Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

Articles avec #le courrier des lecteurs tag

VU DANS LA PRESSE : Encore un accident avec un train ECR

14 Juin 2009 , Rédigé par Eric / Gilbert S. Publié dans #LE COURRIER DES LECTEURS

 La presse n'en a pas beaucoup parlé.... et pourtant l'événement s'est produit le 2 juin dernier, quelques jours seulement après l'accident survenu dans la nuit du 19 au 20 mai sur la ligne Paris-Bordeaux,  lors d'un croisement entre un train de fret SNCF et un train de la compagnie privée Euro Cargo Rail (ECR) transportant des tractopelles.

 Cette fois, c'est un train ECR qui a heuté un convoi de la SNCF, peut être suite au non respect d'un signal par le conducteurde la compagnie privé... L'enquête en cours déterminera les causes exactes de l'incident.

Voilà qui va sans doute rélancer grandement la polémique sur l'ouverture du fret à la concurrence et atiser les argumentaires des pro an anti-libéralisation parmis les lecteurs de Passion-Trains, mais que je me fais un devoir de publier ; car ici, on est pas pour ou contre telle ou telle compagnie ; toutes les informations ont droit de cité !

Un article signalé par Gilbert S., et que je remercie vivement pour me l'avoir indiqué.


image hébergée par photomaniak.com

Ben non, pas de censure sur Passion-Trains : quand c'est mauvais chez ECR, on le dit aussi ! et là, pour le moins, c'est digne d'une loi des séries plutot douteuses....carton jaune à Euro Cargo Rail pour cet événement regettable...

LE COURRIER DES LECTEURS : Un passionné s'exprime !

7 Décembre 2008 , Rédigé par Eric / François G. Publié dans #LE COURRIER DES LECTEURS

 Il est des messages qui font plaisir... et ceux des lecteurs de Passion-Trains tout particulièrement. En temoigne le petit mot laissé par un de nos nouveaux lecteurs, François G., viscéralement passionné (comme nombre d'entre nous, d'ailleurs) par les locomotives CC 6500 / CC 21000 de la SNCF. Pour le bonheur de tous, voici donc sa prose, brut de brut :

Amis ferroviarophiles, bonjour !

Depuis le temps que je cherchais un site ad hoc pour partager ma passion avec d'autres atteints par le même virus!! Je me suis régalé, notamment des vidéos ferroviaires et en ai même trouvé sur mes engins moteurs chouchous : les CC 6500 et leurs petites soeurs 21000.

Quand j'ai vu que certaines étaient en train d'attendre leur démantèlement et leur réduction en pièces détachées, j'ai eu un - vrai - serrement au coeur !!
En tête du Mistral, du Rhôdanien et autres rapides sur le Sud Est, mais aussi des C200 sur le Sud Ouest, bon sang, quelle maestria !!

2 expériences inoubliables en cabine : la toute 1ère en tête de l'Etendard entre Paris et St Pierre des Corps muni d'une autorisation officielle, adolescent et, beaucoup beaucoup plus récemment, entre Valence et Lyon PD à force de "prendre la tête" au mécano qui a pigé que j'étais un félé du rail et qui m'a proposé de faire le voyage avec lui !!!!!

Waahooouuuuuu...!! Le hockètement caractéristique des moteurs et le petit coup dans les reins consécutif au passage série à parallèle, le bruit de tonnerre des 12 roues lors du passage sur les aiguilles, la charge fantastique des 8000 chevaux galvanisés au cran 32 et shuntage à fond, ohhh quelles sensations !!!
Et puis les 21000, hélas sans vécu particulier en cabine pour moi, mais l'arrivée à Valorbe du TEE Cisalpin avec sa 21000 tout panto baissé, quelle gueule !!

Voila, c'est dit. je sais qu'ici, ces propos seront compris à leur juste valeur et même, j'en suis persuadé, partagés.
Mes passions ne sont évidemment pas exclusives pour ces machines mais.......vous l'avez compris, j'en étais - et en suis encore - amoureux.
 
A bientôt la joie de lire d'autres afficionados du rail !

François, un grand merci pour ce texte de qualité : pas de doute, tu es bien l'un des notres ! n'hésite pas à venir faire vivre de temps à autre la rubrique dédié aux lecteurs, ni même à nous faire part de tes émotions sur le forum. OK je ne m'en occupe pas toujours aussi autant que je devrais, mais comme l'ensemble des passionnés visitant le site, il ne tient qu'à toi d'y apporter ta contribution pour le plus grand bonheur des autres lecteurs !

Encore merci pour ce mot et à la prochaine    ;-)

Eric



Aaaaaaaaaaaaaaah CC 6500.... lumière de ma vie, mon graal, étoile d'un ciel sans nuage, je t'aime : c'est fusionnel ! Comme François G., n'hésitez pas à nous faire part de votre passion pour le monde ferroviaire et de vos impressions sur le site ; Vous êtes fan ? alors faites le nous savoir !

TRAITS D'HUMOUR : Les (més)aventures de Bébert, le chef de gare‏ (EPILOGUE)

30 Décembre 2007 , Rédigé par Claude S. / Eric Publié dans #LE COURRIER DES LECTEURS

undefined Toutes les bonnes choses ont une fin : Voici déjà au 5e et dernier actes des (mes)aventures de Bébert, le chef de gare... Snif ! 

Que tout le monde se rassure cependant : tout est bien qui finit bien pour notre chef de gare peu ordinaire. Le mystère est résolu et notre hero retrouve finalement sa dulcinée. Mais Chuuuut... découvrez par vous même l'épilogue de cette aventure toujours aussi riche en jeux de mots et en allusions croustillantes...

Bonne lecture, et encore merci à M. Claude S. pour ce grand moment... epistolaire !

;-)

Eric


LES (MES)AVENTURES DE BEBERT, LE CHEF DE GARE. ACTE V. ( FIN )

Ah, pour péter, ça a pété ! Non pas que Bébert ait pété un câble, bien au contraire. Ca a pété et cela n'a pas attendu le lendemain. Et quand ça s'est arrêté, Bébert a dit la phrase mémorable : c'est la fin des haricots et ça va bientôt être la fin des espoirs nourris par ceux qui l'ont pris pour une nouille. Bébert, bonne pâte, mais pas idiot, n'aime pas les malhonnêtes qui profitent de sa naïveté et de sa bonté, lui, il ne mange pas de ce pain-là ! Originaire d'un petit village près de Dijon, il lui faut une bonne raison pour que la moutarde lui monte au nez. Sa vie, réglée comme du papier à musique, est claire et limpide, sans fausse note. Le droit chemin est le plus court et le plus direct pour atteindre la vérité. C'est quatre à quatre que demain, il est prêt à descendre les escaliers, mais il ne faut pas faire de faux pas.

Quoi qu'il en soit, dans un premier temps, il marchera sur des oeufs, car il ne faut pas affoler la volaille; une question titille quand même les neuronnes de Bébert, mais pourquoi donc son remplaçant n'a-t-il pas bronché quand il lui a pris le journal des mains hier ? Il n'est pourtant pas pris des bronches, bien au contraire, il est taillé comme Tarzan, alors, en quoi le gêne un malheureux petit chef de gare, il n'en ferait qu'une bouchée pour son quatre heures. Quatre heures, c'est à quelques minutes près, justement l'heure de la prise de service, mais au fait, Marcel, le fameux Marcel que Julot les Gros Bras n'a même pas mentionné dans le journal « Le Petit Dégourdi », Marcel donc connaît tous les horaires par coeur, d'après Bébert, c'est forcément lui l'indicateur, et il va le coiffer au poteau ! Ah mais, bon sang, mais c'est bien sûr, Marcel l'avait déjà remplacé pendant ses trois semaines de croisière au Brésil avec Micheline; sur place, ils étaient allés au cinéma, et dans le film, ils avaient vu la même scène à Rio, c'est quand même bizarre, il est en train de vivre le même scenario, cette histoire, son histoire, c'est du réchauffé comme le café qu'il est en train de se servir. Précisément, servir ou se servir, là est la question! Marcel se croit encore à l'abri mais Bébert sait à qui il a affaire et l'affaire est simple comme bonjour. Demain matin, ce sera bonjour les dégâts pour celui qui se croit le plus mâlin de la bande, mais pour Bébert, c'est déjà du billard. Julot les Gros Bras s'est fait doubler par Jacquou la Menace, et Jacquou la Menace s'est fait doubler par Marcel qui avait discrètement récupéré les sacs pendant que Jacquou, un homme ne connaissant ni l'art ni la manière, s'occupait à sa façon de Micheline, pas ravie du tout d'avoir un ivrogne comme ravisseur. Elle qui était toujours ravie au lit avec Bébert n'avait pas voulu connaître le huitième ciel, le septième lui donnant pleinement satisfaction; elle avait même peur de connaître une ivresse démesurée vu qu'elle était sujette aux vertiges. Alors, son petit mot d'adieu n'était pas, ne pouvait pas être le sien. Elle ne pouvait pas être partie de son plein gré à l'aéroport et Bébert se dit qu'il fallait mettre un coup d'arrêt aux porcs qui veulent se faire du lard au frais de la princesse.

Ah, faut pas toucher à sa princesse ! Micheline, c'est SA princesse, l'être qu'il respecte le plus au monde. Il se souvient avoir joué le Prince Charmant un beau soir d'été où il avait réveillé sa Princesse, au bois dormant, derrière sa petite gare.

Mais que se passe-t-il ? C'est la fin du film, la fin du rêve, et à la place, Bébert ne perd pas au change, c'est une créature de rêve qui lui sourit comme une fée. Il accroche son wagon à sa Micheline et les voilà partis pour un voyage au bout de la nuit, voyage de première classe s'il vous plaît, cerise sur le gâteau, ils sont maintenant dans le compartiment spécialement aménagé à leur intention dans le Paris-Brest, délicate attention de tous ses copains de l'école des Chemins de fer. Ah, il en a de la chance, le Bébert, Micheline, c'est de la formule 1, une formule des cieux, avec elle, il ne rate jamais la correspondance, elle est toujours à l'heure, d'ailleurs, il y a vingt ans, le jour de ses dix-huit ans, jour où ses parents l'avaient expédiée comme un vulgaire colis avec un aller simple, elle s'était dit :  «  bon, puisque c'est comme ça, maintenant, c'est moi qui décide si c'est l'heure ou pas pour tout ce qui me concerne, ma vie m'appartient, et si je veux, je la donne à quelqu'un ».

Pour Bébert, elle éprouve de la reconnaissance, lui qui lui envoie sans arrêt des signaux forts, son coeur est un vrai livre ouvert pour elle, elle y lit les plus nobles sentiments, alors, pas question de faire machine arrière, avec lui, tous les feux sont au vert, bon d'accord, les trains, c'est sa passion, il s'y consacre à fond de train, même quand il va tout droit – Bébert est quelqu'un de direct, il va droit au but même s'il ne joue pas pas foot – ses moteurs tournent à plein régime et sans logiciel de simulation. Avec Bébert, pas de salle d'attente, la signalisation est simplifiée, le temps n'est pas perdu en formalités, il les appelle les produits du tiroir, pour lui parler, pas besoin de transiter par une troisième voie, et pour vous répondre, il reste cantonné à ses petites phrases claires, aussi claires que les yeux de Micheline où il peut à son tour lire son avenir, leur avenir à tous les deux. Il l'appelle sa passagère éternelle car il sait qu'elle ne le quittera jamais, même en rêve, et si un jour ou plutôt une nuit, ce rêve devait lui faire prendre un autre chemin ou même un autre train, celui-ci ne serait que temporaire, car pour Micheline, tous les chemins mènent à Bébert, et si elle ne vient pas à Bébert, c'est Bébert qui vient à elle. Ca marche, ça roule pour Bébert et Micheline, et ce sera comme ça jusqu'au terminus. D'ici là, ils ont encore tant de choses à se dire, surtout des mots bleus, ceux que l'on dit dans une langue universelle, la langue de l'amour, et au train où vont les choses, leur merveilleuse histoire va durer, durer toujours.
 
 
Claude SEGARD
 


Fin du voyage pour Bébert, notre chef de gare... Terminus, tout le monde descend, la correspondance... est terminée ! Notre héro finit par retrouver sa Micheline... et tout est bien qui finit bien ! Alors simplement, encore un grand MERCI à notre passionné qui nous a fait l'amitié de publier ses textes dans la rubrique "LE COURRIER DES LECTEURS" ! Qui sera le prochain ? vous peut-être ? envie de vous essayer au genre littéraire ? alors n'hésitez plus ; tous à vos plumes, et d'ici là, n'hésitez à visiter le blog de notre fidèle lecteur : http://blog.ifrance.com/claude.segard

TRAITS D'HUMOUR : Les (més)aventures de Bébert, le chef de gare‏ (acte 4)

24 Décembre 2007 , Rédigé par Claude S. / Eric Publié dans #LE COURRIER DES LECTEURS

undefined 4e volet de notre conte de Noel, les aventures de Bebert le chef de Gare... Amateurs de jeux de mots, réglez vous ! Et même si dans cette épisode, on "s'égare" un peu en s'éloignant du monde ferroviaire, on n'en sourit pas moins aux mésaventures d'un personnage toujours aussi ubuesque...

Bonne lecture !     ;-)

Eric
 

Cette nuit-là , il fait froid, il fait froid à ne pas mettre un Bébert dehors; il regarde par la fenêtre et voit de jolis flocons blancs voltiger allègrement et cependant se poser délicatement au sol. Il réalise alors qu'il s'est baladé toute la journée dans cette tenue de nain de jardin et il en rougit quelque peu de honte, lui qui broyait encore du noir avant d'avoir cette idée lumineuse; Bébert ne sait pas trop pourquoi mais quand le rouge et le noir s'associent, il pense aussitôt à ses sandales, peut-être bien à cause d'un livre qu'il a lu dans sa tendre jeunesse. A propos de lecture, le journal lui tend les bras avec Julot qui ne rate pas la Une en vidant son sac. Quand Bébert lit trop vite, c'est un vrai sac de noeuds dans sa tête, alors, il se dépêche de penser qu'il doit aller lentement. Ah, ça y est, voilà l'artiste en photo, notre gangster de service n'est pas passé par une belle porte cette fois-ci. Il s'est bêtement fait coincer dans un contrôle de routine, et pour l'argent, il fera ceinture! Le voilà maintenant derrière les barreaux où il pourra se refaire une santé. Ah oui, quand il a appris qu'il y avait un otage dont il ne savait que faire, il n'a pas arrêté, normal en cette période de fêtes mais pas la sienne, d'enguirlander son complice Jacquou la Menace qui n'a rien trouvé de mieux que de disparaître de la circulation en emmenant à la fois l'otage et les billets.

Julot les gros bras avait pourtant bien ficelé le coup du siècle comme il disait, il avait attendu assez longtemps! Grâce à un complice introduit dans le milieu, il savait comment prendre la place des convoyeurs, il n'avait qu'à attendre que les portes s'ouvrent grâce à une de ces dames innocentes, et hop, à lui les mains pleines! Seulement voilà, Jacquou la Menace, d'origine tchèque mais aussi bête qu'un carnet, voyeur qu'on repère à quinze mille, n'avait pas pu s'empêcher de tomber en admiration devant une vraie Madone en lui disant dans un mauvais français : « Marci pour ce sac que tu m'as donnes ».

Micheline sentit le danger autant que la mauvaise haleine imbibée d'alcool de Jacquou qui s'empressa de refermer la porte du wagon sécurisé en pensant certainement déjà pouvoir se faire la belle. Très affecté par ce chargement supplémentaire au programme, Julot les Gros Bras fit promettre à Jacquou de se débarasser sans autre forme de procès de ce témoin gênant dans la prochaine gare désaffectée sur le parcours. Il suffirait de sauter avec la fille, de lui dire au revoir avec des yeux aussi langoureux que les balles d'un pistolet mitrailleur et le tour serait joué. Julot les Gros Bras, après s'être jeté du train avec les sacs à l'endroit qu'il avait repéré n'aurait plus qu'à venir récupérer Jacquou qui aurait entre-temps repris son soufle après l'enterrement.

Jacquou, - même s'il ne savait pas monter à cheval-vapeur - voulut faire cavalier seul et profita du fait que Julot les Gros Bras avait piqué un roupillon pour piquer les sacs en emmenant avec lui celle qu'il pensait inviter à dîner en tête à tête. Il sauta de joie au moment propice, Micheline poussa un cri pensant déjà qu'elle allait être la prochaine dinde farcie juste après Noël. Elle cria si fort à travers la nuit qu'elle réveilla Jésus, une espèce de marginal qui avait trouvé refuge dans une cabane abandonnée, laquelle servait d'abri côtier aux amateurs de poésie à deux nocturne.

Heureusement, Julot les Gros Bras ne s'était pas réveillé, il était resté dans les bras de Morphée. Par contre, Jésus, lui, effrayé comme une chouette, sorti du lit comme un fleuve en crue, n'en crut pas ses oreilles, et , tel un écho, logique, il restitua le cri jusqu'à la gendarmerie du gros bourg le plus proche.

Là, le gendarme de faction, qui avait raté sa première vocation de curé, n'avait pas réussi à compter les moutons cette nuit-là, reconnut en une seconde la voix d'une de ses ouailles.Il dit : «  Chaque fois que Jésus crie, c'est du sérieux ». Alors, bon pied, bon oeil, il déclencha l'alerte et c'est comme ça qu'une patrouille mit la main sur Julot les Gros Bras qui en eut les jambes coupées de se voir cueillir aussi facilement qu'une fleur de province sur une route de campagne, faut dire qu'il avait appuyé sur le champignon pour assurer des lendemains de fête difficiles à Jacquou, lequel l'avait roulé dans la farine; il se promettait de lui mettre un pain conséquent, mais il fut arrêté par la baguette de gendarmerie.

Julot les Gros Bras qui venait de comprendre qu'il avait tout perdu à cause d'un nain capable de faire capoter n'importe quelle voiture, et qu'il n'avait non plus rien gagné à être connu et reconnu par tous les services de police et de gendarmerie de France et de Navarro, décida alors sans qu'on ait besoin de le cuisiner, même s'il n'avait pas spécialement faim, de se mettre à table et de cracher le morceau.

Bébert, lui, continuait de dévorer l'article du journal, n'en perdait pas une miette tellement le récit était craquant; non, il n'avait pas soif de vengeance, mais tout en avalant son cassoulet réchauffé, il se dit :
 

                     Demain, il passe à la casserole et je lui botte l'arrière-train !

Ca va peter, c'est Bébert qui vous le promet. La suite au prochain épisode...




Julot les gros bras finit en cabane... et s'y refait une santé ! excellent... on attend donc avec impatience le 5e "épisode des (més)aventures de Bébert, le chef de gare, et de sa micheline. Affaire à suivre...

TRAITS D'HUMOUR : Les (més)aventures de Bébert, le chef de gare‏ (acte 3)

15 Décembre 2007 , Rédigé par Claude S. / Eric Publié dans #LE COURRIER DES LECTEURS

y8400.jpg 3e épisode des mésaventures loufoques de Bébert le chef, de gare, personne fantaisiste issu de l'imagination (fertile) d'un de nos fidèles lecteurs... pour le plus grand bonheur des amoureux du verbe !

Toujous aussi bien conçu et richement pouvus en jeux de mots, ce 3e opus délirant se lire agréablement... en attendant  le 4e acte, dont on espère la publication très prochaine !

Bonne lecture   ;-)

Eric
 

D'habitude, Bébert avance avec un train de sénateur, mais là, il y a urgence, il s'agit de Micheline, son BB, comme il l'appelle. Il sait qu'il ne doit plus pleurer, il ne tire plus sur la sonnette des larmes et il arrête de ruminer. Il a à nouveau l'oeil vif, la démarche souple, les idées claires et pour lui, Micheline a toujours eu une conduite exemplaire, elle se proposait, non : ne parlons pas au passé, elle se propose même pour donner un coup de main, comme par exemple se charger des sacs postaux, une tâche qu'il ne faut pas prendre à la légère.

Et justement, l'idée lumineuse qui redonne de l'espoir à Bébert concerne la Une du « Petit Dégourdi », journal régional que personne ne lit mais dont tout le monde commente le contenu, la Une donc accrochée à la porte des toilettes par son remplaçant, Marcel. Ce matin, les yeux de Bébert faisaient peine à voir à travers le brouillard à couper au couteau, couteau qui n'a même pas servi au petit déjeuner de Bébert, à le regarder , on pourrait se risquer à croire qu'il était complètement beurré.

Bébert avait regardé la feuille mais n'avait lu qu'entre les lignes, alors, bien sûr, il n'avait vu que du blanc tandis que son cerveau avait malgré tout enregistré les gros titres : «  Transport de fonds, du nouveau après l'affaire du train postal, JULOT les gros bras a vidé son sac.» Bébert avait un préssentiment, il avait déjà entendu parlé de ce fameux Julot, à la tête de son gang « MEC », magouilles et Compagnie pour les initiés, condamné à cinq ans pour détournement d'avion plus cinq ans en prime pour escroc qui rit; et oui, il s'était payé la tête du président du Tribunal qui faillit avoir une attaque. Seulement voilà, Julot les gros bras a été libéré il y a trois mois... pour bonne conduite.

Bébert fonce jusqu'au petit kiosque qu'il a mis en place à côté du guichet principal et que Micheline a décoré amoureusement pour les fêtes de fin d'année. Mais kiosque ça veut dire ? C'est la fin de tout ! Son stand a disparu, décidément, Marcel, son remplaçant, a besoin qu'on lui explique le sens des gravures, et lui Bébert doit absolument lire l'article pour en avoir le coeur net. Mais pour qui se prend-il, ce Marcel, il a beau être une armoire à glace, Bébert va lui montrer de quel bois il se chauffe, il sent déjà la température monter.

A la limite, Bébert se fiche pas mal du kiosque, mais Marcel aurait pu lui en parler, et là, il a dépassé les bornes. Pour l'instant, Bébert est à mille lieues de penser que l'attitude de son remplaçant n'était pas anodine, mais même s'il n'a pratiquement rien mangé depuis plusieurs jours, il est estomaqué et en même temps tellement électrifié qu'il va y avoir des étincelles,il y a de l'orage dans l'air, et il ne va pas y aller par quatre chemins pour demander des explications à Marcel qui justement est en train de lire le journal en question !

Bébert n'attend pas demain pour lui prendre le journal sans autre formalité, passe devant le grand panneau horaire, v érifie que le train postal est bien à 23h12, monte dans son logement, et, en fonction de ce qu'il va lire, il prendra les mesures qui s'imposent même s'il n'est pas géomètre. Il se dit que s'il a vu juste, il a déjà une petite idée de ce qu'il va décider. Et en passant devant la photo de Micheline avec un verre de jus de pomme à la main, il lui fait le serment d'éclaircir toute cette histoire même s'il fait déjà nuit.

En somme, il fait à Micheline « Le serment du jus de pomme. »

La suite au prochain épisode...
 

Le serment du Jus de pomme... Notre lecteur se fait plaisir et donne libre cours à son imagination ; plus on avance dans les mésaventures de Bébert le chef de gare, et plus on se demande comme va finir cette histoire....espérons seulement que ce ne sera pas sur une voie de garage...    ;-)

TRAITS D'HUMOUR : Les (més)aventures de Bébert, le chef de gare‏ (acte 2)

7 Décembre 2007 , Rédigé par Claude S. / Eric Publié dans #LE COURRIER DES LECTEURS

y8400.jpg Les (més)aventures de Bébert, le chef de gare‏, acte 2... toujours aussi truculent et riche en jeux de mots, voici la suite tant attendue du premier volet qui a dû faire sourire plus d'un lecteur, la semaine dernière ! un grand moment de plaisir, en cette grise journée de décembre...  alors bonne lecture !

;-)

Eric


    Voilà bientôt huit jours et bien sûr huit nuits que Bébert a disjoncté et tout le monde est déjà au courant grâce aux reporters qui ont rempli leurs colonnes avec son sang qui n'a fait qu'un tour au point de perturber la circulation dans sa petite gare provinciale pendant au moins deux bonnes plombes. Sa hiérarchie l'a d'ailleurs mis au repos forcé sans fixer de date de reprise car Bébert est encore tout retourné. Gare à celui qui voudra approcher Bébert qui, on s'en souvient, avait mis un super aller-retour à un psychologue qui n'avait pas su prendre de gants avec notre malheureux alors qu'on était en plein hiver.

La nuit, Bébert ne dort pas, il ne peut pas dormir lui qui, dans sa vie, n'a connu que le droit chemin, à part peut-être les courbes généreuses de Micheline. Soulignons au passage que par courtoisie, nous n'entrerons pas dans les méandres de leur vie privée surtout que Bébert et Micheline nous ont donné pour consigne de garder leurs secrets, il y a dans ce domaine des barrières à ne pas franchir. Pour lui, sa vie est devenue une voie sans issue. S'aimer, c'est regarder tous les deux dans la même direction, mais maintenant, il est tout seul, il n'arrête pas de regarder son film préféré «  Il était une voie dans l'ouest ».

Le jour, il parcourt la campagne comme un zombie, oh sa tête n'est pas belle à voir, on croirait bien qu'elle a rencontré un fer à repasser. Faut dire qu'à onze heures – Bébert aime bien manger de bonne heure – sa soupe s'est transformé en bouillon; visiblement, il n'est pas dans son assiette, faut dire qu'il n'a toujours pas avalé le départ de Micheline, alors, il a renvoyé toute la marchandise – remarquez, comme ça, il gardera la ligne - . Il est tellement énervé qu'il n'arrive pas à résoudre cette équation à une inconnue, surtout après vingt ans de voie commune. Non, décidément, Bébert n'en est toujours pas revenu que Micheline, sa Micheline, soit partie on ne sait où et il verse toutes les cinq minutes des larmes de crocodile.

Par défi, il continue à siffler même et surtout quand il traverse le village mais tous les villageois ne sont pas sympa comme les routiers. Au détour d'un chemin de traverse, un habitant malapris a même lancé à Bébert : « Tu peux toujours siffler, tu ne la reverra plus, ta Micheline »! Bien entendu, l'effronté s'est sauvé en quatrième vitesse craignant bien évidemment la foudre de Bébert qui en a raz la casquette de voir les gens se moquer de lui.

La tête de Bébert est un vrai champ de bataille, alors, il va s'allonger dans l'herbe et il rumine et rumine encore plus comme la vache à côté de lui qui regarde tranquillement passer les trains. Non, il n'est vraiment pas en forme, Bébert, lui le boute-en-train de toujours d'après son horoscope,il n'a décidément pas le coeur à mettre de l'ambiance; en temps normal, vu qu'il est du signe du taureau, il aurait déjà crié : « oh, la vache », non pas en parlant de Micheline, mais de sa ruminante de voisine, une beauté digne de participer à un concours mais les circonstances sont toutes autres.

Bébert ne comprend toujours pas ce qui lui arrive; lui qui a toujours eu du bol jusqu'à présent n'a pas pu boire sa soupe préférée ce midi. Non, il y a vraiment quelque chose qui clôche dans ce départ de Micheline, on n'était pas encore à Pâques de toute façon. Et tout à coup, une idée traverse la tête de Bébert à la vitesse de l'éclair, le transporte sans délai chez lui, il file jusqu'à la salle des pas perdus de sa petite gare chérie car il croit à nouveau à son étoile qui ne l'a jamais quitté et tous ceux qui le voient passer croient qu'il a entendu des voix.

                      Bébert répète à qui mieux mieux « Faux départ, faux départ »

La suite au prochain épisode...
 



Bebert pête les plombs... et à des vapeurs. Pour le plus grand plaisir des lecteurs de Passion-trains ! Merci à Claude S. pour ce 2e opus des aventures de son célèbre chef de gare. Un vrai plasir : encore merci, et vivement le 3e acte !!!

TRAITS D'HUMOUR : Les (més)aventures de Bébert, le chef de gare‏ (acte 1)

3 Décembre 2007 , Rédigé par Claude S. / Eric Publié dans #LE COURRIER DES LECTEURS

y8400.jpg L'actualité ferroviaire, hélas, n'est pas toujours très réjouissante : accidents, grèves, supression de lignes... autant d'événement qui parfois plombe le moral des plus passionnés d'entre nous.

Et pourtant : grace à la magie du verbe, certains lecteurs sont capables avec une bonne dose d'humour, une imagination des plus fertile et un don iné pour les jeux de  mots de mettre en valeur les bons cotés du monde des trains ; en témoigne
LES (MES)AVENTURES DE BEBERT, LE CHEF DE GARE, un conte truculent écrit par un de nos lecteurs, Claude S. et dont je vous livre aujourdhui le premier volet.

Laissez vous donc surprendre par l'histoire : c'est très drôle et très agréable à lire... et une bonne dose d'humour, ça n'a jamais fait jamis de mal !  

Bonne
lecture    ;-)

Eric
 

LES (MES)AVENTURES DE BEBERT, LE CHEF DE GARE.

 

Depuis que sa Micheline est partie, Bébert n'est plus le même, on pourrait même dire qu'il déraille complètement. Les dirigeants régionaux de la SNCF n'ont pas pu empêcher la presse de s'intéresser au personnage. Quand les premiers reporters sont arrivés sur les lieux, ils ont trouvé Bébert en train d'essayer d'allumer une boogie avec un briquet. A n'en pas douter, Bébert en avait un coup dans le cigare et son émotion extrême lui donnait des vapeurs. Un psychologue, dépêché sur les lieux en train express avec ses valises sous les yeux car il n'avait pas d'autres bagages et n'avait visiblement pas dormi, recueillit les premières confidences de Bébert à la mine déconfite comme si le train de 4h05 lui était passé dessus.

Pour Bébert, la vie avait toujours été aussi simple qu'une ligne droite. Très tôt, il avait su que sa voie était toute tracée; très vite, l'idée de devenir chef de gare avait fait son chemin dans sa tête. Pour le dérouter, ses faux copains d'école avaient essayé de l'emmener dans une voie de garage, autrement dit de le faire tomber dans le panneau d'une mauvaise orientation professionnelle, mais il avait vite compris leur manège et leur manoeuvre car même son horoscope lui avait plusieurs fois envoyé des signaux qui ne trompent pas en lui disant par exemple qu'après un bon départ, il n'avait qu'à continuer son petit bonhomme de chemin pour être sûr d'arriver à destination.

Même pour sa vie sentimentale -les chemins du coeur sont parfois impénétrables- Bébert n'était pas allé chercher bien loin Micheline, celle qui allait lui faire connaître ses transports amoureux. C'est elle tout simplement qui était venue à lui une certaine nuit de la Saint-Sylvestre. Après une journée portes ouvertes à la maison de ses parents le jour de ses dix-huit ans, elle était tout bonnement partie à l'aventure, ayant pris le premier train pour n'importe où et était arrivée sans crier gare dans ce coin tranquille à la croisée des chemins de nulle part où Bébert sifflait même quand il n'y avait pas de train croyant certainement qu'un jour ou mieux une nuit, quelqu'un répondrait à son coup de sifflet sans pour autant se prendre pour un chien qui obéit à la voix de son maître. Non, cette nuit-là, après pas mal de kilomètres au hasard, Micheline décida d'un seul coup de descendre au prochain arrêt pour mettre fin à son long voyage improvisé. Elle voulait comme elle le dit à Bébert cette nuit-là enfin poser ses valises. Le seul hôtel dans ce coin paumé n'était pas fermé pour cause de réveillon à cette heure tardive mais plus aucune chambre n'était libre comme l'était Micheline.

Bébert, qui avait complété son éducation grâce à un train de pèlerins de retour de Lourdes l'été précédent, saisit l'occasion pour montrer en tout bien tout honneur son sens de l'hospitalité à Micheline, laquelle accepta de suite l'invitation venant d'un inconnu certes mais en qui elle eut tout de suite confiance car il lui indiqua sans tarder l'heure du premier train du lendemain, il avait d'ailleurs déjà un ticket pour elle-et pourquoi pas avec elle? Et ce qui devait arriver, arriva, Micheline ne prit pas ce premier train, ni même le suivant d'ailleurs. Ah, on peut dire que cet amour démarra sur les chapeaux de roues pour deux êtres qui firent plus que se croiser sans s'arrêter, bien au contraire; on peut même ajouter que leur amour fut vécu à un train d'enfer.

Seulement voilà, après une génération de vie et de voie commune, de train-train quotidien en somme, le poids des habitudes a fait son oeuvre. Micheline est partie comme elle était arrivée. Avant de prendre le train postal de 23h12, elle a quand même laissé une lettre à Bébert où était écrit: « Mon chéri, dans une gare, beaucoup de choses arrivent, surtout des trains; aujourd'hui, en ce 20ème anniversaire de notre Saint-Sylvestre, j'ai décidé de prendre un nouveau départ, un nouvel envol, alors, je file à l'aéroport .»

Et Bébert tendit la lettre de Micheline au psychologue comme si celui-ci pouvait encore faire quelque chose. Ce dernier, pas aussi futé que notre Bison national, lâcha malencontreusement : «  C'était une erreur d'aiguillage, une de perdue, dix de retrouvées! » Alors là, le sang de Bébert ne fit qu'un tour, il allongea un direct à ce malotru. Comment, lui, Bébert, aussi fidèle qu'un horaire de chemin de fer, pourrait-il se consoler dans les bras de dix inconnues par dessus le marché, non, ce serait un marché de dupes, et il le lui rendrait au centuple à ce marchand de tickets perdants !

Non, non, et encore non, Bébert ne pouvait y croire, lui qui avait toujours suivi à la lettre le chemin tracé par son destin, ne pouvait accepter que l'on puisse lui siffler aussi facilement dans quelle direction il devait aller maintenant. Alors, ne se contrôlant plus, Bébert alla dans la salle de contrôle et de régulation des trains, appuya sur tous les boutons que la colère lui avait donnés et mit un bazar complet dans la circulation justement à l'heure de pointe, aussi dans sa tête qui ne savait plus à quel train se vouer. 

Maintenant, Bébert, toujours sous tension, voit des Michelines partout car il garde espoir en se disant:

  Maintenant, Bébert, toujours sous tension, voit des Michelines partout car il garde espoir en se disant:

                                            « Un train vaut mieux que deux tu l'auras ». 

Par ailleurs, la direction générale de la SNCF, ayant eu vent du désarroi de Bébert, a annoncé un train de mesures pour soutenir moralement tous ses agents déboussolés.
(à suivre...)
 
Claude-S.jpg
ça vous a plu ? personnellement j'ai adoré : très drôle, très frais ! Alors merci à Claude pour ce moment de bon humeur, et à très bientôt, j'espère,  pour la suite des  (MES)AVENTURES DE BEBERT, LE CHEF DE GARE ! Amis lecteurs, n'hésitez pas non plus à venir visiter l'excellentissime blog de Claude sur la toile : pour ce faire, une seul reflexe :
cliquez ici

LE COURRIER DES LECTEURS : Meccano, ou comment vous faire aimer le train !

25 Octobre 2007 , Rédigé par Henri P. / Pierre H. / Eric Publié dans #LE COURRIER DES LECTEURS

y8400.jpg Meccano... le nom vous dit il quelque chose ? Sisisisi... rappelez vous : ce jeu de construction de votre enfance pour réaliser différents modèles avec des modules standard préfabriqués de lames métalliques perforées, et fixées par des vis et des écrous...  des horloges, des grues, des portiques, des tracteurs, des voitures et des chars...avec une bonne dose d'imagination et un certain savoir-faire, tout était était alors possible. 

Tout ? oui, absolument tout : y compris réaliser des locomotives ! en témoignent aujourd'hui les quelques clichés ci-dessous qu'un passionné a bien voulu me faire parvenir... pour le plaisir des yeux !

Cette machine, dont l'acquéreur ne connaît nullement l’histoire, a été achetée…un peu par hasard, sur un coup de cœur (raisonnable, comme l’était son prix, affirme t'il) dans un dépôt vente local. Tombé littéralement en extase devant cette réalisation (et on le comprend !) la motrice a donc rapidement changé d'étagère pour aller désormais trôner dans le bureau de son nouveau propriétaire (Madame ne partageant pas hélas les mêmes goûts d'esthétiques que son acheteur de mari...)

Une chose est sûre : elle est plutôt bien construite comme le montrent les photos : les proportions sont bonnes, à part l’écartement, 120 mm alors que l’échelle générale est environ 1/16, soit 90 cm entre les tampons. L’écartement devrait donc s’approcher de 90 mm (pas normalisé, mais proche du 3,5 ‘’ courant dans les "garden trains" aux USA). "De toute façon, il y a moyen de modifier ça." nous assure notre passionné qui n'en tarit pas d'éloges sur sa locomotive.

"C’est une vraie Bo-Bo, avec un moto-réducteur 6 V par essieu, suspendu par le nez comme sur une vraie ! mais les ressorts sont trop souples, le poids propre les met en butée." ajoute t'il. L’alimentation électrique se fait en effet par 8 piles R14 en série / parallèle. Vu ce que cela doit consommer, il aurait en effet fallu prévoir une batterie 6 V de moto…et en plus le constructeur a prévu un ventilateur pour faire plus « vrai », mais aussi faire du bruit ! Quant au manipulateur de traction, il n’est pas en cabine mais à l’extérieur, c’est une petite manette « AR/STOP/AV » prévue à une extrémité qui rempli cet office.

Détail amusant : la locomotive est  jaune, ce qui la fait beaucoup ressembler aux locos Krupp d’Eurotunnel (secours et travaux), société pour laquelle travaille notre passionné... cette motrice est donc doublement à sa place dans son bureau : elle ne pouvait pas trouver meilleure place !

Satisfait de son acquisition, notre acheteur n'en demeure pas moins curieux et dubitatif sur le numéro de série et le logo que portent la locomotive : " 
J’ai fait une recherche sur le web avec « loco 66185 », mais je n’ai rien trouvé, cependant ce numéro n’a peut-être pas été choisi par hasard, de même je ne connais pas le logo bleu triangulaire apposé sur la cabine…quelqu’un peut-il m’éclairer à ce sujet ?" 

La question est posée... les réponses seront donc les bienvenues !!!
 
 

Mecc1.JPGBB 66285 dans son nouveau dépôt ! Non non, je ne suis plus à vendre...

Mecc4.JPGUne locomotive qui en impose...

mecc3.JPG
... Visez moi un peu cette gueule !

Mecc10.JPGLe bloc ventilateur pour faire plus « vrai », mais aussi faire du bruit ! ça mouline, Georges...

Mecc11.JPGNon, ceci n'est pas une grille à barbecue...

Mecc12.JPGLe compartiment à batteries : un peu spartiate, mais conçu à la base pour 8 piles type R14

Mecc13.JPG
Le manipulateur de traction AR/STOP/AV : simple, mais il fallait y penser !

Mecc14.JPGUn attelage plus vrai que nature...

Mecc15.JPG... Et des tampons, simples, mais fonctionnels !

Mecc16.JPG
Gros plan sur un des 4 moteurs de la bête - appréciez particulièrement cette mécanique : c'est du beau travail !

Mecc5.JPG
Un des deux bogies moteurs...

Mecc6.JPG... et le dessous de la motrice, comme si vous y étiez !

Mecc7.JPGLa suspension, magnifique, bien qu'un peu légère...

Mecc8.JPG
... et l'arrière de la loco avec son manipulateur de traction qui n’est pas en cabine mais à l’extérieur, pour une meilleure "prise en main".

Mecc9.JPG
Mais oui... tu es belle !

mecc2.JPG
Bref : du beau, du TRES beau. Pour un peu, ça me donnerait presque envie de ressortir ma boite de meccano du grenier pour essayer de la reproduire  ! Merci à Henri P. pour ces magnifiques clichés ! et bravo pour cette belle acquisition.

VU DANS LA PRESSE : Pour tout savoir sur les trains

8 Octobre 2006 , Rédigé par Bertrand G. Publié dans #LE COURRIER DES LECTEURS

 Pour tout savoir sur les trains... un bel article relevée par notre correspondant local Bertrand G.et que Passion-Trains remercie pour sa régularité ! Continue à nous adresser tes coupures de presse Bertrand ! elles sont toujours appréciées...  ;-)

 

Bon, ok, c'est pas écrit en grands caractères, mais ça devrait être lisible... Merci à Bertand G. pour cet article !

VU DANS LA PRESSE : La LGV Poitiers - Limoges ranime la bataille du rail

7 Septembre 2006 , Rédigé par Bertrand G. Publié dans #LE COURRIER DES LECTEURS

 La LGV Poitiers  - Limoges ravive une guerre du rail... Partisans et opposants s'affrontent, et les médias s'en font l'écho à travers la presse... Un article intéressant relévé par notre reporter Bertrand G. qui ne manque jamais de nous informé par de bons articles. encore merci à lui !  ;-)

 

Rififi entres les différents acteurs de la future LGV Poitiers- Limoges... alors construira ? ou construira pas ? affaire à suivre....