Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

RETROSPECTIVE : Les débuts du tgv, un long rodage

14 Juillet 2011 , Rédigé par bienpublic.com Publié dans #LE SAVIEZ VOUS

logo SNCF FRANCE - Après plusieurs esquisses, plusieurs projets (aérotrain, turbotrain), plusieurs essais et un choc pétrolier, c’est finalement le modèle électrique qui sera retenu, afin de remédier à la saturation de la ligne SNCF entre Paris et Lyon. Ainsi, la première rame TGV Paris-Sud-Est présérie, fabriquée par Alstom, est prête à être testée le 24 juillet 1978.

 

Pour Gabriel Bachet, 62 ans, ancien chargé des expositions de la SNCF à l’étranger et coauteur du livre Histoire du rail en Bourgogne, le TGV a connu un léger scepticisme de la part des conducteurs et ingénieurs. « A l’époque, on ne connaissait pas la machine. Il y avait une panoplie de nouveaux outils en cabine, une nouvelle signalisation, et 100 km/h de plus que le Mistral, un train de prestige qui plafonnait à 160 km/h ». Autre nouveauté pour les conducteurs : « Les nouvelles lignes étaient profilées, et avaient plus de virages et de pentes que les classiques ».

 

« Toutefois », ajoute-t-il, « cette révolution du rail était nécessaire. La saturation de la ligne Paris-Lyon était telle que les trains se trouvaient, aux heures de pointes, à moins de 4 minutes d’intervalle chacun ! ». C’est alors qu’ont commencé les tests nécessaires afin de s’assurer de la fiabilité de la nouvelle reine du rail. En effet, « tous les jours, le TGV effectuait le circuit Paris-Dijon-Besançon-Belfort-Strasbourg-Paris en boucle, jusqu’à atteindre douze ou treize mille kilomètres par jour ! » raconte Gabriel Bachet.

 

Au milieu de l’effigie du TGV déclinée en plusieurs gadgets (écharpes, tee-shirts, badges, décapsuleur, briquet), Gabriel Bachet confie que « le TGV Paris-Sud-Est a vraiment été un laboratoire du TGV moderne : après plusieurs études, celui-ci a été décliné en plusieurs coloris et a vu sa motorisation et son confort améliorés. Comme par exemple le TGV Atlantique qui a donné celui en circulation aujourd’hui ». Quand on lui demande le bilan de l’aventure TGV au bout de 30 ans, se remémorant l’exploit de la fameuse rame 16 qui a atteint 380,4 km/h, il s’exclame : « C’est une vraie réussite ! »

 

Le TGV à ses débuts. Une livrée caractéristique, un nouveau profil pour les trains d'alors. Aaaaaaaaaaaah nostalgie.... quand tu nous tiens !

Commenter cet article