Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

ANALYSE : La SNCF, un établissement public... sous perfusion

21 Janvier 2011 , Rédigé par Francesoir.fr Publié dans #LE SAVIEZ VOUS

logo SNCF FRANCE - La SNCF ressemble à une entreprise comme les autres, mais quand il s’agit d’annoncer la hausse de ses tarifs, c’est la ministre de l’Ecologie et des Transports qui s’en charge. Mardi, Nathalie Kosciusko-Morizet a fait de la politique : « La SNCF nous demandait 5 %. On a dit que ce n’était pas possible et on sera probablement entre 2 et 3 %. » Dites comme ça, les choses paraissent simples.

 

La SNCF est-elle une administration ou une entreprise ? Pas une administration puisqu’elle a un PDG à sa tête, Guillaume Pepy. Mais pas une vraie entreprise, comme en témoigne la prééminence de NKM. Ni une société anonyme détenue par l’Etat. Juridiquement, il s’agit d’un Etablissement public industriel et commercial (Epic), mi-administration mi-entreprise. Ses résultats financiers traduisent cet entre-deux. A première vue, nous ne sommes pas très loin de l’équilibre puisqu’elle affichait un bénéfice net de 98 millions d’euros au cours du premier semestre de 2010. Cela n’est pas très glorieux rapporté aux 15 milliards de chiffre d’affaires engrangés en six mois, mais cela suffit à faire illusion. Pas question de parler d’une administration lourdement déficitaire.

 

Sauf que… si la SNCF équilibre ses comptes c’est en fait pour deux raisons : les aides qu’elle reçoit de la part des contribuables français et la dette dont elle s’est défaussée auprès de Réseau Ferré de France (RFF), chargé de l’entretien des voies. Lors de la création de RFF, en 1997, la SNCF lui a transféré la bagatelle de 27 milliards de dettes. Ce qui oblige l’Etat a verser 3 milliards de subventions à RFF.

 

Pour les aides, les subventions, les contributions publiques à la SNCF l’affaire est plus complexe. Elles s’élèvent à huit milliards d’euros par an. Un chiffre que la SNCF tait jalousement. Interrogée toute la journée, elle n’a pas été en mesure de trouver un interlocuteur pour répondre à cette question simple. Ce monument a gardé un petit côté soviétique, ou peu s’en faut.

 

Comment se décomposent les 8 milliards de subventions ? L’Institut français pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques (Ifrap) se plonge chaque année dans les méandres des comptes de la SNCF pour y retrouver, bribe par bribe, l’ensemble des aides publiques. Ici, 182 millions d’euros pour faire voyager les militaires. Là, 67 millions pour les tarifs sociaux (familles nombreuses…). 5 millions d’euros pour transporter la presse. Ensuite vient le lourd, avec 1,1 milliard accordé par l’Etat au titre des investissements, 3,8 milliards versés par les collectivités locales pour le transport régional et, enfin, 2,9 milliards de contributions de tous les contribuables pour abonder le régime très spécial des retraites des cheminots.

 

 

  

La SNCF touche 8 milliards d’euros de subventions publiques, mais veut éviter que cela se sache. On comprend pourquoi ! Il serait difficile, dès lors, de faire avaler la pillule de l'augmentations du billet de train aux usagers. Culture du secret, quand tu nous tiens...

Commenter cet article