Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

ACTU : Un voyageur du TER sur trois est un nouveau venu en Haute-Normandie

28 Avril 2006 , Rédigé par Infoceane.com Publié dans #ACTU

 FRANCE - La fréquentation des lignes TER de Haute-Normandie a progressé de 9% en un an et de +55% depuis 2002 première année de la décentralisation totale des transports ferroviaires régionaux et de la convention Région – SNCF.

« C’est considérable et impressionnant », ont déclaré d’une même voix, le président de la région Alain Le Vern (PS) et le directeur régional Normandie de la SNCF, Michel Boudoussier lors de la présentation des résultats 2005. « Sur trois voyageurs clients des TER, il y en a un qui ne l’était pas en 2002 » illustre M. Le Vern.

D’autres chiffres vont dans le même sens : une progression de 25% du nombre d’abonnés par rapport à 2004, soit 16.000 personnes. « Qu’il s’agisse des trains de la vie quotidienne ou des déplacements privés, il y a plus de voyageurs dans les trains », constate la SNCF. Les relations domicile / travail ont progressé de 13%, domicile – études de 12% et le marché des loisirs et déplacements privés de 7%. Le développement et l’amélioration des dessertes ont un impact : +21% de fréquentation sur Rouen – Le Havre, +52% sur Fécamp – Le Havre… et, précise avec satisfaction Michel Boudoussier, « les trains sont à l’heure », ou tout au moins 95% d’entre eux.. La Haute-Normandie signe l’une des trois meilleures performances nationales sur le plan de la régularité. Au premier trimestre 2006, elle a même atteint 95,4%, ce qui la place en tête des régions. « Il est probable que les utilisateurs du train ont été en 2005 plus ponctuels que ceux qui ont préféré la voiture ! » se risque même le directeur régional de la SNCF.

Des progressions importantes qui ne doivent cependant pas cacher le retard du transport collectif par rapport à l’individuel. En Haute-Normandie, qui se situe dans la moyenne des autres régions, le ferroviaire capte 5% seulement des déplacements sur les zones desservies. La marge de progression est donc importante.

La Région et la SNCF comptent sur l’effet de leurs investissements respectifs. D’un côté l’achat de nouveaux matériels (autorails de grande capacité XGC et ZGC) avec de nouvelles dessertes comme le Rouen – Caen ramené de 2h à 1h30 pour les meilleurs trains, avec 7 allers et retours par jour et une progression de 23% de la fréquentation sur les trois premiers mois. Le conseil régional inscrit chaque année 50 M€ au fonctionnement du TER et a engagé un programme d’investissement de 150 M€. De son côté la SNCF a investi pour l’accueil et l’entretien des nouveaux matériels (12 M€) et doit modifier ses modes de fonctionnement internes.

« C’est une révolution » admet Michel Boudoussier dont l’entreprise réagit désormais en prestataire de services choisi par le conseil régional auquel elle doit rendre des comptes. « Pour nous, il s’agit bien d’un développement avec une convention qui nous laisse des marges d’initiative », explique le directeur régional. Ces marges, ce sont les améliorations apportées à l’information des voyageurs, maillon faible de la SNCF. Le service “Aléorégion 0825.000.276“ ouvert en octobre permet de donner une information sur les dessertes, horaires et tarifs par le téléphone, les mobiles (sms), internet ou le courrier. La SNCF va également poursuivre la démarche de certification AFNOR tant pour les gares que pour des lignes. Rouen – Dieppe vient d’obtenir son renouvellement. Le Havre – Montivilliers – Rolleville sera la prochaine étape.

Reste la question de l’intermodalité entre le train, les bus périurbains et les transports urbains. Elle revêt deux aspects : l’harmonisation des horaires et des tarifications. Le premier pourrait nettement s’améliorer avec l’apparition du cadencement des trains en décembre 2007. Le second dépend de la coopération de la région avec les départements pour la mise en place de tarifications uniques pour des déplacements intradépartementaux et régionaux.

 

 La fréquentation du réseau TER de Haute-Normandie a progressé de plus de 50% en quatre ans... et cette love-story n'est pas prete de s'arreter !

Commenter cet article