Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

FRET FERROVIAIRE : Le fret ferroviaire va-t-il être relancé entre Auch et Agen ?

11 Novembre 2010 , Rédigé par Ladepeche.fr Publié dans #ACTU

logo SNCF FRANCE - Le commerce international de céréales se fait par voie maritime. Pour gagner les ports, en restant compétitif , la production doit être transportée sur le réseau ferré.

 

Si le transport ferroviaire continuait à se dégrader, les grandes coopératives céréalières du Gers, pourraient établir leur stockage intermédiaire dans les zones portuaires, de Bordeaux ou Port-la-Nouvelle. « Nous n'en sommes pas encore là mais si l'on continue il faudra, peut-être l'envisager… » explique Patrick Desangle, directeur de Terres de Gascogne. Une perspective suffisamment grave pour que le sénateur Raymond Vall se saisisse du dossier du maillage des lignes ferroviaires autour d'Agen. « Nous sommes directement concernés par la ligne Auch Agen et une opportunité se présente. »

 

En effet, sur la future ligne bientôt construite, la mise en service du TGV va libérer de nombreuse fenêtre de passage « de cadencement » en termes techniques pour transporter du fret entra Bordeaux, Toulouse et la Méditerranée. Aujourd'hui, le trafic international des céréales est essentiellement maritime et Port-la-Nouvelle, le port naturel du Gers. « La ligne Auch Agen est toujours en service. Il faut éviter qu'elle se dégrade et il faut maintenir la centaine de trains qui annuellement y circule », poursuit le sénateur Raymond Vall.

 

Mais il a également conscience que les discussions avec la SNCF ou tout autre opérateur ne peuvent se concevoir que par le maintien d'un maillage régional convergeant sur Agen, pour un véritable trafic entre Atlantique et Méditerranée. « Le Lot-et-Garonne est directement concerné, le Tarn-et-Garonne n'est pas insensible et des communes de la Haute-Garonne pourraient suivre… »

 

Entre Auch et Agen la ligne fonctionne, avec une vitesse maximum de 80 km jusqu'à Fleurance et d'une trentaine jusqu'au Lot-et-Garonne. « Ces trains n'ont pas besoin d'aller vite… Mais il faut absolument préserver ce transport, le seul capable de maintenir dans le département, toute l'activité induite par l'agriculture. » Président de Gersycoop, Jean-Jacques Peyret souligne « l'éco-taxe européenne sera bientôt applicable, il faut obligatoirement développer le fer pour conserver notre compétitivité. » C'est aussi l'avis de son confrère Jean-Claude Peyrecave, à la présidence de Terres de Gascogne.

 

Avec ses trois quais, deux à Fleurance et un à Auch, Gersycoop affrète entre vingt et quarante trains par an, Terres de Gascogne, une cinquantaine au minimum. Une activité qui est amenée à se développer… « Il faut concevoir ce projet dans un futur proche lorsqu'Agen deviendra un grand centre de ferroutage européen… et la route garde toute sa place dans ce projet de transport » ajoute Raymond Vall. Toutes les raisons existent pour un nouvel élan du fret ferroviaire.

 

 

Cinquante : c'est le nombre de camions de céréales correspondant à un train, soit l'équivalent de 1 200 tonnes pouvant être transportés sur le rail. Le fret ferroviaire relancé, c'est 5 000 camions de moins, chaque année, sur les routes. Mais c'est aussi une possibilité pour d'autres sociétés de recevoir leur matière première par ce mode de transport et de gagner en compétitivité. Le fer n'a donc pas encore dit son dernier mot…

Commenter cet article