Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

RETARDS : "Pépy a une obligation de résultats"

5 Février 2011 , Rédigé par Lefigaro.fr Publié dans #FLASH INFO

logo SNCF FRANCE - Guillaume "Pepy a la confiance du ministre de tutelle pour réformer, mais il a aussi la 'surveillance bienveillante'. Il a une obligation de résultat... comme le ministre", a lancé M. Mariani à quelques journalistes, en marge d'une visite de la ligne de train Paris-Chartres-Le Mans. "S'il fallait changer le président pour que les locomotives rajeunissent, on l'aurait déjà fait depuis longtemps", a-t-il ironisé. "Il est bien évident que les services marchent mal", a cependant estimé le secrétaire d'Etat, pour qui "l'entreprise doit s'adapter". Mais, a-t-il prévenu, "on ne va pas faire des miracles et redresser la situation de la SNCF en 48 heures".

 

Pour les 12 "lignes malades" les plus irrégulières, pour lesquelles la SNCF a annoncé un plan d'urgence --et dont fait partie Paris-Chartres-le Mans--, M. Mariani souhaite déjà établir un constat de "situation zéro" avec les usagers, avant de prendre des mesures aux résultats visibles dans six mois à deux ans. "Il y a des grands projets, mais il y a aussi la vie de tous les gens, de tous les jours, qui prennent le train", a-t-il ajouté.

 

Concernant les moyens à mettre en oeuvre, "on est dans un contexte économique où chacun doit essayer de trouver un autre discours, d'autres solutions que +il faut plus de matériel, plus de personnel, plus d'argent+", a estimé M. Mariani. "Il en faut sans doute un peu plus, mais il y a aussi d'autres solutions", a-t-il affirmé, notant notamment qu'"au niveau de la SNCF, il y a aussi des efforts d'organisation à faire quelle que soit la qualité des cheminots".

 

 

 

Avertissement... à peine voilé : La SNCF et son président Guillaume Pepy ont une "obligation de résultat" pour mettre fin aux irrégularités à répétition touchant le réseau, a jugé jeudi le secrétaire d'Etat aux Transports Thierry Mariani, tout en l'assurant de la confiance du gouvernement."Il n'empêche Guillaume... je t'ai à l'oeil, alors fais gaffe..."

Commenter cet article