Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

ENTREPRISE : La Deutsche Bahn affiche sa bonne santé

8 Avril 2011 , Rédigé par Lefigaro.fr Publié dans #ECONOMIE - FINANCE

logo DB ALLEMAGNE - L’opérateur ferroviaire allemand profite de la reprise du fret et de la rentabilité de son réseau. La Commission européenne a annoncé jeudi 31 mars qu’elle lançait une enquête pour abus de position dominante sur sa filiale énergie. 

 

À la fois grand rival et vrai modèle pour la SNCF, le groupe allemand Deutsche Bahn a publié un très confortable bénéfice net, en hausse de 27,5% en 2010, à 1,06 milliard d’euros. Par comparaison, la SNCF a affiché un résultat net de 697 millions d’euros l’année passée. Le géant allemand du rail, très présent dans le transport routier, a surtout profité du rebond du fret qui avait plongé en 2009 avec la crise économique. Le transport ferroviaire de marchandises enregistre une hausse de 13% du chiffre d’affaires à 4 milliards d’euros tandis que les recettes du transport routier grimpent de 26,7% à 14,3 milliards d’euros. Autre activité profitable, son réseau ferroviaire, loué aux opérateurs concurrents. L’année dernière, il a apporté à la DB un résultat opérationnel de 601 millions d’euros. Contrairement à la France, bonne élève aux yeux de la Commission européenne, qui a séparé dès 1997 l’opérateur ferroviaire (SNCF) et le gestionnaire du réseau en créant Réseau ferré de France (RFF), l’Allemagne a conservé gestion et exploitation du réseau au sein du même holding.

 

Lle président de la SNCF, Guillaume Pepy, a une fois de plus signalé cette distorsion de concurrence dans un entretien au Monde, estimant que la France avait «été très loin dans la séparation de l’infrastructure et du transport ». Jeudi, la Commission a d’ailleurs fait savoir qu’elle avait procédé à des perquisitions au siège de la compagnie allemande qu’elle soupçonne d’abus de position dominante. Non pas parce que la DB a conservé le réseau d’infrastructures dans son giron mais parce qu’une de ses filiales, Deutsche Bahn Énergie, seul fournisseur d’énergie aux opérateurs ferroviaires en Allemagne, aurait appliqué un tarif préférentiel aux activités fret du groupe.

 

Cette enquête est une mauvaise nouvelle pour le groupe allemand qui vient de traverser cet hiver une période noire - pire encore que celle vécue par la SNCF - au cours de laquelle les problèmes techniques se sont multipliés. La DB vient aussi de subir un revers en Grande-Bretagne où elle figurait aux côtés de la SNCF, via sa filiale Keolis, de l’opérateur hollandais Nederlandse Spoorwegen et de Virgin Trains pour décrocher une franchise pour l’exploitation de la ligne express reliant Londres à l’Écosse (London Glasgow West Coast Line). Éliminé de la première étape de cet appel d’offres, le groupe allemand, qui s’est offert l’an dernier l’opérateur britannique Arriva pour 1,6 milliard de livres afin de devenir un acteur majeur du rail en Grande-Bretagne, devra persévérer. L’allemand a également prévu de traverser le tunnel sous la Manche pour relier Francfort à Londres via Cologne et Lille dès 2013 avec des rames Siemens. Il y a dix jours, l’agence ferroviaire européenne a fait savoir que la technologie des rames Siemens était compatible.

 

Le directeur financier du groupe a toutefois nuancé la solidité de la reprise: «Nous n’aurons pas en 2011 des taux de croissance similaires.» Ouf : Les concurrents respirent.

 

 

La DB va bien, merci pour elle. L’opérateur ferroviaire allemand profite de la reprise du fret et de la rentabilité de son réseau. Une situation qui n'est pas pour faire plaisir à ses concurrents, même si les dirigeants du groupe ne pensent pas avoir en 2011 des taux de croissance similaires. La perfection n'est pas de ce monde...

Commenter cet article