Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

TRANSDEV : Veolia met en garde la SNCF

29 Juin 2009 , Rédigé par Lefigaro.fr Publié dans #ECONOMIE - FINANCE

  FRANCE - Le secteur des transports pu­blics est en ébullition. Depuis l’annonce de la sortie prochaine de la RATP du capital de Transdev, et d’une réflexion de la Caisse des dépôts sur le sujet, Keolis, filiale de la SNCF, et Veolia sont officiellement candidats à un rachat. La Caisse des dépôts est en effet majoritaire dans le capital de Transdev avec 70 % du capital, la RATP détenant 25 % et la banque Intesa Sanpaolo, 5 %.

«Outre les deux candidats français qui sont favoris, un groupe européen et un partenaire financier se sont également manifestés», explique une proche du dossier sans donner davantage de précisions. Selon nos informations, Keolis aurait fait une offre supérieure à celle de Veolia et aurait un projet qui séduirait davantage le management de Transdev. Mais la décision appartient en dernier lieu à la Caisse des dépôts. Lors de plusieurs rencontres, Veolia aurait défendu la complémentarité de son réseau avec celui de Transdev ainsi qu’un «problème de concurrence» en cas de fusion entre Keolis et Transdev.

«Notre ambition est de créer un leader mondial des transports publics par intégration de nos savoir-faire complémentaires», explique un proche du dossier chez Veolia. En France, Veolia est ainsi très présent dans le transport interurbain, tandis que Transdev l’est davantage dans l’urbain. La complémentarité des deux groupes est également européenne, puisque Transdev est principalement implanté au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Italie, en Espagne et au Portugal, alors que Veolia a décroché ses plus gros contrats en Allemagne, dans le Benelux et les pays scandinaves. «Le rapport de taille est également parfait pour une fusion, explique un cadre de Veolia. 2,3 milliards de chiffre d’affaires pour Transdev, 6 milliards pour nous, c’est un rapport de un à trois.»

Pour décrocher sa cible, Veolia a également agité le spectre de l’abus de position dominante en cas de victoire de son adversaire. «Veolia fait valoir qu’un rapprochement Keolis-Transdev ne passera pas auprès de Bruxelles, commente un proche du dossier. Le rapprochement du numéro un et du numéro trois du secteur impliquerait une concentration trop importante.»

Si la filiale de la SNCF devait finalement l’emporter, elle devra alors sans doute se débarrasser de nombreux actifs de Transdev pour satisfaire aux exigences de Bruxelles. Une perspective tout à fait au goût de la RATP, qui a d’ores et déjà annoncé qu’elle ne souhaitait pas partir les mains vides : «Nous ne souhaitons pas vendre notre participation dans Transdev, explique une source à la RATP. Nous souhaitons sortir de son capital et conserver certains actifs, ce n’est pas la même chose.»



Selon le groupe privé Veolia, une fusion entre Keolis, filiale de la SNCF, et Transdev poserait un problème de concentration à Bruxelles...

Commenter cet article