Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

TER : La Bretagne s'endette pour ses trains

8 Février 2011 , Rédigé par Lesechos.fr Publié dans #ACTU

Logo-RFF.jpg logo SNCF FRANCE - Eiffage a été choisi par RFF pour réaliser les 182 kilomètres de la ligne à grande vitesse entre Le Mans et Rennes. « Cet investissement de plus de 3 milliards d'euros nécessite une enveloppe de 615 millions d'euros pour la région Bretagne, y compris les travaux d'adaptation des lignes Rennes Brest et Rennes Quimper », explique Pierrick Massiot, vice-président du conseil régional de Bretagne en charge du budget.

 

Son financement se fera principalement par emprunt, « l'encours de la dette du conseil régional de Bretagne de 330 millions d'euros au 1er janvier 2011 passera à 1 milliard d'euros en 2016 au moment de la mise en service de la ligne », continue l'élu. Il estime que la collectivité dispose d'une assise financière suffisamment solide pour supporter ce projet, compte tenu notamment de son épargne nette de 220 millions d'euros. « De plus, au cours des cinq années écoulées, nous avons pris les dispositions nécessaires pour adapter le budget », dit encore Pierrick Massiot. Les frais de fonctionnement de l'institution - 15 % du budget annuel de 1,17 milliard d'euros en 2011-ont été limités et resteront globalement stables au cours des années à venir. Ils ne devront pas dépasser une hausse annuelle de 2 %.

 

La Caisse des Dépôts s'est d'ores et déjà engagée à soutenir la Bretagne dans son investissement et lui a accordé une possibilité de prêt de 500 millions d'euros sur quarante ans. Des négociations sont en cours avec d'autres organismes financiers pour le solde.

 

Toujours au chapitre ferroviaire, la Région, qui depuis 1998 a déjà engagé 250 millions d'euros dans la modernisation de ses TER, annonce un nouveau plan de 500 millions d'euros d'ici à 2020. Dix-sept rames supplémentaires sont commandées auprès de Bombardier, d'autres vont suivre. Elles seront à deux étages, une condition jugée indispensable par la Région pour maintenir le service et éviter la saturation des lignes ferroviaires à l'issue de la mise en exploitation de la ligne à grande vitesse.

 

 

La réalisation de la ligne à grande vitesse entre Le Mans et Rennes fera progresser l'endettement de la région qui atteindra un milliard d'euros en 2016, ce qui ne devrait pas l'empêcher d'engager 500 millions d'euros dans les TER. Quand on aime, on ne compte pas !

Commenter cet article