Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

DECHETS : Des traverses... devenues trop encombrantes

13 Septembre 2010 , Rédigé par aisnenouvelle.fr Publié dans #ENVIRONNEMENT

Logo-RFF.jpg FRANCE - Les stocks de traverses créosotées, amassés sur les emprises ferroviaires du département, vivent leurs derniers jours. La direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement vient d'en assurer l'association Ternois environnement qui durant l'été, avait attiré l'attention de la préfecture sur le colossal et très ancien stock entreposé rues Vaucansson et Anatole-France, en pleine ville et face à la polyclinique du Cèdre. « En cas d'incendie, la situation eut été sérieuse tant pour les riverains que pour la polyclinique » clame le vice-président de l'association Jean-René Jacob. Le représentant de la DREAL Mathias Pieyre a entendu ses arguments : « Comme suite à votre saisine, nous avons interpellé Réseau ferré de France sur la constitution de ce dépôt de déchets susceptibles de relever de la législation des installations classées.

 

La SNCF et RFF ont entrepris un changement de politique de gestion des traverses traitées. Ils ont signé au niveau national un marché avec un prestataire qui ne peut faire face à toutes les sollicitations. De nouveaux prestataires viennent d'être choisis. Le dépôt de Tergnier devrait être résorbé dans les prochaines semaines. » Voilà une affaire rondement menée et sans heurt, ce qui n'est pas pour déplaire au militant associatif qu'est Jean-René Jacob. Mais de même qu'un train peut, selon la formule consacrée, en cacher un autre, un problème surtout dans une ville cheminote qui a produit autant de traverses créosotées qu'elle en a consommé - peut en dévoiler un autre aussi.

 

« Il y a très longtemps que des riverains de la gare de Tergnier se plaignaient de ces stocks auprès d'élus qui eux mêmes étaient d'autant plus embêtés que la SNCF - laquelle je pense était dans cette affaire de bonne foi - ne disposait pas des filières d'élimination requises… « Malgré les mises en garde d'associations de défense de l'environnement, grossistes et même des collectivités ont pu acquérir de telles traverses jusqu'à ce que RFF renonce à les vendre en 2008 ; il y a eu des cas d'incendie parce que les gars en brûlaient dans leur cheminée. Il y en a même qui se mettaient à fabriquer du charbon de bois ! Il y a enfin ceux qui en ont fait des charpentes apparentes dont la chaleur du chauffage fait ressortir l'hiver les agents polluants… »

 

Bref, il était urgent selon lui de trouver une issue à cette prolifération incontrôlée et dangereuse de traverses. « Lorsque nous avons appris pendant l'été que le ministère de l'environnement avait conclu un accord portant sur le recyclage avec RFF et ERDF notamment, nous nous sommes empressés de rappeler au bon souvenir de la préfecture le cas de Tergnier » Avec d'autant plus de succès que selon les termes de l'accord en question, les traverses créosotées entrent dans la catégorie des déchets dangereux. Ce qui n'arrange pas les affaires de tous ceux qui, en toute bonne fois et depuis si longtemps, en ont fait bon usage, à commencer par de nombreuses collectivités locales.

 

 

80 000 tonnes : c'est l'estimation par le ministère de l'Environnement, du tonnage annuel de bois traités à recycler en provenance des réseaux ferroviaires, électrique et téléphonique. A 6 euros, en coût estimatif, du recyclage d'une traverse de chemin de fer selon les propos du président de RFF, et à multiplier par 800 000 traverses chaque année... Faie le calcul vous même pour vous donner une idée du buget à prévoir pour le recyclage ! On a finit de manger de la créosote, moi je vous le dis...

Commenter cet article