Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

Articles avec #modelisme tag

PASSIONNE : Attention au départ des trains électriques d'Henri Gernez !

2 Janvier 2011 , Rédigé par Ouest-France.fr Publié dans #MODELISME

y8400.jpg Ni neige, ni grève ne viendront perturber le circuit ferroviaire d'Henri Gernez. Installé dans son grenier, le lieu a quelque chose de magique. L'endroit est impeccable car le train électrique ne supporte pas la poussière.

 

« Je suis arrivé ici en 1999, au moment de la retraite et je n'avais qu'un train. Installé dans une chambre, il a rapidement dérangé lorsque les petits enfants venaient. Je l'ai relégué au grenier, et je me suis pris au jeu. Petit à petit, j'ai créé un décor, puis deux. J'ai racheté une locomotive. Puis une autre. Puis j'ai donné vie le long des rails.» Maintenant, ce sont trente locomotives et environ 50 wagons qui circulent sur plus de 40 mètres de rail. « J'étais passionné par les maquettes de bateaux, avions, et de cette manière, je me suis lancé dans la création d'habitations, de gares, en balsa et allumettes. »

 

Les trains traversent des villages où des jeunes mariés sortent de la mairie. À côté, la caserne des pompiers et la sirène des véhicules, sans oublier les cloches de l'église, les enfants dans la cour de l'école, le château d'eau. Et puis, là-haut, sur la montagne, la scierie et ce petit moulin qui tourne grâce à un lac artificiel. Et ce manège illuminé qui tourne au rythme de la musique, la ferme et ses animaux, les passages à niveaux. Un peu plus loin, une micheline attend les voyageurs à quai, tandis que la draisine entretient les voies.

 

Le départ est donné, le chef de gare vient de siffler le départ du petit train à crémaillère qui grimpe le long de la montagne. « J'ai même percé le mur pour prolonger les rails. De cette façon, un train de voyageur arrive au bord de la mer où voguent de jolis petits voiliers. » Les voitures, les camions, qui circulent sur les routes le long des voies, sont tous à l'échelle, afin que la proportion soit bien gardée. Tout comme les personnages. C'est toute une vie qui s'anime, s'allume lorsqu'Henri Gernez monte dans son repère. « Quand je suis là-haut, je suis dans un autre monde. À l'ère de la vitesse, cela me fait du bien de prendre le temps, de regarder ces transports de voyageurs croiser un convoi de marchandises en longeant une prairie où paissent les chevaux. »

 

Amandine et son grand-père, Henri. Elle n'a que le droit de regarder.</P>

 

 

 

Encore un frappé de trains électriques : portrait d'Henri Gernez, un fana de modélisme ferroviaire qui fait vivre sa passion dans ses combles. En voiture Simone... (photo : Ouest-France)

PASSIONNE : Maquettiste, il voue sa retraite aux petits trains

29 Décembre 2010 , Rédigé par Ouest-France.fr Publié dans #MODELISME

y8400.jpg Jean Cantaloube n'a jamais travaillé à la SNCF. Loin de là ! Il était chargé d'affaires en génie climatique. Pourtant, ce retraité redonnais est incollable sur l'histoire du rail : l'organisation et l'évolution des réseaux ferrés, les innombrables réseaux privés et les compagnies de tramways départementaux.

 

Sa passion occupe deux pièces de sa maison et son garage. Un vrai musée. Il a reproduit à l'identique d'innombrables machines, voitures ou wagons, rigoureusement, à l'échelle 1/160e , la norme qu'il a choisi. Et le tout, à partir de plaques, de barres et de blocs de laiton. Un travail d'orfèvre. Logique. Son père était bijoutier en chambre, rue Manin, à Paris. Enfant, Jean ne se lassait pas de le regarder travailler à la loupe, tout en minutie. « Mais sa mère avait aussi des doigts de fée, elle faisait ce qu'elle voulait avec une aiguille », rappelle son épouse, Jacqueline.

 

Après un baccalauréat technologique, Jean Cantaloube, l'habileté en héritage, prépare les Arts et Métiers. « Prépare, seulement..., souligne Jean. Mais je reconnais que j'étais parmi les meilleurs en travaux d'atelier. » Un copain de la communale lui fait découvrir l'univers des wagons et des locomotives, achetées en kit. Jean pratique quelque temps et abandonne : les études, le travail, la vie...  En 1980, il déménage de Rueil à Meudon, dans un pavillon, avec un grand grenier. « Tout a démarré avec un cadeau : un circuit en rond. J'ai donc construit mon circuit, mais je manquais de temps. » 1996. La retraite. Retour à Redon, ville natale de son épouse.

 

Jean se lance dans la réalisation, en construction intégrale, de ses 80 motrices, ponts, viaducs, gares... Il crée des vitrines qu'il emmène dans des salons à travers la France : Villebon (région parisienne), Saint-Avertin, Orléans... et plus près de Redon, Séné et Laval. Au cours de ces rencontres entre spécialistes, on échange des adresses de fournisseurs de châssis ou de moteurs et des conseils. On est aussi très critique dans ce monde du dixième art.

 

Dix heures par jour. Devant une vitrine, représentant la gare de Beynat, en Corrèze, un connaisseur remarque : « Dis donc, Jean, tes vaches, elles n'ont rien de limousines... » Il avait raison. « Un tour sur internet, et je les ai repeintes aux couleurs de la race ».

 

Quand un sujet le captive, Jean Cantaloube peut se lever à 6 h 30, et travailler jusqu'à dix heures par jour. Son plaisir : manier l'équerre à chapeau, la cisaille de bijoutier ou la scie bocfils, fraiser et meuler à la roulette de dentiste, souder à l'étain ou coller à la cyanolite. Tout çà pour créer le chien assis qui se voit à peine, là, sur la sixième maison, près de la gare.

 

Une passion qu'il partage avec son épouse : « Elle m'accompagne sur le terrain, lors des recherches. » Ensemble, ils viennent de travailler sur les TIV (Transports d'Ille-et-Vilaine), parcourant tout le département. « Je m'apprête à reproduire la gare TIV des Forges de Paimpont. Mon épouse est passionnée de lecture et d'écriture, elle a fait deux livres sur les trains, nous avons des hobbies compatibles ».

 

Un loisir qui semble être devenu l'apanage des retraités. Jean Canteloube l'avoue volontier, il croise peu de jeunes maquettistes : « D'abord parce que c'est un loisir qui coûte cher. Une motrice peut valoir 150 €. Quand on construit, ce sont des heures et des heures. Les jeunes, ils veulent souvent le résultat en un clic. » Jean Cantaloube, lui, a tout son temps et en plus, il sait qu'il n'épuisera pas son sujet.

  

MODELISME : Miracle de saison pour Märklin

23 Décembre 2010 , Rédigé par Letemps.ch Publié dans #MODELISME

marklin.gif ALLEMAGNE - C’est presque un conte de Noël, «juste à temps pour les Fêtes», titre Die Welt avec à propos. «Un nouveau départ», selon le Financieele Dagblad néerlandais: Märklin peut enfin tourner la page et s’offrir «un nouvel avenir», jubile le Hamburger Abendblatt. Ce début de semaine, l’assemblée des créanciers du fabricant allemand de jouets a approuvé, à 99,8%, le plan d’assainissement proposé par le liquidateur, Michael Pluta, qui avait tenté de trouver un repreneur pour l’entreprise. Mais aucun des investisseurs approchés au cours du mois dernier n’avait formulé de proposition acceptable. Un «remède de cheval» (una «cura da cavallo») s’imposait donc, dit le sauveur dans le Corriere del Ticino.

 

Grâce au nouveau plan, les créanciers recevront, au début de l’an prochain, quelque 41 millions de francs suisse sur les 76 millions dont la société est débitrice. La presse allemande est remplie de contributions sur ce petit miracle économique, dont même le Kathimerini grec a parlé: ces versements sont rendus possibles par la bonne performance de ces deux dernières années. «Märklin appartient désormais à ceux qui y croient», c’est-à-dire à ses créanciers, écrit la Stuttgarter Zeitung.

 

Rappelons que Märklin s’était déclaré en faillite le 31 mars 2009, année de son 150e anniversaire. Märklin, ce «151-jähriger Bubentraum» (ce rêve de jeune garçon vieux de 151 ans), raconte le SF Tagesschau. Un plan drastique de restructuration, incluant la suppression de 400 emplois, avait suivi pour sauver le fabricant allemand de jouets, société fondée en 1859 et alors spécialisée dans les accessoires de maisons de poupée. Ce n’est qu’un peu plus tard qu’elle se restreignit aux jouets pour garçons: jeux de construction, petites machines à vapeur, véhicules routiers, etc.

 

 Märklin, ensuite, est devenu un important groupe européen de modélisme ferroviaire. Important, voire mythique pour les accros. Mille personnes environ travaillent encore aujourd’hui pour l’entreprise en Allemagne et en Hongrie, précise l’Eisenbahnjournal Zughalt. La fin de cette entreprise aurait été une catastrophe pour les revendeurs, comme a pu le constater, vidéo à l’appui, la Basler Zeitung.

 

L’un des fans, dont les Schaumburger Nachrichten disent toute l’étendue de la galaxie, s’appelle Claude Nobs. Dans 24 Heures, le fondateur du Montreux Jazz Festival «ne fait pas mystère de son inclination», qui a acquis «des pièces rares (la Märklin Gotthard 1936), construit un réseau dans son chalet» et est tombé «dingo de l’échelle 1/32e (réplique exacte de l’original)», promenant «ses invités illustres sur un train géant à travers son jardin, jusqu’au jour où il a dégringolé en bas le talus»… Le clou de sa collection, demande le quotidien vaudois? «Une locomotive Big Boy, achetée chez Sotheby’s à Londres pour 20 000 francs suisses.» Une véritable folie: «Plus d’un mètre de long pour un poids d’au moins 30 kilos.»

 

Le Tages-Anzeiger fait, lui, le portrait de l’homme providentiel, Michael Pluta, qui jouait, enfant, avec une Crocodile des chemins de fer rhétiques, cette locomotive électrique articulée sur deux châssis accouplés, comme les modèles Be 6/8 II et III et Ce 6/8 II et III des CFF, alors conçus pour tirer des trains très lourds sur les fortes rampes du réseau suisse. Quand on vous disait «mythique»…

  

 

Juste à temps pour les cadeaux de Noël! Beaucoup de fans et de vendeurs de jouets respirent: le champion du modélisme ferroviaire est, pour l’instant, économiquement sauvé. En voilà unr bonne nouvelle pour finir l'année !

MODELISME : Le plus grand circuit pour trains miniatures... s'étale sur 1.150 mètres carrés !

25 Mars 2009 , Rédigé par Eric Publié dans #MODELISME

  ALLEMAGNE - Deux frères ont créé le plus grand parcours pour trains miniatures : il couvre 1 150 mètres carrés, avec plus de 9 km de voies ferrées et n'est toujours pas achevé. Ce circuit a été créé par Frederick et Gerrit Braun en 2000 dans un bâtiment vide sur les rives de l'Elbe à Hambourg.

Intitulé "Miniatur Wunderland", il comprend six régions dont l'Amérique, la Suisse,  la Scandinavie, l'Allemagne et les Alpes autrichiennes. La partie américaine comprend entre autres une reproduction des montagnes Rocheuses, du Mont Rushmore et de Las Vegas. Ce "parc" devrait être terminé en 2014 quand le train pourra circuler sur les 1 800 mètres carrés et les 21 km de circuit prévus. Les deux hommes prévoient également de rajouter des morceaux de France, Italie et Royaume-Uni.

Pour l'instant, le parcours compte 700 trains, et plus de 10 000 wagons. Le train le plus long mesure 14 mètres. Les petites scènes incluent 900 panneaux de signalisation, 2 800 bâtiments, 4 000 voitures (dont beaucoup ont les phares allumés) et 160 000 petits personnages. Plus de 500 000 heures de travail ont été nécessaires pour parvenir à ce résultat et plus de 8 millions d'euros dépensés. Une grand partie de cet argent vient des billets vendus aux visiteurs du parc.



Digne du Guiness book des records : Le plus grand circuit pour trains miniatures est allemand et couvre pas moins de  1.150 mètres carrés ! e tout y est représenté... des stades.... des ferries... des routes... du relief.....et des trains de 14 mètres de long ! Vous avez dit Folie furieuse ?! noooooooon.... pensez vous ! (d'ailleurs, j'envisage personnellement de faire la même chose dans mon grenier...)

MODELISME : Märklin déraille... et tombe en faillite

5 Février 2009 , Rédigé par Eric Publié dans #MODELISME

 MAERKLIN - Une bien triste nouvelle....Le plus ancien fabriquant de trains miniatures en Allemagne vient de se déclarer en faillite. Dans la tourmente financière, Märklin n'arrive plus en effet à réunir suffisamment d'investisseurs pour éponger ses dettes. A Göppingen, la firme allemande a donc déclaré une procédure d'insolvabilité, suite au non renouvellement d'un crédit de 50 millions d'euros.

La crise financière aura-t-elle raison de Märklin ? c'est hélas à craindre. Malgré un premier assainissement financier il y a 3 ans, avec la délocalisation d'une partie de la production, Märklin est donc aujourd'hui en liquidation judiciaire. Märklin espère maintenant de nouveaux investisseurs afin de changer de voie. L'activité devrait continuer d'être assurée durant la procédure.

A Göppingen toutefois, les salariés s'inquiètent pour l'avenir de leur emploi et la délocalisation massive de la production. Les syndicats dénoncent une mauvaise politique de l'entreprise, dont ses modèles haut de gamme ne correspondent pas forcément aux attentes du marché. En 2008, Märklin employait 650 personnes pour un chiffre d'affaire de 128 millions d'euros...




Perdre un fleuron du train miniature n'est jamais agréable.... surtout quand c'est une légende comme Märklin qui s'y colle.
Par pitié messieurs les investisseurs, réagissez ! ne nous laissez pas dans un monde où seuls les  consoles de jeux et autres pokemons auraient le droit de cité...

PASSION : Décor géant pour trains miniatures

23 Janvier 2009 , Rédigé par Lematin.ch Publié dans #MODELISME

 SUISSE - Dérouler deux kilomètres de voies miniatures dans un décor gigantesque, c'est le travail de titan que l'ingénieur fribourgeois Marc Antiglio (69 ans) a mis dix-sept ans à réaliser avec des modélistes. Comme sa maquette ne tenait pas dans une chambre, ce retraité a fait construire une maison pour l'abriter à Granges-Paccot (FR). Malgré la fragilité de l'installation sensible à la poussière, il a choisi d'en faire un musée qui ouvre ses portes dans une semaine.

Les 87 trains (!) parcourent un paysage imaginaire mais réaliste, construit à l'échelle 1:87. Le décor contracte diverses régions alémaniques et grisonnes: «La première colline a déjà 15 ans...» sourit le concepteur du projet, qui a fait appel au designer genevois Roger Pfund. Les activités représentées correspondent à un moment précis: un vendredi d'automne à 11 heures, en 1990. «Un jour de marché où des mariages sont célébrés», glisse le concepteur.

Passionné de locomotives, Marc Antiglio n'a jamais eu l'occasion d'en conduire une. Le pilotage, c'est en voiture qu'il l'a exercé au point de devenir champion suisse de rallye. La mort prématurée de son navigateur et ami Willy Kaeser l'a tellement affecté qu'il a décidé de l'honorer dans le nom de son musée: Les chemins de fer du Kaeserberg. Pour le gérer, Marc Antiglio peut compter sur sa fille Dominique, qui «l'aide à prendre les bonnes décisions». Et la jeune femme d'avouer: «Les trains, c'est plus une affaire de garçons, mais avec ma soeur, on jouait avec les locomotives.»

Le côté technique est assuré par Jacques Cherbuin, véritable chef de gare qui a effectué 80500 connexions électriques. Les modélistes aussi ont aligné les chiffres: ils ont modifié 8800 roues pour améliorer le contact avec les rails, disposés 5400 arbres et 6500 figurines, dont une bien cachée qui ne porte qu'un string. Ils ont soigné le détail jusqu'à photographier des vrais trains pour reproduire les salissures à l'identique. «Sorti d'une boîte, un wagon n'est qu'un jouet brillant», justifie Marc Antiglio. S'est-il bien amusé ? «Un amusement, ce n'est pas le mot juste: à un niveau technologique aussi élevé, c'était surtout du travail et des soucis. Disons que c'est un hobby traité de manière... très professionnelle.»



Marc Antiglio, ingénieur fribourgeois à la retraite, a mis 17 ans à réaliser son rêve: construire une maison-musée pour ses chemins de fer . Rhaaaaaaaaaa le modélisme ferroviaire.... quand ça vous tient !

PASSION : Le train électrique, un jouet toujours très apprécié

25 Février 2008 , Rédigé par annuaire-enfants-kibodio.com / Eric Publié dans #MODELISME

undefined Le train électrique connut une popularité fulgurante au début du siècle dernier, et ce, principalement parce que c’était à l’époque un jouet tout à fait innovateur. En effet, c’était le premier jouet qui intégrait l’électricité à même son fonctionnement. Enfant comme adulte souhaitaient le posséder et le marché du train électrique avec tous les accessoires que nous lui connaissons, se développa très rapidement. La création du train électrique est vraiment l’un des faits les plus marquants dans l’histoire du modélisme puisqu’il éveilla l’intérêt de la population vers des jouets qui pouvaient être tant pour adulte, que pour enfant. Aujourd’hui, le train électrique connaît certes une baisse de popularité, mais demeure néanmoins un cadeau toujours présent sous le sapin de Noël.

Le train électrique demeure encore un jouet
apprécié par nombre de personnes, petites ou grandes, car il créé chez tous une grande admiration. Par ailleurs, ce jouet n’a pas besoin de votre contrôle permanent pour que la locomotive et ses wagons soient en action. Il suffit de le mettre en marche, et voilà, le petit train est parti, jusqu’à ce que vous l’arrêtiez. Le train électrique, la gare, les voyageurs et tout l'environnement du rail provoque toujours à ce jour une véritable fascination chez les enfants et les adultes, tant la reproduction du détail est précise.

Les vrais amateurs de maquettes de train électrique
passent un temps fou à créer le paysage associé au circuit qu’ils ont choisi de construire. Par ailleurs, nombre d'entre eux se basent sur des photographies prises aux abords de la vraie voie ferrée, pour bâtir de façon la plus fidèle que possible leur décor. De plus, dans le modélisme, le monde du train électrique se distingue des autres moyens de transport par le simple fait que le décor est aussi important que le train en lui-même.

Le train électrique est le jouet par excellence du modélisme que possède une grande majorité de personnes. Associé à la tradition de la fête de Noël et de son sapin, le train électrique et ses accessoires reste un merveilleux cadeau. Par ailleurs, pendant le temps des fêtes portez attention au nombre de trains électriques que vous verrez sous l’arbre de Noël et vous serez sans nul doute surpris de constater l’ampleur de cette tradition qui permet de faire revivre une fois par année ce jouet, mais qui a toujours son lot de passionnés... n'en déplaise aux fans de jeux vidéo, et autres jouets modernes.
 


Selon une étude du "très sérieux" Economic and Social Research Council (ESRC), les fans de jeux vidéo auraient, je cite, "plus d'amis, travailleraient mieux à l'école et seraient donc en avance sur ceux de leurs camarades qui jouent encore au train électrique" Ben mince, alors... et moi qui croyait bêtement que mon premier train Jouef était le meilleur cadeau que j'avais reçu étant jeune.... j'aurais donc dû commander un jeu vidéo pour mieux me structurer mentalement ?

PORTAIT : Michel, un passionné de trains miniatures à Châtel

2 Septembre 2007 , Rédigé par valdabondance.com Publié dans #MODELISME

y8400.jpg Il était habitué à venir en vacances à Châtel, puis il est devenu amoureux de la station. En 1961 Michel Terrier devait construire lui-même un magnifique chalet « au Jardy ». Au décès de son père Maurice, un ancien agent de la SNCF, il reçut une maquette d’un réseau ferroviaire que ce dernier avait confectionné au fil des années. 

« Nous avons dû le couper en deux pour le transporter » ajoute ce sympathique retraité et d’ajouter « J’ai tout remonté, refait les câblages, les signalisations, j’ai poursuivit en créant au 86ème la station de Châtel, avec ses sites montagneux et aussi sa gare qui n’est que pure imagination ». Sur 4 sur 2 m sont reconstitués des villages, mais aussi le viaduc de Nogent et ses guinguettes, Neuilly Plaisance où Michel habitait avec son épouse et son fils. Vingt locomotives des années 1939 à 1950 sont en état de marche ; à l’intérieur des wagons on y trouve des personnages. 

Le détail est partout autant dans les aiguillages, gare de triage, que tramways, automobiles, végétations qui apparaissent sur cet ouvrage. « Je suis dans l’impossibilité de savoir le temps que j’ai pu passer, et je n’ai pas fini ! » dira encore Michel impliqué dans la commune au club des Veillorets et chez les anciens d’Afrique du nord. Quand l’envie se sait sentir il vient dans le grenier admire sa maquette, imagine les créations qu’il ajoutera. 

Le travail réalisé est indescriptible tant cette maquette est belle, et pour ne pas laisser le visiteur sur une seule vue de l’ensemble, il fait le noir dans la pièce et la maquette vit dans la nuit avec les illuminations des habitations, les éclairages publiques, les signaux lumineux du trafic ferroviaire. On comprend la fierté de Michel Terrier aux commandes électriques pour donner vie à ces modèles réduits, dont un spécimen du wagon de l’Armistice authentifié.
  



Portrait d'un doux-dingue de trains miniatures... Comme Michel, succombez à la tentation et réalisez vous aussi votre maquette : Passion-trains publiera volontier les photos des plus beaux réseaux !

MODELISME : L'Hydrofibre, vous connaissez ?

23 Février 2007 , Rédigé par Eric / Manu Publié dans #MODELISME

 Voici un produit innovant et qui va intéresser un bon nombre de créateurs de dioramas ou de réseaux ferroviaires… La société E-R décor commercialise et distribue désormais en France L’Hydrofibre, un nouveau produit déjà utilisé par les ferrovipathes en Allemagne, aux pays bas, en Italie et en Espagne.

   L’Hydrofibre… c’est quoi au juste ?

L’Hydrofibre est une sorte de «  pâte à modeler » qui est constituée de fibres synthétiques, et qui se transforme en une masse très facilement maniable dès lors qu’elle est mélangée à de l'eau et à une colle spéciale. Une fois préparée, ce produit peut alors être travaillé pendant 18 heures pour créer toutes sortes de paysages : Montagnes, rochers, talus, reliefs divers… bref, tout ce que vous avez toujours voulu faire sur votre réseau, même dans vos rêves les plus fous !

  

 

Pas de limite avec l'Hydrofibre : vous voulez créer de vallées encaissées dans le ton granit ? alors à vous de jouer... il suffit de mettre la main à la pâte !

L’Hydrofibre est un produit qui se traite facilement, qui est très léger et qui se colore avec des pigments spéciaux. Elle se colle sur presque toutes les surfaces propres et dégraissées comme un fond en styrène ou en balsa, en fibres de verre ou sur un grillage…. Mieux, cette pâte permet également la pose immédiate de flocage ou d’arbres sans adjonctions de colle. Et comme Il suffit de pulvériser un peu d'eau pour pouvoir re-modéliser le décors, la pâte est recyclable à loisir, que ce soit au bout de 24 heures, de 2 semaines, d’un an ou plus…Terminée, donc, la corvée de plâtre et des modules trop lourds à déplacer : avec L’hydrofibre, il est désormais possible de créer des décors réalistes sans les inconvénients des moyens existants.

  

 

 La préparation hydrofibre se conserve des mois dans son emballage et constitue donc une solution intéressante pour donner du corps à son réseau. En France, elle est notamment disponible auprès de la boutique Web « Du train aux perles » un site à suivre sur le Net (cliquez ici) et que Passion-trains recommande déjà vivement dans sa rubrique des sites partenaires… ne serait-ce que pour son contact sympathique avec Manu, son gérant   ;-)

Comment réaliser une montagne, avant…

 

 et après ! notez le réalisme du résultat… tout simplement superbe !

 

MODELISME : Des trains miniatures... et une minutieuse passion !

3 Janvier 2007 , Rédigé par info07.com / Eric Publié dans #MODELISME

 A part sans doute le docteur Floyd, fan de jeux vidéos et accessoirement webmestre de Gamopat.com, qui n'a pas déjà eu un petit train électrique au cours de son enfance ? Ce classique, souvent associé au temps des Fêtes, s'avère pourtant un passe-temps tout au long de l'année pour certains mordus. Comptant une quinzaine de membres, le Club quebecois «Les modélistes ferroviaires de Gatineau» célèbre ses dix ans cette année et menuiserie, électronique, terrassement et paysagement font partie des grands thèmes à découvrir dans cet univers peu connu.
 
«En quelque part, tout le monde est fasciné par la miniaturisation», s'exclame celui qui a fondé le Club en 1996, Jocelyn Bergeron, lorsque questionné à savoir s'il ne faut pas en quelque part avoir garder en soi un certain esprit de jeunesse pour s'intéresser à une telle chose.
 
Installé au Canada dans un local situé au Parc Lavictoire, près de la rue Notre-Dame, dans le secteur Gatineau à Quebec, l'association a vue le jour à l'époque grâce à une subvention du programme Jeunes Volontaires, une initiative gouvernementale qui prépare et encourage les jeunes qui se préparent à entrer sur le marché du travail. M. Bergeron a été plongé dans ce domaine dès son enfance puisque son père travaillait pour le Canadien National, compagnie ferroviaire bien connue. À son avis, ce sont diverses circonstances qui ont fait que ce Club-là est né, dont le fait que les gens peuvent mettre temps, argent et connaissances en commun.
 
N'importe qui ayant le moindre intérêt pour le sujet, sans nécessairement avoir un esprit artistique très pointu, peut s'adonner à ce loisir, voire devenir membre du Club. «Bien des gens ne connaissent pas ce loisir et c'est pourtant un bon moyen de relaxer», affirme Jocelyn Bergeron, qui ajoute que l'objectif serait de pouvoir hausser à vingt le nombre de membres au cours des années à venir.
 
Se réunissant formellement les mardis soirs, les amateurs de petits trains électriques sont pour la majorité fascinés par le contrôle par télécommande et la reproduction d'époques distinctes. Certaines personnes aiment d'abord et avant tout le côté social de l'activité.
 
L'organisation fournie à ses membres la base nécessaire pour réaliser de beaux projets et de belles maquettes, tels du styromousse, de la peinture à motifs ainsi que du plâtre, matériel jugé comme étant primordial par le président Jocelyn Bergeron. Les membres doivent bien entendu défrayer les coûts reliés à l'achat de leurs trains électriques. Une seule locomotive peut en effet, selon la qualité recherchée, valoir près de 150$ l'unité.
 
«Au niveau de l'historique, il y a bien des choses qu'on ne connaît pas», lance M. Bergeron, qui, dans la même optique, nous montre une table tournante, qui n'existe pratiquement plus au Canada dans la réalité, mis à part une dans le secteur Hull et une autre à Wakefield. C'est d'ailleurs cette table tournante manuelle qui permet de tourner la locomotive du Train à vapeur Hull-Chelsea-Wakefield de 180 degrés lors de son arrivée à mi-chemin.
 
Le Réseau du patrimoine ferroviaire nord-américain, un des grands circuits que l'on peut apercevoir dans le petit chalet du Parc Lavictoire, a une superficie de plus de dix pieds par vingt pieds et on peut y voir cours de triage, forêts, lacs, rivières, routes, usines, gares, etc.
 
C'est à l'aide de trois amis, Stéphane Boucher, Mylène Gagnon et Cynthia Trottier, que Jocelyn Bergeron a mis sur pied ce Club au milieu des années 90.  Passion-trains leur souhaite donc une bonne et heureuse continuation... pour le plus grand bonheur des passionnés canadiens !
 
 
Des trains miniatures... et une minutieuse passion! 
Un membre du Club Les modélistes ferroviaires de Gatineau, Lloyd Sabourin, et le président-fondateur, Jocelyn Bergeron, posent fièrement devant une partie de l'immense maquette ferroviaire... Passion-trains les salut et les encourage à poursuivre leur oeuvre !