Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

ENVIRONNEMENT : Les trains verts de DB Schenker ne convainquent pas les écolos

23 Septembre 2010 , Rédigé par wk-transport-logistique.fr Publié dans #ENVIRONNEMENT

logo DB ALLEMAGNE -  Une immense feuille de chêne peinte sur une locomotive verte. Le premier convoi de fret "zéro émission" de la Deutsche Bahn (DB) ne passe pas inaperçu. Lancés en grande pompe à l'été 2010, ces trains "plus écolos qu'écolos" roulent exclusivement à l'électricité propre, c'est-à-dire produite à partir de sources d'énergies renouvelables. Sur les wagons, des voitures de la marque Audi, tout droit sortie de l'usine de Ingolstadt dans le sud de l'Allemagne. Direction Emden, à plus de 800 km au nord, d'où les véhicules seront exportés par bateau. Le constructeur automobile s'est engagé à commander 625 trains de ce type au cours des 12 prochains mois.

 

Résultat : 5 250 tonnes de CO2 en moins dans l'atmosphère. "Cela représente l'empreinte écologique annuelle de 2 200 foyers", calcule Ernst-Hermann Krog, directeur logistique de Audi. Pour cela, l'industriel tient à faire savoir qu'il n'a pas hésité à payer un "surcoût", dont il préfère toutefois taire le montant. Mais l'avenir de la planète ne serait pas une question de prix. "L'opération revêt pour nous une grande valeur", poursuit-il.

 

Bonne pour la planète, cette formule "Eco plus" proposée par Schenker l'est aussi pour l'image du chargeur et du logisticien. L'écologie est une préoccupation croissante des clients. "La protection de l'environnement va aussi avoir des conséquences sur la logistique. Comme dans les autres secteurs, seuls les services produits de façon durable trouveront preneurs", prophétise Mathias Krage, président de la Fédération de logistique DSLV.

 

La Deutsche Bahn a bien retenu la leçon et affiche haut et fort ses ambitions en la matière. Son objectif est de réduire de 20% ses émissions de CO2 entre 2006 et 2020. "Green Road", "Green Terminal", "Green Product Rail", le vert est décliné dans une petite dizaine de services. La DB a même investi dans un parc éolien près de Brême (Nord).

 

Seulement voilà, l'opération ne convainc pas vraiment les associations écologistes. La DB est soupçonnée de vouloir "laver plus vert que vert". L'opération de communication pourrait même se retourner contre l'opérateur. Car avec 16 000 giga-watts heures consommés chaque année, la Deutsche Bahn est de loin le plus gros consommateur d'électricité d'Allemagne. Et indirectement, un très gros pollueur. Plus de la moitié de ses besoins sont couverts par des centrales à charbon ultra-polluantes et responsables d'importants rejets de gaz à effet de serre : plusieurs millions de tonnes par an.

 

Pour Greenpeace, il s'agit donc d'une "mesurette symbolique". L'association émet surtout de sérieux doutes sur la sincérité de cet engagement. En cause : un immense projet de centrale à charbon, actuellement en chantier dans la Ruhr et dont le principal bénéficiaire sera... la Bahn. "La DB montre ici son vrai visage", assure Andree Böhling de Greenpeace. Des critiques qui tombent mal, alors que ce nouveau service peine à décoller. La Deutsche Bahn espère pourtant séduire très prochainement "deux grands industriels" et demande à être jugée dans dix ans. D'ici là, l'électricité verte devrait couvrir 30% de ses besoins, contre 16% actuellement.

 

 

Propulsés à l’électricité propre, les convois "zéro émission" de la Deutsche Bahn sont les premiers du genre en Europe. Les associations écologistes dénoncent toutefois une "opération d'écoblanchiment". Jamais contents...

Commenter cet article

jps 27/09/2010 13:34



Bonjour,


A mon avis, il y a plusieurs mesures complémentaires à prendre:


1) vertir tout le monde vers quelle projet on va:


2) Pour cet exemple, taxer le coût du KWh à son coût environnemental: coût du déchet nucléaire (et il y en a aussi un peu dans le charbon!), coût du carbone, etc...


C'est le coût global qui déterminera quelle énergie est la moins pire. La loco utilisera la moins pire et la plus disponible.


3) Avec les recettes, diminuer les charges sociales sur le travail. On tente de rendre l'emploi d'une personne moins chère que l'énergie du transport.


4)Donc la production locale, créatrice d'emplois, devient économiquement de + en + compétitive face à la délocalisation ou les productions centralisées, compétitives aujourd'hui seulement grâce à
l'énergie peu chère.


Rendons juste cher ce qui va nous coûter bien plus cher dans quelques décennies.


Rendons ce qui est abondant (la main d'oeuvre)  moins cher que ce qui est rare (énergie,...) et coûteux à long terme (pollutions). Bref, une fiscalité pour le plein emploi.


Pour revenir au sujet, on ne va pas fabriquer des Audi dans chaque ville. L'automobile est un produit trop complexe pour être facilement délocalisable en petites unités.


Mais une perspective de fiscalité telle, on diminue progressivement le tonnage global transité de tous les produits courants en augmentant l'emploi. Et si l'énergie coûte cher, on construit du
logement + près des emplois. Donc moins besoin d'Audi... Donc on résout beaucoup de problèmes à la fois.


Ces idées sont issues des idées développées par A Granjean, économiste qui a participé épisodiquement à des commissions gouvernementales.


jps


 


 


 


 


 


 


 



Gojirius 25/09/2010 21:30



Bonjour,


je comprend les écologistes qui ne sont pas convaincu de cette action, car pour l'instant, ce sont des voitures très puissances -et assez polluantes- qui sont transportées.



Foxy80 24/09/2010 18:12



... Tout à fait d'accord avec jps, mais pour ma part j'ajouterais ceci : si la DB est accusée par les vetrs de trop polluer avec ses centrales au charbon, en fin de compte : à qui la
faute ? c'est sur l'impulsion des écologistes que l'Allemagne s'est retirée du nucléaire...


Alors pas de pétrole, pas d'atome, pas de charbon : à quoi doivent donc rouler les trains ? faut il installer des pédales dans les locos ? la maxime cheveux longs - idées courtes a
décidément de beaux jours devant elle !



jps 24/09/2010 13:10



Bonjour,


C'est, toujours ça de pris. La DB est dans son rôle. Mais..


Le zéro émissions est une escroquerie qui devrait être condamnée, avec ou sans compensation. Les conséquences sont que le citoyen croit le problème résolu.


Ce leurre le détourne de l'immensité du chemin qu'il reste à parcourir pour une mode de vie soutenable. Ce n'est pas anodin.


jps