, des TER d’un nouveau genre

28 Mai 2009 , Rédigé par laboussole74.com Publié dans #REPORTAGE

 FRANCE - Le 25 mai, le vice-président de la Région Rhône-Alpes en charge des transports, Bernard Soulage, accompagné de Jean-Marc Larivoire le directeur SNCF Alpes et Jean Berge le Vice-Président de Bombardier France, ont fait découvrir aux élus, représentants d’associations d’usagers et aux médias un matériel TER d’un nouveau genre lors d’un parcours d’essai entre Chambéry et Grenoble : les AGC Bibi « Hybrides ».

Les AGC sont déjà connus en Haute-Savoie et en Rhône-Alpes généralement. Ces automotrices fabriquées par Bombardier assurent les dessertes Lyon – Haute-Savoie/Genève avec la version « électrique bi-courant » fonctionnant sous deux types de courant ; avec la version « Bi-mode », engin électrique également mais fonctionnant soit avec deux moteurs thermiques (alimentation des moteurs électriques de traction via génératrices associées), soit sous courant 1500 volts utilisé essentiellement autour de Lyon vers Bourg en Bresse, Genève, Chambéry, St Etienne et Valence.

C’est donc un « mix » de ces deux versions que propose Bombardier en sortie de ses ateliers de fabrication à Valenciennes et dont certaines régions ont déjà fait l’acquisition. Ces AGC (Autorails à Grande Capacité) sont surnommés « Bi-Bi » pour Bi-courant (1,5 Kv et 25 Kv) et Bi-mode (thermique et électrique). Des trains hybrides par excellence qui peuvent changer de mode tout en roulant ou lors d’un arrêt en gare par exemple.

La version bi-mode donne déjà pleine satisfaction sur Lyon – Bourg en Bresse en alternant le fonctionnement par moteur thermique sur la partie non électrifiée modernisée et la traction électrique sur les extrémités de la ligne à Bourg et Lyon. Des incursions en mode « écologique » en sus au cœur de ces deux agglomérations, c’est appréciable. Ces bi-modes circulent également sur l’axe Lyon – Roanne – Tour et vers Clermont Ferrand.

Mais les choses se compliquent sur l’axe du « Sillon Alpin Sud » Valence – Grenoble – Chambéry – Genève/Annecy avec deux portions de ligne non encore électrifiées (St Marcel les Valence – Moirans et Gières – Montmélian) mais surtout deux types de courant utilisés. Car en effet si la ligne St Marcel les Valence – Moirans est en cours de modernisation avec fermeture totale jusqu’au 6 septembre, l’amélioration qualitative des 49 dessertes quotidiennes dès cette date se fera sans électrification. Cela fait partie de la seconde phase du projet inscrit au CPER 2007 – 2013. Il fallait donc un train moderne et capacitaire pouvant circuler, sans attendre, alternativement avec ou sans caténaire et pouvant capter les deux types de courant rencontrés sur l’ensemble du parcours.

Le Bibi s’affranchit de toutes ces barrières et son confort sera proposé de bout en bout avec ses 204 places (jusqu’à 612 places maxi pour trois engins couplés) sans rupture de charge, sans perte de temps au changement de locomotive et surtout, avec une « empreinte carbone » amplement diminuée puisque l’utilisation du moteur thermique (respectant les normes de rejets CO² actuelles) sera limitée aux portions citées plus haut alors qu’actuellement les dessertes Valence – Annecy/Genève via Chambéry et les dessertes courtes Valence – Grenoble utilisent exclusivement le mode diesel sur toute la longueur du parcours.

A titre comparatif, un trajet Valence – Chambéry passera d’une consommation de 2 000 litres de gasoil à seulement 500 litres, la pollution engendrée diminuant avec un plus fort pourcentage encore avec des moteurs « propres » qui vont remplacer dès septembre ceux des X TER dont la Région se sépare sans regrets (…) et progressivement ceux des locomotives diesels des années 60 bien loin des normes environnementales actuelles.

A la réouverture de Valence – (Moirans) Grenoble modernisée en septembre, 10 Bibi sur les 28 commandés seront en service, 18 d’ici décembre. L’investissement représente 140 M d’euros, financé par un Crédit Bail, nouveauté pour le Conseil Régional. A l’issue de la phase 2 de la modernisation du S.A.S, l’électrification sera complète et les Bibi perdront une partie de leur pertinence. Ils pourraient alors aller épauler les AGC « Bi-mode » sur Lyon – Bourg et Bourg – Oyonnax et aussi sur la transversale Lyon – Roanne – St Germain des Fossés.

Si sur Paris – Provins les Bibi en service depuis 2008 changent de mode thermique/électrique en roulant, sur le SAS la procédure se fera à l’arrêt. Lors ne notre parcours d’essai, le train est parti en mode électrique de Chambéry sous courant 1 500 volts continu. Le moteur thermique a tourné un peu le matin et il est donc déjà « chaud » pour être mis en route seulement à l’arrêt de Montmélian. Sinon, il doit être démarré (sans utilisation pour la traction du train) en roulant, 6 km avant le changement de mode afin qu’il soit en conditions optimales de fonctionnement, surtout en hiver. Ici le moteur est donc allumé en gare et le pantographe qui capte le courant de la ligne aérienne de contact est baissé. Le conducteur confirme par radio qu’il n’est plus « circulation électrique » au centre de gestion des circulations de Chambéry. Puis après autorisation il repart. L’opération n’a pris qu’une grosse minute soit le temps d’un arrêt normal en gare.

A l’arrivée à Gières l’opération inverse est réalisée. Le conducteur remonte son pantographe cette fois sous 25 000 volts monophasés et transfère ses commandes sur le mode électrique. Le moteur diesel est arrêté aussitôt. Pas plus d’une minute non plus et aucune perte de temps. De cette alternance, les voyageurs n’en percevront qu’un bruit relativement silencieux des moteurs diesels à chaque extrémité du train. On est très loin des vieilles « Michelines » d’antan !



Les AGC Bibi "Hybrides", une nouvelle race de TER ; fabriquées par Bombardier elles assurent les dessertes Lyon – Haute-Savoie/Genève avec la version « électrique bi-courant » fonctionnant sous deux types de courant ; avec la version « Bi-mode », engin électrique également mais fonctionnant soit avec deux moteurs thermiques (alimentation des moteurs électriques de traction via génératrices associées), soit sous courant 1500 volts... "faites vot' choix, m'sieurs dames...."

Commenter cet article