Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

VANDALISME : Trois mois fermes pour des dégradations sur des wagons à la gare de Douai

25 Octobre 2010 , Rédigé par Lavoixdunord.fr Publié dans #FLASH INFO

logo SNCF FRANCE - Dans la nuit du 29 au 30 septembre, de nombreuses vitres - une cinquantaine selon la SNCF - de wagons destinés à la destruction, stationnés aux abords de la gare, ont été brisées. Préjudice estimé : 8 359 Euros. Les policiers douaisiens ont rapidement interpellé un suspect. Lors de ses auditions, l'auteur présumé, Anthony De Schepper,

 

Douaisien sans domicile de 19 ans, a reconnu les faits mais dit n'avoir cassé que trois ou quatre vitres. Sans domicile depuis le mois de juillet, il avait trouvé refuge depuis deux mois dans ces wagons désaffectés pour y dormir la nuit. Cette nuit-là, il dit s'être laissé entraîner par d'autres personnes. « J'ai suivi », dit-il à la barre du tribunal.  Anthony De Schepper a été présenté en comparution immédiate pour ces faits le 1er octobre, une semaine après avoir été condamné pour des vols aggravés. Le tribunal avait demandé une expertise psychiatrique et renvoyé l'affaire à jeudi. Anthony De Schepper, lui, était parti en prison.

 

Trois semaines plus tard, le procureur Éric Vaillant le trouve « plus calme ». « Ça fait toujours un peu mal de le dire mais la prison vous a fait du bien, vous a permis de vous poser. » Il a requis quatre mois de prison dont deux ferme avec sursis et mise à l'épreuve de trois ans. « Ce sont des trains qui sont partis à la casse », relativise Me Malengé. L'avocat de la défense explique que son client n'a commencé à déraper qu'en août, après s'être retrouvé sans domicile. Issu d'une fratrie de cinq enfants, placé dès l'âge de 8 ans, « il s'est construit tout seul, sans étayage familial ». « Ça ne l'exonère pas de sa responsabilité », poursuit l'avocat qui préférerait à une peine de prison une période de sursis et de mise à l'épreuve « de longue haleine qui lui permette d'être pris en charge ».

 

Le tribunal a condamné Anthony De Schepper à six mois de prison dont trois avec sursis et mise à l'épreuve pendant trois ans. Il devra en outre rembourser la SNCF.

 

 

 

En cabane : pour avoir tué le temps en cassant des vitres sur des voitures SNCF, un douaisien de 19 (l'age de raison!) a écopé de six mois de prison dont trois avec sursis et mise à l'épreuve pendant trois ans. Voilà qui devrait faire réfléchir les caditats au même type de vandalisme sur des biens de la SNCF...

Commenter cet article