Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

SEAFRANCE : une recapitalisation est nécessaire faute de repreneur

9 Février 2011 , Rédigé par Lavoixdunord.fr Publié dans #ACTU

logo SNCF FRANCE - Guillaume Pépy l'avait annoncé cet automne : la SNCF n'a pas vocation à financer seule la compagnie SeaFrance, et cherche donc un partenaire, voire un repreneur. Cette quête a échoué. L'annonce en a été faite lors du dernier conseil de surveillance de la compagnie. « Aucun candidat n'a été en mesure de remettre une offre financière engageante et recevable », confirme le directeur général adjoint de SeaFrance, Vincent Launay. L'identité des quatre candidats n'a jamais été rendue publique, les noms de Britanny Ferries, Veolia, LD Lines ou du Danois DFDS ont circulé. Aucun d'entre eux, en tout cas, n'a pu satisfaire les exigences financières et/ou sociales de la SNCF.

 

Cette dernière va donc devoir réinjecter de l'argent. Et vite. En août dernier, la commission européenne avait autorisé la SNCF à aider le sauvetage de SeaFrance, sous réserve d'un remboursement (de 50 millions d'euros) avant le 18 février. SeaFrance étant aujourd'hui dans l'incapacité de rembourser cette somme, « il faut maintenant envisager la solution de recapitalisation », indique Vincent Launay. La SNCF étant une entreprise publique, c'est l'Agence des participations de l'Etat (APE) qui va devoir déposer un nouveau dossier d'autorisation auprès de Bruxelles. Les concurrents de la compagnie maritime estiment que l'injection de financements publics pour SeaFrance s'apparente à une concurrence déloyale.

 

La commission européenne ne sera pas la seule à convaincre. Le juge du tribunal de commerce sera amené également à se prononcer à la fin du mois d'avril, date du terme de la période d'observation. SeaFrance est en redressement judiciaire depuis près d'un an. Ces derniers mois, dans le cadre de son plan de redressement, la compagnie a supprimé 725 postes, sur un total de 1 600 salariés.  Un véritable drame social, qui ne suffit pourtant ni à attirer des partenaires crédibles, ni à garantir la sauvegarde de l'entreprise.

 

 

Le navire prend la flotte de toute part : La SNCF recherchait un repreneur pour sa filiale SeaFrance, mais elle a échoué dans sa quête, et devra sauver seule la compagnie maritime. glou, glou, glou... ça sent le naufrage.

 

Commenter cet article

pierre 10/02/2011 12:04



Ya qua dir merci a la CGT, bande de cons, faire la greve c'est bien, mais la c'est casser l'outil de travail!!!!!