Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

FINANCEMENT : La LGV Rhin-Rhône sur une voie de garage

25 Septembre 2010 , Rédigé par Latribune.fr Publié dans #FLASH INFO

Logo-RFF.jpg FRANCE - Jugé trop cher vu le nombre de voyageurs escomptés et le peu de temps gagné, contesté pour sa mixité avec les trains de marchandises, concurrencé par le projet « auvergnat », le dossier de la LGV Rhin-Rhône n'avance plus.

 

Évalué à 3,5 milliards d'euros constants, le coût du projet a doublé par rapport à l'estimation initiale. Par ailleurs, le projet de Paris-Clermont-Lyon suit son cours. Bien qu'estimée à 12 milliards d'euros, cette liaison se pose néanmoins en sérieux concurrent de la branche sud Rhin-Rhône. Il est évidemment impossible de financer les deux.

 

 

Voie de garage pour le dossier de la LGV Rhin-Rhône qui n'avance plus en raison du projet de Paris-Clermont-Lyon qui lui suit son bout de tronçon. La faute au coût : "projet trop cher, mon fils..."

Commenter cet article

L'impacté 26/09/2010 11:56



Avez vous des références à ces affirmations ?


Personnellement, je me réjouie de la non aboutissement des projets LGV.


Les 3800 km de LGV prévues sur 20 ans, donc de piste d'avions supplémentaires, représentent la surface de 13 aéroports internationaux Roissy Charles De Gaulle.


3800 km de LGV engendre un territoire de nuisance d’environ 7600 km2 soit la superficie moyenne de 255 communes française, soit 2,8 fois la superficie de l’agglomération parisienne, Ile de France
(2723 km2) article


Mettre des avions sur des rails, est excessivement ruineux pour tout le monde. La vitesse a un coût. En 2008 dans un article paru dans le Monde, un responsable de RFF avait estimé qu'à partir de
220 km/h les coûts induits par d'une amélioration de vitesse sont supérieurs aux bénéfices qu'ils génèrent. Dans une situation de surdendettement de SNCF (17 milliards) et de RFF ( 28 milliards)
donc 45 milliards €, et de trou financier annuel de 12 milliards € comblés par des subventions publiques ... il est grand temps de réviser globalement la politique des transports ferroviaires.