Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

INSOLITE : Des Suisses allument un feu d’artifice... dans un train en Allemagne

11 Novembre 2011 , Rédigé par TDG.ch Publié dans #INSOLITE

logo DB ALLEMAGNE - Des Suisses ont allumé un feu d’artifice dans un train intercity allemand arrêté en gare de Fribourg-en-Brisgau en Allemagne. Les sept jeunes hommes venant de la région de Berne avaient consommé de l’alcool, a indiqué lundi la police allemande.

 

Les feux d’artifices en possession des Suisses sont interdits en Allemagne. Une procédure pénale pour violation de la loi sur les explosifs a été ouverte contre la personne qui a introduit les engins pyrotechniques en Allemagne et contre celle qui a allumé le feu d’artifice dans le train.

 

Tous les engins pyrotechniques ont été saisis et détruits. Les sept Suisses, âgés de 17 à 27 ans, se rendaient à une manifestation sportive.

 

 

"Fribourg en Brisgau, ici Fribourg en Brisgau... deux minutes d'arret."

AIDES D'ETAT : Vers une plainte de la SNCF à l'encontre Eurotunnel ?

11 Novembre 2011 , Rédigé par meretmarine.com Publié dans #FLASH INFO

LogoEurotunnel t logo SNCF EUROTUNNEL - Une réponse du berger à la bergère ? D'après la Lettre de l'Expansion, la SNCF envisagerait de porter plainte contre Eurotunnel auprès de la Commission européenne. Le groupe public, maison-mère de la compagnie maritime SeaFrance, ciblerait des aides d'Etat qu'il considère illégales. La SNCF « vise les montants perçus - plusieurs centaines de millions d'euros - par le gestionnaire du tunnel sous la Manche de 1994 à 2006 à travers le revenu minimum garanti par la France et la Grande-Bretagne », affirme le journal économique.  

 

Cette révélation intervient alors qu'Eurotunnel a annoncé, la semaine dernière, avoir saisi l'autorité de la concurrence dans le cadre de la reprise éventuelle de SeaFrance. Selon Le Figaro, la compagnie ferroviaire craint que la reprise de l'armement maritime de la SNCF ne se fasse avec l'intervention de fonds publics.

 

FERROVIAIRE : Pour être efficace, le rail wallon a besoin... de 2 milliards d'euros

11 Novembre 2011 , Rédigé par RTLinfo.be Publié dans #FLASH INFO

logo sncb BELGIQUE - Pour être vraiment efficace, il faudrait moderniser l'infrastructure et le matériel roulant, augmenter le nombre de trains en multipliant le nombre de voies, relève notamment l'étude. Coût total de cette amélioration du rail wallon: 2 milliards d'euros.

 

Parmi les projets les plus dispendieux, l'étude cite le raccordement de l'aéroport de Gosselies, estimé à 600 millions d'euros et qui a déjà été approuvé par le gouvernement wallon, l'augmentation de la capacité de la dorsale wallonne (Mons-Liège via Namur) avec la mise à deux ou trois voies entre Auvelais et Fleurus ou Tamines (estimé de 42 à 179 millions d'euros), et l'augmentation de la capacité sur la ligne Mons-Bruxelles, avec la mise à quatre voies entre Braine-le-Comte et Hal.

 

La clé de répartition des moyens de la SNCB entre la Flandre et la Wallonie est actuellement de 60/40. L'étude réalisée par le bureau TRITEL pour la Région wallonne s'inscrit dans le cadre du plan d'investissement 2013-2025 de la SNCB.

 

 

2 milliards d'euros : c'est la modique somme qu'il faudrait pour moderniser l'infrastructure et le matériel roulant en Wallonnie. Bah, une paille, le voisin flamand va surement mettre la main à la poche pour aider un peu... non ?

RESEAU : Essais discrets en France pour le TGV... allemand !

11 Novembre 2011 , Rédigé par Letelegramme.com Publié dans #FLASH INFO

Logo-RFF.jpg logo DB FRANCE / ALLEMAGNE - Jeudi en milieu d'après-midi, une rame «ICE» (nom du TGV allemand) de la Bundesbahn stationnait en gare de Plouaret (22). De quoi intriguer les usagers de la petite gare trégorroise.

 

Cette présence insolite est la première concrétisation de la libre concurrence en termes de transport ferroviaire voulue par la communauté européenne, la SNCF n'étant plus propriétaire du réseau ferré qui peut donc accepter des circulations de trains étrangers. Dans l'Ouest, ce premier test préfigure de futures circulations de trains voyageurs non assurées par la SNCF, mais par la Bundesbahn (société nationale des chemins de fer allemands) au moyen, notamment, de ces TGV d'Outre-Rhin, construits par la société Siemens et dont la conception diffère sensiblement de celle du TGV français (positionnement des bogies notamment). La libre concurrence mise en place sur les transports ferroviaires ne s'était jusqu'à présent concrétisée, en Bretagne, que dans le domaine du fret. 

 

Un bras de fer a d'ailleurs opposé, récemment, Combiwest Novatrans et la Compagnie nouvelle de containers sur des attributions d'horaires de circulation des convois de marchandises, au départ de Rennes. Cette venue d'une rame ICE va permettre, indique la direction régionale de Réseau ferré de France, la réalisation d'essais de compatibilité de ce matériel de transport avec les voies françaises.        

 

La présence du TGV allemand, en gare de Plouaret, est la première concrétisation, en Bretagne, de la libre concurrence concernant le transport de voyageurs. Photo Henri Quelen

 

 
La présence du TGV allemand, en gare de Plouaret, est la première concrétisation, en Bretagne, de la libre concurrence concernant le transport de voyageurs...Reste la photo, plutot insolite pour un 11 novembre !

LGV : Le baltes veulent des TGV avec Varsovie

11 Novembre 2011 , Rédigé par Lefigaro.fr Publié dans #ACTU

logo-pkp.jpg ESTONIE / LETTONIE / LITUANIE / POLOGNE - Les Premiers ministres des trois pays baltes réunis à Tallinn hier ont annoncé la création d'une société mixte chargée de la construction d'une voie ferrée pour trains à grande vitesse entre la capitale estonienne et Varsovie en Pologne.

 

Baptisée Rail Baltica, cette ligne de chemins de fer nord-sud, longue de 1435 km, figure sur la liste des principaux projets de transports de l'Union européenne. Elle est censée permettre de relier à Varsovie l'axe ferroviaire est-ouest prévu entre Moscou et Berlin. Les experts estiment que Rail Baltica, dont le coût est évalué à 3,7 milliards d'euros, pourrait favoriser le transfert du trafic routier vers le rail et être ainsi une solution alternative à l'axe routier Via Baltica qui suscite des controverses pour des raisons écologiques.

 

Le Premier ministre letton Valdis Dombrovskis a indiqué à la presse que, selon le commissaire européen aux Transports Siim Kallas, l'UE pourrait prendre sur elle "jusqu'à 85% des coûts du projet". "La société mixte commencera à travailler en 2012 et aura son quartier général à Riga. Nous avons rejoint toutes les principales organisations en Europe et nous avons maintenant besoin d'une connexion rapide avec l'Europe", a déclaré le Premier ministre estonien Andrus Ansip.

 

"Le projet coïncide avec le souhait de la Pologne d'avoir une connexion rapide entre Varsovie et Berlin. La Commission européenne a sérieusement pris en considération les ambitions polonaises, si bien que la Pologne aussi est impliquée dans nos plans", a-t-il ajouté. La première phase du projet doit être engagée en 2013 et son achèvement est attendu en 2020.

 

File:RailBaltica.jpg

 

Création d'une société mixte chargée de la construction d'une voie ferrée pour trains à grande vitesse entre la capitale estonienne et Varsovie en Pologne : voilà le chainon ferroviaire qui manquait pour relier plusieurs capitales européennes !

CADENCEMENT : Compiègne refuse d’être à une heure de Paris

11 Novembre 2011 , Rédigé par Leparisien.fr Publié dans #ACTU

Logo-RFF.jpg logo SNCF FRANCE - Les nouveaux horaires de trains de la SNCF, qui entreront en vigueur à partir du 11 décembre, continuent de susciter le mécontentement des usagers mais aussi des élus. Après Noyon, Creil et Chantilly, c’est au tour des élus de l’Agglomération de la région de Compiègne (ARC) de monter au créneau. Hier, ils ont adopté une motion pour dénoncer ces nouveaux horaires de trains liés à la mise en place du cadencement, censé permettre à Réseau ferré de France.

 

« Nous étions une ville à quarante minutes de Paris et nous allons devenir une ville à une heure de Paris », déplore Liliane Vezier, élue à Compiègne. Si la gare de Compiègne va bénéficier de plus de trains en direction de Paris, la plupart mettront en effet plus de temps pour rallier la capitale puisque les trains directs vont s’amenuiser. « Il y aura davantage d’arrêts à Creil, donc les usagers devront partir de chez eux plus tôt, afin de prendre les trains précédents. Ils perdront une heure par jour », s’indigne Renza Fresch, maire (PS) de Venette et elle-même usagère régulière de la ligne Compiègne-Paris.

 

« A l’évidence, il y aura une augmentation quantitative du service en gare de Compiègne mais aussi une dégradation qualitative. Montrons que nous ne sommes pas dupes du peu de concertation avec les usagers de la part de la SNCF », ajoute Philippe Marini, sénateur-maire (UMP) de Compiègne. La motion a été adoptée à l’unanimité moins une abstention. Quant à Bernard Hellal, maire de Margny-lès-Compiègne et cadre à la SNCF, il n’a pas pris part au vote, pour éviter tout conflit d’intérêts. « Compiègne est bien mieux lotie que d’autres plus petites gares. Les usagers de Noyon, Longueil ou Ribécourt seront plus touchés par les nouveaux horaires que ceux de Compiègne, qui n’auront pas de train en moins », estime néanmoins l’élu.

 

La motion votée par ses collègues risque de toute façon d’être un coup d’épée dans l’eau. La SNCF n’a en effet plus l’intention de changer quoi que ce soit. « L’impression des nouveaux horaires vient de commencer. Le cadencement est désormais figé. A Compiègne, les horaires vont un peu bouleverser les habitudes, j’en conviens. Mais l’offre pour les usagers est suffisante et des Intercités continuent de rallier Compiègne à Paris en quarante minutes. Entre 7h46 et 8h5, il y aura trois trains au départ de Compiègne et en direction de Paris. Un direct, un semi-direct qui s’arrêtera à Creil et Pont-Sainte-Maxence et un omnibus qui desservira toutes les gares », rappelle Thierry Alvoët, directeur de la communication de la SNCF-Picardie.

 

Ce dernier conteste également le manque de concertation évoqué par les élus de l’ARC. « En Picardie, contrairement à d’autres régions, nous avons fait le choix de dévoiler notre nouvelle grille dès le mois de juin afin d’informer les usagers. Un comité de ligne auquel l’ARC était invitée a d’ailleurs eu lieu le 12 juillet à Compiègne afin de faire remonter les demandes des usagers », précise Thierry Alvoët.

 

Inutile, donc, pour les Compiégnois et tous les autres mécontents du département d’espérer le moindre changement sur les grilles horaires. Ils devront maintenant attendre la fin de l’année prochaine pour envisager une refonte du cadencement.

 

 

Avec le cadencement, les Compiégnois vont parfois mettre jusqu’à vingt minutes de plus pour rallier Paris. Les élus grondent, mais la SNCF maintient sa position... Le cadencement, une autre façon de vous faire aimer le train...

TRAINS BONDES : Un nouveau règlement des CFF pour gagner de la place

10 Novembre 2011 , Rédigé par TDG.ch Publié dans #ACTU

logo-sbb.gif SUISSE - "Aux heures de pointe, les trains sont de plus en plus encombrés", a indiqué le porte-parole des CFF Daniel Bach, commentant une information de "20 Minuten". La mesure entrera en vigueur en même temps que le nouvel horaire le 11 décembre prochain. "Nous allons l'appliquer avec une certaine retenue", assure-t-il.

 

Les CFF souhaitent avant tout fournir une base sur laquelle les contrôleurs puissent s'appuyer, explique M. Bach. Un règlement plus strict stipulant qu'un billet donne droit à un seul siège était souhaité par le personnel. Si un billet est effectivement vendu dans un train bondé pour des bagages occupant une place assise, il en coûtera la moitié du prix du billet, que le passager possède ou non un abonnement demi-tarif. Dans les trains qui ne sont pas pris d'assaut par les voyageurs, on pourra continuer de poser les bagages sur les sièges sans rien payer.

 

Aujourd'hui, les contrôleurs demandent déjà par le biais d'annonces au haut-parleur de ne pas placer les bagages sur les sièges aux heures de pointe. Cette mesure de sensibilisation continuera d'être employée à l'avenir, indique Daniel Bach. En juin, l'annonce d'un autre changement de réglement devant entrer en vigueur le 11 décembre avait provoqué le débat. Il s'agit de l'obligation d'acheter son ticket avant de monter dans le train, qui sera désormais aussi valable pour les grandes lignes. L'amende prévue en cas de contravention se monte à 90 francs suisses.

 

Demi-tarif pour les voyageurs suisses payant à bord  si les trains sont remplis... à raz-bord : en voilà une idée qui est bonne... en attendant, bien sûr, d'avoir plus de train sur le réseau.

CONTRAT : Alstom signe un contrat ferroviaire de 100 millions d'euros avec la Suède

10 Novembre 2011 , Rédigé par Lemonde.fr Publié dans #ECONOMIE - FINANCE

logo-alstom.gif FRANCE / SUEDE - Le groupe industriel français Alstom a remporté une commande auprès de l'opérateur de transport public suédois Skanetrafiken portant sur la livraison de 20 trains régionaux, pour un montant de plus de 100 millions d'euros, selon un communiqué du groupe publié mardi 8 novembre.

 

La livraison de ces nouveaux trains, qui circuleront en Scanie, dans le sud de la Suède, est prévue pour 2013-2014, a précisé le groupe. En décembre 2006, Skanetrafiken avait déjà commandé à Alstom 69 trains de ce type (Coradia Nordic) dont 32 ont été livrés à ce jour. Au total, la société a vendu 193 Coradia Nordic en Suède depuis 2002.

 

"Grâce à cette commande, Alstom confirme sa position de leader en tant que fournisseur de trains régionaux en Suède. A présent, nous allons renforcer notre offre en termes de services et de maintenance pour le marché nordique", explique Lars Kleppe, directeur d'Alstom Transport, cité dans le communiqué.

 

Ces trains peuvent accueillir jusqu'à 235 passagers assis et atteindre une vitesse de 160 km/h. Ils ont la particularité d'être recyclables à 95 % et permettent, selon le constructeur, une réduction de la consommation d'énergie grâce à leur motorisation.

PONCTUALITE : Un quart des TGV n’arrivent pas à l’heure en France

10 Novembre 2011 , Rédigé par Leparisien.fr Publié dans #LE SAVIEZ VOUS

Logo-RFF.jpg  logo SNCF FRANCE - Cette année encore, le TGV s’affiche comme le moins ponctuel de tous les trains circulant sur le réseau ferré français ! 75,8% de ses rames arrivent « à l’heure », c’est-à-dire avec moins de cinq minutes d’écart avec l’horaire prévu, selon la nomenclature européenne en vigueur. Contre 90% pour les Transilien, 91,6% pour les TER et 84% pour les autres trains de voyageurs... Soit une amélioration globale de 2% par rapport à 2010.

 

« Les retards concernant les trains à grande vitesse, mais également tous les autres, ont pour origine des causes aussi diverses que les travaux, la défaillance du matériel ou du réseau, les actes de malveillance, les accidents, les intrusions ou encore les intempéries, explique Christophe Piednoel, le porte-parole de Réseau ferré de France (RFF). Simplement, les TGV circulent bien plus vite, et souvent sur de plus longues distances. Ce qui fait que la moindre variation de vitesse impacte de manière plus importante le trajet. Et donc les statistiques! »

 

RFF, chargé de l’entretien et du développement des rails, s’est appuyé sur une enquête réalisée au premier trimestre de cette année auprès de 4000 personnes. « A la lecture de cette étude, nous avons été surpris de l’écart observé entre la perception des voyageurs, sur les causes des retards, et la réalité, reprend-il. Par exemple, 43% d’entre eux estiment que ces retards sont plutôt dus à des actes de malveillance. Alors que, en fait, seuls 5% des retards sont à attribuer à des vols, des incivilités ou des destructions. » Idem avec les intempéries : elles n’impactent la ponctualité des trains que dans 4% des cas. Alors que les voyageurs pensent qu’elles sont à l’origine de près d’un tiers des retards !  

 

Plus globalement, la moitié des Français estime encore aujourd’hui que la fiabilité et la ponctualité des trains sont peu ou pas du tout satisfaisantes, selon une enquête Ifop réalisée au mois de juillet. RFF s’est donc fixé pour objectif d’améliorer la connaissance des voyageurs vis-à-vis du réseau. D’où la création d’un observatoire, accessible à tous sur Internet *, et qui fournira tous les trois mois des statistiques actualisées sur la ponctualité. Les Français sont fidèles au train : avec 1320 km parcourus chaque année en moyenne, ils se situent même à la quatrième place mondiale des utilisateurs. Une popularité qu’il convient d’entretenir.

 

controleur-tgv.jpg

 

Une étude réalisée pour Réseau ferré de France épingle le manque de ponctualité de ce train dont les retards sont dus à… sa grande vitesse. Dinguuuuuuue...Même Marcel n'en croit pas sa montre.

GREVE : Les policiers des chemins de fer menacent de partir en grève à Bruxelles

10 Novembre 2011 , Rédigé par RTLinfo.be Publié dans #ACTU

logo sncb BELGIQUE - Un préavis de grève concernant les policiers bruxellois des chemins de fer (SPC) de la police fédérale a été rédigé en front commun syndical et a été déposé jeudi, a indiqué à l'agence Belga le président du syndicat libre SLFP-Police, Vincent Gilles, confirmant une information de Radio Contact. Les policiers concernés menacent de partir en grève à partir du 2 décembre et jusqu'au 14 décembre.

 

Les policiers bruxellois des chemins de fer de la police fédérale se plaignent de leurs conditions de travail et du manque d'effectif au sein de leur service (métro et gares bruxellois et Eurostar). Ils réclament depuis plusieurs années un commissariat central. Il existe un projet visant au regroupement de l'ensemble des policiers bruxellois des chemins de fer et du métro (SPC) à proximité de la gare du Midi. Ce dossier est toutefois bloqué au niveau politique, dénonce le SLFP.

 

Le service souffre par ailleurs d'un manque d'effectif structurel et criant, selon le syndicat libre de la fonction publique. Les recrutements, insuffisants aux yeux des syndicats, ne parviennent pas à compenser les départs de plus en plus nombreux.

 

Le taux d'absence au sein de la police des chemins de fer de Bruxelles est important et cela traduit une démotivation du personnel et une mauvaise atmosphère, explique M. Gilles. Le SPC de Bruxelles emploie environ 350 policiers.Les syndicats ont rédigé mercredi en front commun (SLFP-Police, CGSP, CSC et SNPS) un préavis de grève, qui pourrait être activé à partir du 2 décembre.

 

police-sncb-_2_.jpg

 

Les policiers bruxellois des chemins de fer menacent de partir en grève dès le 2 décembre. Circulez, y'aura rien à voir...

FRET : Paris veut lancer le "TramFret"

10 Novembre 2011 , Rédigé par Lefigaro.fr Publié dans #FLASH INFO

logo ratp FRANCE - La ville de Paris, en association avec la RATP et le syndicat des transports franciliens Stif, va lancer une expérimentation totalement inédite du 14 novembre au 10 décembre, appelée le "TramFret", et qui consiste à insérer dans le trafic du tramway des rames de transports de marchandises.

 

Selon la mairie de Paris, du 14 novembre au 10 décembre, deux rames de tramway s'inséreront dans le trafic du lundi au samedi, en heures creuses (départs à 10h30 et 14h30 environ), sans prendre de voyageurs, sur 8 km entre les stations Pont du Garigliano et Porte d'Ivry.

 

La circulation de ces deux rames en simulation d'exploitation "permettra de tester la possibilité d'intercaler une rame fictive de fret entre deux rames de voyageurs", et ainsi "permettre d'évaluer la capacité du réseau ferré à absorber ce trafic supplémentaire, sans impacter le service voyageur" selon la Ville.

 

Le but de cette démarche, menée par la ville de Paris, l'Apur (atelier parisien d'urbanisme), la RATP et le Stif est d'étudier la possibilité d'utiliser l'infrastructure du tram pour acheminer des marchandises. L'idée est partie d'un constat qu'il fallait réduire la distribution des marchandises en zone dense, principalement effectuée par la route. "Un million de livraisons sont effectuées chaque jour en Ile-de-France, à 90% par la route" et l'Ile-de-France est en train de se doter d'un réseau de tramways qui dépassera les 100 kms en 2020, selon la mairie de Paris.

SOCIAL : le nouveau système salarial fait grogner les employés des CFF

24 Octobre 2011 , Rédigé par lematin.ch Publié dans #FLASH INFO

logo-sbb.gif SUISSE - La tension monte entre les CFF et leurs collaborateurs. Plusieurs milliers d'entre eux boycottent un nouveau système salarial. Par ailleurs, le Syndicat du personnel des transports (SEV) refuse que l'ancienne régie fédérale pratique de nouvelles coupes dans les salaires pour poursuivre l'assainissement de la caisse de pensions.

 

Alors que le délai pour souscrire au nouveau système salarial des CFF, point central de la nouvelle convention collective de travail, a échu à mi-septembre, quelque 5700 employés ont refusé de donner leur accord, selon la "Handelszeitung". Ce nouveau système remplace 29 échelons de fonctions par 15 niveaux d'exigences. Un porte-parole des CFF précise qu'environ 3000 collaborateurs ont demandé une injonction. L'hebdomadaire économique zurichois affirme que l'insatisfaction touche tous les groupes professionnels.

 

Le SEV dénonce pour sa part de nouvelles réductions de prestations voulues par la caisse de pensions des CFF en raison de l'augmentation de l'espérance de vie et le mauvais rendement des marchés financiers. Le syndicat demande que l'employeur verse une contribution supplémentaire afin d'éviter que les nouvelles rentes ne doivent encore être baissées. Cette revendication constitue une partie intégrante des revendications salariales des syndicats à l'attention des CFF. Le SEV rappelle que le personnel a déjà participé maintes fois à l'assainissement de l'institution.

 

   

 

Pas contents, les cheminots suisses : Des milliers de collaborateurs des CFF boycottent le nouveau système salarial, point central de la nouvelle convention collective de travail. Le syndicat SEV monte au front... et demande que l'employeur verse une contribution supplémentaire afin d'éviter que les nouvelles rentes ne doivent encore être baissées. Affaire à suivre...

LGV : La ligne Toulouse-Bordeaux « axe européen de transport prioritaire »

24 Octobre 2011 , Rédigé par Touleco.fr Publié dans #ACTU

Logo-RFF.jpg FRANCE / EUROPE - L’Union européenne vient de reconnaître la ligne à grande vitesse (LGV) Toulouse-Bordeaux « axe européen de transport prioritaire ». Cette inscription au titre des dix principaux chantiers de transports à l’échelle continentale « ouvre la porte à une possibilité de financement européen du projet », s’est félicité le président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, Martin Malvy. 

 

En revanche, la Traversée centrale des Pyrénées (TCP), projet de grande voie notamment dédiée au ferroutage, est de son côté placée sur une liste complémentaire et s’inscrit donc dans une perspective plus lointaine.

 

A noter enfin que Réseau ferré de France (RFF) a présenté vendredi 21 octobre les trois scénarios possibles pour la liaison Toulouse-Narbonne, annoncée pour 2025. Il s’agira de trancher entre une option favorisant un tracé à grande vitesse, une autre proposant des aménagement sur les infrastructures actuelles, et enfin une version mixte entre les deux premières propositions.

 

L’UE vient de reconnaître la ligne à grande vitesse (LGV) Toulouse-Bordeaux « axe européen de transport prioritaire ». Une bonne nouvelle pour son fiancement, enfin, s'il restera de l'argent un fois soldées  les dettes de la Grèce...

GREVE : Grève à l'atelier SNCB de Kinkempois

24 Octobre 2011 , Rédigé par 7sur7.be Publié dans #FLASH INFO

logo sncb BELGIQUE - Les cheminots de l'atelier de Kinkempois (Liège) sont partis en grève lundi midi pour protester contre les suppressions de services et de travail sur ce site. Les 21 conducteurs de trains de marchandise actifs sur le site, employés par la filiale technique de la SNCB, SNCB-Technics, ont constaté qu'il n'y avait aucun chargement à leur programme et dénoncent la "délocalisation du trafic marchandise".

 

"Le problème, c'est que la SNCB a refilé son trafic marchandise à la filiale privée, B-Logistics, et que celle-ci ne veut visiblement plus du site de Kinkempois", explique Thierry Moers, permanent CGSP. "Or, les conducteurs de SNCB-Technics, qui gère les différents ateliers mais est aussi responsable de la formation des conducteurs, ont un bien meilleur statut que ceux employés directement par B-Logistics.Si on laisse faire, à terme, on va clairement avoir une perte sèche d'activité en région liégeoise même si les gens sont reclassés ailleurs".

 

Les travailleurs et leurs représentants rencontreront les directions de SNCB-Technics et B-Logistics ce mardi à 9h30. D'ici là, la travail ne reprendra pas.

ACCIDENT : Tué par le train au cours d'une battue de chasse

24 Octobre 2011 , Rédigé par Sudouest.fr Publié dans #FLASH INFO

logo SNCF FRANCE - Un homme de 38 ans demeurant à Mont (bassin de Lacq), a trouvé la mort, hier après-midi vers 14 h 40, à Argagnon, happé par un train express régional (TER) qui roulait entre Pau et Orthez à la vitesse de 120 km/h environ. Ce drame s'est produit alors qu'était organisée par la société de chasse locale une battue au gros gibier (sanglier).

 

S'avisant de sa présence sur la ligne, le conducteur du convoi, à bord duquel se trouvait une cinquantaine de voyageurs, a actionné son klaxon, mais l'homme semble alors avoir glissé et être tombé sur la voie. Il a été tué sur le coup. L'accident a eu lieu à 500 m en amont de la station d'épuration du village, en bordure d'un champ de maïs. La victime, présentée comme un chasseur « aguerri et très strict sur les règles », avait précisément pour tâche d'avertir les chasseurs du passage des trains.

 

La collision fatale est survenue peu après le déclenchement de la battue, puisque les chasseurs locaux avaient rendez-vous hier à 13 h 30, à la salle des fêtes du village. La circulation sur la voie ferrée a été rétablie vers 16 h 45. C'est le conducteur du train qui avait donné l'alerte.

 

Une enquête est ouverte, confiée aux gendarmes de la compagnie d'Orthez. En attendant, les propos confiés hier soir à « Sud Ouest » par le garde-chasse Pascal Viateau, responsable des battues à Argagnon, donnent matière à réflexion. « J'avais préconisé qu'il n'y ait pas de battue aujourd'hui [hier] parce que j'estimais que la proximité de la voie ferrée la rendait trop dangereuse », déclarait M. Viateau, qui n'a lui-même pas participé à cette action de chasse. « De plus, il n'y avait pas assez de gens disponibles ».

 

 

 

Drame de chasse hier à Argagnon : pour une fois ce n'est pas le sanglier qui a ramassé, mais plutôt son chasseur qui s'est pris le TER en pleine face. Ahhhhhh, le TER, ue terrible prédateur qui  s'attaque aux chasseurs sans défense....

TRAVAUX : 7 passages à niveau fermés entre Juillan, Azereix et Ossun

24 Octobre 2011 , Rédigé par ladepeche.fr Publié dans #FLASH INFO

Logo-RFF.jpg FRANCE - Attention ! À partir d'aujourd'hui et jusqu'au 9 décembre prochain, 7 passages à niveau fermés à niveau sur la voie ferrée entre Juillan, Azereix et Ossun vont être fermés temporairement à la circulation (voir encadré). Des travaux de modernisation sur 16,500 km de voie entre les gares de Tarbes et de Lourdes vont être réalisés par Réseau ferré de France (RFF) et SNCF pour un montant de 4 millions d'euros.

 

Le chantier mobilisera 50 agents. « Il s'agit du remplacement du ballast, des rails, des traverses et du relevage de la voie. Par ailleurs, les platelages (ce qui se trouve entre les rails et qui permet le franchissement de la voie par les véhicules routiers) seront remplacés par d'autres, plus modernes et plus confortables », explique Fabrice Roels, chargé de projet pour RFF. En d'autres termes, certains passages à niveau présenteront un meilleur profil routier, comme celui que les automobilistes empruntent devant le cimetière d'Ossun (PN173) en venant de l'échangeur du Marquisat. À noter que durant la période de fermeture de ce passage à niveau que RFFa voulu la plus réduite possible, les conducteurs venant de Lourdes, qui ont interdiction de tourner au PN175 du virage du Toulicou, seront déviés par Juillan.

 

Pour les PN167et 168 des chemins de Castaing et d'Ibos, les conducteurs qui emprunteront l'avenue de la Gare seront déviés à partir d'Ibos par la zone de Bastillac. Par ailleurs, la circulation des trains ne sera pas interrompue. 

 

 

 

Les travaux de modernisation de la voie ferrée entre Tarbes et Lourdes qui vont se dérouler du 24 octobre au 12 décembre prochain vont entraîner la fermeture de sept passages à niveau, soit 16,5 km de voie ferrée concernés par les travaux. Bon à savoir !

INSECURITE : Voyage en train avec les veilleurs de nuit

24 Octobre 2011 , Rédigé par Lunion.presse.fr Publié dans #REPORTAGE

logo SNCF FRANCE - «Monsieur, vous allez bien ? » Le gendarme se penche vers un homme au crâne rasé, affalé contre la rampe de l'escalier du train à double étage. Il est 22 h 50 ce vendredi soir sur la ligne Paris-Château-Thierry. Ivre, le voyageur ne pipe mot pour le moment. « Il n'a pas bougé depuis qu'on est monté », lance une jeune femme. C'est l'un des « classiques » des wagons du soir. « Certains peuvent faire plusieurs allers-retours Paris-Château. Quand le train rentre au garage, on est bien obligé de les évacuer », glisse un agent SNCF de la sécurité ferroviaire, la police des trains. L'homme ivre sera prié de descendre au prochain terminus. Ce qu'il fait difficilement mais sans broncher.
 
Ce genre d'incivilité peut prêter à sourire. Pourtant, il s'en passe de beaucoup moins drôle dans les trains circulant le soir. « Nous avons régulièrement des plaintes pour des vols de portable avec intimidation, parfois des agressions et des phénomènes de bandes », relève le capitaine Jean-François Kiczek, commandant en second de la compagnie de gendarmerie de Château-Thierry. Dans la nuit de vendredi à samedi, le gradé et ses hommes de la compagnie castelle ont mené une opération de contrôle dans les trains en direction et en provenance de la Cité des Fables.
 
L'action a été menée avec les agents de la sûreté ferroviaire. De jour comme de nuit, ces employés de la SNCF patrouillent dans les wagons. « Notre premier niveau d'interventions se situe principalement au niveau des incivilités », indique l'un d'eux. Des exemples ? Les pieds sur un siège, une cigarette allumée, etc. Et si la plupart des voyageurs du soir sont tranquillement assis ou en train de piquer un somme, d'autres peuvent être agités. Vendredi, un jeune usager s'amusait à allumer et éteindre son briquet, avec une cigarette à la bouche. Ces comportements peuvent déboucher sur des contrôles de billets.
 
Parfois, les choses vont beaucoup plus loin. Au printemps dernier, une jeune voyageuse empruntant le train de 22 h 50 a vu deux individus monter en gare de Nogent-l'Artaud. Ils se sont approchés afin de lui dérober son sac à main. La victime s'est, semble-t-il, défendue. Elle a reçu deux coups de couteau dans la cuisse. Les deux hommes sont ensuite descendus à l'arrêt suivant, à Chézy-sur-Marne. Autre cas, toujours en début d'année : le train servait alors de moyen de transport à des bandes. Une quinzaine de jeunes Castels bien énervés ont été ainsi bloqués, un dimanche de février, en gare de Château-Thierry. Ils tentaient de rejoindre la Seine-et-Marne. Certains individus étaient, semble-t-il, porteurs de barres de fer, de bombes lacrymogènes.
 
Que faisait ce beau monde dans les voitures de la SNCF ? Visiblement, ces Castels souhaitaient régler certains comptes avec une bande rivale de La Ferté-sous-Jouarre. Outre les comportements agressifs, la soirée est également propice à la libération des pulsions « artistiques ». Autrement dit, les coups de bombe de peinture sur les wagons de voyageurs. Le mois dernier, un tagueur a été surpris par les policiers castels alors qu'il était en plein « travail ». A ce sujet, un maître-chien (employé par la SNCF) effectue généralement une surveillance dans les gares où du personnel se trouve la nuit. Comme c'est le cas à Château-Thierry.
 
 rrr.jpg
 
Prendre le train la nuit tombée dans l'Aisne n'est pas des plus rassurants. Les forces de l'ordre mènent régulièrement des opérations de contrôle. Un aspect moins glamour du monde des trains...

STRATEGIE : Groupe Eurotunnel va jouer sur la flexibilité de son offre pour s'adapter au contexte économique

23 Octobre 2011 , Rédigé par boursier.com Publié dans #ECONOMIE - FINANCE

LogoEurotunnel t logo europorte GROUPE EUROTUNNEL - Le chiffre d'affaires de Groupe Eurotunnel au 3ème trimestre 2011, à 231,7 Millions d'Euros, est en croissance de 10% par rapport à la même période de 2010 à change constant. Un niveau supérieur aux attentes d'Oddo, qui misait sur 219,9 ME.

 

Dans le détail, la branche "Lien Fixe" sous la Manche a généré 192,2 ME, en croissance de 7%, tandis qu'Europorte affiche une progression de 30% à 39,5 ME. Sur neuf mois, l'activité croît de 16% à change constant à 627,8 ME.

 

En terme de trafic sur le 3ème trimestre, la Navette Camions a progressé de 10%, la Navette Passagers de 4% pour les voitures et de 6% pour les autocars, mais Eurostar (premier client de l'entreprise) a reculé de -2%. Le trafic de marchandises via DB Schenker, SNCF et Europorte, est en croissance de 21% en volume et de 16% en nombre de trains.

 

"Cet été, Eurotunnel a pris toute sa dimension de leader du trafic Transmanche et propose avec succès des solutions performantes de fret ferroviaire. Le Groupe reste toutefois attentif aux signes de ralentissement économique et privilégie la flexibilité de son offre", explique-t-il.

 

La société précise avoir réduit son endettement en consacrant 99 ME au rachat sur les marchés d'une partie de ses obligations à taux variable émises par Channel Link Enterprises Finance (CLEF), la structure de titrisation de sa dette, avec une décote moyenne de 11%.

 

class 92 gbrf

 

Performances encourageantes pour groupe Eurotunnel : son chiffre d'affaires au 3ème trimestre 2011, à 231,7 Millions d'Euros, est en croissance de 10% par rapport à la même période de 2010 à change constant. Pas mal pour une société qui, il y a encore quelques années, ne voyait pas le bout du tunnel...

NUISANCES SONORES : La gare Saint-Jean de Bordeaux priée de mettre une sourdine

23 Octobre 2011 , Rédigé par Sudouest.fr / Guy D. Publié dans #INSOLITE

 Logo-RFF.jpg FRANCE - "Le plus dur à supporter ce n'est pas le message en lui-même, c'est le ding-dong !" Les riverains ont contacté la SNCF pour que celle-ci "baisse le son" à la gare Saint Jean de Bordeaux. «Je n'ai pas besoin d'aller à la gare pour connaître les horaires des trains. Je les connais tous par cœur. Je sais même lorsqu'il faut dégager les quais ou pousser les valises pour faciliter la fermeture des portes ! » Maryse Cheverou fait de l'humour mais cette histoire commence sérieusement à l'agacer.

 

Avec son mari Christian, elle habite une échoppe à 200 mètres de la gare Bordeaux Saint-Jean, côté Belcier. Depuis quatre mois, elle entend tous les messages diffusés dans la gare comme si elle était sur le quai. « Peut-être même plus nettement, car dans la gare ça résonne tellement que l'on ne comprend pas toujours ce qui est dit alors que d'ici… »

 

Tout cela parce que Gares et connections a changé la sonorisation de Bordeaux-Saint-Jean. Une sono « pour que tout le monde entende », selon la SNCF, « car de nombreux usagers ont fait part lors de sondages que les messages diffusés étaient souvent inaudibles ».  

 

Sous la verrière, ça passe encore. Aux abords des quais non couverts, ça devient insupportable. On entend les messages jusqu'à… 300 mètres à la ronde. Aux dires des riverains, la voix des hauts parleurs va même encore plus loin les jours de pluie ou lorsque le vent d'ouest souffle fort. « Le plus dur à supporter ce n'est pas le message en lui-même, précise Maryse Cheverou, c'est le ding-dong qui précède chaque annonce. Cette petite musique qui revient sans cesse devient à la longue insupportable. » Le jingle qui précède est effectivement plus fort et plus aigu que le reste. « Même les fenêtres fermées, on entend tout ! », note Radouane Maizi qui loge à 100 mètres de l'entrée de la gare côté Belcier. « Demandez-moi un horaire de train, je suis incollable », ironise-t-il lui aussi en racontant une anecdote : « Cet été, mon beau-père arrivait par le train de Marseille. Au lieu de perdre du temps sur le quai, j'ai tout simplement patienté à ma fenêtre. Dès que j'ai entendu le message, j'ai couru. »

 

Les riverains ont bien évidemment contacté la SNCF pour que celle-ci « baisse le son ». L'atelier Bains Douches qui défend les intérêts des habitants de Belcier est aussi intervenu. « Nous avons contacté Alain Moga, l'élu chargé du quartier, la SNCF et même Euratlantique », précise Anne Sallenave, présidente de l'association. « Tous nous ont dit qu'ils allaient intervenir. Nous sommes partis en vacances en pensant que ce serait réglé à la rentrée. Il n'en est rien ! C'est toujours aussi fort à l'extérieur et lorsque l'on traverse la gare par le souterrain, ça crie toujours dans les oreilles. »  

 

Contactée, la SNCF dit avoir pris en compte les doléances. « Des études sont en cours et des mesures seront prises pour réduire les nuisances. » Il serait impossible de varier les volumes sous la verrière, dans les souterrains, ou à l'extérieur. Ça ne peut être que le même partout et le réglage retenu à ce jour serait celui imposé dans toutes les gares de France.  

 

Les nuisances sonores : quelles solutions ?

 

Une histoire n'a pas fini de faire du bruit ! les annonces diffusées à la gare Saint Jean de Bordeaux commencent à barber les riverains qui jugent la sonorisation trop forte à la gare... dingue, ça, on ne s'entend plus causer dans les échoppes alentours... 

DECO : Un bar du TGV Thalys Paris/Bruxelles/Amsterdam rend hommage aux pays traversés

23 Octobre 2011 , Rédigé par Leparisien.fr Publié dans #CULTURE

logothalys.gif THALYS - Le bar d'un des Thalys, TGV qui relient la France, à la Belgique, l'Allemagne et aux Pays-Bas, sera orné jusqu'au 31 décembre prochain d'une décoration imaginée par la designer néerlandaise Madelon Vriesendorp. Des personnages emblématiques de la culture populaire et de l'histoire de l'art de ces pays comme Babar, Tintin, le Bonhomme Michelin ou encore Vincent van Gogh, animeront l'espace détente.

 

Madelon Vriesendorp explique sa démarche artistique ainsi : "J'aimerais que toutes les générations de voyageurs se sentent concernées, quel que soit leur âge et leur pays, dans nos sociétés dont les frontières s'effacent à 300 km/h. Les connaisseurs pourront s'amuser à reconnaître de quels tableaux sont issus les fragments de paysage. Les érudits s'amuseront à discerner les différentes sources de la frise de nuages. Les enfants seront heureux de retrouver leurs personnages favoris et fiers d'identifier certaines références de leurs parents".

 

Cette oeuvre mobile de Madelon Vriesendorp sera accessible sur certains trajets reliant Paris à Amsterdam, via Bruxelles, Anvers, Rotterdam, Schipol et Amsterdam.

 

Madelon Vriesendorp a redécoré le bar d'une rame de Thalys

   

Décoratrice : Madelon Vriesendorp a redécoré le bar d'une rame de Thalys avec Des personnages emblématiques de la culture populaire et de l'histoire de l'art de ces pays comme Babar, Tintin, le Bonhomme Michelin ou encore Vincent van Gogh... c'est un style.

WEB : Petits voyages entre amis, l’appli SNCF sur Facebook

23 Octobre 2011 , Rédigé par lesnumeriques.com Publié dans #SOCIETE

logo SNCF FRANCE - Après le site de réservation en ligne, l'application mobile de réservation, la SNCF appréhende un nouveau domaine : le réseau social. La filiale y voit un moyen plus convivial et plus adapté pour planifier un voyage à plusieurs. Dès le 24 octobre, Facebook pourra se substituer aux mails, SMS et autres appels téléphoniques pour mieux s'organiser au sein des réservations groupées.
 
Les réservations s'effectuent toujours sur le site de la SNCF. Après avoir complété son profil voyageur, l'utilisateur choisit la destination et les participants. Une option voyage privé permet de s'adresser à un groupe ciblé, afin d'éviter les amis "trop collants".  
 
Le site de la SNCF représente 1,2 million de visiteurs uniques par jour. Parmi la tranche des 15-34 ans, 15 millions disposent d'un compte Facebook. Le directeur général de la SNCF, Yves Tyrode, y voit un nouveau relais de croissance et une manière d'entériner sa stratégie mobile lucrative, qui représente 10 % du trafic Internet.
   
 
Petits voyages entre amis est disponible sur la page Facebook de Voyages-SNCF. L'idée consiste à partager ses déplacements avec ses amis, à travers son mur Facebook... Les explications dans une vidéo qui ne manque pas d'humour !

TRANSMANCHE : les Français d'Ashford (G-B) adhèrent au projet d'un métro Transmanche

23 Octobre 2011 , Rédigé par Lavoixdunord.fr Publié dans #ACTU

LogoEurotunnel t EUROTUNNEL - 2015 : comme chaque matin, une centaine de salariés boulonnais de la Société boulonnaise d'électronique quittent leurs foyers, empruntent l'A 16 en covoiturage avant de grimper à Fréthun dans l'une des rames NOL, autrefois propriété d'Eurostar, qui font la navette, toutes les 36 mn aux heures de pointe, entre Fréthun et Ashford.

 

Scénario futuriste ? Ou vision prémonitoire ? Car l'objectif de voir circuler sous la Manche un « métro » n'a jamais paru aussi proche de la réalité. « Le 22 novembre à Lille, on connaîtra les résultats de l'étude de faisabilité, déclare à ce sujet Thaddée Ségard, président d'Opale link. Il n'y a plus d'obstacle majeur à sa réalisation. Tout le monde le réclame : Eurotunnel, qui augmenterait son trafic, la Région, l'Europe et, surtout, la société civile. » Preuve de cet engouement, la conférence de l'Union des Français de l'étranger, qui s'est tenue cette semaine à Ashford et qui avait retenu le thème du métro transmanche comme moyen de dynamiser l'emploi... en France.

 

Aujourd'hui, plusieurs dizaines de personnes installées dans le Boulonnais ou le Calaisis empruntent quotidiennement la navette d'Eurotunnel pour travailler en Grande-Bretagne. L'exemple le plus souvent cité est celui des cadres de la filiale anglaise de la Société boulonnaise d'électronique (lire ci-dessous). Mais quand on sait que la petite ville d'Ashford, elle-même reliée en 37 mn au coeur de Londres, est aujourd'hui devenue une terre d'asile pour les investisseurs français, il y a là sans doute un potentiel d'emplois et des perspectives pour les demandeurs d'emploi inscrits dans les Pôles emploi de Boulogne ou de Calais. « Recruter des chômeurs français pour les entreprises du Kent, faire venir des cadres anglais sur la Côte d'Opale qui choisiront d'habiter ici... On est au bord d'un profond bouleversement », pronostique Thaddée Ségard.

 

L'économie résidentielle est fortement créatrice d'emplois. Le bilinguisme est donc plus que jamais d'actualité, si on ne veut pas rater... le métro !

 

 

Quatre ans après avoir lancé l'idée d'un métro sous la Manche, Opale link et son président Thaddée Ségard peuvent se vanter d'avoir fait bouger les choses. Aujourd'hui, on n'a jamais été aussi près de le voir circuler entre Ashford et Calais-Fréthun. Rêve, ou bientôt une réalité ?    

PN : Saint-Médard, le passage à niveau «le plus dangereux de Bretagne»

23 Octobre 2011 , Rédigé par Ouest-France.fr / Guy D. Publié dans #ACTU

Logo-RFF.jpg FRANCE - L'accident qui est survenu cejeudi 13 octobre à Saint-Médard-sur-Ille près de Rennes, ne va pas manquer de relancer le débat sur les passages à niveau. D'autant que celui de Saint-Médard avait été qualifié de « plus dangereux de Bretagne » selon une source préfectorale datant de 2008. Plusieurs accidents dramatiques se sont produits depuis les dix dernières années.

 

12 février 2010. Une camionnette percutée par un TER

Vers 7 h 35, une camionnette s’était présentée au passage à niveau. L’employé de l’entreprise avait perdu le contrôle de son véhicule qui avait heurté une 205 avant de traverser les voies de chemin de fer pour finir contre la façade de la salle d’attente des voyageurs. Les barrières étaient alors levées. Le véhicule s’était immobilisé avec sa partie arrière sur les voies. Venant de Montreuil-sur-Ille, le TER, qui ne marquait pas à cette heure-là un arrêt en gare locale, n’avait pas pu éviter le choc.

 

26 novembre 2007. Collision TER-camion

Vingt-sept passagers avaient été blessés et treize hospitalisés après une collision entre un TER et un camion transportant 16 tonnes de graviers au passage à niveau de Saint-Médard-sur-Ille. Le chauffeur du camion transportant 16 tonnes de gravier s’était engagé sur la voie sans apercevoir les feux clignotants, ni entendre le signal sonore annonçant l’arrivée du TER. C’était notamment la version qu’il avait donnée au tribunal correctionnel de Rennes. Le chauffeur, âgé de 52 ans, a été condamné le 7 juin 2011 à trois mois de prison avec sursis.

 

11 juillet 2006. Un piéton tué en traversant

Un homme de 80 ans avait traversé la voie près de Saint-Médard-sur-Ille, au moment où roulait un train sur la ligne Rennes - Saint-Malo vers 17 h 20. Il avait été tué sur le coup. La gendarmerie avait ouvert une enquête sur les causes de l’accident et le trafic interrompu sur la voie durant une heure et demie.

 

Bilan en France ces dix dernières années

A côté du terrible accident survenu ce 13 octobre, depuis 10 ans, le nombre de victimes aux passages à niveau a considérablement diminué ces dernières années. 25 personnes ont perdu la vie en 2010, contre 36 en 2009 et 51, en 2000. En 2010, 110 collisions ont été dénombrées, comparées à 128 en 2009. Pour RFF (Réseau ferré de France) «98% de ces accidents sont le résultat de non-respect du code de la route par des automobilistes, conducteurs de deux-roues ou piétons.»

 

 

Les PN de la peur : une carte édifiante, et qui parle d'elle même...

TELEVISION : Le Patrimoine ferroviaire wallon‏ à l'honneur sur la RTBF

23 Octobre 2011 , Rédigé par RTBF / Michel M. Publié dans #MEDIAS

logo sncb BELGIQUE - L’Histoire et le patrimoine wallons sont riches et méritent d’être mis en valeur. C’est sur base de ce constat qu’est née « Ma Terre », une collection d’émissions événementielles, réalisées en partenariat avec l'Institut du Patrimoine Wallon (IPW).

 

Régulièrment, "Ma Terre" vous propose donc de partir à la découverte du patrimoine belge au travers de trois longs reportages et de rencontres sur le terrain.L'émission est scénarisée comme un documentaire, elle donne la parole à des passionnés , des hommes et des femmes, passeurs de la petite et de la grande histoire.

 

 dimanche 6 novembre à 20h15 sur la UNE de la RTBF sera diffusé une émission du plus haut intérêt pour les amateurs ferroviaires sur le patrimoine ferroviaire wallon. Bon à savoir : pour ceux qui ne capteraient pas les chaines belges,  l'émission sera retransmise en même temps sur Internet et disponible pendant 7 jours à http://www.rtbf.be/tv/emission/detail_ma-terre?id=55/

ACCIDENT : Une grave collision ferroviaire évitée de justesse dans le Tarn et Garonne

22 Octobre 2011 , Rédigé par Sudouest.fr / Guy D. Publié dans #FLASH INFO

logo SNCF FRANCE - Une grave collision ferroviaire a été évitée de justesse jeudi soir près de Valence-d'Agen (Tarn-et-Garonne) quand un train de fret s'est couché sur la voie sur laquelle venait de passer un TGV, s'accordaient à dire les intervenants vendredi.

 

L'accident n'a pas fait de blessé, mais à quelques instants près, "on peut tout imaginer", indiquait-on à la gendarmerie quant à la possibilité d'une collision entre le TGV Toulouse-Paris avec de nombreuses personnes à bord, et deux wagons de fret qui se sont renversés sur les rails.

 

Pour une raison encore indéterminée selon la SNCF, le train de fret qui transportait du ballast (des pierres concassées) et circulait en sens inverse a partiellement déraillé à Golfech juste après avoir croisé le TGV. Les deux wagons ont basculé sur la voie que venait d'emprunter le TGV. Ce dernier a reçu des projections de pierres qui ont endommagé les vitres, sans atteindre personne, a indiqué la SNCF.

 

Le TGV a continué à vitesse réduite jusqu'à Agen où il a été mis au dépôt pour être réparé et où les voyageurs ont été transbordés dans un autre train pour poursuivre leur route, a dit la SNCF. Interrogée sur le sujet, la SNCF a invité à une très grande prudence en disant essayer de "comprendre l'enchaînement des faits". Rapportée dans la presse, l'hypothèse d'une rupture d'essieu du train de fret n'est confirmée par personne, a-t-elle dit.

 

Des agents SNCF se sont employés toute la nuit de jeudi à vendredi à dégager les voies avec des engins.Pour autant, le trafic ferroviaire n'était toujours pas rétabli ce vendredi matin entre Bordeaux et Toulouse. Les usagers du TGV entre Paris et Toulouse ou Bordeaux et Toulouse devaient s'attendre à un allongement de deux heures de leur parcours, a dit la SNCF. Les TGV sont en effet contraints de faire un crochet par Tarbes plus au sud.La SNCF s'attend cependant à une reprise partielle de la circulation sur le tronçon obstrué en fin de journée ce vendredi, et à un retour à la normale lundi. 

 

Le nez du TGV a été endommagé. (Photo Jean-Louis Borderie)

 

... et à en voir la tronche du TGV, il n'a pas aimé son croisement avec le train de fret... Fragiles, les TGV ? beuh nooooooooon... (Merci à Guy pour l'info   ;-)