Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

REPORTAGE : Paris va devoir renégocier avec Bruxelles le plan d'aide au fret

29 Septembre 2006 , Rédigé par Le Monde Publié dans #REPORTAGE

 FRANCE - Si la SNCF a réalisé de bonnes performances lors du premier semestre 2006 avec un chiffre d'affaires de 10,8 milliards d'euros (+ 5 %) et un résultat net en hausse de 75 % à 191 millions d'euros - hors opération en capital sur la Société hydroélectrique du Midi -, l'entreprise n'en a pas fini avec ses vieux démons...

Une nouvelle fois, la SNCF est confrontée à une baisse sensible de son activité fret, qui reste largement déficitaire. Pour les six premiers mois, Fret SNCF affiche une perte de 138 millions d'euros, contre une perte de 118 millions d'euros au premier semestre 2005. Cette activité ne sera donc pas à l'équilibre à la fin de l'année, ce qui était la condition sine qua non pour que soit autorisée par Bruxelles la recapitalisation de cette division déficitaire.

Dans son budget 2006, la SNCF prévoyait une perte réduite à 47 millions d'euros, après avoir affiché une perte de 237 millions d'euros pour la totalité de l'exercice 2005. Le ministre des transports, Dominique Perben, a reconnu, mercredi 27 septembre lors de la présentation du budget de son ministère, que le plan fret devra être ajusté avec Bruxelles, notamment en "prolongeant sa durée". Il a rappelé qu'un audit était en cours et qu'Anne-Marie Idrac, la nouvelle présidente de la SNCF, devait lui remettre d'ici à novembre de nouvelles propositions.

Dans l'entourage du ministre, comme à la SNCF, le discours se veut rassurant. Le fait que l'activité fret ne soit pas dans les clous à la fin de son plan triennal de redressement ne devrait pas avoir de conséquences importantes. Au pire, cela pourrait décaler le versement d'une tranche d'aide publique de l'ordre d'une centaine de millions d'euros, mais cela ne remettrait pas en cause le plan de recapitalisation de 800 millions d'euros engagé en 2004.

La SNCF attribue l'essentiel de la dégradation des résultats de l'activité fret "à un choc sur le chiffre d'affaires dû à un effet volume fortement négatif". Mais elle ajoute que ce choc a été "amplifié par des mouvements sociaux et des difficultés sur le niveau de la qualité de service et sur la production".

Par ailleurs, depuis l'ouverture totale du marché domestique à la concurrence intra-modale, le 31 mars, la SNCF reconnaît qu'elle n'a pas eu forcément une bonne appréciation de la future concurrence. Dans son communiqué, l'entreprise avoue avoir constaté "une agressivité commerciale de la part de ses premiers concurrents nettement supérieure à celle qui était prévisible".

En attendant les résultats de l'audit, la SNCF a décidé de reporter la réalisation du test de valeur sur les actifs de Fret SNCF au 31 décembre - demandé par Bruxelles - afin de disposer de tous les éléments techniques nécessaires. Cette situation se traduira par une réserve du collège des commissaires aux comptes.

Pour le second semestre, la SNCF s'est fixé comme objectif de "remettre" l'activité fret sur sa "trajectoire de retour à la croissance équilibrée".

La branche Fret de la SNCF toujours déficitaire : Pour les six premiers mois, le secteur affiche une perte de 138 millions d'euros, contre une perte de 118 millions d'euros au premier semestre 2005.

Commenter cet article