Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

NEWS : préavis de grève de Sud le 7 septembre sur la ligne D du RER

31 Août 2007 , Rédigé par AFP Publié dans #FLASH INFO

logo-sncf.jpg FRANCE - Le syndicat Sud-Rail (encore lui) a appelé à la grève le 7 septembre les agents du RER D, ligne ferroviaire qui dessert le Stade de France où aura lieu ce jour-là le match d'ouverture de la Coupe du Monde de rugby, mais la direction de la SNCF ne prévoit pas de perturbation.

Sud-Rail a déposé, pour le dépôt traction de la gare de Lyon dont dépend principalement la ligne D, un préavis de grève du jeudi 6 septembre à 20H00 jusqu'au samedi 8 à 8H00. Le syndicat entend par ce moyen défendre deux agents devant être "licenciés" les 10 et 11 septembre, avant la fin de la période d'essai de leur contrat de travail.

Ces salariés sont des "travailleurs motivés", qui ont suivi 9 mois de formation, selon un communiqué de Sud-Rail. Ils "doivent pouvoir rester à la SNCF, quitte à être orientés vers une autre filière interne", estime le syndicat. De son côté, la direction a fait valoir auprès de l'AFP qu'elle avait alerté ces deux agents à trois reprises sur les efforts qu'ils devaient fournir afin de réussir leur formation, sans succès.

Le 7 septembre à 21H00, le premier match de la coupe du monde de rugby opposera l'équipe de France à celle d'Argentine au stade de France à Saint-Denis, desservi notamment par la ligne D du RER.



Chantage : Sud Rail appelle à la grève  parce que deux agents qui n'ont pas réussi leur formation avant la fin de la période d'essai de leur contrat de travail vont être licenciés... Si ces salariés sont des "travailleurs motivés" comme l'affirme le syndicat, il est inquiétant que 9 mois de formation n'ont pas vu leurs efforts été courronnés de succès, mais bon... "Faisons les rouler quand même ou reclassons les au détriment des autres candidats, c'est pas graaaaaaave !"

NEWS : Jacques Gounon appelle l'Etat à sauver le fret ferroviaire transmanche

31 Août 2007 , Rédigé par challenges.fr Publié dans #FLASH INFO

logo-et.gif EUROTUNNEL - Le PDG d'Eurotunnel, Jacques Gounon, a appelé, jeudi 29 août, les pouvoirs publics à sauver le fret ferroviaire transmanche. "Le fret ferroviaire continue à décroître de manière dramatique et je lance un appel: si les pouvoirs publics français veulent réellement avoir une politique de développement durable et de soutien du fret ferroviaire, il faut qu'ils regardent de très très près ce qu'ils peuvent faire sur le fret transmanche", a-t-il déclaré lors d'une conférence téléphonique de présentation des résultats semestriels de son groupe.

Il s'est avoué "convaincu que les Français, dans le cadre des engagements du président de la République sur le développement durable, devraient pouvoir […] aider à redresser le fret ferroviaire qui est vraiment le point noir en terme de trafic".  Nicolas Sarkozy désire en effet redresser ce secteur : fin juin, il avait souhaité que la part du fret non routier augmente de 25% d'ici 2012.

Au premier semestre, le trafic de fret ferroviaire du tunnel sous la Manche a baissé de 14%, reflétant les difficultés globales du secteur du fret. La SNCF et Eurotunnel auraient d'ailleurs envoyé un courrier au ministère des Transports au printemps pour lui demander de s'occuper du problème.

En Grande-Bretagne, le transporteur ferroviaire EWS, qui fait circuler des trains dans le tunnel sous la Manche, a signé fin 2006 un accord avec le gouvernement britannique prévoyant des subsides pour financer les péages du tunnel.
 
 

pres-et.jpg

Le PDG d'Eurotunnel rappelle que le soutien au fret ferroviaire transmanche constitue un engagement du président de la République...  le trafic de fret ferroviaire du tunnel sous la Manche a en effet baissé de 14% par rapport à 2006.

CONTRAT : Alstom remporte deux contrats d’électrification ferroviaire en Grèce pour un montant de 40 millions d’euros

31 Août 2007 , Rédigé par Alstom.com Publié dans #ECONOMIE - FINANCE

ose.jpglogo-alstom.gif  GRECE -  Au sein d’une joint-venture dont il est leader, Alstom remporté un contrat portant sur la conception et de l’installation d’une caténaire qui autorisera une vitesse d’exploitation de 160 km/h sur les 100 km de voies doubles de la ligne SKA – Kiato (au lieu de 120 km/h aujourd’hui). Alstom assura également la maintenance de la voie pour une période de 3 ans. L’alimentation électrique du système sera réalisée par son partenaire grec J&P AVAX SA. La mise en service commerciale de la ligne est prévue d’ici mi 2009, et sur le montant total de 44 millions d’euros du contrat, la part d’Alstom s’élève à 33 millions d’euros. 

ERGA OSE a également confié à Alstom la construction d’une caténaire pour la ligne Inoi-Halkida. Les 22 km de voie unique équipés pourront alors être parcourus à une vitesse de 120 km/h, au lieu de 80 km/h aujourd’hui. Le contrat prévoit également la remise à niveau du système d’électrification et l’interface de télécommunication en fibre optique. Alstom gèrera la maintenance pour une période de 2 ans. Ce projet devrait être achevé d’ici le premier trimestre 2009, et c contrat s’élève à 7,5 millions d’euros. 

Implanté dans le pays depuis 1991, Alstom est un acteur important des transports ferroviaires en Grèce. Il a notamment réalisé le métro d’Athènes (inauguré en 2000) et la liaison aéroportuaire reliant le centre de la ville au nouvel aéroport situé à Spata (exploitation commerciale depuis 2004). A ce jour, Alstom a construit plus de 10 000 km de lignes électrifiées dans le monde. 
 



ERGA OSE, filiale des chemins de fer nationaux grecs, a attribué à Alstom deux contrats d’électrification pour les lignes sub-urbaines SKA-Kiato et Inoi-Halkida (région d’Athènes) pour un montant total de 40 millions d’euros. Ces travaux permettront de réduire les temps de trajet et d’augmenter la fréquence des trains. Les conditions de circulation et la fiabilité des horaires devraient s'en trouver améliorées.

EVENEMENT : La SNCF Nord-Pas-de Calais mobilise 400 cheminots par match pour le mondial 2007 de Rugby

31 Août 2007 , Rédigé par AFP Publié dans #FLASH INFO

logo-sncf.jpg FRANCE - La SNCF de la région Nord/Pas-de-Calais a annoncé jeudi qu'elle mobiliserait plus de 400 cheminots à l'occasion de chaque match de la coupe du monde de rugby, doublant l'effectif des gens d'accueil et organisant des dispositifs de sécurité et de veille.

En gare de Lille Flandres et en gare de Lens, l'effectif des agents d'accueil sera "plus que doublé avec 20 agents en renfort dans chacune des deux gares", souligné la SNCF dans un communiqué. Dans ces deux gares, des quais spécifiques seront dédiés aux trains de supporters et un accueil embarquement sera assuré sur tous ces trains".

Dix agents de la police des chemins de fer et une vingtaine d'agents des forces de l'ordre assureront une présence renforcée et permanente lors de chaque jour de match. Tous les trains de supporters seront accompagnés en plus des contrôleurs par quatre agents de la police ferroviaire ou des forces de l'ordre. Des cellules de veille de cadres seront activées pour répondre à tout éventuel incident. Ainsi au total, chaque jour de match, plus de 400 cheminots seront mobilisés pour assurer le transport et la sécurité des supporteurs et des équipes sur la région.
 



A fond dedans : la SNCF mobilisera pas moins de 400 cheminots pour assurer le transport et la sécurité des supporteurs et des équipes sur la région Nord / Pas-de-Calais. Pour les  fans : Trois matches du Mondial 2007 sont programmés au Stade Bollaert à Lens les 8, 22 et 28 septembre. Qu'on se le dise...

POLEMIQUE : La France fait dérailler le train Annecy-Genève

30 Août 2007 , Rédigé par letemps.ch Publié dans #ENVIRONNEMENT

logo-sncf.jpglogo-sbb.gif  FRANCE / SUISSE - Les cinq liaisons ferroviaires quotidiennes Annecy-Genève vont être supprimées à compter du 9 décembre 2007. Elles seront remplacées par des dessertes autocar dont le temps de parcours sera de 1h30 (15 minutes de plus que le train). 

La décision prise par la Région Rhône-Alpes dans le cadre d'une refonte générale pour 2010 des services TER fait grincer les dents de part et d'autre de la frontière. Certains usagers menacent de passer à l'action en bloquant des trains. L'Association européenne pour le développement du transport ferroviaire (AEDTF) qui défend les intérêts de ces mêmes usagers indique que «des milliers de Savoyards, Genevois et Dauphinois vont être bousculés dans leurs déplacements quotidiens». 

Les autorités cantonales genevoises, de leur côté, disent avoir été informées de ces suppressions «qui ne sont pas une très bonne nouvelle». «Nous allons interpeller dès cet automne nos partenaires de la Région Rhône-Alpes à ce sujet», prévient Christophe Genoud, secrétaire-adjoint chargé de la mobilité au Département du territoire. 

«La fermeture de lignes ferroviaires signifie plus de véhicules, dans un contexte de quasi-saturation du réseau routier genevois à certaines heures. On comprend que cette initiative ne soit pas la bienvenue», souligne Lionel Brasier, responsable de l'Association Rail Dauphiné Savoie Léman (ARDSL), qui relève que déjà «25000 voitures font en moyenne le déplacement Annecy-Genève chaque jour». 

Les diverses associations rappellent que la Haute-Savoie, l'Ain, la Savoie et l'Isère sont les départements les plus prospères de Rhône-Alpes et qu'ils attirent chaque année de nouveaux ménages, «ce qui va multiplier les besoins de transport dans le Sillon Alpin». La fréquentation de ces trains est par ailleurs en hausse de 25% chaque année depuis 2002. 

Les autorités de Rhône-Alpes justifient la suppression des lignes «à cause d'une infrastructure ancienne, à voie unique et d'une signalisation manuelle datant de plus de 60 ans qui ne rentrent pas dans le nouveau plan de cadencement de nos services TER». «Mais les usagers pourront continuer à utiliser les correspondances par La Roche-sur-Foron ou Annemasse», tempère une chargée de mission. 



Exit, les cinq liaisons ferroviaires quotidiennes Annecy-Genève... Elles seront désormais remplacées par des dessertes autocar dont le temps de parcours sera de 1h30 (15 minutes de plus que le train). A l'heure où l'on culpabilise en permanence le français moyen à cause du réchauffement climatique, voici une décision pas très orthodoxe... et pas franchement en faveur de la planète ! "Faites ce que je dis... ne faites pas ce que je fais..."

COUP DE COEUR : Les trains allemands seront totalement non fumeurs à partir de samedi

30 Août 2007 , Rédigé par Tageblatt.lu Publié dans #FLASH INFO

logo-db.gif ALLEMAGNE - La cigarette sera complètement interdite à partir de samedi dans les trains en Allemagne, une petite révolution dans un pays traditionnellement à la traîne en matière de lutte anti-tabac, a annoncé jeudi le patron de la Deutsche Bahn, Hartmut Mehdorn.

En application d'une nouvelle loi qui interdit le tabagisme dans les bâtiments et institutions dépendant du gouvernement fédéral, et les transports publics, la cigarette sera totalement bannie de l'ensemble des trains et dans la quasi-totalité des 5.700 gares du pays, a précisé M. Mehdorn lors d'un point de presse sur un quai de la gare centrale de Berlin. Des zones fumeurs clairement délimitées et signalées seront toutefois installées dans les 330 gares les plus importantes du pays. "Nous savons par expérience que nos clients, dans leur grande majorité, réagissent très positivement à notre action" contre la cigarette, a affirmé M. Mehdorn.

"La protection des non fumeurs en Allemagne progresse pas à pas", s'est de son côté félicitée la ministre de la Santé Ulla Schmidt, qui a symboliquement apposé, en compagnie de M. Mehdorn, un pictogramme "interdit de fumer" sur un train à grande vitesse ICE.
 
"Der letzte Raucher". Ab 1. September sind deutsche Züge rauchfrei
 


Les allemands s'y mettent aussi : pour le plus grand bonheur des non fumeurs et pour le bien de tous, La cigarette sera complètement interdite à partir de samedi dans les trains en Allemagne. Respirez... c'est permis !

REPORTAGE : La voie ferrée entre Briançon et Gap fermée deux mois pour travaux

30 Août 2007 , Rédigé par ledauphine.com Publié dans #REPORTAGE

logo-rff.JPG FRANCE - C'est le plus grand chantier depuis la création de la ligne à la fin du XIXeme siècle. A partir de lundi, la réfection complète de 21 kilomètres de la voie ferrée va démarrer. Le chantier durera près de deux mois. Trois sections sont concernées: La Bâtie Neuve-Prunières (10 km), Savines-Embrun (9,5 km) et La Roche-de-Rame-L'Argentière-la-Bessée (1,5 km).

«Ce sera une voie totalement neuve qui pourra durer une cinquantaine d'années», indique Michel Croc, directeur régional de Réseau ferré de France (RFF).Les rails, les traverses et le ballast seront remplacés. Le confort sera amélioré. Fini le "catac-que-poum". Place aux rails fixes, moins bruyants et longs de 280 mètres.

L'idée est aussi de gagner du temps de trajet en supprimant deux ralentissements liés au mauvais état de la voie. «Nous devons gagner douze minutes et demie», affirme Michel Croc. Enfin, ce chantier de 12 millions d'euros assure la pérennité de la ligne. «Il ne faut pas oublier qu'il était question il y a quelques années de supprimer la ligne entre Gap et Briançon et de remplacer entre ces deux villes les trains par des cars», note Joël Giraud, député PRG et vice-président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur. 

Ce chantier intervient dans le cadre global de la rénovation de la ligne des Alpes. En 2006, une première opération avait été engagée sur cinq kilomètres de voie. A l'époque, les travaux s'effectuaient la nuit et, au matin, les ouvriers rendaient la voie aux trains. Pour le chantier de cet automne, RFF, la SNCF et la Région ont fait le choix de fermer complètement la ligne. Elle rouvrira le 26 octobre prochain.«Nous assurerons une continuité totale pendant cette période de fermeture avec des cars qui remplaceront les trains aux mêmes horaires», explique Claude Steinmetz, directeur délégué au TER.

D'autres travaux devraient ensuite être entrepris sur la ligne, notamment sur les sections Aspres-Sisteron et Manosque-Aix. A terme, l'objectif est de mettre Briançon à un peu moins de quatre heures de Marseille. «Le conseil régional souhaite que nous arrivions à mettre en place un train toutes les heures entre Aix et Gap,» avance Joël Giraud. Ce sera à l'horizon 2008. D'ici là, les passagers devront prendre leur mal en patience. Avec les travaux sur la ligne entre Aix et Marseille, l'itinéraire jusqu'à la cité phocéenne est un vrai parcours du combattant qu'on effectue en cinq heures environ. «Nous sommes dans une période de travaux. Il est vrai que cela péjore certaines lignes, concède Joël Giraud. Mais il faut savoir s'armer de patience».

La voie unique handicape aussi la ligne des Alpes. Pendant que la SNCF, RFF et la Région tenaient leur conférence de presse hier à Embrun, on annonçait un retard de 30 minutes sur un train arrivant de Briançon. Les trains ne pouvant se croiser, une autre rame attendait patiemment en gare d'Embrun de pouvoir continuer sa route... 
 

 

C'est le plus grand chantier depuis la création de la ligne à la fin du XIXeme siècle. A partir de lundi, la réfection complète de 21 kilomètres de la voie ferrée va démarrer. Avis aux usagers : il faudra prendre le car...

CHIFFRES : Le fret de la SNCF en bonne voie

30 Août 2007 , Rédigé par lexpansion.com Publié dans #CHIFFRES

logo-sncf.jpg FRANCE - Coup double pour la SNCF : le transporteur ferroviaire a dévoilé mercredi à la mi-journée des résultats semestriels encourageants et surtout, a confirmé le redressement de sa branche fret, son maillon faible structurel. De bon augure a priori pour la rentrée sociale avec en ligne de mire le dossier miné du service minimum. La CGT Cheminots s'est d'ailleurs aussitôt fendue d'un communiqué dans lequel le syndicat a reconnu « apprécier positivement » les « bons résultats », tout en se montrant extrêmement réservé sur la stratégie poursuivie.

Dans le détail, les profits de la société publique ressortent à pratiquement 600 millions d'euros sur les six premiers mois de l'année 2007 grâce entre autres à la bonne tenue de la branche Voyageurs et du département Voyage France Europe en particulier. Dans le même temps, le chiffre d'affaires gagne 8% à 11,6 milliards et le résultat opérationnel courant dépasse le seuil du milliard (+28%). Mais l'élément le plus crucial tient sans doute à la performance de la filiale fret : la division transport de marchandises est certes toujours dans le rouge, mais son déficit se résorbe. Inexorablement. Mieux. Son activité « connaît une inversion de tendance avec un gain de +4% en produits du trafic » souligne le groupe dirigé par Anne-Marie Idrac. 

Au final, la branche fret est désormais négative de 102 millions d'euros contre –137 millions l'an dernier à pareille époque. Sur l'ensemble de l'année 2006, les pertes s'élevaient même à plus de 800 millions compte tenu de lourdes dépréciations d'actifs. Son chiffre d'affaires, lui, flirte avec le milliard d'euros (+3,5%). De quoi a priori conforté la direction dans ses choix, elle qui vise toujours un retour à l'équilibre pour son maillon faible à l'horizon 2010. La CGT note pour sa part que l'effort manifeste consenti sur le fret tient à une « nouvelle baisse drastique des charges ». Ce qui constitue une « bombe à retardement pour la pérennité de cette activité ».
 



L'entreprise publique a fait état d'un résultat net flirtant avec les 600 millions d'euros pour son premier semestre, grâce à son pôle Voyageurs. Mais surtout, la SNCF limite ses pertes dans le fret, le traditionnel "maillon faible" de l'entreprise. Pourvu que ça dure...

NEWS : Bussereau favorable à un régulateur ferroviaire

30 Août 2007 , Rédigé par challenges.fr Publié dans #FLASH INFO

logo-sncf.jpg FRANCE - Le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, a fait savoir, mercredi 29 août, qu'il voulait présenter un projet de loi "avant la fin de l'année" pour créer une autorité régulatrice du secteur ferroviaire. Il "va tout faire pour que l'autorité régulatrice du secteur ferroviaire soit mise en place le plus rapidement possible".

Fin juin, le président Nicolas Sarkozy avait jugé "nécessaire de confier à une autorité indépendante la régulation du secteur ferroviaire". La motivation sur ce dossier est à chercher du côté de l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de marchandises en 2003 (lignes internationales) puis en 2006 (lignes intérieures). Cette libéralisation implique que davantage de trains de concurrents de la SNCF circulent sur le réseau national. Or une autorité régulatrice permettrait de trancher les conflits entre ces sociétés privées et la compagnie nationale, notamment sur l'attribution des "sillons" (créneaux horaires de circulation). 

Les télécoms ont déjà leur institution de tutelle, l'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), de même que l'énergie avec la CRE (Comité de régulation de l'énergie).



Dominique Bussereau favorable à un régulateur ferroviaire  : Le secrétaire d'Etat aux Transports veut présenter un projet de loi en ce sens avant la fin de l'année afin de de confier à une autorité indépendante la régulation du secteur ferroviaire. "Et comme ça, je pourrai utiliser mon beau stylo de secrétaire d'Etat..."

ACTU : Metronet - Ça va de mal en pis pour Bombardier à Londres

30 Août 2007 , Rédigé par lesaffaires.com Publié dans #ACTU

 ROYAUME-UNI - Pour Metronet Rail, et du même coup pour Bombardier Transport, la situation va en empirant à Londres. Menaces de grèves. Volte-face de la Ville de Londres concernant son soutien à Metronet. Rebufades de la part des banques chargées de soutenir le projet de rénovation du métro londonien. Rien ne va plus. 

Ainsi, Transport of London, l’organisme municipal chargé du métro londonien, a annoncé la semaine dernière son intérêt à prendre en mains l’ensemble des contrats attribués en partenariat public-privé (PPP), et ce même si cela va à l’encontre de la volonté du premier ministre Gordon Brown. 

Pourtant, Transport of London ainsi que la maire de Londres, Ken Livingstone, avaient donné leur assurance à Metronet, en juillet, que les contrats accordés en PPP seraient maintenus. Les contrats clés en main conclus par Bombardier Transport avec Metronet portent sur la fourniture de nouveaux trains, de signalisation, de remise à neuf de trains ainsi que d'activités de maintenance du parc de véhicules pour le métro de Londres. Ils sont évalués à 6,7 G$. 

Cela étant, la direction de Bombardier Transport a souligné mercredi qu’elle «continue de les honorer conformément aux exigences contractuelles», sans donner davantage de précisions. Un curieux optimisme, car les problèmes ne cessent de s’accumuler. Le syndicat des travailleurs du métro a déposé plusieurs préavis de grève, la première devant survenir le 3 septembre pour une durée de 72 heures. Déjà, les médias londoniens en parlent comme d’un prochain «Underground Chaos». La raison de ces grèves? La crainte que les contrats attribués à Metronet entraînent des licenciements et une révision des conditions salariales des employés du secteur public. 

Quant à Metronet elle-même, elle est passée en juillet dernier sous administration judiciaire. Pourquoi? Parce que le consortium international - composé à parts égales de Bombardier, WS Atkins, Balfour Beatty, Électricité de France et Thames Water Utilities - n’a plus les ressources financières pour poursuivre la rénovation et l’entretien du métro de Londres. 

Deux raisons expliquent cette situation : les banques chargées de soutenir le projet de PPP ont refusé en juin d’accéder à la demande de Metronet pour une rallonge financière de 551 millions de livres, lui octroyant seulement 121 millions de livres. Et les dépassements de coûts du chantier ont déclenché un litige entre Metronet et la Ville de Londres. 

De fait, la Ville de Londres et son maire, Ken Livingstone, attribuent la note à de nombreux retards qu’aurait accusé Metronet depuis le début du projet, il y a quelques années. Ils demandent donc aux cinq propriétaires de Metronet, dont Bombardier, d’absorber la facture. Le consortium soutient, de con sôté, avoir effectué des travaux supplémentaires à la demande des responsables du métro. Ces tâches n’étaient pas inscrites au contrat, allègue Metronet.

La réaction de Bombardier a consisté à passer en juillet une dépréciation de l’intégralité de son investissement dans Metronet à ses comptes trimestriels. Dépréciation de 162 M$ qui pèse sur les résultats du deuxième trimestre de 2008, au point de provoquer une perte nette de 71 M$ (0,05$ par action).
 


Rififi chez les rosbeefs : Menaces de grèves, volte-face de la Ville de Londres concernant son soutien à Metronet, rebufades de la part des banques chargées de soutenir le projet de rénovation du métro londonien... Du coup, les résultats du 2e trimestre de Bombardier ont du plomb dans l'aile." well, shocking..."