Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

JUSTICE : Une avocate héraultaise va assigner la SNCF pour le retard du train Strasbourg-Port Bou

28 Décembre 2010 , Rédigé par midilibre.com Publié dans #REPORTAGE

logo SNCF FRANCE - Jeune avocate montpelliéraine de 30 ans, Fanny Deetjen a eu le temps de prononcer sa plus longue plaidoirie de sa carrière. C’était dans le mémorable train de nuit Strasbourg-Port Bou, parti dimanche soir et arrivé mardi soir après une cascade de guigne.

Lors du périple cauchemardesque qui a vu ce train de nuit faire 900 km en plus de 24 heures, en cumulant les défaillances, elle a eu le temps de collecter noms et adresses de ses compagnons d’infortune, à bout de nerf. La Montpelliéraine annonce son intention de créer un collectif en vue d’une action en justice auprès du TGI de Montpellier ou du tribunal administratif contre la SNCF pour « inexécution de ses obligations contractuelles ». En action collective ou individuelle.  Au moins 200 naufragés du rail lui ont donné pouvoir d’assigner l’entreprise de transport. Le train fantôme comptait six cents voyageurs, dont trois cents à destination des gares de la région.

 

« Il ne s’agit pas d’être procédurier - ce que je déconseille à mes clients - mais quelque chose ne va pas en profondeur à la SNCF. Je ne suis pas là pour faire de l’argent. J’avancerai même les frais d’huissier », promet l’avocate.

 

Pour Fanny Deetjen, ces retards n’ont pas le « caractère exceptionnel » que la SNCF a bien voulu lui attribuer lors de galères. « La neige nous a certes retardés mais de seulement une heure sur les plus de douze heures de retards cumulés pour certains. Ce n’est pas à cause des intempéries si on a attendu plusieurs heures un conducteur à Belfort. C’est un problème de fond. Ce qui nous a été confirmé par des cheminots eux-mêmes : par souci d’économie, il n’y a plus de conducteur d’astreinte dans les gares. Si notre locomotive a rendu l’âme, c’est parce qu’elle est mal entretenue comme les autres matériels. C’est en tout cas la version des cheminots eux-mêmes qui nous encouragent. »

 

Remontée, l’avocate précise : « Il a fallu attendre la 14e heure de galère pour voir se créer une cellule de crise. Il n’y avait même pas une bouteille d’eau pour les enfants le matin. Ça donne envie de hurler. C’est ahurissant. »  Dans le train, des AG informelles se tenaient ; dehors aussi, cigarette aux lèvres. « C’est la panne de locomotive à Tournus qui a été la goutte d’eau : là on s’est dit, il faut faire quelque chose. »

 

Selon l’avocate, qui salue l’abnégation des contrôleurs de ce train de nuit mais fustige le manque d’information flagrant de la SNCF, une partie des voyageurs subissait leur sort, résignés, tandis que les autres, « majoritaires », voulaient porter l’affaire en justice.  « Il ne s’agit pas d’être prolétariste mais un billet de train est devenu un produit de luxe et un vrai investissement pour les familles ! », dit l’avocate qui a payé 90 € son billet avec simple siège inclinable. « Je prends régulièrement le train entre Nîmes et Montpellier. En huit mois, il a dû arriver cinq fois à l’heure. C’est révélateur du fonctionnement erratique de la SNCF. »

 

Une avocate héraultaise va assigner la SNCF

 

Enervée : Fanny Deetjen, une Jeune avocate montpelliéraine de 30 ans va croiser le fer à la compagnie nationale des chemins de fer français pour la lamentable affaire du train reliant Strasbourg à Port Bou, et qui a mis pas moins de 26 heures por atteindre sa destination finale. Et de tout coeur, Passion-Trains supporte le combat que la jeune avocate s'apprète à livrer à la SNCF : car aimer les trains est une chose ; cautionner de tels manquements au détriment des usagers en est une autre.

Commenter cet article