Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

CRISE : Le rail allemand pourrait être sacrifié sur l'autel de la rigueur

2 Octobre 2011 , Rédigé par Lesechos.fr Publié dans #ACTU

logo DB ALLEMAGNE - En ces temps d'austérité, l'argent va manquer outre-Rhin pour la construction de routes et de voies ferrées nouvelles. Selon des informations de la « Süddeutsche Zeitung », le quotidien national basé à Munich, qui a obtenu une ébauche du plan quinquennal d'investissement du ministère des Transports, un certain nombre de projets d'infrastructures importants, comme la voie ferrée Rhin-Ruhr-Express ou la voie en Y, qui devait relier les ports de Brême et Hambourg à Hanovre, ne devraient plus figurer dans le document final.

 

Selon le porte-parole du ministère, il ne s'agirait pour l'instant que des travaux préparatoires, et le ministre, Peter Ramsauer (CSU), pourrait rendre des arbitrages différents. Cela dit, le Bavarois a concédé, devant le Bundestag, vendredi dernier, des difficultés de financement liées à l'augmentation des coûts de construction et aux retards pris par des réalisations en cours. Le ministre voit deux solutions : soit une augmentation de son budget, ce qui est très peu probable, compte tenu de l'impératif de consolidation des finances publiques, soit une taxe ad hoc.

 

Peter Ramsauer défend le principe de péages sur les routes pour les voitures particulières. Mais la chancelière Angela Merkel, qui a déjà dans son viseur les législatives de 2013, ne voient pas d'un bon oeil une mesure impopulaire, décriée par l'ADAC, le lobby des automobilistes allemands. Les ONG environnementales ne sont pas non plus en faveur des péages forfaitaires, qui, selon elles, encouragent l'utilisation de la voiture au détriment des transports collectifs. Elles souhaitent, soit des tarifs de péage qui augmentent avec la distance parcourue, soit une augmentation des taxes sur le carburant.

 

Autre sujet de préoccupation pour le ministre des Transports : la fiabilité des trains de la Deutsche Bahn (DB). Après les nombreux incidents de l'été 2009 et de l'hiver dernier, il s'était retrouvé, alors, sous la pression des médias. Peter Ramsauer ne souhaite visiblement pas une réédition de ces polémiques à l'hiver prochain. Aussi a-t-il convoqué, jeudi dernier, Rüdiger Grube, le patron de la compagnie de chemin de fer (encore publique), l'autorité de sûreté ferroviaire et les deux fabricants de matériel ferroviaire Siemens et Bombardier, pour faire un point et prévoir de nouvelles procédures de concertation.

 

La Deutsche Bahn devrait pouvoir mettre en circulation une soixantaine de trains régionaux « Talent 2 » de Bombardier d'ici à la mi-décembre. Elle en a déjà reçu une centaine, qui pour l'instant restent sur les voies de garage, en attente des certificats qui leur permettront d'atteindre la vitesse de 160 km/h, l'autorité de sûreté ferroviaire ne les autorisant jusqu'ici qu'à faire du 140 km/h. Des ICE (trains à grande vitesse) de troisième génération accusent aussi des retards de livraison de la part de Siemens. La DB ne pourra pas compter dessus avant février prochain, pour les premiers.

 

Ses clients doivent donc se résigner : faute de réserves suffisantes, il y aura de nouveau, cet hiver, des retards et des annulations de train.

 

Datei:Peter Ramsauer 2010-03-03b.jpg

 

Selon la presse allemande, qui a eu accès à une ébauche du plan quinquennal d'investissement du ministère des Transports, plusieurs grands projets d'infrastructure ferroviaire seraient menacés faute de moyens budgétaires. Le ministre des transport, Peter Ramsauer va t'il mettre la main à la pate pour aider à finir les chantiers en cours ?

Commenter cet article