Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

SUCCES : La renaissance «TGV» d'Alstom, un cas d'école

30 Septembre 2008 , Rédigé par Le Figaro.fr Publié dans #ECONOMIE - FINANCE

 FRANCE - Nouvelle marche dans l'ascension d'Alstom : le constructeur de TGV et de centrales électriques vient de faire son entrée au sein du baromètre des 50 plus grosses entreprises de la zone euro, l'indice Eurostoxx 50. Une présence dans plus de 70 pays, un chiffre d'affaires de 17 milliards d'euros, une croissance à deux chiffres et une capitalisation boursière de 19 milliards : les chiffres témoignent du travail de reconquête accompli par Patrick Kron depuis 2003.

Pour sauver l'entreprise alors exsangue, cet X-Mines de 55 ans, ancien de Pechiney et Imerys, aujourd'hui l'un des patrons les plus en vue du CAC 40, dut conduire une restructuration à marche forcée, passant par des cessions, une réduction drastique de l'effectif (de 105 000 à 60 000 salariés en 2007) et une refonte complète de l'état-major. C'est en s'appuyant sur cinq hommes clés (son « comex ») que ce grand industriel a su redéployer son groupe et en faire un acteur mondial.

À ses côtés , deux vice-présidents exécutifs, Philippe Joubert et P hilippe Mellier, respectivement présidents du secteur Power Systems et d'Alstom Transport. Le premier, ancien du Lyonnais, aligne 22 ans de maison. Il a œuvré au Brésil et à la tête du secteur Transmission & Distribution, cédé en janvier 2004. Le second, ex-dirigeant de Renault et de Ford, a été recruté par Patrick Kron en 2003. L'année où Walter Graenicher, ancien dirigeant d'ABB Alstom, s'est vu confier, lui, la présidence du nouveau secteur Power Service. Patrick Dubert, le directeur des ressources humaines (sacré l'an dernier DRH de l'année par Le Figaro), est un fidèle du président. Ex-Danone, il l'avait rejoint en 1998 chez Imerys, puis suivi en 2003 chez Alstom. Il règne aujourd'hui sur un effectif de 76 000 salariés qui ne cesse de grossir.

Enfin, Henri Poupart-Lafarge, X (comme Patrick Kron), Ponts et MIT, est, comme grand argentier, de toutes les grandes ma­nœuvres. Cet ancien de Bercy, arrivé dans la maison en 1998 et seul survivant de l'ancienne équipe, pourrait jouer un rôle clé dans l'hypothèse où le rapprochement avec Areva, dont rêve Patrick Kron pour « construire un champion mondial », se réaliserait. Un prochain défi pour ce stratège, épaulé depuis 2006 par un certain... Martin Bouygues, dont le groupe détient aujourd'hui 30 % d'Alstom.



En route pour le succès : Le groupe énergétique et ferroviaire, au bord de la faillite en 2003, connaît une croissance à deux chiffres et croule sous les contrats. Consécration pour la firme sauvée par Patrick Kron : son entrée la semaine dernière dans l'Eurostoxx 50. (Maaaaa petiiiite entrepriiiiiiise.... connait pas la criiiise... tsouin-tsouin..)

QUID : Les transports en commun en Ile-de-France dans les 20 ans qui viennent

30 Septembre 2008 , Rédigé par guidedesdemarches.com Publié dans #LE SAVIEZ VOUS

  FRANCE - Question : Où serez-vous en 2027 ? Que vous soyez ou non francilien (depuis Napoléon, tout le monde passe un jour ou l'autre par Paris), voici le futur réseau de transports en commun de la Région Ile-de-France.

L'essentiel de l'infrastructure ayant été conçu dans les années 60 (RER ou TGV), presque tout a été mis en oeuvre pour tirer partie des installations existantes (automatisation, augmentation des cadences, rames à étages, accès élargis...) et écouler le flot toujours grandissant de voyageurs pressés et stressés. Les pouvoirs publics doivent désormais mettre en chantier de nouveaux axes de circulation. Ils seront forcément coûteux, l'espace libre étant aussi rare que les truffes sur le sol parisien.

L'idée principale étant bien sûr de sortir de la logique qui oblige tout le monde à transiter par Paris, notamment en créant des "arcs", des "tangentielles" et des "barreaux", destinés à permettre les échanges directs entre banlieues.

Les esprits chagrins rétorqueront que les liaisons routières de ce type (Périphériques, A86, Francilienne...) ont été réalisées avec tellement de retard qu'elles ont été immédiatement saturées et que celles de transports en commun, suivent le même chemin. Ils ajouteront bien sûr que les fameuses "tangentielles" était déjà prévues en 1994. Enfin ils diront que l'on fait du neuf avec du vieux, notamment avec les trams et les tram-trains qui utilisent souvent, soit les anciennes voies de chemin de fer de ceinture, soit les espaces routiers déjà bien à la peine. Mais ce sont des esprits chagrins...

Arc Express

C'est le grand projet tout autour de Paris. Arc-Express est une liaison rapide en grande partie souterraine et exploitée en mode automatique. Elle devrait permettre la circulation de banlieue à banlieue, relier les pôles d'activité et d'habitation aux grandes dessertes radiales (TGV, RER, Transilien, métro...). 

Il s'agit en fait de plusieurs tronçons mis progressivement en service entre 2015 et 2030 (il faudra être patient) :

  • Arc sud-est : Val-de-Fontenay / Noisy-le-Grand − Arcueil / Bourg-la-Reine RER B;
  • Arc sud-ouest : Arcueil / Bourg-la-Reine RER B − Saint-Cloud − Rueil-Malmaison − La Défense;
  • Arc nord-ouest : La Défense RER A − Saint-Denis;
  • Arc nord-est : Saint-Denis − Val-de-Fontenay / Noisy-le-Grand.

Des gares TGV en banlieue

En plus des gares de TGV de Massy, de Roissy et de Marne-la-Vallée, la Région devrait créer des gares à Cergy, Orly et La Défense, histoire d'éviter à certains voyageurs de passer par Paris. On parle également d'une gare à La Plaine-Saint-Denis et à Sénart.

Région Ouest

Le premier tronçon de la Tangentielle Ouest entre Noisy-le-Roi et Saint-Germain-en-Laye a été mis en service. Ce tronçon de Tangentielle Ouest a vocation à être prolongé pour se connecter plus efficacement aux lignes radiales RER et Transilien ainsi qu’aux pôles urbains.
La ligne de tramway T2 (la Défense et Issy-Val-de-Seine) poursuit son extension vers le nord jusqu'à Bezons avec une mise en service prévue fin 2011. Son prolongement est prévu du Pont de Bezons à Sartrouville, en correspondance à définir avec la Tangentielle Nord.
La ligne du "Grand Tram" T1 entre Bobigny et Saint-Denis, a été prolongée à l'Est jusqu'à la gare de Noisy-le-Sec en 2003 devrait aller à l'Ouest jusqu'à Asnières-sur-Seine fin 2008. Son prolongement est prévu d’Asnières-Gennevilliers à Nanterre-place de la Boule, puis Rueil-Malmaison centre.
Enfin, il est prévu la création d’un débouché du RER E à l’ouest, pour améliorer la desserte du nord-ouest parisien, de La Défense et de la Seine Aval jusqu’au Mantois. Il devrait ainsi dégager des capacités pour la desserte de Cergy-Pontoise, et d’autre part, son prolongement jusqu’à Meaux.

Région Nord

Aménagements de la ligne RER B Nord.
Création d’une voie ferrée entre l'aéroport de Roissy et le faisceau de Paris nord, notamment pour autoriser des liaisons entre Roissy et Amiens, Creil et Beauvais-Tillé.
Desserte directe de l’aéroport de Roissy depuis la gare de l’Est − « CDG Express ».
La Tangentielle Nord en tram-train est en cours de construction le long de la Grande ceinture (utilisée pour le fret). Elle devrait relier les gares de Sartrouville (78) à Noisy-le-Sec (93) vers 2017. La partie centrale Épinay-sur-Seine RER C au Bourget RER B devrait être en service en 2014.
Le "barreau de Gonnesse" sera une liaison RER entre la ligne D (Gare du Nord − Orry la ville) et la ligne B (Gare du Nord − Roissy) du RER. Il desservira le parc d’exposition de Villepinte-Tremblay et le pôle d’emplois de Roissy-sud.

Région Sud

La Tangentielle Sud sera réalisée, en tram-train et en un ou plusieurs tronçons, pour relier Versailles à Évry-Corbeil via Massy.

Prolongement de lignes

De nombreux prolongements sont envisagés. Pour le métro :

  • ligne 1 à la Folie (La Défense ouest);
  • ligne 1 à Val de Fontenay;
  • ligne 4 à Bagneux;
  • ligne 4 à Mairie de Saint- Ouen, puis les Docks;
  • ligne 5 à Place de Rungis;
  • ligne 7 bis à Château-Landon et raccordement avec la ligne 3 bis;
  • ligne 7 au Bourget RER, puis vers le projet urbain « Cité de l’air et de l’espace »;
  • ligne 9 à Montreuil Murs-à-Pêches;
  • ligne 11 à Montreuil Hôpital puis Rosny Bois-Perrier;
  • ligne 12 à la Courneuve-Six Routes;
  • ligne 12 à Issy-Ville;
  • ligne 13 à Port de Gennevilliers;
  • ligne 13 à Stains la Cerisaie;
  • ligne 14 à Maison-Blanche.

Pour le RER :

  • déplacement du terminus du RER C à Coignères;
  • déplacement du terminus du RER E à Meaux;
  • déplacement du terminus du RER B à Saint-Mard;

Et encore

Citons également la création de la gare Évangile multimodale dans le secteur nord de Paris, le percement d’un nouveau tunnel RER entre Châtelet et Gare du Nord et la réalisation de plusieurs voies dites TCSP (bus en site propre), spécialement dans la banlieue Est, moins gâtée par les gros projets, parce que moins peuplée.
Enfin, il y a pas mal de projets de création de tram :

  • prolongement du tramway Villejuif/Athis- Mons à Juvisy;
  • tramway Val de Seine Meudon/Boulogne/Saint-Cloud;
  • tramway prolongeant T4 à Clichy-sous-Bois et Montfermeil;
  • prolongement de T4 de Bondy à Noisy-le- Sec;
  • tramway de la Porte de Choisy à Orly via la RN305;
  • prolongement du tramway Saint-Denis- Porte de Paris/Épinay/Villetaneuse à Paris Évangile;
  • prolongement du tramway « Saint- Denis/Sarcelles »/Garges-lès-Gonesse.




Le réseau de transports en commun de la Région Ile-de-France va changer... Pour ce faire, les pouvoirs publics vont devoir cependant mettre en chantier de nouveaux axes de circulation, l'idée principale étant de sortir de la logique qui oblige tout le monde à transiter par Paris, notamment en créant des "arcs", des "tangentielles" et des "barreaux", destinés à permettre les échanges directs entre banlieues. Reste que la facture risque d'être salée : même si presque tout a été mis en oeuvre pour tirer partie des installations existantes, les travaux  seront forcément coûteux car l'espace libre est rare sur le sol parisien... "Richard ! prépare le chéquier..."

INFO-TRAFIC : Circulation perturbée à Hazebrouck suite à un colis suspect

30 Septembre 2008 , Rédigé par Lavoixdunord.fr Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Alerte à la Bombe dans le Nord : Des voyageurs ont signalé un colis abandonné, hier à 11 h 45, dans un TER Dunkerque-Lille, ce qui a entraîné l'intervention des démineurs et a fortement perturbé la circulation ferroviaire.

Quand l'alerte a été donnée, le TER Dunkerque-Lille a été remisé en gare d'Hazebrouck sur une voie de délestage à l'écart. Tous les passagers ont été évacués et ont pu reprendre leur voyage vers Lille dans le train suivant. Un périmètre de sécurité a été installé dans l'attente de l'intervention des démineurs, sous la protection d'une dizaine de pompiers. Les policiers d'Hazebrouck et ceux de la surveillance générale SNCF étaient également sur place.

À 14 h 25, les démineurs avaient neutralisé le colis : un simple sac contenant des affaires d'école. L'interruption de la circulation ferroviaire pendant l'intervention a entraîné des retards de cinq à quarante-cinq minutes pour de nombreux TER jusqu'en milieu d'après-midi...



Alerte au colis suspect dans le Nord : il fallait donc compter jusqu'à 45 minutes de retard pour de nombreux TER.... pour un sac qui contenant des affaires d'école. ça sent l'heure de colle...

LGV : Vers un accord sur le financement de la LGV Sud-Europe-Atlantique

30 Septembre 2008 , Rédigé par lemoniteur-expert.com Publié dans #ACTU

 FRANCE - Le secrétaire d’Etat chargé des Transports Dominique Bussereau vient de le confirmer : le protocole de financement pour le "projet du siècle" sera signé le 13 novembre prochain.Réunis à Bordeaux à l'initiative de Dominique Bussereau, ce lundi 29 septembre, les élus de 51 collectivités locales des six régions concernées par le projet de ligne à grande vitesse Sud-Europe-Atlantique, étaient appelés à se prononcer sur le protocole de financement qui leur avait été transmis au début du mois.

Un projet que le secrétaire d’Etat désigne comme "le projet du siècle, le plus gros projet ferroviaire en Europe et qui entre en phase opérationnelle", pour un montant global de 14 milliards d’euros pour 4 branches. La clé de répartition (un tiers pour la région, un tiers pour les départements, un tiers pour les agglomérations) a été validée par Aquitaine qui apportera 57% du financement de Tours-Bordeaux, par Midi-Pyrénées (19%), Limousin (3,5%) et le Centre (3%). Seule la région Poitou-Charentes, appelée à une contribution de 17% sur le projet Tours-Bordeaux, a changé cette répartition entre collectivités, en utilisant notamment la pression fiscale plutôt que le budget d’investissement comme critère de contribution. 

Dominique Bussereau a déclaré que "désormais 90% à 95% des collectivités sont d’accord et que les amendements qu’elles devront présenter à ce projet de protocole d’ici le 15 octobre seront intégrés au protocole définitif, qui devrait être signé le 13 novembre prochain à Bordeaux." Il a également confirmé que l’Etat discutait avec la Caisse des Dépôts pour la mise en place d’un outil de financement à très long terme et à taux privilégié pour les collectivités locales. Par ailleurs, il a indiqué que dans le projet de loi "Grenelle de l’Environnement" qui devrait être voté d’ici la fin de l’année, ce sont au total 2000 km de lignes nouvelles à grande vitesse qui seront lancées et livrées pour certaines d’ici 2020. Pour les trois autres lignes à grande vitesse, Bordeaux-Toulouse, Bordeaux-Espagne et Poitiers-Limoges, l’Etat s’engage à lancer l’enquête publique fin 2011 et le secrétaire d’Etat souhaite que les travaux soient lancés avant la fin de Tours-Bordeaux (fin 2015), en fonction notamment de la capacité des entreprises à réaliser ce projet.

Enfin, "pour tenir notre timing, a conclu le secrétaire d’Etat, le mode de financement de ces trois nouvelles lignes sera très vraisemblablement le même que pour Tours-Bordeaux, des lignes concédées en PPP".



les élus de 51 collectivités locales des six régions concernées par le projet de ligne à grande vitesse Sud-Europe-Atlantique signeront le 13 novembre prochain le protocole de financement pour le "projet du siècle",  le plus gros projet ferroviaire en Europe pour un montant global de 14 milliards d’euros Dominique Bussereau, Le secrétaire d’Etat chargé des Transports, exulte : "You know what ? I am happy..."

ACTU : Le fret SNCF va perdre 300 millions en 2008

29 Septembre 2008 , Rédigé par Le Figaro.fr Publié dans #ACTU

 FRANCE - C'est une bien mauvaise nouvelle pour Guillaume Pepy, le président de la SNCF. Le transport de marchandises devrait renouer cette année avec les contre-performances qui lui collent à la peau depuis plus de dix ans. D'après nos informations, les experts de la SNCF tablent sur un déficit de 300 millions d'euros en 2008 contre 200 millions d'euros l'an dernier.

L'année 2007 avait pourtant marqué les prémices d'un rebond malgré les grèves à répétition de l'automne. « Mais cette fois-ci, les résultats vont être catastrophiques, explique un cadre de l'entreprise. Sans la réorganisation industrielle que nous avons conduite, ça aurait été encore pire. » Ces perspectives tombent mal pour Guillaume Pepy qui a fait du fret une des priorités de son mandat et a promis un retour à l'équilibre de l'activité d'ici à 2010.

Pour l'instant, l'entreprise publique reste discrète mais ne cache pas une fin d'année calamiteuse. « Il est vrai que nous connaissons un automne difficile et souffrons du retournement de conjoncture économique, reconnaît Luc Nadal, directeur général de la branche fret. Mais je ne peux ni confirmer ni infirmer ce chiffre de 300 millions d'euros. »C'est tout le transport de marchandise qui pâtit en France d'une d'année difficile. Les premières estimations parlent d'un volume d'affaires en baisse de 5 % cette année.

Les opérateurs privés semblent moins souffrir grâce aux parts de marché qu'ils continuent de prendre à la SNCF. « On s'en sort bien malgré une année difficile », explique un cadre de Veolia Transport. Cette récession frappe en revanche de plein fouet l'entreprise publique au moment même où elle conduit une vaste réforme pour réaliser des gains de productivité et mieux résister face aux concurrents privés. La réorganisation industrielle menée l'an dernier lui permet aujourd'hui de mieux anticiper les flux de marchandises et d'être plus efficace grâce à des liaisons à grande capacité sur plusieurs axes majeurs en ­France.

La réforme sociale menée actuellement a mis au point une nouvelle organisation du travail, donnant plus de flexibilité à l'entreprise. À ce jour, 660 conducteurs sur 2 200 ont accepté ces nouvelles conditions d'emplois. La branche fret de la SNCF est également touchée par les incidents intervenus sur le réseau ferroviaire et les travaux qu'ils entraînent. Ces derniers ont en effet lieu le plus souvent la nuit, précisément au moment où est concentré le trafic de marchandises. « Nous avons un combat à mener contre Réseau ferré de France, explique Luc Nadal. Si nous étions autant gênés par les travaux l'an prochain qu'en 2008, nous aurions du souci à nous faire. »

De nouveaux chantiers pourraient être lancés dans les prochains mois pour mettre fin aux incidents de caténaires survenus depuis la fin de l'été. Ils pourraient à nouveau gêner le trafic de fret qui passe ­souvent après le transport de voyageurs.
 
 


Malgré une réforme en profondeur, le fret souffre de la conjoncture économique difficile. Pour les bons chiffres, ben.... ça ne sera pas encore pour cette année. Mais comme dit l'adage : la patience est mère de toutes les vertus...

TRANSMANCHE : Nouvelle augmentation de la capacité de circulation dans le Tunnel sous la Manche

29 Septembre 2008 , Rédigé par Euronext.com Publié dans #FLASH INFO

 EUROTUNNEL - Eurotunnel a annoncé aujourd'hui la remise en service de l'intervalle 4 du tunnel sous la Manche, tronçon situé dans la partie médiane du tunnel ferroviaire nord. Ainsi, après la reprise de la circulation des trains dans le tunnel ferroviaire sud dès le 13 septembre, puis d'une première partie du tunnel nord le 22, ce sont aujourd'hui 5 des 6 intervalles qui constituent le tunnel sous la Manche qui sont aujourd'hui rendus opérationnels.

Cette situation favorable, permet de densifier le trafic, notamment par l'augmentation de la fréquence des départs (la circulation en batterie se faisant toutes les 90 minutes au lieu de toutes les 2 heures) et de porter la capacité de 170 trains par tranche de 24 heures à environ 210 trains à compter du 1er octobre 2008.

C'est ainsi qu'avec 55 à 58 sillons par jour mis à sa disposition selon ses besoins, Eurostar disposera de près de 100 % de sa capacité normale, avec toutefois des horaires aménagés. Pour utiliser au mieux cette capacité fournie par Eurotunnel, Eurostar prévoit de modifier sa grille horaire.

En ce qui concerne les services de Navettes d'Eurotunnel, le nombre de Navettes Camions passera en semaine à 98 par jour et le week-end à 34 par jour, soit une capacité de transport d'approximativement 17 000 camions par semaine. Pour les Navettes Passagers, à 30 par jour en semaine et 52 par jour le week-end, soit une capacité de transport d'environ 141 000 voitures par semaine. Les trains de marchandises utiliseront les horaires de nuit.



En bonne voie : Bravo aux équipes d'Eurotunnel qui se sont mobilisées et ont relevé le défi de redonner en un temps record à l'ensemble de ses clients l'utilisation du maximum de l'infrastructure et rendre à la circulation ferroviaire une capacité la plus proche de la normale. Eurostar devrait reprendre un sillon qu'il n'utilisait pas jusqu'à présent, mais le trafic des navettes Fret et passager sera néanmoins renforcé... en attendant la réouverture totale du tunnel nord, dans les semaines à venir.

ACCUEIL : La SNCF lance son "université du service"

29 Septembre 2008 , Rédigé par Lesechos.fr Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Passer d'une entreprise de transport à une entreprise de service : tel est le défi que s'est fixé Mireille Faugère, directrice générale déléguée de Voyageurs France Europe, membre du comité exécutif de la SNCF. En 2006, elle a l'idée d'une « université du service » destinée à accueillir 30.000 personnes en contact avec la clientèle. Depuis, cette structure a dispensé plus de 3 millions d'heures de formation.

« La compétence marketing de la SNCF n'est pas remise en cause, en revanche toute sa relation client est sujette à caution. La réputation de l'entreprise et de la marque se jouent à chaque contact. Nous devons passer d'une culture cérébrale à une culture de l'émotion »,
assure cette diplômée d'HEC qui a fait carrière dans l'entreprise. D'ailleurs pour diriger cette structure, elle a choisi un universitaire agrégé de mathématiques et passionné par la transformation. Mais le personnel est parfois difficile à convaincre : « les passagers ne se sentent pas concernés quand on leur dit au revoir sur le quai du train », se plaignent certains chefs de bord.

Pour tordre le coup à ce défaitisme ambiant, l'université du service filme désormais le comportement des voyageurs à la sortie du train lorsqu'ils croisent et dépassent le chef de bord. « Sur ces images, on découvre qu'après l'étonnement, les voyageurs esquissent un sourire, confie Mireille Faugère. Passer ce petit film dans les formations a été extrêmement bénéfique ».




Les anglo-saxons appelle cela le "customer Care"... et la SNCF a décider de s'y mettre. Très bien  ! Mais soyons honnête : certains on déjà pigé qu'un simple sourire ou un petit signe pouvait changer bien des choses. Pour d'autre en revanche... il faudra prévoir des cours intensifs. "Fais pas la gueule, Georges...."

LA VIDEO DE LA SEMAINE : Ballade dans le Grand-Duché

28 Septembre 2008 , Rédigé par Eric Publié dans #VIDEOS

 Pas vraiment envie  d'aller à l'autre bout de l'Europe cette semaine... la flemme ! Je vous propose donc une vidéo d'un pays qui se trouve la porte à coté, une petite compliation de trains de nos voisins luxembourgeois.

Bon d'accord, on y est déjà aller une fois, mais y retourner ne fera pas de mal, surtout que la vidéo suivante nous présente un panel assez complet des trains circulant sur le réseau du Grand-Duché. Pas de train fret (snif !) mais du passager... des autorails... le tout dans un cadre bucolique où les petit zozios chantent et où la verdure est de mise ! alors pourquoi s'en priver ? hein ?

Allez, bonne vidéo et à la semaine prochaine,     ;-)

Eric

CHIFFRES : De bons résultats pour le 1er semestre 2008 pour les TGV Lyria

28 Septembre 2008 , Rédigé par Eric Publié dans #CHIFFRES

  FRANCE / SUISSE - Les TGV Lyria continuent sur leur bonne lancée et les résultats du 1er semestre 2008 sont très encourageants. Le chiffre d'affaires global est d'environ 108,6 millions d'Euros, soit une hausse de 24.8 % par rapport à la même période en 2007. Au global, presque 2 millions de voyageurs ont été transportés par les TGV Lyria sur les 6 premiers mois de l'année dont 1.1 millions de voyageurs à l'international avec un chiffre d'affaires en progression de 29%.

Ces excellents résultats sont dus, en partie, à la nouvelle ligne TGV Lyria : Paris – Bâle – Zurich qui connaît un réel succès depuis son lancement. Au cours du 1er semestre 2008, plus de 365 000 voyageurs ont emprunté cette ligne. Les voyageurs sont majoritairement suisses et sont très satisfaits des services proposés sur cette relation.

De plus, les TGV Lyria deviennent un réel choix de mode de transport et ceci se manifeste par une évolution de la part de marché air / fer sur Paris - Bâle qui était de 45.5 % en 2007 et qui est passée à 64.5 % au cours du 1er semestre 2008. L'axe Paris – Genève est toujours en plein développement avec un chiffre d'affaires d'environ 30 millions d'Euros (+10% par rapport à 2007 à la même période) et environ 500 000 voyageurs (croissance de 4.6% vs 2007). Face à un marché fort concurrentiel, la part de marché air / fer sur Genève atteint les 49.5% (gain de 0.7 point par rapport à 2007). Les TGV Lyria ont une régularité de 90.08%, ce qui représente moins de 15 minutes de retard à l'arrivée sur les 7 premiers mois de l'année.

Enfin, suite au succès de cette ligne, un aller - retour quotidien supplémentaire sera mis en circulation à partir de décembre 2009, Lyria offrira jusqu'à 5 allers – retours quotidiens entre Paris - Bâle et 4 allers – retours quotidiens pour Paris – Zurich.
 
TGV LYRIA dope ses résultats 2008 - En 2007, le trafic global de LYRIA a augmenté de 15.3 % et le chiffre d'affaires a atteint 188 millions d'Euros, soit une progression de 19.4 % par rapport à l'année 2006.




La Suisse : son horlogerie, ses banques, son chocolat... et ses TGV Lyria : l'enseigne dope ses résultats dès le premier semestre 2008. Son chiffre d'affaires global est déjà d'environ 108,6 millions d'Euros, soit une hausse de 24.8 % par rapport à la même période en 2007.  ça roule entre genève et Paris...

MIRACULE : Un Toulousain sain et sauf après un choc avec un train lancé à 90km/h

28 Septembre 2008 , Rédigé par ladepeche.fr Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Que s'est-il passé hier matin sur la voie ferrée enjambant l'avenue Crampel et la rue du Midi, à Toulouse ? Peut-être un miracle… Longtemps restée sans réponse une bonne partie de la journée, cette question a pris des allures de véritable énigme.

Hier, peu avant 6 heures, le conducteur d'un train express régional (TER) circulant à vide à une vitesse d'environ 90km/h aperçoit un piéton sur la voie et entend un choc. Selon lui, sa voiture qui se dirigeait vers les Arènes en direction de Colomiers, percute le promeneur. Trois cents mètres plus loin, le TER s'immobilise et les premières recherches s'organisent avec la police et les pompiers pour retrouver un éventuel corps. Il est un peu plus de 6 heures et un long marathon s'engage alors le long de la voie ferrée, à l'aide d'une caméra thermique et d'une équipe cynophile. À deux reprises, le trafic ferroviaire est interrompu provoquant d'importants retards et des annulations de TER sur les axes Toulouse-Auch, Toulouse-Tarbes et Toulouse-Foix. Premier indice : en milieu de matinée, les policiers mettent la main sur des papiers administratifs et un vêtement susceptibles d'appartenir à la victime.

Alors que les investigations sur place s'achèvent peu avant midi, les fonctionnaires remontent la piste d'un homme qui, après le choc, aurait pris la fuite et se serait réfugié à son domicile. Le mystère de l'homme du train s'éclaircit d'un seul coup : la victime, un jeune garçon de 20 ans, habitant dans le quartier Saint-Michel, aurait refusé d'être hospitalisée. Blessé au visage et conscient après la collision, le jeune homme souffrirait d'hématomes au visage et de blessures à un bras. Miraculé des voies, sain et sauf, l'individu qui avait consommé de l'alcool s'en sort avec des blessures superficielles après un choc avec un train circulant pourtant entre 90 et 100km/h !

Sur ce pont ferroviaire enjambant l'avenue Crampel, l'accès aux voies est pourtant rigoureusement interdit et surtout rendue difficile par les nombreux talus. Entendu par les policiers, le miraculé de la voie ferrée a reconnu avoir heurté le TER mais n'explique pas les raisons pour lesquelles il se trouvait à ce moment-là sur le pont.

Hier matin, dans le quartier Crampel, l'incident n'est pas passé inaperçu. « J'ai vu le train s'arrêter pendant une heure ou deux devant mes fenêtres, raconte cette riveraine, à proximité de la rue du Midi. Mais je n'ai rien entendu. » Les usagers des TER ont dû, eux, s'armer de patience. Les conséquences de cette improbable divagation nocturne se chiffrent à 20 suppressions entières et partielles de trains régionaux et 32 retards d'une heure dix en moyenne. Le trafic a été rétabli peu avant midi.



Coup de bol : Un Toulousain de 20 ans a heurté hier un TER sur une voie ferrée, avenue Crampel. Après une matinée de recherches, la victime a été retrouvée chez elle, vivante. Un miracle ! Interrogée sur les circonstances de l'accident, Mimi Mathy, alias Joséphine - ange gardien a démenti toute implication : "Ne me regardez pas comme ça, c'est pas un de mes clients : j'y suis pour rien !"