Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
PASSION-TRAINS

NEWS : Le Limousin demande à RFF de moderniser les voies régionales

31 Octobre 2005 , Rédigé par Le Moniteur Expert Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Le Conseil régional du Limousin a demandé jeudi à Réseau ferré de France (RFF) de dégager les moyens budgétaires pour "garantir l'indispensable régénération" de neuf lignes de TER (Train express régional).

La Commission permanente de l'assemblée régionale a reçu un rapport d'audit commandé par RFF et la SNCF signalant "un état très dégradé de l'infrastructure ferroviaire, en particulier le mauvais état et l'insuffisance d'entretien de 9 des 11 lignes du réseau ferré TER Limousin".

"Cette situation est extrêmement préoccupante, car elle se traduit par des ralentissements jusqu'à 40 km/h sur des tronçons pouvant aller jusqu'à une vingtaine de kilomètres, comme sur la ligne Ussel-Montluçon, et elle risque de ruiner les efforts consentis par ailleurs par les Régions pour moderniser le réseau, comme sur la ligne Limoges-Poitiers", relève le Conseil régional.

Dans un voeu voté jeudi à la majorité absolue (abstention du groupe UMP), la Commission permanente "en appelle solennellement à RFF, dont l'actionnaire unique est l'Etat, pour que les moyens budgétaires nécessaires soient dégagés afin de garantir l'indispensable régénération des voies des lignes dont l'état actuel est inacceptable".

Dégradation de l'infrastructure ferroviaire dans Le Limousin - Le conseil général demande à RFF de débloquer des fonds pour l'entretien du réseau

MODELISME : Les époques dans le modélisme ferroviaire (ou norme NEM 800)

30 Octobre 2005 , Rédigé par Eric Publié dans #MODELISME

Le monde du modélisme ferroviaire n'échappe pas comme d'autres activités à la présence de normes qui permettent de mettre tout le monde en "phase" soit par exemple pour acheter sans risque de non compatibilité, soit pour discuter sur le même langage... Le monde des trains miniatures détient donc les siennes, dans différents domaines. Celle figurant ci-dessous en est une parmi d'autres, son numéro : la NEM 800 (Normes Européennes de Modélisme). Notez toutefois que les époques ne coïncident pas toutes ensembles car elles sont en effet spécifiques à chaque pays. A tout seigneur tout honneur, Nous nous attarderons donc plus spécifiquement dans cet article à la France, soit à la norme 800+10 (NEM 810).

 

Pour nous retrouver dans l'histoire du train, en partant de sa création jusqu'à nos jours, l'échelle du temps à donc été classée en époques ferroviaires (Époques de I à V), tout matériel (Locomotives, Wagons, Voitures, Automoteurs...) qui est en vente sur nos rayons se rattache donc automatiquement à une époque ferroviaire.

 

Dans leurs catalogues les fabricants précisent très souvent à coté de la référence l'époque concernée, celle-ci nous permettant de voir instantanément si le wagon peut circuler sur nos réseaux sans risquer l'anachronisme avec d'autres matériels, mais surtout cela permet d'estimer les dates de construction et de roulement du matériel concerné. Voici donc la classification en vigueur : Bonne lecture !

Époque I : Du démarrage jusqu'en 1925 :

C'est l'époque de la construction ferroviaire depuis la construction jusqu'à l'achèvement d'un réseau de voies cohérent. Création de nombreux réseaux ferroviaires nationaux et privés, généralement de dimension régionale. Développement de la locomotive à vapeur jusqu'à la réalisation de sa forme initiale. Présentation aux couleurs variées du parc de véhicules.

Époque II : Des années 1925 aux années 1945 :

Formation des grandes administrations ferroviaires nationales dans plusieurs pays. Large unification des directives de construction et d'exploitation ainsi que normalisation dans la construction des véhicules. Introduction de l'exploitation ferroviaire électrique.

Époque III : Des années 1945 aux années 1968/1970 :

Reconstruction et réorganisation du système d'exploitation ferroviaire gravement touché par la guerre. Début du changement de traction par la mise en place de l'exploitation ferroviaire électrique et Diesel et déclin progressif du transport ferroviaire avec locomotives à vapeur. Développement d'un parc de véhicules moderne et d'une nouvelle technique de signalisation.

Époque IV : Des années 1968/1970 aux années 1990 Environ.

Achèvement complet du changement de traction avec passage à l'exploitation ferroviaire électrique et Diesel. Introduction d'un schéma d'immatriculation adopté au plan international pour les voitures et les wagons.

Époque V : A partir des années 1990 

Création de réseaux à grande vitesse, profond remaniement du schéma d'immatriculation pour les voitures et les wagons.

Et en exemple concret, ça donne quoi ?

Parce que les petits exemples valent toujours mieux que les grands discours, Voyez ci dessous un extrait d'un catalogue Roco ; regardez et repérez l'époque à côté des références ... Avec les explications données plus haut, ça doit désormais vous paraitre plus clair !

Roco : Epoque IV

Wagon de l'époque IV... donc mis en service entre 1968 et 1990 ! Maintenant c'est clair, j'ai tout compris...

PUB : L'ÖBB s'attaque au prix de l'essence dans sa nouvelle campagne publicitaire

29 Octobre 2005 , Rédigé par Eric Publié dans #MEDIAS

 AUTRICHE - L’ÖBB, la compagnie des chemins de fer autrichiens,  vient de lancer une excellente campagne publicitaire dans laquelle, comme la SNCF en août dernier avec sa campagne pour le TER, elle attaque frontalement son concurrent direct, la voiture, en s’appuyant sur la hausse récente des coûts des carburants.

Ainsi, depuis lundi dernier, deux spots publicitaires sont diffusés sur les télévision du pays. Le premier spot s’appuie sur la célèbre scène de la douche dans le film « Psychose » d’Alfred Hitchcock : une femme prend tranquillement sa douche quand brusquement elle se fait agresser non pas par un inconnu armé d’un couteau de cuisine, mais … par le pistolet d’une pompe à essence.

Autre scénario pour le second film, une scène culte du film « Shinning » de Stephen King : une ménagère au visage inquiet s’appuie contre une porte pour empêcher un intrus de pénétrer dans la pièce ou elle a trouvé refuge. Brusquement, après plusieurs coups de boutoir, la porte éclate et à nouveau notre fameux pistolet de pompe à essence apparaît à l’écran.

Les deux spots se terminent invariablement avec le message suivant : « Epouvanté par les prix de l'essence ? Prenez donc le train ! »

Avec humour et légèreté, l’opérateur national autrichien entend donc ainsi séduire une clientèle hésitant entre les deux moyens de transport pour ses déplacements quotidiens. Et pour ce faire, elle ne manque pas d’arguments : outre un mode de transport libre de stress, respectueux de l'environnement et confortable, l’atout majeur du train réside dans son coût : ainsi, un trajet entre par exemple Amstetten  et Vienne  (villes distantes d’environ 130 Km) revient à 45,46 € par trajet pour la voiture contre 3,82 € pour le train avec une carte d’abonnement mensuel. Difficile de faire mieux….  et les usagers autrichiens ne s’y sont pas trompés : Selon l’ÖBB, ils seraient déjà 72.000 à utiliser cette formule quotidiennement.

Pour faire passer son message, l’ÖBB n’a donc pas lésiné sur les moyens : les spots  publicitaires passent en boucle depuis le début de la semaine sur les chaînes nationales de la télévision autrichienne  (ORF) ainsi que dans les pages de pub des chaînes privées. En plus de la diffusion de ces films, la campagne de pub est également diffusée par voie de presse dans les quotidiens autrichiens et les magazines. Enfin, la radio est elle aussi sollicitée, et des messages publicitaires audio y sont régulièrement diffusés.

 

Campagne publicitaire hyper-violente en Autriche : la méchante pompe à essence qui attaque les braves gens ! Régalez vous en visualisant ces spots publicitaires : Cliquez ici

ACTU : Les CFF suppriment 650 emplois

29 Octobre 2005 , Rédigé par Associated Press Publié dans #ACTU

 SUISSE - En raison de la situation difficile dans le trafic marchandises, les CFF vont supprimer 650 emplois d'ici juin 2006. Il s'agit de 590 postes chez CFF Cargo et de 60 autres chez CFF Infrastructure. Il n'y aura pas de licenciement. Le Syndicat du personnel des transports (SEV) n'accepte pas ce «démantèlement» et exige un débat public.

CFF Cargo attend de cette restructuration une amélioration du résultat de 85 millions de francs suisses par an ainsi qu'un équilibre des comptes à partir de 2007, a expliqué Daniel Nordmann, directeur de CFF Cargo, lors d'une conférence de presse vendredi à Bâle.

A cause de l'érosion persistante des prix et d'une baisse simultanée de la demande, CFF Cargo se retrouve en mauvaise posture. La pression de la concurrence entre trafic routier et trafic ferroviaire s'est intensifiée plus vite que prévu. Le trafic routier a considérablement augmenté sa productivité grâce à l'introduction de la nouvelle limite à 40 tonnes pour les poids lourds. Pour 2005, CFF Cargo s'attend à une perte de plusieurs dizaines de millions de francs suisses.

Les déficits attendus mettent l'entreprise en péril. Dès lors, CFF Cargo est dans l'obligation d'améliorer rapidement et durablement la structure de ses coûts, notamment ceux liés au réseau suisse de desserte des wagons complets. Actuellement, 50% des points de service traitent 97% du trafic. Une étude de différentes variantes a révélé que la taille optimale du réseau de CFF Cargo est de 323 sites (Réseau de base plus). Celui-ci permettra de traiter 95% du volume de transport actuel. Ce «réseau de base plus» entrera en vigueur le 28 mai prochain.

La mise en oeuvre des mesures dans le domaine des coûts entraînera donc la suppression de 230 postes, dont 100 à la centrale de Bâle et 50 au Centre Service Clientèle de Fribourg. L'introduction du «réseau de base plus» conduira à la suppression de 360 postes. A l'Infrastructure CFF, la concentration du réseau au niveau national nécessite la suppression de 60 autres postes à Bienne. Dans la gare de triage de Bienne, le nombre de wagons à traiter passera de 1.000 actuellement à 150 par nuit. Toutefois, ces suppressions de postes n'entraîneront aucun licenciement, ont assuré les CFF. Des provisions de 78 millions de francs suisses seront constituées pour la réorientation des collaborateurs concernés et les départs en retraite anticipée.

Le nouveau concept de transport des marchandises permettra aux CFF d'acheminer 95% du volume actuel de marchandises. Pour pouvoir maintenir l'offre actuelle de prestations, la Confédération devrait allouer des moyens supplémentaires. L'octroi de cette aide se ferait au détriment d'autres secteurs, tels que le trafic régional, souligne le Département de Moritz Leueneberger. Dès lors, il proposera au Conseil fédéral de ne pas demander de subventions au Parlement.

Du coté des partenaires sociaux, le Syndicat du personnel des transports (SEV) n'accepte pas la décision des CFF et exige un débat public. Il veut contrer des suppressions «encore jamais vues dans le domaine du trafic marchandises». Le syndicat reproche à CFF Cargo «un manque total d'imagination et de vision économique à long terme. L'objectif doit être de gagner du trafic et non pas de le démanteler».

Le président du SEV et conseiller aux Etats Pierre-Alain Gentil a déclaré pour sa part qu'un dégraissage aussi important allait empêcher le transfert de route au rail pourtant prévu par la loi et provoquer «un déferlement de camions sur les routes».

Situation difficile dans la branche Fret des chemins de fer fédéraux suisses - 650 emplois seront supprimés d'ici à juin 2006 (© photo CFF)

ACTU : Tensions entre l'Aquitaine et Midi-Pyrénées pour la LGV Sud-Ouest ?

29 Octobre 2005 , Rédigé par Tageblatt.lu Publié dans #ACTU

 FRANCE - Le tracé de la future ligne ferroviaire à grande vitesse (LGV) dans le sud-ouest de la France suscite de vives tensions entre la région Aquitaine, favorable à une liaison Bordeaux-Hendaye, et celle de Midi-Pyrénées qui appuie, comme le gouvernement, le projet Bordeaux-Toulouse.
 
Le Conseil régional d'Aquitaine, présidé par Alain Rousset (PS), a adopté à la majorité lundi dernier un avis dans lequel il adopte une position tranchée sur ce dossier sensible qui transcende les clivages politiques, affirmant "la priorité absolue" d'une ligne de Bordeaux à Hendaye (Pyrénées-Atlantiques).
 
Réaction immédiate du président du conseil régional Midi-Pyrénées : Martin Malvy, également PS, estime qu'opposer les projets des lignes Bordeaux-Hendaye et Toulouse-Bordeaux n'est pas "une bonne politique".
 
"Je comprends les préoccupations des Aquitains qui rencontrent des difficultés majeures sur l'axe atlantique. Mais Bordeaux-Hendaye et Toulouse-Bordeaux ne sont pas en compétition", a-t-il ajouté dans un communiqué.
 
Président du Grand Toulouse et ministre des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy (UMP), a de son côté tiré à boulets rouges sur le responsable socialiste aquitain. "Bordeaux profiterait aussi de la liaison avec la Catalogne dont on connaît le dynamisme. M. Rousset n'a pas de vision politique", a-t-il lancé, selon des propos rapportés mercredi par la Dépêche du Midi. "En opposant Bordeaux et Toulouse sur le TGV, on n'avancera pas. La région Aquitaine fait fausse route en s'installant dans une logique de rivalité avec Midi-Pyrénées", a-t-il averti. Les deux régions du sud-ouest travaillent en commun dans de nombreux domaines, notamment l'aéronautique.
 
Et c'est un responsable UDF qui est venu au secours du président socialiste du Conseil régional d'Aquitaine, attaqué par M. Douste-Blazy. "Dans un dossier comme celui-là, on doit regarder l'utilité et pas forcément les conséquences politiques que cela peut avoir. On doit regarder la réalité des projets", a indiqué à l'AFP le président du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques, Jean-Jacques Lasserre (UDF). "Cette position est évidente si on s'extrait du débat politicien. Je suis très heureux que M. Rousset vienne maintenant sur mes positions", s'est félicité cet ardent défenseur de la ligne Bordeaux-Hendaye, qui a succédé en 2001 au président de l'UDF François Bayrou.
 
"C'est un projet à caractère international puisque c'est la liaison Paris-Bordeaux-Madrid. C'est donc d'un intérêt évident pour nos deux pays", a-t-il insisté. "Cela nous autorisera à des espérances de transfert de tonnage de la route au rail sans commune mesure avec l'initiative Bordeaux-Toulouse. Mettre des passagers sur les lignes grande vitesse autorise l'exploitation beaucoup plus simple des lignes actuelles pour le transport des marchandises", selon lui.
 
Cet argument a été repris par le Conseil régional d'Aquitaine. Un débat public, qui doit permettre à la population et aux élus concernés de s'informer et de s'exprimer sur ces projets, a débuté en juin et doit s'achever le 18 novembre. Après publication du bilan, le Réseau ferré de France (RFF) disposera de trois mois pour décider des suites à donner au projet.
 
Le projet Bordeaux-Toulouse vise à créer une LGV de quelque 200 km, entre Hourcade, au sud de Bordeaux, et Saint-Jory, au nord de Toulouse, et sur laquelle les trains pourraient atteindre une vitesse de 320 km/h.
 
Une fois construite la ligne LGV Bordeaux-Tours, envisagée à l'horizon 2016, Toulouse sera à trois heures environ de Paris, via Bordeaux, contre 4 heures 56 mn actuellement.
 
Rififi entre la région Aquitaine et  Midi-Pyrénées au sujet de la ligne LGV dans le Sud-Ouest de la France - les hommes politiques ne relèvent pas le niveau du débat...

NEWS : Thalys étend son service "Ticketless" aux Pays-Bas

29 Octobre 2005 , Rédigé par Thalys.fr Publié dans #FLASH INFO

 THALYS - Les titulaires de la carte Cybelys se rendant à Rotterdam, La Haye, Schiphol et Amsterdam peuvent désormais voyager sans billet papier grâce au service Ticketless. Au moment de la réservation, nul besoin de billet, la commande du voyageur est confirmée par mail, enregistrée sur sa carte à puce Cybelys et son placement dans le train lui est rappelé par SMS.

Le principe de Ticketless est simple : au moment de la réservation de son voyage par Internet sur www.cybelys.com ou par téléphone via Ligne Directe Cybelys au 08 92 35 35 30, le client précise qu’il souhaite voyager Ticketless. Sa commande est confirmée par mail et son placement dans le train est rappelé par SMS (sauf si l’achat a été effectué le jour du voyage). Au cours du voyage, le client présente sa Carte Cybelys au Train Manager qui peut vérifier sur son Terminal Embarqué les informations concernant le client et la validité de son voyage. La réservation Ticketless peut être modifiée par un simple coup de téléphone, sans avoir à passer ultérieurement à un guichet ni à une borne.

Lancé mi 2004, le voyage Ticketless a rapidement trouvé son public : le cap des 75.000 voyages vient d’être franchi depuis le lancement du service. Chaque semaine, ce sont maintenant plus de 2200 voyages Ticketless qui sont vendus et 80 nouveaux adeptes qui rejoignent le club des voyageurs sans billet papier. Plus de 500 membres de ce club ont utilisé Ticketless plus de 50 fois depuis le début de l’année.

Séduit par la souplesse du Ticketless, 15% des voyageurs effectuent leur réservation le jour même et la grande majorité des autres voyageurs la veille ou l’avant-veille de leur départ.

Après avoir étendu avec succès cet été ce service à toute la Belgique et à l’ensemble des tarifs (sauf Mezzo, Kid et Kid&Co), Thalys franchit donc une nouvelle étape dans le voyage sans billet papier. Prochaine étape pour Ticketless : l’ouverture du service vers l’Allemagne qui devrait intervenir en 2006 après livraison des terminaux nouvelle génération pour le personnel de bord de cette ligne…

Avec la carte Cybelys, terminé, les billets-papier sur les rames Thalys aux Pays-Bas  !

NEWS : Nouveau service pour les clients de la CP

29 Octobre 2005 , Rédigé par Eric Publié dans #FLASH INFO

 PORTUGAL - Le service "train + auto" incluant la location d'une voiture est désormais étendu aux clients des rames Inter-City sur le tronçon Sul - Alentejo. Simple et rapide, ce service offre l'avantage de louer une voiture à moindre frais sur une période limitée.

 

Ce service, déjà utilisé par les usagers des rames pendulaires Alpha inclut, outre un billet aller-retour pour le train, la location d'un véhicule groupe A disponible à la gare de d'arrivée pendant 24 heures pour un prix très attractif.

 

Le pack CP-Avis peut être obtenu aux guichets des chemins de fer portugais, auprès de la compagnie de location Avis ou dans les agences de voyages, et doit être acheté jusqu'à 18:00 au plus tard la veille du voyage...

NEWS : Le train-écoles, version 2005, fera halte à Genève

29 Octobre 2005 , Rédigé par CFF Info Publié dans #FLASH INFO

 SUISSE - Le train-écoles, entièrement reconçu et transformé, et qui avait remporté un vif succès en automne 2003 lors de la campagne de prévention mobile "Fair-play, c'est sûr", stationnera à Genève à compter du lundi 31 octobre. Jusqu'au 4 novembre 2005, plusieurs centaines d'élèves des établissements de la région se familiariseront avec la campagne de prévention itinérante. Des animatrices et animateurs scolaires, ainsi que des agents de police ferroviaire accompagneront les élèves dans le train, les rendant attentifs aux dangers liés aux chemins de fer et les incitant à adopter un comportement correct dans les trains et les gares.

Le nouveau train-écoles mettra l'accent sur l'apprentissage interactif. Les différents modules, entièrement repensés, s'adresseront au bon sens des écoliers. La conception du train-écoles a été décidée en tenant compte notamment des réactions des élèves et de leurs enseignants suite à la première campagne.

La prévention des accidents et du vandalisme en milieu scolaire est l'un des piliers de la stratégie de sécurité des CFF. Elle s'ajoute aux contrôles sporadiques, aux patrouilles de la police ferroviaire et des Grands Frères ou à la surveillance vidéo dans le trafic régional.

Le train-écoles des CFF stationnera à Genêve du 31 octobre au 04 novembre 2005...

HI-TECH : Le fabricant Psion fournira des terminaux pour les contrôleurs de la SNCF

28 Octobre 2005 , Rédigé par Silicon.fr Publié dans #TECHNOLOGIE

 FRANCE - Cela faisait bien longtemps que Psion, fabricant historique de PDA, ne faisait pas parler de lui. Aujourd'hui, le constructeur revient à la "une" de l'actualité avec la signature du plus gros contrat de son histoire.

Le britannique vient en effet de signer un accord avec la SNCF, il fournira 11.500 terminaux Workabout Pro aux équipes de contrôleurs. Montant du contrat: 15 millions de dollars.

Ces terminaux pourront contrôler et valider les billets SNCF dotés d'une piste magnétique ou les abonnements mensuels (types Cartes Orange) dotés de puces RFID.

Psion aurait été sélectionné pour sa fonction de double lecture mais aussi en raison de l'autonomie importante des batteries. Le contrat prévoit également un volet de maintenance...

ACTU : Eurotunnel espère un accord sur la dette avant janvier 2006

28 Octobre 2005 , Rédigé par Free.fr Publié dans #ACTU

 EUROTUNNEL - Le groupe franco-britannique a progressé dans les négociations avec ses créanciers sur la restructuration de sa dette de neuf milliards d'euros et espère parvenir à un accord d'ici janvier 2006, estime Jacques Gounon, PDG de l'opérateur du tunnel sous La Manche.

"L'entreprise est à l'abri de la cessation de paiement jusqu'en juin 2008", a-t-il dit à la presse lors d'un point sur l'état d'avancement des négociations.

Jacques Gounon a rappelé que le groupe devait normalement commencer à rembourser le principal de la dette en janvier 2007. Toutefois, a-t-il souligné, une disposition permet à l'entreprise de bénéficier d'un moratoire de 18 mois et de ne rembourser pendant cette période qu'une petite partie de ses charges financières.

"Il n'est dans l'intérêt de personne d'attendre la dernière limite. nous espérons parvenir à un accord avec le comité ad hoc avant la fin du mois de janvier. Si à ce moment-là on n'a pas avancé, il faudra en tirer les conclusions", a-t-il ajouté. En septembre, il avait jugé la faillite d'Eurotunnel inévitable si aucune avancée n'était réalisée d'ici octobre.

La nouvelle direction a engagé le 13 juillet dernier des discussions de la dernière chance avec les créanciers de la société franco-britannique, écrasée depuis l'ouverture du tunnel sous la Manche en 1994 par des charges financières sans commune mesure avec la trésorerie générée par l'activité commerciale. Dans un communiqué, le concessionnaire souligne qu'il entend simplifier la structure de sa dette "et passer d'un financement de projets, avec ses contraintes, à un schéma de société concessionnaire appelée à se développer".

"Les progrès que nous avons réalisés à ce jour sont encourageants. Les négociations avec le comité ad hoc sont intenses et constructives et progressent selon le calendrier prévu", a déclaré Jacques Gounon.

Principal interlocuteur d'Eurotunnel depuis 2003, le comité ad hoc qui représente les grands créanciers (45,4% de la dette au total) a été informé d'un nouveau "business plan" de la société, encore confidentiel. Deux autres comités de créanciers, qui se sont constitués récemment et représentant chacun environ 10% de la dette, ont également eu accès au business plan sans être tenus informés des progrès des discussions avec le comité ad hoc, ceci afin de conserver la possibilité d'intervenir sur le marché.

Dans le communiqué, le groupe souligne que les deux parties "travaillent concrètement à rapprocher leur estimation du niveau de dette supportable par Eurotunnel et de la valeur totale de l'entreprise". Fin septembre, le conseil d'Eurotunnel a décidé de ne pas convertir en actions les "avances et obligations de stabilisation", qui constituent la partie la plus risquée de la dette et représentent environ 9% de la dette totale.

A titre conservatoire, la société a proposé aux créanciers que l'option de conversion de ces avances soit prorogée jusqu'en septembre 2006. Enfin, dans le cadre de son plan de restructuration, Eurotunnel a annoncé il y a une semaine la suppression de 900 emplois en France et en Grande-Bretagne d'ici juin 2006, sous forme de départs volontaires. L'entreprise comptera alors 2.300 salariés.

Jacques Gounon, président d'Eurotunnel : "Les progrès que nous avons réalisés à ce jour pour le redressement du groupe sont encourageants" - Bientot le bout du tunnel pour l'opérateur ferroviaire sur le Transmanche ?