Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

CONCURRENCE : Le privé s'empare du fret à Argeles et les cheminots de la SNCF craignent le pire

21 Février 2011 , Rédigé par lindependant.com Publié dans #FLASH INFO

logo SNCF logo-ecr.gif FRANCE - La gare SNCF et son activité fret et entretien sont un poumon économique de la ville. Avec l'arrivée progressive des opérateurs privés, les cheminots craignent de voir totalement disparaître leur outil de travail de manutention des convois.  

 

La société ECR (Euro cargo rail) a en effet décroché le marché de manutention des convois ferroviaires allant ou venant d'Espagne. Et les cheminots ne voient pas les choses d'un bon œil.   « Pour nous, assure un responsable CGT,   cela annonce à terme la fin de l'activité de manutention par les agents de la SNCF, avec la bénédiction de la direction. Mais je vous assure que nous n'allons pas nous laisser faire ».

 

Le site de Cerbère, où passent chaque jour de nombreux convois de fret, est un point stratégique et obligatoire pour l'axe de circulation des trains entre le nord et le sud de l'Europe. Le contrôle des trains, leur sécurité, les diverses manutentions sur ces wagons et locomotives sont assurés par 76 agents de la SNCF... Ou plutôt l'était.   « Nous venons de perdre un gros chargeur à savoir la société Ford, explique encore un agent.  

 

Ce client, qui représente 10 % de notre chiffre d'affaires a lancé un appel d'offres pour les diverses manutentions sur le site. C'est une société privée qui a emporté le marché. Ce qui nous met vraiment en rogne, c'est que la SNCF, qui avait postulé elle aussi, était pourtant moins chère de 8 %, ce sont les chiffres de la direction ».

 

Pour le syndicat des cheminots, la raison est simple : le client qui fait transiter voitures et pièces détachées par le site est Allemand et la société   Euro cargo rail le nouvel opérateur est aussi une filiale d'un groupe industriel allemand. Les deux entités seraient donc « main dans la main » pour prendre le monopole du transit ferroviaire nord-sud.   « Pour nous, renchérit un cheminot de Cerbère,   la SNCF a jeté l'éponge et ne veut pas conserver le marché. Elle ne montre pas les dents, elle se réfugie derrière les lois de la concurrence et celles du marché. Pour nous elle est responsable de l'abandon de l'emploi sur le site ».

 
Les cheminots craignent en effet que la société privée qui va prendre en charge la manutention et la mise en route des convois ne soit pas aussi rigoureuse qu'eux au niveau de la sécurité de ces chargements, des surcharges éventuelles et sur les contrôles divers des organes de sécurité. Un courrier en ce sens va d'ailleurs être adressé au ministère concerné.

 

Si depuis une semaine 10 % du travail n'est plus confié aux agents historiques, il est possible que cela s'aggrave encore en avril. Ce sera alors un autre gros client (60 % de l'activité) qui lancera à son tour un appel d'offres. Un client nommé Opel. Si de nouveau le privé emporte le marché (Euro cargo rail par exemple), il ne resterait plus que des miettes pour les cheminots actuels.   « Et ce sera la fin de notre travail , c'est le massacre de l'emploi », prédit l'un d'eux. Ici tout le monde se souvient quand même qu'une lutte sociale avait sauvé il y a quelques années, l'activité   entretien sur le site.

  

 

Depuis à peine plus d'une semaine (cela date du lundi 14 février), le privé s'est installé un peu plus sur le site de la gare de fret de Cerbère, au grand dame de la CGT qui découvre avec effarement qu'il ne s'agit pas seulement d'être moins cher pour remporter un contrat : il faut également être fiable ! Pas surprenant que la tradition de grèves à répétition qui sévit à la SNCF lui joue aujourd'hui des tours...  pas étonnant non plus que selon la CGT, seul les cheminot de la SNCF aient le droit de conduire des trains ; l'argumentaire est bien rodé : emploi menacé, sempiternel credo sur la sécurité... les salariés des autres entreprises n'ont qu'à faire autre chose que s'approcher d'une locomotive... navrant.

Commenter cet article