Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

JUSTICE : Le contrôleur-violeur condamné à huit ans de prison

21 Mai 2011 , Rédigé par Metrofrance.com Publié dans #FLASH INFO

logo SNCF FRANCE - Désormais à la retraite, Jean-Michel Ancel, ancien contrôleur de la SNCF âgé de 57 ans a été condamné le vendredi 20 mai à une peine de huit ans de prison par la cour d'assises du Bas-Rhin qui l'a reconnu coupable du viol d'une jeune voyageuse.

 

Les faits qui lui étaient reprochés remontent au 17 juillet 2008. A bord d'un train Corail assurant la liaison entre Lyon et Strasbourg, l'accusé, qui était le seul contrôleur à bord cet après-midi-là, aurait agressé sexuellement une femme âgée à l'époque de 22 ans. Cette dernière, animatrice dans un centre de vacances, a raconté qu'elle avait été au-devant du contrôleur pour signaler la perte de son billet et qu'il l'avait alors entraînée dans un compartiment et violée.

 

Marié et père de famille, l'accusé n'a pas nié qu'il y ait eu relations intimes, mais il a affirmé que la jeune femme, qui selon lui disposait d'un billet valide, l'avait masturbé de son plein gré. Au-delà de ces attouchements, le contrôleur condamné vendredi à Strasbourg clame depuis toujours son innocence et nie toute forme de pénétration, cependant que les examens médicaux ont révélé des traces génétiques sans appel dans le vagin de la victime...

 

L'experte psychologue qui avait examiné cette dernière après les faits a évoqué "une jeune femme en désarroi, avec un tableau traumatique crédible", cependant elle n'a pas écarté l'hypothèse qu'elle puisse "avoir recours à l'imaginaire pour contourner ses difficultés". S'appuyant notamment sur ce point de vue et sur des contradictions dans le récit de la plaignante, Jocelyne Klopfenstein, l'une des avocates de Jean-Michel Ancel, avait estimé lors de sa plaidoirie que "si l'on met bout à bout ses déclarations tout à fait contradictoires, le dossier paraît bien fragile".

 

Dénonçant à l'inverse la version des faits "truffée d'invraisemblances" de l'accusé, qui, continuant de clamer son innocence, s'est dit victime du "jeu de séduction" d'une femme "entreprenante", l'avocat général Régis Delorme avait requis de dix à onze ans de prison. Un peu plus clémente, la cour a donc condamné le contrôleur qui comparaissait libre à huit de prison, le jugeant coupable de "viol par personne ayant abusé de l'autorité que lui conféraient ses fonctions", un crime passible de vingt ans de réclusion.

 

Les avocates de Jean-Michel Ancel qui avaient plaidé l'acquittement de leur client ont annoncé leur intention de faire appel.

 

controleur-SNCF.jpg

 

Un contrôleur SNCF a été reconnu coupable du viol d'une jeune femme dans un train. Condamné à huit ans de prison, il devrait faire appel...

Commenter cet article