Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

HISTOIRE : Une conférence sur les cheminots pendant l'Occupation diversement appréciée

29 Mars 2010 , Rédigé par lunion.presse.fr Publié dans #LOISIRS-FOIRES-EXPOS

 FRANCE - Enlever le voile pudique qui repose sur l'histoire de la SNCF sous l'Occupation allemande... Parler de la Résistance chez les cheminots, puis aborder le sujet des déportations et la participation de la SNCF : C'est en substance ce que propose Ludivine Broch, universitaire d'Oxford, lors de la conférence qui se tiendra au musée de Chauny, le mardi 20 avril.Un thème relativement délicat puisqu'encore aujourd'hui, certains Ternois ont connu cette époque troublée.

Pour quelques-uns, cette conférence est une attaque envers les cheminots. En revanche, pour les jeunes générations qui doivent faire perdurer l'histoire, c'est un moyen quasi unique d'en apprendre un peu plus au plan local. Fernand Leblanc, président des Amis du musée et ancien résistant, a souhaité mettre les choses au point afin de dissiper les malentendus.

« Cette conférence n'est pas là pour refaire le procès de la SNCF. Je témoigne que la majorité des cheminots ont fait ce qu'ils ont pu contre l'occupant. Il faut se souvenir que les Français étaient prisonniers, que si les cheminots n'obéissaient pas, leurs familles étaient condamnées. Maintenant, on ne peut pas dire que les trains n'ont pas transporté de déportés. Il est important d'aborder ce sujet pour se rendre compte de ce qu'était l'ambiance, à l'époque, car c'est trop facile de juger après. »

Certes, les cheminots n'étaient pas tous des résistants avec l'arme à la main, mais certains, par de petits gestes, n'ont pas hésité à détériorer le matériel. Un comportement parfois difficile à vivre, car il s'agissait de saboter son outil de travail.

D'un autre côté, il y avait de véritables collabos, comme ailleurs, « comme cet agent des Allemands qui était à Tergnier » ajoute Fernand Leblanc, qui ne veut ni juger, ni accuser. Il faut dire aussi que les figures de la Résistance ternoise étaient issues du monde cheminot. Étienne Dromas, Roger Charbonnier et Robert Lebrun en étaient. C'est dans la cité que s'est déroulé l'un des plus gros sabotages de la région où seize locomotives ont explosé. Il y avait des héros, effectivement, mais cela ne signifie pas qu'en face, il y avait des lâches.

Ce sont ces petites histoires qui, misent bout à bout, font la grande, celle abordée par Ludivine Broch, le 20 avril prochain, sans a priori, ni jugement de valeurs, simplement pour que le devoir de mémoire fasse son œuvre.



Avis aux amateurs : Le 20 avril prochain se tiendra à Chauny dans l'Aisne une conférence sur la Résistance chez les cheminots, sur les déportations et la participation de la SNCF. Un sujet sensible qui en fait frémir certains.... mais toute auto-critique est toujours bonne à faire : d'autant plus que les cheminots dans l'ensemble n'ont pas toujours démérité, loin de là !

Commenter cet article