Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

FRET FERROVIAIRE : Un nouveau plan de transport basé sur le rail pour l'entreprise Kronenbourg

24 Novembre 2010 , Rédigé par wk-transport-logistique.fr Publié dans #ACTU

logo SNCF FRANCE - Qui a dit que le mode ferroviaire délivre une qualité de service largement inférieure à celle du mode routier ? Pas le brasseur alsacien Kronenbourg en tout cas, qui en avril 2010 a fêté le départ de son 1 000ème train complet de 28 wagons (l'équivalent de 42 semi-remorques) depuis son site industriel d'Obernai (Bas-Rhin) vers l'un de ses quatre entrepôts régionaux.

 

Car aujourd'hui, grâce à ce mode qui assure 80% des flux de distribution, son taux de ponctualité chez ses clients atteint 99,2% contre 87% en 2007 quand la route s'octroyait près des deux tiers des envois ! "En deux ans, dans l'enquête de satisfaction clients (qualité de service, ponctualité...) que la GMS réalise auprès des industriels de la boisson, Kronenbourg est passé de la quatrième à la première place. Une évolution qui se mesure aussi au plan économique, explique Marc Ruffenach, directeur logistique de la marque."

 

Le bilan environnemental n'est pas mal non plus : en deux ans, le nombre de kilos de CO2 émis par palette a été divisé par trois ! Une réduction issue de l'accroissement de la part du fer (principalement alimenté par électricité) et de la diminution de la distance moyenne parcourue par chaque palette sur la route, passée à 175 km aujourd'hui contre 578 km en 2008. "Du coup, notre dépendance économique au fioul est également tombée de 30% à 10%. Ce qui est loin d'être négligeable dans notre budget transport", souligne le directeur logistique.

 

Pourtant, jusqu'en 2007, la route absorbe 60% des envois de palettes de Kronenbourg, les 40% restants étant expédiés par wagons isolés. Le brasseur n'imagine pas alors basculer majoritairement ses flux sur le fer, car "on savait quand partaient ces trains mais pas toujours quand ils allaient arriver, et ce sans pouvoir informer le client".

 

 Mais quatre facteurs consécutifs vont l'y inciter fortement. Et très rapidement. "Quand la SNCF annonce en 2007 sa réforme du wagon isolé, avec la fermeture de gares dédiées, cela se traduit pour Kronenbourg par la disparition de 30% de ses volumes en fer. Et les 10% restants en wagons isolés nous sont vendus à prix d'or", se souvient Marc Ruffenach.

 

Puis en 2008, c'est le prix du brut qui flambe. Et les prix de transport avec. Une inflation des tarifs qui ne peut qu'inquiéter dans une région qui souffre déjà d'une raréfaction des moyens. Que la canicule de l'été 2006 n'a fait que souligner. Le brasseur ne trouvant alors ni un nombre suffisant de camions ni de wagons isolés. "Enfin, c'est l'annonce de la taxe Bur qui se traduira par un surcoût additionnel de 15% à 20% pour tous les camions chargés en Alsace", conclut-il.

 

Quatre problématiques qui convainquent Kronenbourg de mettre en place un nouveau schéma logistique et de transport dont le socle s'appuierait sur le mode ferroviaire. "Nous savions que pour obtenir un service fiable et de qualité, il nous fallait pouvoir affréter des trains complets dédiés circulant sur des sillons fixes. Disposant d'un site industriel embranché avec 14 kilomètres de voies ferrées privatives et produisant plus de 6 millions d'hectolitres, Kronenbourg y satisfaisait. Aujourd'hui, l'usine expédie 520 trains par an", précise Marc Ruffenach. Décision est donc prise de constituer un réseau de distribution privilégiant le fer pour la longue distance, opéré par Fret SNCF, et la route pour les derniers kilomètres. À l'exception des clients du quart nord-est de la France qui restent approvisionnés à 100% par la route au départ d'Obernai, car situés dans un rayon d'environ 350 km.

 

 

Les Brasseries Kronenbourg ont réorganisé leurs transports en basculant des camions sur des trains complets au départ de l'usine d'Obernai. Un report modal qui leur permet de réduire leur empreinte carbone et d'augmenter leur taux de service client. Quand la réalité rejoint le monde des modèles réduits...

Commenter cet article