Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

Articles avec #actu tag

LGV : Le baltes veulent des TGV avec Varsovie

11 Novembre 2011 , Rédigé par Lefigaro.fr Publié dans #ACTU

logo-pkp.jpg ESTONIE / LETTONIE / LITUANIE / POLOGNE - Les Premiers ministres des trois pays baltes réunis à Tallinn hier ont annoncé la création d'une société mixte chargée de la construction d'une voie ferrée pour trains à grande vitesse entre la capitale estonienne et Varsovie en Pologne.

 

Baptisée Rail Baltica, cette ligne de chemins de fer nord-sud, longue de 1435 km, figure sur la liste des principaux projets de transports de l'Union européenne. Elle est censée permettre de relier à Varsovie l'axe ferroviaire est-ouest prévu entre Moscou et Berlin. Les experts estiment que Rail Baltica, dont le coût est évalué à 3,7 milliards d'euros, pourrait favoriser le transfert du trafic routier vers le rail et être ainsi une solution alternative à l'axe routier Via Baltica qui suscite des controverses pour des raisons écologiques.

 

Le Premier ministre letton Valdis Dombrovskis a indiqué à la presse que, selon le commissaire européen aux Transports Siim Kallas, l'UE pourrait prendre sur elle "jusqu'à 85% des coûts du projet". "La société mixte commencera à travailler en 2012 et aura son quartier général à Riga. Nous avons rejoint toutes les principales organisations en Europe et nous avons maintenant besoin d'une connexion rapide avec l'Europe", a déclaré le Premier ministre estonien Andrus Ansip.

 

"Le projet coïncide avec le souhait de la Pologne d'avoir une connexion rapide entre Varsovie et Berlin. La Commission européenne a sérieusement pris en considération les ambitions polonaises, si bien que la Pologne aussi est impliquée dans nos plans", a-t-il ajouté. La première phase du projet doit être engagée en 2013 et son achèvement est attendu en 2020.

 

File:RailBaltica.jpg

 

Création d'une société mixte chargée de la construction d'une voie ferrée pour trains à grande vitesse entre la capitale estonienne et Varsovie en Pologne : voilà le chainon ferroviaire qui manquait pour relier plusieurs capitales européennes !

CADENCEMENT : Compiègne refuse d’être à une heure de Paris

11 Novembre 2011 , Rédigé par Leparisien.fr Publié dans #ACTU

Logo-RFF.jpg logo SNCF FRANCE - Les nouveaux horaires de trains de la SNCF, qui entreront en vigueur à partir du 11 décembre, continuent de susciter le mécontentement des usagers mais aussi des élus. Après Noyon, Creil et Chantilly, c’est au tour des élus de l’Agglomération de la région de Compiègne (ARC) de monter au créneau. Hier, ils ont adopté une motion pour dénoncer ces nouveaux horaires de trains liés à la mise en place du cadencement, censé permettre à Réseau ferré de France.

 

« Nous étions une ville à quarante minutes de Paris et nous allons devenir une ville à une heure de Paris », déplore Liliane Vezier, élue à Compiègne. Si la gare de Compiègne va bénéficier de plus de trains en direction de Paris, la plupart mettront en effet plus de temps pour rallier la capitale puisque les trains directs vont s’amenuiser. « Il y aura davantage d’arrêts à Creil, donc les usagers devront partir de chez eux plus tôt, afin de prendre les trains précédents. Ils perdront une heure par jour », s’indigne Renza Fresch, maire (PS) de Venette et elle-même usagère régulière de la ligne Compiègne-Paris.

 

« A l’évidence, il y aura une augmentation quantitative du service en gare de Compiègne mais aussi une dégradation qualitative. Montrons que nous ne sommes pas dupes du peu de concertation avec les usagers de la part de la SNCF », ajoute Philippe Marini, sénateur-maire (UMP) de Compiègne. La motion a été adoptée à l’unanimité moins une abstention. Quant à Bernard Hellal, maire de Margny-lès-Compiègne et cadre à la SNCF, il n’a pas pris part au vote, pour éviter tout conflit d’intérêts. « Compiègne est bien mieux lotie que d’autres plus petites gares. Les usagers de Noyon, Longueil ou Ribécourt seront plus touchés par les nouveaux horaires que ceux de Compiègne, qui n’auront pas de train en moins », estime néanmoins l’élu.

 

La motion votée par ses collègues risque de toute façon d’être un coup d’épée dans l’eau. La SNCF n’a en effet plus l’intention de changer quoi que ce soit. « L’impression des nouveaux horaires vient de commencer. Le cadencement est désormais figé. A Compiègne, les horaires vont un peu bouleverser les habitudes, j’en conviens. Mais l’offre pour les usagers est suffisante et des Intercités continuent de rallier Compiègne à Paris en quarante minutes. Entre 7h46 et 8h5, il y aura trois trains au départ de Compiègne et en direction de Paris. Un direct, un semi-direct qui s’arrêtera à Creil et Pont-Sainte-Maxence et un omnibus qui desservira toutes les gares », rappelle Thierry Alvoët, directeur de la communication de la SNCF-Picardie.

 

Ce dernier conteste également le manque de concertation évoqué par les élus de l’ARC. « En Picardie, contrairement à d’autres régions, nous avons fait le choix de dévoiler notre nouvelle grille dès le mois de juin afin d’informer les usagers. Un comité de ligne auquel l’ARC était invitée a d’ailleurs eu lieu le 12 juillet à Compiègne afin de faire remonter les demandes des usagers », précise Thierry Alvoët.

 

Inutile, donc, pour les Compiégnois et tous les autres mécontents du département d’espérer le moindre changement sur les grilles horaires. Ils devront maintenant attendre la fin de l’année prochaine pour envisager une refonte du cadencement.

 

 

Avec le cadencement, les Compiégnois vont parfois mettre jusqu’à vingt minutes de plus pour rallier Paris. Les élus grondent, mais la SNCF maintient sa position... Le cadencement, une autre façon de vous faire aimer le train...

TRAINS BONDES : Un nouveau règlement des CFF pour gagner de la place

10 Novembre 2011 , Rédigé par TDG.ch Publié dans #ACTU

logo-sbb.gif SUISSE - "Aux heures de pointe, les trains sont de plus en plus encombrés", a indiqué le porte-parole des CFF Daniel Bach, commentant une information de "20 Minuten". La mesure entrera en vigueur en même temps que le nouvel horaire le 11 décembre prochain. "Nous allons l'appliquer avec une certaine retenue", assure-t-il.

 

Les CFF souhaitent avant tout fournir une base sur laquelle les contrôleurs puissent s'appuyer, explique M. Bach. Un règlement plus strict stipulant qu'un billet donne droit à un seul siège était souhaité par le personnel. Si un billet est effectivement vendu dans un train bondé pour des bagages occupant une place assise, il en coûtera la moitié du prix du billet, que le passager possède ou non un abonnement demi-tarif. Dans les trains qui ne sont pas pris d'assaut par les voyageurs, on pourra continuer de poser les bagages sur les sièges sans rien payer.

 

Aujourd'hui, les contrôleurs demandent déjà par le biais d'annonces au haut-parleur de ne pas placer les bagages sur les sièges aux heures de pointe. Cette mesure de sensibilisation continuera d'être employée à l'avenir, indique Daniel Bach. En juin, l'annonce d'un autre changement de réglement devant entrer en vigueur le 11 décembre avait provoqué le débat. Il s'agit de l'obligation d'acheter son ticket avant de monter dans le train, qui sera désormais aussi valable pour les grandes lignes. L'amende prévue en cas de contravention se monte à 90 francs suisses.

 

Demi-tarif pour les voyageurs suisses payant à bord  si les trains sont remplis... à raz-bord : en voilà une idée qui est bonne... en attendant, bien sûr, d'avoir plus de train sur le réseau.

GREVE : Les policiers des chemins de fer menacent de partir en grève à Bruxelles

10 Novembre 2011 , Rédigé par RTLinfo.be Publié dans #ACTU

logo sncb BELGIQUE - Un préavis de grève concernant les policiers bruxellois des chemins de fer (SPC) de la police fédérale a été rédigé en front commun syndical et a été déposé jeudi, a indiqué à l'agence Belga le président du syndicat libre SLFP-Police, Vincent Gilles, confirmant une information de Radio Contact. Les policiers concernés menacent de partir en grève à partir du 2 décembre et jusqu'au 14 décembre.

 

Les policiers bruxellois des chemins de fer de la police fédérale se plaignent de leurs conditions de travail et du manque d'effectif au sein de leur service (métro et gares bruxellois et Eurostar). Ils réclament depuis plusieurs années un commissariat central. Il existe un projet visant au regroupement de l'ensemble des policiers bruxellois des chemins de fer et du métro (SPC) à proximité de la gare du Midi. Ce dossier est toutefois bloqué au niveau politique, dénonce le SLFP.

 

Le service souffre par ailleurs d'un manque d'effectif structurel et criant, selon le syndicat libre de la fonction publique. Les recrutements, insuffisants aux yeux des syndicats, ne parviennent pas à compenser les départs de plus en plus nombreux.

 

Le taux d'absence au sein de la police des chemins de fer de Bruxelles est important et cela traduit une démotivation du personnel et une mauvaise atmosphère, explique M. Gilles. Le SPC de Bruxelles emploie environ 350 policiers.Les syndicats ont rédigé mercredi en front commun (SLFP-Police, CGSP, CSC et SNPS) un préavis de grève, qui pourrait être activé à partir du 2 décembre.

 

police-sncb-_2_.jpg

 

Les policiers bruxellois des chemins de fer menacent de partir en grève dès le 2 décembre. Circulez, y'aura rien à voir...

LGV : La ligne Toulouse-Bordeaux « axe européen de transport prioritaire »

24 Octobre 2011 , Rédigé par Touleco.fr Publié dans #ACTU

Logo-RFF.jpg FRANCE / EUROPE - L’Union européenne vient de reconnaître la ligne à grande vitesse (LGV) Toulouse-Bordeaux « axe européen de transport prioritaire ». Cette inscription au titre des dix principaux chantiers de transports à l’échelle continentale « ouvre la porte à une possibilité de financement européen du projet », s’est félicité le président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, Martin Malvy. 

 

En revanche, la Traversée centrale des Pyrénées (TCP), projet de grande voie notamment dédiée au ferroutage, est de son côté placée sur une liste complémentaire et s’inscrit donc dans une perspective plus lointaine.

 

A noter enfin que Réseau ferré de France (RFF) a présenté vendredi 21 octobre les trois scénarios possibles pour la liaison Toulouse-Narbonne, annoncée pour 2025. Il s’agira de trancher entre une option favorisant un tracé à grande vitesse, une autre proposant des aménagement sur les infrastructures actuelles, et enfin une version mixte entre les deux premières propositions.

 

L’UE vient de reconnaître la ligne à grande vitesse (LGV) Toulouse-Bordeaux « axe européen de transport prioritaire ». Une bonne nouvelle pour son fiancement, enfin, s'il restera de l'argent un fois soldées  les dettes de la Grèce...

TRANSMANCHE : les Français d'Ashford (G-B) adhèrent au projet d'un métro Transmanche

23 Octobre 2011 , Rédigé par Lavoixdunord.fr Publié dans #ACTU

LogoEurotunnel t EUROTUNNEL - 2015 : comme chaque matin, une centaine de salariés boulonnais de la Société boulonnaise d'électronique quittent leurs foyers, empruntent l'A 16 en covoiturage avant de grimper à Fréthun dans l'une des rames NOL, autrefois propriété d'Eurostar, qui font la navette, toutes les 36 mn aux heures de pointe, entre Fréthun et Ashford.

 

Scénario futuriste ? Ou vision prémonitoire ? Car l'objectif de voir circuler sous la Manche un « métro » n'a jamais paru aussi proche de la réalité. « Le 22 novembre à Lille, on connaîtra les résultats de l'étude de faisabilité, déclare à ce sujet Thaddée Ségard, président d'Opale link. Il n'y a plus d'obstacle majeur à sa réalisation. Tout le monde le réclame : Eurotunnel, qui augmenterait son trafic, la Région, l'Europe et, surtout, la société civile. » Preuve de cet engouement, la conférence de l'Union des Français de l'étranger, qui s'est tenue cette semaine à Ashford et qui avait retenu le thème du métro transmanche comme moyen de dynamiser l'emploi... en France.

 

Aujourd'hui, plusieurs dizaines de personnes installées dans le Boulonnais ou le Calaisis empruntent quotidiennement la navette d'Eurotunnel pour travailler en Grande-Bretagne. L'exemple le plus souvent cité est celui des cadres de la filiale anglaise de la Société boulonnaise d'électronique (lire ci-dessous). Mais quand on sait que la petite ville d'Ashford, elle-même reliée en 37 mn au coeur de Londres, est aujourd'hui devenue une terre d'asile pour les investisseurs français, il y a là sans doute un potentiel d'emplois et des perspectives pour les demandeurs d'emploi inscrits dans les Pôles emploi de Boulogne ou de Calais. « Recruter des chômeurs français pour les entreprises du Kent, faire venir des cadres anglais sur la Côte d'Opale qui choisiront d'habiter ici... On est au bord d'un profond bouleversement », pronostique Thaddée Ségard.

 

L'économie résidentielle est fortement créatrice d'emplois. Le bilinguisme est donc plus que jamais d'actualité, si on ne veut pas rater... le métro !

 

 

Quatre ans après avoir lancé l'idée d'un métro sous la Manche, Opale link et son président Thaddée Ségard peuvent se vanter d'avoir fait bouger les choses. Aujourd'hui, on n'a jamais été aussi près de le voir circuler entre Ashford et Calais-Fréthun. Rêve, ou bientôt une réalité ?    

PN : Saint-Médard, le passage à niveau «le plus dangereux de Bretagne»

23 Octobre 2011 , Rédigé par Ouest-France.fr / Guy D. Publié dans #ACTU

Logo-RFF.jpg FRANCE - L'accident qui est survenu cejeudi 13 octobre à Saint-Médard-sur-Ille près de Rennes, ne va pas manquer de relancer le débat sur les passages à niveau. D'autant que celui de Saint-Médard avait été qualifié de « plus dangereux de Bretagne » selon une source préfectorale datant de 2008. Plusieurs accidents dramatiques se sont produits depuis les dix dernières années.

 

12 février 2010. Une camionnette percutée par un TER

Vers 7 h 35, une camionnette s’était présentée au passage à niveau. L’employé de l’entreprise avait perdu le contrôle de son véhicule qui avait heurté une 205 avant de traverser les voies de chemin de fer pour finir contre la façade de la salle d’attente des voyageurs. Les barrières étaient alors levées. Le véhicule s’était immobilisé avec sa partie arrière sur les voies. Venant de Montreuil-sur-Ille, le TER, qui ne marquait pas à cette heure-là un arrêt en gare locale, n’avait pas pu éviter le choc.

 

26 novembre 2007. Collision TER-camion

Vingt-sept passagers avaient été blessés et treize hospitalisés après une collision entre un TER et un camion transportant 16 tonnes de graviers au passage à niveau de Saint-Médard-sur-Ille. Le chauffeur du camion transportant 16 tonnes de gravier s’était engagé sur la voie sans apercevoir les feux clignotants, ni entendre le signal sonore annonçant l’arrivée du TER. C’était notamment la version qu’il avait donnée au tribunal correctionnel de Rennes. Le chauffeur, âgé de 52 ans, a été condamné le 7 juin 2011 à trois mois de prison avec sursis.

 

11 juillet 2006. Un piéton tué en traversant

Un homme de 80 ans avait traversé la voie près de Saint-Médard-sur-Ille, au moment où roulait un train sur la ligne Rennes - Saint-Malo vers 17 h 20. Il avait été tué sur le coup. La gendarmerie avait ouvert une enquête sur les causes de l’accident et le trafic interrompu sur la voie durant une heure et demie.

 

Bilan en France ces dix dernières années

A côté du terrible accident survenu ce 13 octobre, depuis 10 ans, le nombre de victimes aux passages à niveau a considérablement diminué ces dernières années. 25 personnes ont perdu la vie en 2010, contre 36 en 2009 et 51, en 2000. En 2010, 110 collisions ont été dénombrées, comparées à 128 en 2009. Pour RFF (Réseau ferré de France) «98% de ces accidents sont le résultat de non-respect du code de la route par des automobilistes, conducteurs de deux-roues ou piétons.»

 

 

Les PN de la peur : une carte édifiante, et qui parle d'elle même...

CRISE : Le rail allemand pourrait être sacrifié sur l'autel de la rigueur

2 Octobre 2011 , Rédigé par Lesechos.fr Publié dans #ACTU

logo DB ALLEMAGNE - En ces temps d'austérité, l'argent va manquer outre-Rhin pour la construction de routes et de voies ferrées nouvelles. Selon des informations de la « Süddeutsche Zeitung », le quotidien national basé à Munich, qui a obtenu une ébauche du plan quinquennal d'investissement du ministère des Transports, un certain nombre de projets d'infrastructures importants, comme la voie ferrée Rhin-Ruhr-Express ou la voie en Y, qui devait relier les ports de Brême et Hambourg à Hanovre, ne devraient plus figurer dans le document final.

 

Selon le porte-parole du ministère, il ne s'agirait pour l'instant que des travaux préparatoires, et le ministre, Peter Ramsauer (CSU), pourrait rendre des arbitrages différents. Cela dit, le Bavarois a concédé, devant le Bundestag, vendredi dernier, des difficultés de financement liées à l'augmentation des coûts de construction et aux retards pris par des réalisations en cours. Le ministre voit deux solutions : soit une augmentation de son budget, ce qui est très peu probable, compte tenu de l'impératif de consolidation des finances publiques, soit une taxe ad hoc.

 

Peter Ramsauer défend le principe de péages sur les routes pour les voitures particulières. Mais la chancelière Angela Merkel, qui a déjà dans son viseur les législatives de 2013, ne voient pas d'un bon oeil une mesure impopulaire, décriée par l'ADAC, le lobby des automobilistes allemands. Les ONG environnementales ne sont pas non plus en faveur des péages forfaitaires, qui, selon elles, encouragent l'utilisation de la voiture au détriment des transports collectifs. Elles souhaitent, soit des tarifs de péage qui augmentent avec la distance parcourue, soit une augmentation des taxes sur le carburant.

 

Autre sujet de préoccupation pour le ministre des Transports : la fiabilité des trains de la Deutsche Bahn (DB). Après les nombreux incidents de l'été 2009 et de l'hiver dernier, il s'était retrouvé, alors, sous la pression des médias. Peter Ramsauer ne souhaite visiblement pas une réédition de ces polémiques à l'hiver prochain. Aussi a-t-il convoqué, jeudi dernier, Rüdiger Grube, le patron de la compagnie de chemin de fer (encore publique), l'autorité de sûreté ferroviaire et les deux fabricants de matériel ferroviaire Siemens et Bombardier, pour faire un point et prévoir de nouvelles procédures de concertation.

 

La Deutsche Bahn devrait pouvoir mettre en circulation une soixantaine de trains régionaux « Talent 2 » de Bombardier d'ici à la mi-décembre. Elle en a déjà reçu une centaine, qui pour l'instant restent sur les voies de garage, en attente des certificats qui leur permettront d'atteindre la vitesse de 160 km/h, l'autorité de sûreté ferroviaire ne les autorisant jusqu'ici qu'à faire du 140 km/h. Des ICE (trains à grande vitesse) de troisième génération accusent aussi des retards de livraison de la part de Siemens. La DB ne pourra pas compter dessus avant février prochain, pour les premiers.

 

Ses clients doivent donc se résigner : faute de réserves suffisantes, il y aura de nouveau, cet hiver, des retards et des annulations de train.

 

Datei:Peter Ramsauer 2010-03-03b.jpg

 

Selon la presse allemande, qui a eu accès à une ébauche du plan quinquennal d'investissement du ministère des Transports, plusieurs grands projets d'infrastructure ferroviaire seraient menacés faute de moyens budgétaires. Le ministre des transport, Peter Ramsauer va t'il mettre la main à la pate pour aider à finir les chantiers en cours ?

BUDGET : Comment économiser un milliard à la SNCB ?

2 Octobre 2011 , Rédigé par 7sur7.be Publié dans #ACTU

logo sncb BELGIQUE - Une étude de la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB), remise au formateur et aux partis qui négocient avec lui, plaide, dans le cadre des efforts budgétaires à réaliser pour faire face à la crise, pour une économie de "quelques centaines de millions" sur la dotation de trois milliards dont dispose le groupe SNCB.

 

L'administrateur-délégué de la FEB, Rudi Thomaes, estime qu'"on peut faire 1 milliard d'économies à la SNCB". C'est ce qu'annoncent samedi les journaux L'Echo et De Tijd. Les journaux précisent que l'étude de la FEB s'appui sur une comparaison entre la société belge et les chemins de fer suisse et néerlandais qui fait apparaître que la SNCB est en surnombre de 8.000 à 16.000 agents et pourrait économiser près de 450 à 910,6 millions d'euros par an.
 
La FEB demande dès lors une cure d'amaigrissement pour la compagnie belge. Pour procéder à cette diminution des effectifs, la SNCB pourrait, selon la FEB, se servir de la pyramide des âges, dans la mesure où des milliers d'agents devraient bientôt partir à la retraite, parce qu'ils ont entre 55 et 60 ans, rapporte L'Echo qui évoque aussi d'autres mesures préconisées par la FEB, notamment faire sous-traiter une série d'activités.

TRANSMANCHE : L'UE critique le manque de concurrence dans les services du tunnel sous la Manche

2 Octobre 2011 , Rédigé par Lemonde.fr Publié dans #ACTU

LogoEurotunnel t logo Eurostar EUROTUNNEL - La Commission européenne a annoncé, jeudi 29 septembre, qu'elle avait lancé des procédures d'infraction contre la France et le Royaume-Uni en raison du manque de concurrence dans les services ferroviaires utilisant le tunnel sous la Manche.

 

Paris et Londres "n'ont pas mis en œuvre la législation visant à ouvrir le marché des services ferroviaires sur la liaison fixe sous la Manche", souligne la Commission. Elle pointe notamment "le manque d'indépendance du gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire de la liaison fixe transmanche". Elle relève aussi "la mise en œuvre insuffisante des dispositions du premier paquet ferroviaire concernant la tarification de l'accès aux voies, l'autorité de régulation indépendante et la répartition des capacités".

 

Ce premier paquet ferroviaire sur la libéralisation du rail en Europe avait notamment pour objectif de garantir l'indépendance du gestionnaire de l'infrastructure, une tarification non discriminatoire de l'accès aux voies et la création d'une autorité de régulation indépendante, rappelle la Commission.

 

Les Etats disposent de deux mois pour donner suite à ces lettres de mise en demeure. Faute de réponse satisfaisante, "de nouvelles mesures seront prises à leur encontre", avertit la Commission. L'étape suivante est l'envoi d'un avis motivé, avant une éventuelle saisine de la Cour de justice européenne.

 

La compagnie allemande Deutsche Bahn a annoncé le 12 juillet qu'elle avait déposé une demande officielle d'autorisation pour emprunter le tunnel, jusqu'ici chasse gardée d'Eurostar, filiale à 55 % de la SNCF. Il appartient désormais à la Commission intergouvernementale (CIG), organisme franco-britannique chargé de la sécurité de l'infrastructure, de lui délivrer ou non une licence d'exploitation.

 

 

Le tunnel sous la Manche, une chasse gardée pour un opérateur ferroviaire priviliégié ? c'est ce que pense l'union européenne qui a annoncé, jeudi 29 septembre avoir lancé des procédures d'infraction contre la France et le Royaume-Uni en raison du manque de concurrence dans les services ferroviaires utilisant le tunnel... Si l'europe s'en mêle, ça va chier.