Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

COUP DE GUEULE : Vers une énième réduction des dessertes sur les lignes Corail

5 Août 2005 , Rédigé par Eric Publié dans #ACTU

 FRANCE - La SNCF a confirmé (comme par hasard) en plein coeur de l'été son projet de réduction de desserte à  la fin 2005 sur trois lignes Corail qualifiées d'"ultra déficitaires" de l'Ouest de la France, face auquel les présidents de régions sont décidés à  livrer une "bataille du rail".

Les lignes Quimper-Nantes-Bordeaux-Toulouse, Nantes-Lyon et Caen-Le Mans-Tours, dont la perte cumulée avoisine 20 millions d'euros par an, risquent donc d'être moins alimentées en trains, voire arrêtées, lors du passage au service d'hiver mi-décembre, a confirmé la SNCF ce jeudi 04 août.

Selon  le directeur général de la SNCF, Guillaume Pépy, ce projet ne serait pas une décision. "Il y a là -dessus une discussion en cours, elle va continuer avec les Conseils régionaux responsables des liaisons ferrées locales", a t'il déclaré. Mouais... Il n'empêche : si ce "projet", se concrétise, il se traduira par "la suppression de 10 trains par jour sur 3 lignes, dont l'arrêt de la desserte Caen-Tours, sachant que 10.000 trains circulent chaque jour en France. Au final, c'est donc 2 trains Bordeaux-La Rochelle, 2 Nantes-Quimper, 2 Tours-Lyon et surtout les 4 trains quotidiens Caen-Tours qui pourraient donc faire les frais de cette décision et être supprimés.

En attendant, les régions se préparent à "une véritable bataille du rail", selon les termes du président (PS) de la région Pays-de-la-Loire, Jacques Auxiette.  "Une fois de plus, les régions sont prises en otage par l'Etat qui refuse d'assumer son rôle financier d'autorité organisatrice, et elles sont amenées à  financer son désengagement", a déploré jeudi l'Association des régions de France (ARF), qui juge le projet "totalement inadmissible". Le président de Basse-Normandie Philippe Duron (PS), a pour sa part écrit au gouvernement pour lui demander d'intervenir, estimant jeudi que "La SNCF déraillait".

La SNCF, tenue à  l'équilibre des comptes, ne veut plus assumer le déficit des 25 lignes Corail interrégionales, qui atteint 124 millions d'euros par an. "Service public, cela ne rime pas avec déficit (?!?) ", a clamé M. Pépy. "Le devoir d'un service public, c'est de bien utiliser l'argent que lui confient les clients et le contribuable. Et, là  dessus, il faut que nous prenions nos responsabilités", a-t-il insisté. Assurément, M. Pépy ne doit donc pas faire partie des millions d'usagers qui prennent le train chaque jour pour aller travailler....

Le vice-président du conseil régional de Bretagne Gérard Lahellec a de son coté estimé que "L'Etat et la SNCF considèrent qu'ils n'ont plus de mission d'aménagement du territoire. La mission de la SNCF aujourd'hui c'est de gagner des sous, pour faire face à  la concurrence, ce qui est très contestable (...) Ces lignes sont déficitaires comme toutes les lignes d'utilité publique. Soyons clair : la vraie raison de leur réduction projetée, c'est que l'Etat ne veut pas mettre un centime".

Personnellement, J'opte plutôt pour ce point de vue..... et vous ?

 

 Vers la fin du service publique ferroviaire dans l'ouest de la France en 2006 ?

Commenter cet article