Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

FREQUENCES : À quelles heures et dans quelles gares s'arrêtera le TGV Paris-Genève ?

30 Septembre 2010 , Rédigé par Leprogres.fr Publié dans #ACTU

logo SNCF logo-sbb.gif FRANCE / SUISSE - Paris-Genève en trois heures et quelques de TGV à compter du 12 décembre, 47 kilomètres et 22 minutes de gagnées grâce à la réhabilitation de la ligne du haut Bugey, dite des Carpates… L'affaire intéresse quelque deux millions de voyageurs par an.

 

Les frontaliers d'abord : grâce à son nouveau pôle multimodal, Bellegarde entre dans la banlieue de Genève. Les Bugistes et Haut-Bugistes aussi : la nouvelle gare TGV met Nurieux à 2 h 20 de la tour Eiffel. Enfin, tous ceux qui transitent régulièrement - sinon quotidiennement - entre Bourg et Paris en 1 h 50. Autant d'usagers intéressés au premier chef (de gare) par la publication des nouveaux horaires que la SNCF vient juste de finaliser.

 

À partir du 12 décembre, où et quand s'arrêteront les TGV dans l'Ain ? Techniquement, Réseau ferré de France installe des « sillons » (des tranches horaires) entre Bourg et Bellegarde. « Ils doivent s'intégrer sur la ligne Paris-Lyon. Pareil sur Genève. Cette intégration est compliquée. Les problèmes de trains qui se croisent, ce n'est jamais simple ! », explique Jean-Damien Bierre, chargé de mission RFF pour la ligne du haut Bugey. La SNCF, ou plus exactement sa filiale TGV Lyria (74 % SNCF côté France, 26 % Chemins de fer fédéraux côté Suisse) choisit ensuite tels ou tels sillons en fonction du trafic escompté et du timing à respecter. Dans cette refonte totale, neuf TGV aller-retour assurent quotidiennement la liaison Paris-Genève-Paris, soit deux rotations supplémentaires par rapport à aujourd'hui. Plus, un train le vendredi soir en provenance de Paris.

 

Dans le détail, sept TGV Lyria sur neuf s'arrêtent au grand carrefour ferroviaire de Bellegarde. Autant qu'avant. Le nouveau pôle multimodal est desservi en priorité, même si les frontaliers n'ont pu obtenir ce train du soir qui leur fait tant défaut au retour de Genève. Nurieux n'est pas trop mal lotie avec un aller-retour quotidien vers la capitale à des horaires étudiés. « Il faut que les habitants du secteur puissent passer une journée entière à Paris en partant tôt le matin et en rentrant tard le soir », avaient demandé à la SNCF le député Charles de La Verpillière et les élus des cantons d'Izernore, Nantua et Oyonnax. Message reçu. Le sort réservé à la gare de Bourg semble plus discutable.

 

Certes, le nombre de TGV vers, ou au retour de Paris, reste égal. Mais trois « Lyria » sur six sont remplacés par des « France » en provenance, ou à destination, d'Annecy. Fâcheux pour les voyageurs du Bourg-Genève. La nuance n'a pas échappé au député Xavier Breton qui a posé réclamation auprès de Josiane Beaud, directrice régionale Rhône-Alpes de la SNCF. « Il est paradoxal que les travaux importants réalisés sur la ligne du haut Bugey dans l'Ain conduisent à une dégradation des relations entre la ville chef-lieu et nos voisins suisses ». Le parlementaire se plaint aussi de l'horaire du dernier TGV au retour de Paris. « 19 h 09, c'est trop tôt, trop contraignant, notamment pour les acteurs économiques ». « Montrez-moi les besoins et nous aviserons », répond Josiane Beaud. La CCI planche sur le sujet. En attendant, Xavier Breton crie gare. « Il ne faudrait pas que Bourg soit marginalisée. On ne veut pas que regarder passer les trains ».

 

 

La SNCF vient de finaliser les nouveaux horaires de la ligne du haut Bugey. À compter du 12 décembre, Bellegarde reste bien desservie et Nurieux n'est pas mal lotie. La liaison Bourg-Paris ne s'améliore pas. Au contraire…

Commenter cet article