Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

SNCB : "Le gouvernement doit reprendre la main" sur la SNCB

14 Février 2011 , Rédigé par RTBF.be Publié dans #ACTU

logo sncb BELGIQUE - Une centaine de personnes, familles et autorités se sont réunies samedi à Buizingen pour inaugurer une stèle en mémoire de la collision entre deux trains qui a coûté la vie à 19 personnes le 15 février 2010. C'est la première fois que les proches des victimes pouvaient se recueillir ensemble et exprimer leurs sentiments face au drame et au long silence de la SNCB.

 

Dans l'émission Mise au Point, Geneviève Issac, qui a perdu dans la catastrophe de Buizingen, son fils Yohan Van Hemelryck (20 ans) et le père de ce dernier, Didier, a pointé le manque d'implication des dirigeants de la SNCB et d'Infrabel : "Les familles ont dû attendre 11 mois et demi avant de pouvoir rencontrer les patrons" explique-t-elle. Une rencontre où les administrateurs auraient affirmé aux parents des victimes qu'ils ne pouvaient leur garantir "que demain un deuxième Buizingen n’arrivera pas", a-t-elle précisé.

 

Des dirigeants qui ont décliné l'invitation sur le plateau de la RTBF "pour répartition d'agenda", d'après Michael Vanloubbeeck, directeur de la communication SNCB. Une absence qui n'est pas passée inaperçue : "Ils ont raté l'occasion de s'exprimer, c'est leur devoir" a avancé Ronny Balcaen, député Ecolo, même son de cloche du côté du PS : "Quand il y a des problèmes, le capitaine doit être sur le pont" a souligné le député Rachid Madrane. La commission spéciale a ainsi bouclé près d'un an de travaux, concluant à une responsabilité partagée de la SNCB et des pouvoirs publics dans l'absence d'un système de sécurité efficace en 30 ans de gestion du rail. Ses 109 recommandations portent notamment sur l'organisation au sein du groupe SNCB, les systèmes de freinage d'urgence, la formation du personnel ou encore la charge de travail.

 

Le sénateur et ancien président de la commission sécurité du rail François Bellot (MR), a déploré la responsabilité partagée, "c’est dommage qu’on ne pointe plus des responsabilités individuelles parce que cela se dilue sur tout le monde". Pour Catherine Fonck, chef de groupe cdH à la Chambre, pas de doute, le gouvernement doit reprendre la main : "Le rapport pointe aussi des manquements, des failles, des non-décisions, des non-priorités qui ont été mises à la fois sur la sécurité et à la fois sur la capacité parce que les deux sont liés".

 

La catastrophe de Buizingen a accéléré le programme de déploiement du système de freinage d'urgence TBL1+, qui sera lui-même progressivement remplacé par le système européen ETCS. Ce système de "transmission balise-locomotive" vérifie que le train approche bien le signal rouge à vitesse réduite (moins de 40 km/h à 300 mètres du signal, sans quoi il déclenche un freinage d'urgence) et le fait freiner automatiquement s'il vient malgré tout à dépasser le signal.

 

Sur le plateau de la RTBF, le directeur de la communication Infrabel s'est voulu confiant et a assuré que la sécurité du rail va s'améliorer dans les années à venir : "On installe 20 nouvelles balises sur le réseau par semaine, à peu près 1000 par an", explique Benoît Gilson. Ce qui signifie qu'il y a environ 7000 feux rouge sur le réseau belge, et qu'à peu près 2000 feux sont équipés de la balise nécessaire, "grâce à ce système, le risque d’accident sur le réseau belge va diminuer de 75% d’ici à 2015, c’est déjà un pas important", a-t-il précisé.

 

Concernant les locomotives, quelque 35% des voitures sont actuellement équipées de l'autre partie de la balise a souligné le directeur de la communication SNCB, "on a pu commencer cette installation qu’à partir de septembre 2009 parce que le système n’était pas complètement homologué", a-t-il dit pour justifier le fait que fin 2009, seuls 2,2% des locomotives étaient équipées de balises. En 2010, quelque 130 franchissements de feux rouges par des trains ont été relevés sur le réseau ferroviaire belge, dont 86 à charge de conducteurs de la SNCB. Il s'agit d'une augmentation de 11% par rapport à 2009 (117 cas) et d'une légère diminution de 3% pour les conducteurs de la SNCB. Par ailleurs, aucun passager n'a perdu la vie au cours d'un accident ferroviaire ces douze derniers mois, mais plusieurs accidents ferroviaires se sont succédé.  "Il faut avancer très vite sur le TBel1+ mais il ne faut pas laisser croire que le risque zéro n'existe pas", a avancé Rachid Madrane. Pour Ronny Balcaen, pas question "de laisser la SNCB en paix, ce rapport nous n'allons pas le mettre dans un tiroir".

 

Pour François Bellot, le monde politique doit reprendre le pouvoir et la responsabilité de contrôler l'entreprise : "Aujourd’hui, le pouvoir politique va pouvoir donner ses injonctions à la SNCB qui doit dorénavant être une entreprise mise sous tutelle permanente et plus un blanc-seing" et l'ancien président de la commission du rail de lister quatre éléments majeurs, à savoir : "Avoir un gouvernement fédéral qui va traduire dans sa déclaration ses priorités par rapport aux chemins de fer ; écrire tous les contrats de gestion des trois entreprises ; écrire le plan d’investissement 2013-2025  et le renouvellement des trois conseils d’administration".

 

Catherine Fonck abonde dans le sens du sénateur : "Dans le contrat de gestion de la SNCB, pas une seule phrase ne contient le mot 'sécurité', il faut aujourd’hui renégocier le contrat de gestion actuel en faisant des avenants, en mettant des priorités sur les investissements, en faisant des choix et en ne permettant pas à la SNCB de négocier ses priorités sur la sécurité et sur la capacité", a-t-elle avancé.

 

Il y a tout juste un an, deux trains entraient en collision à Buizingen faisant 19 morts et 168 blessés. Cette terrible catastrophe a mis en lumière un manque d'investissements dans la sécurité, élément au centre du débat de l'émission Mise au point. Pour François Bellot, ancien président de la commission sécurité du rail, le monde politique doit reprendre le pouvoir et la responsabilité de contrôler l'entreprise. ça discute sévère en Belgique sur la compagnie nationale des chemins de fer...

Commenter cet article