Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

ENCHERES : Succès mitigé d'enchères de maisons de garde-barrières vendues par RFF

18 Décembre 2010 , Rédigé par boursereflex.com Publié dans #FLASH INFO

Logo-RFF.jpg FRANCE - Grosse déception à RFF pour la vente aux'enchères de maisons de garde-barrières. "On avait eu beaucoup de visites, mais on s'attendait à avoir beaucoup plus de monde. C'est une petite déception mais cela fait au moins cinq biens que RFF n'aura plus à gérer", a déclaré Pascal Louis, gestionnaire de patrimoine à RFF.

 

Deuxième "propriétaire" foncier de France avec 108.000 ha de terrains et 4,7 millions de m2 de bâtiments, le gestionnaire de réseau a indiqué vouloir se défaire des maisons de garde-barrières devenues inutiles avec l'automatisation des passages à niveaux, n'ayant "pas vocation" à gérer des logements. Les 14 maisons souvent vétustes mises aux enchères, situées en Bretagne et dans la Sarthe, faisaient l'objet d'une mise à prix totale de 650.000 euros. Seule une poignée de particuliers s'étaient inscrits comme enchérisseurs.

 

Les cinq maisons vendues ont été adjugées pour des sommes allant de 12.500 à 85.000 euros, des prix correspondant peu ou prou à leur mise à prix. Un seul bien, situé à Pocé-les-Bois (Ille-et-Vilaine), a vu son prix décoller un peu plus que les autres lots: il a été adjugé 50.000 euros, soit deux fois et demie sa mise à prix.

 

"Le fait que, par définition, des trains passent à proximité de ces maisons constitue une servitude qui joue bien entendu sur les prix", a reconnu M. Louis. RFF table sur des ventes négociées à l'amiable pour les biens restants et n'exclut pas des surenchères, possibles durant dix jours, pour les biens adjugés. Pour l'avenir, "nous allons analyser ce qui a bien fonctionné et ce qui a moins biens fonctionné" pour savoir si l'opération sera renouvelée, a-t-il confié.

 

"Il s'agit de biens atypiques qui n'ont pas intéressé les marchands de biens", a relevé pour sa part Me Dominique Baget, qui a procédé aux enchères. L'un des acquéreurs, Raymond Lévêque, s'est toutefois dit satisfait de son achat. "J'ai eu le lot pour le prix du seul terrain. Tout est à refaire dans la maison, mais j'effectue les travaux moi-même", a-t-il indiqué.

 

 

Le bide : Une vente aux enchères de 14 anciennes maisons de garde-barrières, la première de cette ampleur organisée par Réseau ferré de France s'est soldée par une "déception" vendredi à Rennes, où seuls cinq biens ont été vendus pour moins de 235.000 euros. Etonnant : l'environnement était pourtant calme....

Commenter cet article