Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

RAPPORT : Nathalie Kosciusko-Morizet envisage des sanctions contre la SNCF pour le retard du Strasbourg Port-Bou

5 Janvier 2011 , Rédigé par Lepoint.fr Publié dans #REPORTAGE

logo SNCF FRANCE - Treize heures de retard... pour un conducteur absent. C'est l'une des principales conclusions de la SNCF dans son rapport d'enquête interne sur les dysfonctionnements à répétition rencontrés par le train de nuit Strasbourg/Port-Bou/Nice le soir du dimanche 26 décembre. "Il aurait été préférable de ne pas sortir ce train de Strasbourg ce soir-là", estime d'ailleurs la direction dans son document.  "Nous avons eu affaire à plusieurs défauts sur ce train", a reconnu mardi Barbara Dalibard, directrice générale SNCF Voyages, citant "le défaut de relève" du conducteur comme "la première cause du grand retard".

 

Explications de la compagnie ferroviaire. Le conducteur programmé pour relever son collègue à l'arrêt Belfort était le conducteur intervenant sur le train de la veille qui avait réalisé des manoeuvres difficiles à Lyon. À 8 h 15, ce conducteur est normalement prévu pour aller jusqu'à Belfort. Le lendemain, alors qu'il aurait dû assurer le parcours Belfort-Lyon, il est informé par le centre régional des opérations que sa journée est terminée. Le conducteur prévient son centre d'affectation qui retire la journée de service de l'outil informatique de suivi. Le parcours Belfort-Lyon de la nuit suivante n'est donc plus assuré. À partir de ce moment, il est de la responsabilité du centre opérationnel de permanence de programmer un nouveau conducteur à Belfort. "Cette action n'a malheureusement pas été effectuée", écrit la compagnie ferroviaire.

 

Une erreur qui va coûter cher aux 600 passagers : 7 heures d'arrêt en gare de Belfort pour attendre l'arrivée d'un conducteur de relève en provenance de Lyon. "Une erreur inacceptable", reconnaît Barbara Dalibard, qui a "renouvelé toutes les consignes" aux équipes "pour s'assurer que ça ne se reproduise pas". La compagnie ferroviaire propose trois actions pour prévenir le retour d'un tel incident : une meilleure organisation des trains de nuit, un renforcement des équipes opérationnelles et une meilleure prise en charge des voyageurs. Des mesures qui devront être appliquées avant l'été.

 

Insuffisant pour Sud Rail, qui reproche à la SNCF de ne tirer "aucun enseignement de cette succession de dysfonctionnements". Ce rapport est une "coquille vide", vilipende l'organisation syndicale dans un communiqué. Pour Sud Rail, c'est "l'éclatement de la SNCF", c'est-à-dire son organisation en activités séparées, qui est responsable de cet incident. Cheminots et matériel sont cantonnés dans une activité (grandes lignes, trains express régionaux ou fret). Ainsi, explique le syndicat, il a fallu faire venir un conducteur de Lyon à Belfort pour assurer la relève car les conducteurs disponibles sur Belfort ou Besançon "ne dépendent plus de l'activité grandes lignes et ne sont donc plus autorisés à la conduite de ce matériel roulant".

 

De son côté, Nathalie Kosciusko-Morizet estime avoir été trompée et envisage des sanctions. "La première connerie pour moi, c'est qu'on ne m'a pas dit cela au début. Quand ce train est arrivé en retard, on m'a dit que le conducteur n'a pas pu (arriver à temps) à cause de la neige. Mais ce n'était pas ça", a-t-elle remarqué sur Radio Classique. Le conducteur "a été décommandé (par erreur), ce n'est quand même pas la même chose. On va regarder s'il y a lieu de sévir ou pas", a-t-elle ajouté. Par ailleurs, la compagnie est toujours sous la menace d'un procès dans cette affaire. Me Fanny Deetjen, passagère du train, n'a pas renoncé à sa volonté de constituer une association et d'engager une action en justice contre la SNCF pour "mauvaise exécution par la compagnie de ses obligations contractuelles". Le voyage du "train de l'enfer" n'est donc pas près de se terminer.

 

 

 

Le rapport de la SNCF sur les dysfonctionnements du "train de l'enfer" cite "le défaut de relève" du conducteur comme "la première cause du grand retard". Du coup, le ministre de l'environnement en charge des transports voit rouge : NKM estime avoir été trompée et envisage des sanctions contre la SNCF pour le retard du Strasbourg Port-Bou. Hummmm... ça va chier.

Commenter cet article