Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

FOCUS : Le TGV IRIS 320, un laboratoire à grande vitesse !

31 Juillet 2009 , Rédigé par Eric Publié dans #FOCUS

 Je vous propose de découvrir un focus spécial sur un TGV pas comme les autres... il ne transporte ni voyageurs ni marchandises (comme le TGV postal), mais tout simplement un laboratoire avec ses ingénieurs !

Ce TGV aux couleurs originales (violet, orange et gris), recouvert de chronomètres pelliculés, et que j'ai eu le privilège de découvrir en exclusivité de l'intérieur, ne passe pas inaperçu. Véritable rame de mesures ambulante, elle a pour rôle d’ausculter les Lignes à Grande Vitesse (LGV) et les lignes classiques importantes, de surveiller et mesurer à grande vitesse l’infrastructure ferroviaire.

Son nom ? la rame IRIS 320 de la SNCF... et je vous propose aujourd'hui de la découvrir à travers un photos- reportage fait avec les étudiants en génie ferroviaire de l'ICAM de Lille, et diverses vidéos.
 
 


Aaaaah ouais.... le décors est planté ! voilà une journée découverte qui s'annonce plutôt bien !


I.- Un Laboratoire à grande vitesse... Super ! Mais pour quoi faire ?

Pour bien comprendre la problèmatique, retournons quelques années en arrière... Le besoin de construire un véhicule de mesures permettant de tester les lignes à grande vitesse remonte en effet au milieu des années 1980 ; les mesures étaient auparavant effectuées par une rame TGV du parc commercial réaménagée en laboratoire d'essai le temps de la campagne de mesure. Cette transformation occasionnelle devenait très lourde à gérer.... et pas franchement économique pour la SNCF.

Pour pallier à cette situation, la SNCF créé alors en 1988 la voiture de mesure "Mélusine", qui était construite sur la base de deux demi-chaudrons de remorques d'extrémité, ce qui en faisait une voiture « ordinaire » et qui pouvait être incorporée lors des campagnes d'essais dans la plupart des rames TGV. En effet, cette voiture de mesure était « transparente » pour la rame car elle s'auto-alimentait en énergie par un groupe électrogène. C'est ainsi qu'elle pouvait prendre place dans un TGV Sud Est, Postal, Atlantique, Réseau, PBKA, POS, Duplex, L'Eurostar TMST constituant la seule exception, en raison des spécificités britanniques des rames
.



Melusine, "l'ancêtre" du TGV de mesure sur les LGV...


Du fait de sa conception, Il arrivait même que certaines campagnes d'essais se déroulent durant des circulations commerciales avec des rames en unité simple (afin de ne pas dépasser la longueur des quais). Son espace intérieur comprenais une salle de mesure, un coin repos et une vigie... Cette dernière permettait l'observation en temps réel du pantographe arrière qui etait utilisé en temps normal sur une rame TGV.

Seulement voila : Le succès des liaisons ferroviaires à grande vitesse induit une perpétuelle vigilance. Sur le réseau Sud-Est, par exemple, le trafic a doublé en quelques années. L’entretien de ces voies est un véritable casse-tête, car il s’agit de prévenir, réparer et surveiller les lignes en un temps record, tout en maintenant la circulation. En 2007, après une année de tests divers, la voiture mélusine est donc remplacée par un nouvel outil, la rame de mesure à grande vitesse (MGV) dénommée Iris 320. Examinons ensemble la bête... sous toutes ses coutures :



Un nez racé....




Un pelliculage unique...




Une identité bien affirmée...



... Ah pas de doute, c'est bien l'Iris 320 !



l'arrière du train, juste avant le départ...




Sur toute sa longueur...




Ah ! le compartiment VIP : notre voiture privée ! on y reviendra plus tard...


 
L'une des deux vigies, d'où la vu est excellente pendant le transit....



... et l'une d'elles, vu d'encore plus près avant le départ !



L'avant de la rame...




C'est bon, on a fait le tour !



Alors parés au départ : mets la gomme Marcel...... tu as du libératoire ! c'est parti...

 



II.- IRIS 320.... un nom prédestiné !

Le TGV IRIS 320
est une rame TGV modifiée de la SNCF qui permet de surveiller et de mesurer les lignes classiques, et surtout les lignes à grande vitesse. La rame peut faire ses mesures, à la vitesse d'exploitation de la ligne, et jusqu'à 320km/h sur les dernières LGV, d'où son nom.

Il faut dire que les voies à grande vitesse sont mises à rudes épreuves avec un trafic qui ne cesse d’augmenter. Sur la LGV Paris / Lyon par exemple, un TGV circule actuellement... toutes les trois minutes en heure de pointe ! C’est pour cela que la SNCF a créé en 2006, un train avec un laboratoire embarqué, pouvant s'insérer dans le trafic et circuler à la même vitesse que les TGV, pour ne pas gêner la circulation des autres trains.

A son bord, c'est un véritable concentré de technologie : 150 capteurs (sur le toit, les roues, les essieux), 20 caméras travaillant jusqu’à 400 images/seconde, 20 antennes et 20km de fibre optique permettent de visualiser les courbes et les oscillations de la rame en temps réel. Transmises aux spécialistes de la maintenance en direct, via les serveurs informatiques, ces données sont analysées, afin de déclencher si nécessaire des opérations de maintenance préventive ou de réparation. Deux vigies sur le toit (de véritables "bulles" transparentes) permettent par ailleurs aux experts d’avoir une vue imprenable sur les caténaires et les conditions de captage du courant électrique par le train.

Les performances uniques au monde d’Iris 320 permettent ainsi de détecter le moindre défaut à 5m près, qu’il soit lié aux caténaires, rails, instruments de signalisation ou de télécommunication. Toutes ces mesures sont analysées à bord en temps réel, grâce à un système informatique. Les défauts urgents sont transmis aux équipes sur le terrain, pour une réparation immédiate. Quand aux autres défauts, leur remise en état sera planifiée lors de travaux ultérieurs.

Véritable œil infaillible, IRIS 320 n'ursupe donc pas son nom ! Après avoir planché un an sur les Lignes à Grande Vitesse, Cette rame unique dans le monde scrute désormais toutes les voies du réseau français, captant dans son faisceau la moindre défaillance.



... Et précisément, les capteurs sur l'IRIS 320, c'est pas ce qui manque ! il y en a sur les roues...



Dans les vigies...




et dans toutes les voitures de mesure ! ici pour le contrôle des voies...




ça turbine sévère...




...même les étudiants de l'ICAM en perdent leur latin !




Et à la mesure caténaire, me direz vous ? Et bien ce n'est pas mieux ! la preuve en images :



la moindre variation électrique y est traquée....




 enregistrée...analysée...

... et filmée ! des caméras surveillent jusqu'au comportement des pantagraphes. Vidéo :






Tout est décidément sous contrôle... et à 301 km/h, siouplait ! même l'indicateur de vitesse en est ému... il en bafouille !



Mais direction l'une des vigies pour profiter du paysage...




... la vue y est imprenable !



Superbe, non ?




Mais en vidéo, même sir le clip est court, ça rend encore mieux : A vous de juger !




III.- Des contrôles à un rythme effréné.... et une certaine idée du confort ferroviaire !

200 000km de voies sont auscultées chaque année, l’Iris 320 inspecte une fois tous les 15 jours les LGV et quatre fois par an les lignes classiques importantes. Chaque semaine, les deux conducteurs et les sept techniciens et ingénieurs travaillent et vivent à bord pendant les cinq jours de la tournée.

A l’avant du train sont regroupés les systèmes de contrôle, une salle de réunion dotée d’un écran de 50 pouces pour la transmission des informations techniques, un espace d’accueil de quinze fauteuils TGV avec six écrans plasmas.

La partie arrière de l’Iris 320 est aménagée en « hôtel à grande vitesse », pour une plus grande autonomie. A son bord, des équipements atypiques pour un TGV : les lieux de vie sont constitués de dix cabines individuelles avec couchage, deux cabines de douche, une cuisine équipée et une salle à manger.

L’Iris 320 est prioritaire sur les trains commerciaux (TGV, Corail, TER...), son rôle est primordial car sa vocation est avant tout préventive. C’est lui qui permet d’intervenir avant que des dysfonctionnements ne se produisent. Par conséquent, il limite les risques de retards des trains, améliore la ponctualité, la sécurité et le confort des voyageurs.

Après la visite technique, place à la partie aménagée.... comme indiqué plus haut, c'est une certaine idée du confort... ferroviaire !

  

 


Ici, l'espace VIP (oui oui Laurent.... Tu peux t'asseoir... c'est permis!)



L'espace cuisine tout équipée / Salle à manger, avec four Micro-ondes, réfrigérateur...




... Et son
espace tri sélectif ! qui a dit que le train ne respectait pas l'environnement ?



L'espace couchettes.... (chuuuuuuuuuuut.... ça pionce !)




Bref, une visite de 3 heures qui nous a tous laissé sur le cul ! deux des étudiants de l'ICAM n'en sont toujours pas revenus....

 


Alors un grand MERCI à la SNCF pour cette journée découverte exceptionnelle, à nos accompagnateurs qui nous ont vraiment fait préféré le train et aux 55.000 agents de « l’Infra » (pour Infrastructure) qui sont chargés de vérifier en permanence l’état du réseau et qui font un boulot formidable !


IV.- Et dans le domaine du modèle réduit, ça donne quoi ?

Hélas, trois fois hélas :  il n'existe pas, à ce jour, de rame IRIS 320 au 1/87e. Ni Jouef, Lima ou encore Mehano, les fabricants historiques qu se sont un jour lancé dans l'aventure TGV n'ont encore à ce jour relevé le gant pour proposer un modèle qui ferait fureur dans les collectins des plus passionnés. Dommage !  les accros des trains de mesure à grande vitesse n'auront donc pas d'autre choix que de réaliser eux même leur rame IRIS 320 en rivalisant de patience et d'ingéniosité, notamment pour réaliser le pelliculage adéquat...

Pour ce faire, une méthode, glanée sur le Net... et qui pourra être d'un grand secours aux modélistes tentés par la transformation d'une rame standard en rame de mesure. Tous les détails pour la transformation 
en cliquant ici

                                                                                                  * * *

Voilà qui clôture ce sujet consacré à un train unique au monde, et que la SNCF aimerait bien exporter à l'étranger. Gageons qu'elle y arrivera ... et d'ici là, allez ! une dernière vidéo pour la route... il n'y a pas de mal à se faire du bien !

Eric

 

Commenter cet article

Peter Worrall 28/12/2010 23:38



Hello,


Superb article. I worked on the MGV at Lille depot, and have fond memories of wiring the geometry measurement system.


Continuez le bon travail.



Théo MOLL 23/12/2010 12:03



Très bon article. C'est vrai que nous, modélistes, avons beaucoup de mal à trouver des photos potables et bien prises pour recréer le pelliculage... Ce qui est vraiment dommage, car comme vous
dites, cette rame ferait fureur chez les passionnés...


Si jamais vous avez des photos qui pourraient m'aider, prévenez moi ! 


Bonne journée et joyeuses fêtes !


 


Théo M.



Gojirius 23/08/2009 22:35

Bonjour,j'ai beaucoup aimé votre article. Il est très complet avec ces photos (avec celle de l'intérieur, c'est assez rare de pouvoir en voir) et la description qui va avec.COntinuez comme ça.